Appel à contributions : Le sang et la vertu. Noblesse de sang et noblesses d’âme au Moyen Âge

Lieu : Poitiers

Dates : 12-14 octobre 2023

Date limite de réponse à l’appel : 1er juin 2022

L’existence, au Moyen Âge, d’une catégorie sociale disposant d’une situation élevée en raison de sa naissance est un véritable lieu commun. Dès le viie siècle, Isidore de Séville, jouait sur notus (de gnosco, « connaître ») et sur ses dérivés notabilis et nobilis, et définissait le noble comme « celui dont le nom et la famille sont connus ». Cependant, alors que cette qualité se transmet de manière héréditaire, la prééminence sociale de la noblesse est aussi justifiée par les qualités et les vertus éminentes de ses membres. Vers 1030, Wolfhere de Hildesheim rappelle, dans sa Vita Godehardi, que « nul ne doit être considéré comme noble s’il ne peut prouver avoir été anobli par la vertu ». Les auteurs du xiie siècle reprennent longuement cette idée, s’appuyant sur les écrivains de l’Antiquité et notamment sur un célèbre passage des Satires de Juvénal : « À quoi bon les arbres généalogiques ? À quoi sert d’être célèbre en raison d’une longue suite d’aïeux ? La seule noblesse est la vertu ».

Pour en savoir plus, ici.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.