Prix de thèse 2022 de l’assemblée nationale

L’Assemblée nationale décerne, cette année, deux prix de thèse, destinés à distinguer :

– l’un, des thèses de doctorat de droit parlementaire français,

– l’autre, des thèses de doctorat en histoire de l’institution parlementaire depuis la Révolution française.

Les thèses présentées devront impérativement être rédigées en français et soutenues entre le 1er janvier 2021 et le 31 décembre 2021.

La date limite de dépôt des candidatures est fixée au vendredi 28 janvier 2022, à 17 heures.

Pour en savoir plus ici

Appel à contributions : “Les frontières de l’eau”

Il s’agit d’un appel à articles pour la revue “Frontière.s” (date de parution prévue : décembre 2022).

Date limite de réponse à l’appel : 20 juin 2022.

Par sa nature, ses cycles et la diversité de ses états, l’eau matérialise différentes notions de la frontière. Elle peut représenter et signaler une limite, une rupture, une séparation entre les espaces et les groupes humains. À l’inverse, elle est également vectrice d’échanges et de contacts entre les communautés et agit comme un élément de passage entre les mondes terrestre et spirituel.

Pour en savoir plus, ici

Appel à contributions : “Marchander, transiger, échanger. Le phénomène contractuel dans la première modernité (XVe-XVIe siècles)”

L’Association des Doctorants du Centre d’études supérieures de la Renaissance de Tours organise les cinquièmes Rencontres doctorales pluridisciplinaires, centrées cette année autour du sujet “Marchander, transiger, échanger : le phénomène contractuel dans la première modernité (XVe-XVIe siècles)”.

Lieu et dates : Tours ; 02-03 juin 2022

Date limite de réponse à l’appel : 31 décembre 2021

Pour en savoir plus, ici

Appels à articles: Revue Tracés “Etats de crise”

Date de remise des contributions (article complet): 15 avril 2022

L’explosion de la pandémie du Covid-19 a renforcé le sentiment de crise qui, avec des degrés et des intensités variables, a caractérisé la genèse et l’évolution des sociétés modernes. « Nous sommes en crise » semble être devenu le leitmotiv d’une époque qui ne cesse de constater son incapacité à en sortir. D’où un effet d’opacité sur ce que « crise » veut dire : que désigne exactement cette crise « totale » ? Une telle « crisologie » naïve – crise partout, crise nulle part – ne condamne-t-elle pas, comme l’annonçait déjà Edgar Morin (1976, p. 149), à l’inaction ? Le discours décliniste dont elle émane, qu’on retrouve par exemple dans la collapsologie contemporaine (Servigne, Stevens, 2015), n’est-il pas cyclique, comme le montre la comparaison historique (Charle, 2016) ? Si la crise devient totale, n’est-elle pas au fond un biais de perspective de l’inertie de l’ordre social ? Par ailleurs, les prénotions engagées dans ce discours de sens commun ne reviennent-elles pas à étouffer les potentialités critiques qui se manifestent dans les séquences de changement social ? Cette dernière question mérite, plus particulièrement, qu’on s’attarde sur les qualifications sociales – ordinaires et savantes – prêtées au concept de crise. C’est tout l’enjeu de ce numéro de la revue Tracés : il vise à réunir des contributions théoriques et/ou empiriques, issues de l’ensemble des disciplines et champs des sciences sociales, sur « ce que crise veut dire ». Il cherche à la fois à comprendre comment on qualifie et fait l’expérience des crises dans le monde social (crise économique, crise culturelle, crise identitaire, crise politique, crise environnementale, etc.) et à revenir sur les mécanismes d’objectivation et d’explication, en sciences sociales, des conjonctures de crise.

Pour en savoir plus, ici

6e journée d’études de l’AJCH le 3 juin en distanciel : « Les sources perdues, une fatalité pour l’historien ? »

La sixième journée d’études de l’AJCH a eu lieu 3 juin 2021, en visioconférence. Elle s’est conduite autour du thème des « Sources perdues, une fatalité pour l’historien ? », abordé de manière transpériodique.

Programme

9h30-9h50 : Mot d’accueil et introduction de la journée.

Session I – L’apport d’outils documentaires conservés : décrypter le fonctionnement des institutions

9h50-10h10 : Albane Schrimpf-Patey (docteure, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), « Le réseau documentaire cassinésien, un outil pour reconstitution de sources perdues »

10h10-10h30 : Agathe Couderc (doctorante, Sorbonne Université), « Un secret trop bien protégé ? Les archives du Chiffre et leurs silences »

10h30-10h50 : Discussions.

10h50-11h10 : Pause.

Session II – Le cumul des indices prosopographiques : cerner et reconstituer les groupes sociaux

11h10-11h30 : Marjolaine Lémeillat (docteure, Université de Tours/Université Paris-Est Créteil), « Comment reconstituer l’inexistant ? Tentatives de restitution des réseaux ecclésiastiques en Bretagne à la fin du Moyen Âge (XIIIe-XVe siècle) »

11h30-11h50 : Daniel Cardoso (doctorant, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), « Reconstituer un groupe social sans en connaître les contours : les apports et les limites d’une prosopographie des nouveaux sénateurs durant l’Empire romain »

11h50-12h10 : Discussions.

12h10-14h00 : Déjeuner.

Session III – Des pertes irréparables ? Rendre compte d’un quotidien disparu

14h00-14h20 : Alexandre Ruelle (docteur, CY Cergy Paris Université), « Le quotidien des Savoyards en temps de guerre à l’époque moderne, une histoire impossible ? ».

14h20-14h40 : Olivier Kodjalbaye Banguiam (docteur, Université Paris Nanterre), « La reconstitution de l’histoire des objets issus de la colonisation, un exercice périlleux ».

14h40-15h00 : Discussions.

15h00-15h20 : Pause.

Session IV – Parvenir au sujet par des voies détournées : retracer l’histoire des structures politiques

15h20-15h40 : Quentin Gasteuil (doctorant, ENS Paris-Saclay / Sorbonne Université), « Comment écrire l’histoire des socialistes sans les archives de leur parti ? Le cas de la SFIO de l’entre-deux-guerres ».

15h40-16h00 : Bryan Muller (doctorant, Université de Lorraine), « Comment écrire l’histoire du « gaullisme d’ordre » ? L’exemple du SAC et des CDR ».

16h00-16h20 : Discussions.

16h20-16h35 : Conclusions.

Proposition d’intervention dans le cadre d’un projet d’histoire contrefactuelle en lycée

F93, centre de culture scientifique, technique et industrielle, situé à Montreuil (Seine-Saint-Denis), propose à 5 classes de lycée d’Ile de France de participer au projet « Les fins de l’histoire ? ». Cette opération culturelle, soutenue par la région Ile-de-France dans le cadre de l’initiative « La science pour tous », propose à des lycéens de découvrir de façon active le métier d’historien et les grands enjeux scientifiques de la recherche historique actuelle en leur faisant découvrir et expérimenter la démarche contrefactuelle.

Fort du succès rencontré par le projet mené l’année dernière avec six classes de lycée, F93 a décidé de prolonger l’expérience en s’adressant à nouveau aux historiens Pierre Singaravélou et Quentin Deluermoz, auteurs de l’ouvrage Pour une Histoire des possibles (Le Seuil, 2016), pour assurer la direction scientifique du projet et coordonner le travail des historiens encadrant les ateliers. 

Les lycéens découvriront, avec  leur intervenant référent, cette démarche qui invite à explorer les passés non advenus en se demandant « Que se serait-il passé si… ? ». Rôle du déterminisme et du hasard, recherche des causalités, mise en récit et rapport entre histoire et fiction y seront interrogés à travers l’analyse de différents « turning point » et par la mise au point de scénarios contrefactuels variés pour travailler sur les possibles du passé et dévoiler ainsi la richesse des futurs possibles.


A l’issue de ces interventions, les lycéens seront amenés à participer à l’organisation d’un colloque conviant chercheurs et lycéens afin de débattre des thématiques soulevées par chaque classe tout au long du projet.

Nous nous permettons de vous contacter aujourd’hui car nous sommes à la recherche de 5 historiens pour conduire chacun un projet avec une classe (chaque projet représente pour l’intervenant 6 séances de 2 heures en classe, en présence de l’enseignant). 

Les 6 interventions en classe débuteront au plus tôt en janvier 2022 et se termineront au plus tard en mai 2022. 

Les intervenants seront rémunérés pour 16 heures soit sous la forme d’un CDD (665 euros net), soit sur facture (1000 euros HT). 
Les frais de transports seront également remboursés.

Tous les aspects d’organisation seront assurés par un chargé de projet de F93, l’intervenant n’est en charge que de son atelier en classe. Un budget sera également à disposition pour le matériel nécessaire à chaque classe.

Nous souhaiterions savoir si vous seriez susceptible d’être intéressé par une telle démarche et/ou si vous auriez la gentillesse de la relayer parmi votre réseau.

Si vous avez des questions, vous pouvez nous contacter par téléphone ou mail :

Mathieu Marion 06 63 19 28 77m.marion@f93.fr

Mariette Gaillard 06 21 01 31 70m.gaillard@f93.fr

Florise Pagès 06 25 05 10 74f.pages@f93.fr

En vous remerciant d’avance pour votre attention et pour votre relais.

Bien cordialement,

L’équipe F93

Appel à Contributions:Alternatives cinématographiques et audiovisuelles Images hors-la-loi

Date de colloque: Du 1er au 3 juin 2022

Lieu: Cinémathèque de Nice

Date limite de réponse à l’appel: 10 décembre 2021

Les productions cinématographiques et audiovisuelles, ainsi que leurs modalités de circulation, s’inscrivent dans un cadre légal, qu’il soit officiel ou officieux. Mais en marge, une production « hors-la-loi » subsiste. Elle trouve ses publics au gré de circuits le plus souvent clandestins. Les films « hors-la-loi » poursuivent des objectifs multiples. Certains relèvent d’une démarche militante et contestataire, d’autres d’une volonté de transgression morale et sociale, et d’autres encore d’une intention marchande se nourrissant de l’appétence de certains publics pour l’illicite. Au sein de ce colloque, ces questions seront envisagées au travers du prisme conceptuel des alternatives, central dans le programme « Cinéma et audiovisuel : Alternatives » développé par le laboratoire interdisciplinaire Récits, cultures et sociétés (LIRCES).

Plus d’informations ici

POSTES de membres de l’École Française de Rome

L’École française de Rome recrute des membres scientifiques qui se consacrent à des travaux de recherche dans les domaines relevant de l’établissement, en histoire, archéologie et sciences sociales, répartis en trois sections : l’Antiquité, le Moyen Âge, les époques moderne et contemporaine. La campagne de sélection des membres de l’École française de Rome pour l’année 2022-2023 est ouverte.

Annonce

Présentation

L’École française de Rome recrute des membres scientifiques qui se consacrent à des travaux de recherche dans les domaines relevant de l’établissement, en histoire, archéologie et sciences sociales, répartis en trois sections :

  •  l’Antiquité
  •  le Moyen Âge
  •  les Époques moderne et contemporaine.

Les membres scientifiques sont sélectionnés sur un projet post-doctoral. Ainsi, les doctorants doivent avoir suffisamment avancé leur thèse au moment de leur candidature pour pouvoir initier le projet post-doctoral pour lequel ils ont été recrutés dès les premiers mois de leur prise de fonction à l’EFR. En conformité avec la mission de formation à la recherche de l’EFR, la commission d’admission examine avec une attention particulière les dossiers émanant de chercheurs en début de carrière.

Pour l’année 2021-2022, dix-huit postes de membres de l’École française de Rome seront vacants ou susceptibles d’être vacants. Les nominations sont prononcées pour une durée d’une année à compter du 1er septembre 2022, et jusqu’au 31 août 2023. Elles peuvent être renouvelées, sur avis de la commission de recrutement, pour une deuxième et, éventuellement, pour une troisième année consécutive.

Pour prendre connaissance de la composition de la commission d’admission des membres de l’École française de Rome (outre les trois directeurs des études de l’EFR), vous pouvez consulter la page dédiée ici.

Actualites de l’ajch. Editions 2021 – 2022

Thème 2021 – 2022.« La construction de l’État »

Les rencontres virtuelles de l’AJCH sont l’occasion de découvrir l’ouvrage récemment paru d’un jeune chercheur ou d’une jeune chercheuse. D’une durée d’une heure, elles sont constituées d’un temps de présentation pendant une demi-heure puis d’un temps de discussion avec l’intervenant ou l’intervenante.

Mardi 23 novembre 2021, 18h30 :

Juliette Deloye (docteure, Arche, Université Paul-Valéry – Montpellier 3)

Thèse « (Ré)écritures d’un ministère : les Affaires étrangères de la monarchie d’Ancien Régime à la Restauration » (soutenue en 2020)

Mardi 14 décembre 2021, 18h30 :

Ariane Viktoria Fichtl (docteure, IRHiS, Université de Lille)

La Radicalisation de l’idéal républicain. Modèles antiques et la Révolution française, Paris, Classiques Garnier, 2021

Lundi 31 janvier 2022, 18h30 :

Damien Accoulon, Julia Ribeiro Thomaz et Aude-Marie Lalanne Berdouticq (doctorants et docteure, CRH, Université Paris Nanterre)

Des sources pour une plus Grande Guerre, Ploemeur, Éditions Codex, 2021

Mercredi 9 février 2022, 18h30

Zheira Kasdi (docteure, ANHIMA, Université Paris Nanterre)

« Remarques sur quelques gouverneurs de Maurétanie césarienne de la période sévérienne », MEFRA, 133-1 (2021), p. 249-263

Mercredi 23 mars 2022, 18h30 :

Vincent Bollenot (doctorant, Sirice, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

« Surveiller les mobilisations, se mobiliser sous surveillance. Articuler histoire du renseignement et histoire des mobilisations en situation impériale », Genèses, 120-3 (2020), p. 112-130

Mercredi 13 avril 2022, 18h30

David Fiasson (docteur, IRHiS/HERITAGES, Université de Lille/Cergy Université Paris)

Ouvrage à paraître « Abbaye, ville et forteresse : le Mont Saint-Michel dans la guerre de Cent Ans »

Mardi 24 mai 2022, 18h30
Marjolaine Lémeillat (docteure, CREHC, Université Paris-Est)
Les gens de savoir en Bretagne à la fin du Moyen Âge (fin XIIIe
-XVe
s.), Rennes, Presses
Universitaires de Rennes, 2022

Pour vous inscrire, il vous suffit d’envoyer un mail à l’adresse :

actualitesajch@gmail.com

Le lien zoom de la séance vous sera transmis la veille de l’intervention.

COLLOQUE. Journées maitron

Date: 30 novembre et 1er décembre

Lieu: Campus Condorcet Bâtiment des colloques (Auditorium 150), M° Front Populaire (ligne 12, sortie n°2 – rue Waldeck Rochet).

Programme

Mardi 30 novembre – « Avoir 20 ans dans le Maitron. Jeunesses militantes et organisations juvéniles dans le mouvement ouvrier et social »

9h30 – Accueil

10h00 – 12h30 – Première session

Guillaume Pollack, « Les jeunes dans la Résistance au prisme des fusillés »
Gilles Candar, « Les Jeunesses socialistes avant 1914, pourquoi tant d’échecs ? »
Julien Chuzeville, « La création des Jeunesses communistes et des Étudiants communistes en France, 1920 »
Zoé Grumberg, « Les jeunes juifs communistes en France et en Belgique après 1944 : des trajectoires d’intégration différentes dans leurs partis communistes respectifs »

14h00 – 17h30 – Deuxième session

Jean-Charles Buttier, « Comment parler de politique aux enfants ? Analyse de débats militants et pédagogiques à la charnière des XIXe et XXe siècles »
Erwan Le Gall, « Quand l’uniforme forme la jeunesse… et le mouvement ouvrier de la IIIe République. Éléments prospectifs »
Ioanna Kasapi, « Les étudiants dans le Maitron »
Claude Roccati, « Ouvrir à l’international et à l’Europe : les enjeux des rencontres de jeunes CFDT et DGB dans les années 1970 »
Guillaume Roubaud-Quashie, « Comment de jeunes ouvriers font de la politique ou les jeunes communistes d’Hispano-Suiza de la Libération à la fin des années 1950 »

Mardi 30 novembre – 18h00 – 20h00 – Projection-débat autour du film Maitron, Mémoire de l’histoire ouvrière

Le documentaire réalisé par Michèle Rollin, (Hibou production, 2021), avec le soutien du CNC et du CNRS, sera projeté en exclusivité et pour la première fois dans sa version intégrale, en présence de l’équipe.

Mercredi 1er décembre

9h30 – Accueil

10h00 – 11h30 – Assemblée générale des Amis du Maitron

11h30 – 12h30 – Table ronde « L’histoire sociale face au “roman national” »
Avec : Richard Vassakos, auteur de La croisade de Robert Ménard. Une bataille culturelle d’extrême droite (Libertalia, 2021) ; Mathilde Larrère, Université Paris-Est-Marne-la-Vallée

14h00 – 17h00

Hommage à René Lemarquis
Nicolas Simonpoli – Le nouveau chantier du Maitron cheminots (CNRS-CCGPF)
Paul Boulland, Karim Taharount – Le projet “Maitron, santé et sport populaire” (INSHS, MAMA)
Barbara Bonazzi – Mise à jour, révision, indexation du site Maitron
Discussion générale : “Perspectives pour la 6e période du Maitron”

17h30 – Remise du prix Jean Maitron

Association des Jeunes Chercheurs en Histoire

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search