Appel à communications – Journée d’études “Art, Argent, Socialisme. Économies de l’art visuel est-européen pendant la guerre froide”

Date : 4 novembre 2024

Lieu : Paris, campus Condorcet de l’EHESS

Date limite pour soumettre une proposition : 20 juin 2024


EHESS & Oxford University

Comité scientifique :
Vera Guseynova (EHESS, CESSP/CERCEC)
Vera Otdelnova (Université d’Oxford,
Faculté des langues modernes et médiévales)

Mots-clés : économie de l’art, économies culturelles, art et socialisme, art visuel, guerre froide, Europe de l’Est, Europe centrale, URSS, art d’après-guerre, marché de l’art, circulation des œuvres d’art, circulation des valeurs.

Modalités de participation et de soumission

Nous invitons les masterantes et doctorantes en sciences humaines et sociales à envoyer leurs résumés de communication avec le titre (500 mots maximum), en français ou en anglais, au plus tard le 20 juin à l’adresse suivante : ecartsparis2024@gmail.com. Veuillez joindre à votre proposition une brève présentation biographique (pas plus de 150 mots). Les auteures recevront un retour sur leurs propositions au début du mois de juillet. En fonction des contributions reçues, les résultats de cette journée d’étude pourront être présentés sous la forme d’une publication académique.

Cet évènement aura lieu en présence le 4 novembre 2024, sur le site du Campus Condorcet de l’EHESS. Merci de nous indiquer si votre institution de rattachement ne peut prendre en charge les frais de voyage ou d’hébergement.

Texte de l’appel

Depuis les années 2000, à partir des travaux pionniers de Piotr Piotrowski, l’étude des arts issus des pays socialistes de l’Europe de l’Est a connu un nouvel élan. L’histoire sociale et institutionnelle de l’art, en particulier les travaux de Susan E.Reid, Beata Hock, Klara Kemp-Welch, Jérôme Bazin, Caterina Preda, Maja et Reuben Fowkes ont poursuivi cette voie de recherche. Ils ont contribué à dissiper les clichés sur la domination du réalisme socialiste comme seul canon de la création artistique, l’impénétrabilité du rideau de fer, ainsi que la dépendance directe et totale des artistes aux règles du parti communiste.

Dans le cadre de cette journée d’étude, nous souhaitons appréhender les questions liées aux pratiques économiques de l’art visuel des pays socialistes pendant la guerre froide. L’objectif est de réfléchir ensemble au fonctionnement des modèles de régulation étatique et des formes de la production artistique, en gardant à l’esprit la conjoncture historique et politique en mouvement. Comment, dans les conditions d’une économie planifiée et en l’absence d’un marché libre, les œuvres étaient-elles vendues et achetées ? Comment le prix des œuvres d’art était-il fixé et discuté ? Quel a été le rôle des institutions officielles (unions artistiques) dans l’élaboration de la politique des prix et du programme des commandes publiques d’œuvres d’art ? Quelle est sa corrélation avec la valeur esthétique et quels sont les critères de valorisation économique et symbolique de l’art ?

Nous invitons donc l’ensemble des personnes intéressées à réfléchir sur les échanges commerciaux ayant trait aux arts, à l’intérieur d’un seul pays mais aussi lors des échanges entre plusieurs pays, pays est-européens et occidentaux. D’un côté, il s’agit de s’intéresser aux exportations des œuvres au niveau de l’État, ce qui pouvait servir de source d’enrichissement pour le trésor public, d’instrument de diplomatie culturelle et de moyen de diffuser une image positive de l’art socialiste à l’étranger. De l’autre, il s’agit de prendre pour objet les transactions parallèles qui se sont déroulées principalement entre les artistes et des acheteurs étrangers (diplomates, correspondants, touristes) et qui ont impacté la vie interne des communautés artistiques, leurs identités, leurs styles, leurs hiérarchies et leur structuration.

Comment expliquer qu’il y ait une pratique incontrôlée de l’économie secondaire et des trafics clandestins des œuvres ? Quel a été l’intérêt des acheteurs occidentaux pour les artistes des pays socialistes ? Comment la valeur des objets d’art a-t-elle évolué en fonction de leur circulation ? Quelle a été la répartition des rôles entre les intermédiaires (étatiques, institutionnels, indépendants) dans la création de liens entre Est et Ouest ? Enfin, les canons officiels des arts visuels, les méthodes de travail des artistes et leurs positions politiques en ont-ils été affectés par des liens internationaux ? Après avoir esquissé cet éventail de questions comme points de départ de la discussion, et sans être exhaustif, nous vous proposons de réfléchir sur les conditions matérielles (et notamment économiques) de production et de circulation de l’art visuel est-européen pendant la guerre froide.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
sbounoua (17 juin 2024). Appel à communications – Journée d’études “Art, Argent, Socialisme. Économies de l’art visuel est-européen pendant la guerre froide” AJCH. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11u3d


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.