Appel à articles: Revue Genre et Histoire “Femmes et olympisme: une question de genre”

Date limite de proposition d’un article: 1er novembre 2022

our la première fois de l’histoire, les Jeux olympiques de Paris en 2024 consacreront la parité des athlètes en invitant autant de sportives que de sportifs à concourir dans l’arène olympique. Une évolution remarquable au regard des oppositions formulées, en 1912, par le restaurateur des Jeux olympiques modernes : « une olympiade femelle serait impratique, inintéressante, inesthétique et incorrecte. Le véritable héros olympique est, à mes yeux, l’adulte mâle individuel. Les JO doivent être réservés aux hommes, le rôle des femmes devrait être avant tout de couronner les vainqueurs ». Fort de ces résistances, la présence des femmes aux Jeux olympiques et paralympiques fut durablement marginalisée et/ou contrôlée malgré l’incantation des valeurs d’universalité, d’égalité et de fraternité défendues par l’institution olympique. Ces valeurs sont largement discutées à l’aune de différents travaux scientifiques qui révèlent davantage un espace de dominations multiples. Des dominations géopolitiques, économiques, sociales, mais aussi de genre se jouent à travers les performances sportives. Effectivement, l’olympisme moderne, promu par l’anglophile Pierre de Coubertin à la fin du xixe siècle, s’implante et se développe sur le principe de la valorisation de la masculinité hégémonique et, de façon corollaire, sur la restriction du mouvement du corps des femmes au nom de leur constitution (prétendue fragilité) et des « devoirs » sociaux et moraux qui en découleraient (maternité et pudeur).

Pour en savoir plus ici


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.