Offre de thèse – Histoire de l’enseignement maritime et de la formation des officiers de la marine marchande en France (XIXe-XXe siècle)

Histoire de l’enseignement maritime et de la formation des officiers de la marine marchande en France (XIXe-XXe siècle)

Financement : Thèse financée par l’École Nationale Supérieure Maritime (ENSM)

Entreprise : l’École Nationale Supérieure Maritime (ENSM) (www.supmaritime.fr)

Direction (ou co-direction) de la thèse : Carole CHRISTEN

Établissement d’accueil : Laboratoire IDEES LE HAVRE/CNRS – Université Le Havre

Normandie (https://umr-idees.fr/)

Lieu de travail : Normandie – Le Havre – France

Démarrage de la thèse : 1e octobre 2024

Salaire : (depuis 2021) les contrats doctoraux sont à 2300€ brut mensuel

Offre projet de thèse avec financement par l’Ecole nationale supérieure maritime

Description du sujet de thèse :

Contexte

L’offre de thèse, présentée ci-après, fait suite à l’adoption en décembre 2023 du contrat d’objectifs et de performance (COP) de l’École nationale supérieure maritime (ENSM).

Ainsi l’objectif 4 de l’axe 4 de ce COP a formalisé la volonté de la publication d’une thèse de recherche sur l’histoire de la formation des officiers de la marine marchande en France.

L’École Nationale Supérieure Maritime (ENSM) est une école d’ingénieurs française. C’est la seule école qui forme les officiers de la marine marchande en formation initiale en France. Elle forme également des ingénieurs en génie maritime. L’ENSM est un établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel (EPSCP) placé sous la tutelle du Secrétariat d’État chargé de la mer et de la biodiversité. L’ENSM est implantée sur quatre sites situés : Le Havre, Marseille, Nantes et Saint-Malo.

L’ENSM forme environ 1 300 étudiants en 2023/2024 et doit continuer sa montée en puissance pour aboutir à 1700 élèves chaque année à compter de 2027. L’ENSM forme en outre plus de 3 000 stagiaires en formation continue.

L’ENSM a été créée par décret le 28 septembre 2010 en substitution des Écoles Nationales de la Marine Marchande (ENMM) elles-mêmes héritières des écoles d’hydrographie créées sous Colbert. Bien que très récente, cette école est l’aboutissement actuel de la longue histoire de la formation maritime qui remonte à l’Antiquité et qui commence réellement à se structurer à la fin du XVIe siècle.

Objectif de la recherche :

L’histoire de la formation maritime a déjà fait l’objet de publications[1] mais reste cependant à explorer notamment les écoles de formation des officiers de la marine marchande.

Les premiers développements de cette formation ont bien été étudiés[2]. Toutefois, des questions restent ouvertes : cette histoire commence-t-elle en 1571 par la volonté de Charles IX ? Quelles étaient les motivations de la création de cette école ? A-t-elle été créée ex nihilo ? Quelles ont été les grandes évolutions de cette école depuis sa création ? Pourquoi de telles évolutions ? Les questions ne manquent pas et cette liste ne saurait être limitative.

La réalisation d’une thèse sur cette histoire est donc très attendue. Cette recherche reviendra sur l’histoire des « Hydros » mais portera principalement sur la période 1786 – date de l’ordonnance qui modifie le recrutement des professeurs et uniformise les méthodes d’enseignement – à fin des années 1960 – par décret du 30 juin 1965, le corps des professeurs de la Marine marchande devient celui des « professeurs de l’enseignement maritime ».

La recherche devra, entre autres, répondre à la question des enjeux de l’enseignement maritime, des besoins en marins formés, leur nombre et, bien évidemment, leur qualité. L’évolution des techniques et des navires a forcément influencé le type de formation et de diplomation. Nous parlons ici des évolutions géographiques mais également de la qualité académique de ces formations et du public formé. Ce qui induira forcément une réflexion sur le corps enseignant civil, militaire et religieux. Ce travail s’inscrira dans une histoire sociale – prosopographie des enseignants, des élèves, des ingénieurs formés dans les « Hydros » –, une histoire de l’éducation et de la formation professionnelle, une histoire des techniques – des innovations hydrographiques et océanographiques –, une histoire maritime et portuaire mais également une histoire administrative car l’État joue un rôle essentiel dans l’évolution des « Hydros » qui dépendent du ministère de la Marine. Cette histoire ne pourra s’écrire sans situer les formations maritimes par rapport aux transformations générales des formations techniques et professionnelles.

Organisation des travaux de recherche (axes d’étude, méthodologie, calendrier) :

L’ENSM ne possède pas de fonds d’archives, la recherche se fera donc principalement à partir des fonds conservés aux Archives nationales, au Service Historique de la Défense, aux archives départementales et municipales correspondant aux lieux où étaient implantées les Écoles d’hydrographie – l’ordonnance royale du 7 août 1825 fixe à 44, le nombre des écoles d’hydrographie.

Dans ses grandes lignes, le travail suivra le calendrier suivant : au cours de la première année le chercheur ou la chercheuse devra avoir délimité son corpus de sources et commencé son dépouillement. La deuxième année se concentrera sur l’analyse du corpus et son exploitation. La troisième année sera consacrée à la rédaction de la thèse, dont le plan détaillé aura été présenté au comité de suivi de thèse au cours de la deuxième année.

Profil souhaité, connaissances et compétences requises :

Nous recherchons un.e futur.e doctorant.e qui sera en charge de mener à bien dans le délai imparti par le contrat (3 ans) la recherche décrite ci-dessus, qui contribuera à compléter et à éclairer d’un jour nouveau, les recherches sur l’histoire de la formation des officiers de la marine marchande en France.

Le doctorant ou la doctorante devra également animer a minima une conférence annuelle à destination des étudiant.e.s et personnels de l’ENSM sur un thème qu’il choisira en lien avec ses travaux.

– Titulaire d’un diplôme de niveau BAC + 5 : Master recherche en histoire si possible avec une expérience en histoire maritime et/ou de l’éducation.

– Maîtrise de l’outil informatique en termes de traitement de texte, gestion des données et analyses statistiques.

– Maîtrise exploitation d’archives.

– Bonnes capacités d’organisation (rigueur, autonomie, prise d’initiatives), d’esprit de synthèse, de gestion de projet.

– Animation de groupe, travail en équipe et sens des relations humaines seront impératifs pour la bonne réalisation de ce projet.

CV, lettre de motivation et relevés de notes et résumé du mémoire de Master à adresser à Madame Carole CHRISTEN (carole.christen@univ-lehavre.fr), et Monsieur Guillaume Lasbleiz (guillaume.lasbleiz@supmaritime.fr)


[1] Les actes du colloque organisé en octobre 2011 à l’ENSM sur « La formation des Marins…au gré des Marées » n’ont pas été publiés. Des versions courtes des interventions sont parues dans la Revue maritime (sur deux numéros) en mai et septembre 2012. Voir également Guy Boistel et Olivier Sauzereau (dir.), Entre Ciel et Mer. Observatoires pour l’enseignement de l’astronomie, des sciences maritimes et le service de l’heure, en France et en Europe, de la fin du XVIIe au début du XXe siècle : institutions, pratiques et cultures, dossier des Cahiers François Viete, série II, n°8-9, 2016.

[2] Michel Vergé-Franceschi, Marine et éducation sous l’Ancien Eégime, Paris, Éditions du CNRS, 1991.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
sbounoua (11 juin 2024). Offre de thèse – Histoire de l’enseignement maritime et de la formation des officiers de la marine marchande en France (XIXe-XXe siècle). AJCH. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11st4


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.