Appel à contributions : “1023-2023 : le Mont Saint-Michel en Normandie et en Europe. Nouvelles découvertes et nouvelles perspectives de recherche”

Lieux : Mont-Saint-Michel et Cérisy-la-Salle

Dates : 31 mai -04 juin 2022

Date limite de réponse à l’appel : 1er avril 2022

Connu dans le monde entier bien avant son inscription, en 1979, sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, le Mont Saint-Michel demeure le premier site touristique français de province, après les grands monuments d’Île-de-France. Les travaux de « restauration du caractère maritime du Mont Saint-Michel » réalisés entre 2005 et 2015 ont encouragé la réalisation de nombreuses études environnementales, commencées pour certaines dans les années 1990. Cependant, du côté des historiens, des historiens de l’art et des archéologues, même si le beau cycle de colloques franco-italiens consacrés au culte de saint Michel a suscité d’importantes avancées scientifiques, aucune rencontre internationale d’ampleur n’a envisagé le Mont Saint-Michel dans sa globalité depuis le monumental « millénaire monastique » de 1966[1]. Cinquante-cinq ans plus tard, et à l’occasion du millénaire de la reconstruction de l’abbatiale romane, commencée, selon la tradition, en 1023 par l’abbé Hildebert II, le temps est venu de tenter un nouveau bilan qui, croisant les approches, suscitera à son tour de nouveaux questionnements.

Pour en savoir plus, ici.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.