Post-doctorat en histoire environnementale (Pollution et risques miniers) – EHESS

Date limite de candidature : 2 septembre 2024

L’EHESS ouvre un contrat de post-doctorat de 18 mois en histoire environnementale.

Ce recrutement se fait dans le cadre du PEPR “Sous-sol, bien commun”, financé dans le cadre du plan France 2030 et co-piloté par le CNRS et le BRGM, et s’inscrit dans le projet transversal « VERTIQUAL – Vers la politisation et la requalification du sous-sol ».

Le/la jeune chercheur.euse sera affecté.e au sein du Centre de recherches historiques (CRH) dans le Groupe de recherches en histoire environnementale (GHREN) pour des recherches sur l’histoire des pollutions et des risques miniers en France au XIXe siècle ainsi que la coordination d’un projet ciblé avec Thomas Le Roux (CRH/CNRS).

Plus d’informations ici.

Appel à communications – Séminaire «Maghreb du temps présent»

Lieu : Campus Condorcet, salle 0.007, Bâtiment de la recherche Nord et en ligne par Zoom

Date limite de candidature : 31 octobre 2024

Organisateurs·trices : Charlotte Courreye (Lyon 3 – charlotte.courreye@univ-lyon3.fr), Choukri Hmed (Université Paris Cité – choukri.hmed@u-paris.fr), Antoine Perrier (CNRS – antoine.perrier@sciencespo.fr), Malika Rahal (CNRS – malika.rahal@cnrs.fr)

Mail du séminaire : seminaireMTP@gmail.com

Présentation du séminaire

Le séminaire Maghreb du Temps présent s’inscrit dans les actions du chantier prioritaire du GIS Moyen-Orient Mondes musulmans consacré aux études maghrébines et dans le prolongement du Livre blanc sur les études maghrébines. Ce dernier avait constaté, à l’échelle nationale, la rareté des lieux d’échanges pour les spécialistes du Maghreb, faute d’unités de recherche dédiées et, dans un cadre international, le cloisonnement croissant entre la recherche pratiquée au Maghreb et la recherche menée à l’étranger.

Ce séminaire entend donc fédérer la communauté scientifique travaillant sur le Maghreb (doctorant·es, post-doctorant·es, enseignant·es-chercheur·es et chercheur·es) en faisant dialoguer les recherches en sciences sociales sur les sociétés maghrébines contemporaines menées en France, au Maghreb ou ailleurs, dans une perspective non eurocentrée, attentive aux temporalités, à la stratification sociale, aux processus politiques et économiques ainsi qu’aux types d’écritures de l’histoire. En cela, il s’inscrit également dans le projet de l’IHTP de réfléchir aux conditions propres de la production de la connaissance sur le temps présent selon les différentes aires culturelles.

Le séminaire accueille toutes les recherches en sciences humaines et sociales contemporaines, mobilisant une profondeur historique plus ou moins ample. Il met particulièrement en valeur les recherches ancrées dans les terrains maghrébins, en encourageant le dialogue entre disciplines. Il prend la forme de discussion de travaux récents ou en cours menés par des jeunes chercheur·es et chercheur·es confirmé·es.

Appel aux doctorant·es travaillant sur le Maghreb pour présenter leur recherche dans le séminaire Maghreb du Temps présent

Le séminaire s’organise en deux temps : il proposera tout d’abord un dialogue avec les chercheur·es confirmé·es, figures marquantes du champ au Maghreb et dans le monde, avant de discuter des thèses en cours ou récemment soutenues. Les doctorant·e·s ou jeunes docteur·es. seront invité·e·s à présenter leur thèse, à l’issue de leur terrain, à un stade initial ou final de la rédaction, devant la communauté rassemblée par le séminaire. Un·e chercheur·e confirmé·e sera invité·e à discuter leur intervention, après une discussion entre les doctorant·es et l’équipe organisatrice. La participation est ouverte aux candidats soucieux de présenter leur recherche, cette année ou les suivantes, après une sélection effectuée par les responsables du séminaire.

Les candidats désireux d’intervenir doivent adresser un dossier de candidature à seminaireMTP@gmail.com avant le 31 octobre 2024. Le dossier comprend :

–       un curriculum-vitae et un certificat d’inscription en thèse ;

–       un résumé de leur thèse de 2 pages précisant leur état d’avancement ;

–       un titre et un résumé d’une demi-page de leur intervention prévue ;

–       une proposition facultative de discutant·e ;

–       le choix des séances où ils ou elles seront disponibles parmi les séances suivantes (14h-16h30) : 29 février, 19 mars, 30 avril et 28 mai 2025.

Les doctorant·es sélectionné·es seront informé·es d’ici le 20 novembre 2024.

Conditions d’éligibilité :

–           Préparer ou avoir récemment soutenu une thèse de doctorat dans toutes les disciplines des sciences humaines et sociales impliquant un travail sur le terrain déjà accompli au Maghreb (documentaire ou ethnographique), entendu au sens large (Mauritanie, Maroc, Tunisie, Algérie, Libye) ;

–          Être inscrit au minimum en 3e année de thèse à la rentrée 2025 ;

–          S’engager à participer à toutes les séances du séminaire pour l’année. 

Calendrier des séances

–       21 octobre, 14h-16h : Introduction (CC, CH, AP, MR) : bilan et perspectives sur les études maghrébines en France

–       25 novembre, 14h-16h30 : Jocelyne Dakhlia (EHESS, France)

–       16 décembre, 14h-16h30 : Hassan Rachik (Université Polytechnique Mohammed VI, Maroc)

–       22 janvier, 14h-16h30 : Malika Zeghal (Harvard University, États-Unis)

–       19 février, 14h-16h30 : Présentation de travaux de doctorant·es

–       19 mars, 14h-16h30 : Présentation de travaux de doctorant·es

–       30 avril, 14h-16h30 : Présentation de travaux de doctorant·es

–       28 mai, 14h-16h30 : (à confirmer)

–       18 juin, 14h-16h (Faculty Club du Campus Condorcet, Aubervilliers) : Séance conclusive.

Appel à articles – Revue Tierce : «Questions de mots : Écrire, dire et entendre la contestation du XVIe siècle à nos jours»

La revue Tierce, fondée par les membres du Centre de Recherches Interdisciplinaires en Histoire, Art, Anthropologie et Musicologie (CRIHAM), cherche pour son neuvième numéro à faire dialoguer les disciplines de l’histoire, de l’art, de la musicologie, de la littérature et de la sociologie autour d’une réflexion sur les mots. Ce projet de dossier est porté par les jeunes chercheur·euse·s associé·e·s au CRIHAM.

« Je créai le mot pour tuer la chose »1. En 1794, face aux destructions des édifices à caractères historiques et artistiques, l’abbé Grégoire s’insurge et crie au « vandalisme ». Si ce mot devient le symbole de toute une période de contestations, il participe également à la prise de conscience de l’intérêt de conserver les biens mobiliers et immobiliers témoins de l’histoire. À l’image de « vandalisme », nombreux sont les mots ou expressions qui ont été créés pour exprimer une contestation, un cri, une dénonciation, ou un espoir.

Porteurs d’un discours, d’une révolte ou simplement révélateurs d’une transformation sociale et culturelle, les mots nomment des états, des affections ou des événements. Soumis à une variété d’usages, ils deviennent selon les contextes des outils de domination ou de libération de la parole. Le mécanisme de mise en mots permet également la construction d’idées, de réflexions, de nommer des inventions techniques, industrielles, institutionnelles ou scientifiques. Dans les années 1960-1970, les études sur le langage gagnent du terrain sous le nom de linguistic turn. Cette orientation réflexive est loin de faire consensus auprès des chercheur·euse·s, car, comme l’explique Jacques Revel, si le langage est une ressource, il est aussi un piège, en ce qu’il s’interpose entre nous et la réalité2.

En s’inscrivant dans le courant des cultural studies3, le dossier « Questions de mots : Écrire, dire et entendre la contestation » invite les chercheur·euse·s en sciences humaines et arts à une réflexion interdisciplinaire sur les usages des mots, croisant l’histoire des mentalités avec celle des émotions, dans une temporalité élargie allant de la Renaissance à nos jours. Il a, entre autres, pour objectif de comprendre la construction et la portée culturelle, sociale, politique des mots, la manière dont ils sont véhiculés et appropriés par les individus ou les groupes dans des contextes contestataires, revendicatifs ou révolutionnaires.

Du point de vue historique, la normalisation de la langue française et de son usage par l’ordonnance de Villers-Cotterêts d’août 1539 est une étape clef de l’élaboration d’un langage officiel et unique pour le royaume de France. Dans le même temps, la première globalisation est un moment fort de transferts linguistiques et d’inventions de mots qui servent à dénoncer, à critiquer, ou/et à revendiquer4. Les propositions devront donc être axées sur des réflexions interrogeant les échelles régionales, nationales ou mondiales, abordant autant des cas d’études que des phénomènes généralisés.

Plusieurs pistes réflexives peuvent ainsi être empruntées, interrogeant, par exemple, les agitations provoquées par les mots dans les contextes de soulèvements, si les mots ont des usages masculin et/ou féminin, ou encore si la musique ou la littérature favorisent la construction et la diffusion de stéréotypes. L’orientation de ce dossier invite aussi à questionner l’usage des mots et leur variation selon l’espace (privé ou public) et selon les supports. Enfin, les conditions variées de leur diffusion – du colportage au numérique en passant par la grande presse, le tract, le tag ou la radiophonie, par la clandestinité ou non, via l’anonymat ou l’usage de pseudonymes – mobilisent des actrices et des acteurs souhaitant s’exclamer, transmettre ou encore médiatiser une pensée, une cause, une parole. Autrement dit, ces mots devront être lus et analysés à travers leur contexte de création, de production, de diffusion et de réception.

Les auteur·ice·s sont ainsi invité·e·s à proposer des travaux pouvant se situer précisément dans un des axes suivants ou croiser les thématiques : « Des mots et des genres » ; « Les mots manipulés » ; « Des mots et des lieux ».

1. Des mots et des genres

Le déni, le silence et l’oubli de l’histoire des femmes ont été débattus dans les universités à partir des années 1960, d’abord chez les Anglo-saxons5, puis en France – en premier lieu avec les Annales6 mais surtout avec Michelle Perrot7. L’émergence puis l’affirmation des mouvements féministes apparaît alors comme un temps béni du mot contestataire qui, au gré des avancées techniques, se viralise de plus en plus rapidement. À l’intersection de plusieurs disciplines – anthropologie, ethnologie, histoire, linguistique, musicologie, etc. – et selon les époques et les espaces étudiés, un seul et même mot revêt des réalités diverses ; dans le cadre des gender studies, interroger l’évolution des mots et de leur usage ne peut qu’être un terrain fertile pour les chercheur·euse·s en sciences sociales.

L’enjeu de cet axe sera d’interroger l’invisibilité et la visibilité des femmes à travers la parole, les formes de discours, les vocables employés, les mots et leurs usages. Cette question pourra être traitée par trois entrées afin d’avoir une vision panoptique de l’évolution des mots et des paroles au regard de l’histoire du genre. Il s’agira dans un premier temps de s’intéresser aux manières dont les femmes se sont exprimées, non seulement dans des contextes révolutionnaires et contestataires, mais aussi comment la parole, les mots et les discours leur ont permis de s’affirmer et de diffuser des idées. Dans un second temps, il conviendra aussi de questionner les manières de s’exprimer chez celles et ceux dont le sujet se rapporte aux femmes. Enfin, l’analyse des mots pourra porter sur les formes de langage déployées par ceux qui s’expriment à la place des femmes. En corrélation avec cette approche interdisciplinaire, cet axe pourra être renforcé par une analyse des formes des récits (historiques, littéraires, fictionnels ou biographiques) qui véhiculent les idées et les représentations genrées, à l’instar de la poésie, du roman, du journal intime ou encore de la chanson.

2. Les mots manipulés

Cet axe aura pour objet la malléabilité des mots et l’évolution de leur puissance dans de nombreux domaines – social, culturel, politique, cultuel, etc. Au-delà de la simple transformation orthographique du mot, c’est son usage et sa portée symbolique qui devront être interrogés ici, en l’insérant dans un espace-temps singulier. Chargés de symboles, de préjugés ou d’émotions – qu’elles soient collectives ou individuelles – les mots constituent un miroir des sociétés et de leurs transformations. Pensons à l’œuvre d’Agatha Christie, Dix petits nègres, devenue Ils étaient dix ; ou à la modification des cartels et des titres d’œuvres dans les espaces muséographiques8.

D’autre part, cet axe pourra aussi questionner les emprunts entre les sociétés, les processus de transfert et de réappropriation des mots. Nous pouvons nous référer dans ce cas aux anglicismes dans la langue française, aux titres d’œuvres étrangères francisés pendant la Seconde Guerre mondiale ou à la problématique si cruciale de la traduction.

Les mots sont également des créations. En ce sens, il conviendra d’interroger le cas des néologismes et de leur utilisation à des fins politiques, idéologiques ou contestataires. En guise d’illustration, des termes inventés pour servir le combat écologique peuvent être donnés, faisant émerger une nouvelle espèce d’Homo à laquelle nous appartenons désormais : tantôt detritus9, tantôt plasticus10.

Enfin, les mots manipulés le sont par d’autres biais qui peuvent renforcer leur puissance subversive, par les multiples effets provoqués – prise de conscience, art rhétorique, rire. Ainsi les rimes dans les chants ou dans la poésie, mais également les jeux de mots et autres calembours, sont des armes performatives à interroger d’un point de vue historique. Nous pouvons prendre en exemple le slogan imaginé par le M.L.F. (Mouvement de libération des femmes) à l’orée des années 1970 « Métro, Omo, Marmots », placardé dans Paris et détournant l’adage populaire « Métro, boulot, dodo ».

3. Des mots et des lieux

De la Révolution française à « balance ton porc », les slogans s’élèvent au-dessus des foules, tapissent les murs des villes, ou deviennent œuvres d’art11. Le troisième et dernier axe propose de questionner les espaces physiques où les mots sont exprimés, écrits et diffusés. Les mots contestataires, si difficiles à saisir pour les historien·ne·s dans le domaine du privé, sont bien plus exploitables lorsqu’il s’agit de les étudier dans un espace public propice à l’expression écrite et parlée. Malgré les surveillances et les répressions, les espaces publics permettent une libération de la parole et des mots. Ces espaces, lieux de discussions politiques et sociales, sont propices à la création de néologismes et de discours critiques.

Dès le XVIIe siècle, les premiers salons, avec les académies et les milieux mondains deviennent les lieux où les femmes, les lettré·e·s, les révolutionnaires en exil s’emparent de la parole et échangent sur les mots et leurs pouvoirs. Avec la Révolution française, les mots et les discours politiques deviennent omniprésents dans les discours publics, ils sont diffusés par le biais des pamphlets, des articles de journaux, des affiches, etc. Puis, les cafés se sont imposés comme lieux de sociabilité où les mots sont échangés, discutés, partagés, notamment dans le milieu ouvrier. Plus récemment, nous pensons aussi aux lieux de parole privilégiés des contestations populaires tels que les terrasses de café durant les Printemps arabes ou encore la ZAD de Notre-Dame des Landes.

Cette question peut aussi s’orienter sur les contextes d’expression de ces mots : qu’il s’agisse des fêtes carnavalesques, des grèves, des débats parlementaires, des conflits armés, des sit-ins ou des prises de parole sur les réseaux sociaux. Les études de cas sont donc invitées à questionner les espaces et les contextes où les mots prennent une dimension contestataire et politique, où ils sont employés pour se libérer, critiquer, s’émanciper ou encore pour revendiquer.

Pour le comité de rédaction, ce dossier spécial est l’occasion de donner la parole aux jeunes chercheur·euse·s qui travaillent sur des questions de genre, de représentations, de mots et d’idées. En proposant des contributions innovantes et originales, ce dossier vise à enrichir les débats sur les usages des mots, les discours et les représentations, et à stimuler des réflexions interdisciplinaires et comparatistes sur les enjeux socioculturels et politiques des mots dans l’histoire.

Modalités de soumission

MODALITÉS DE SOUMISSION

Les propositions d’article prendront la forme d’un résumé de 3000 signes. Elles seront accompagnées d’une proposition de plan, d’une courte bibliographie et d’une biographie de l’auteur·ice. Les propositions doivent être rédigées en français ou en anglais.

Les propositions devront être envoyées avant le vendredi 20 septembre aux adresses suivantes :

Merci d’indiquer en objet du mail la formulation suivante : « AAC – Questions de mots – N°9 – Proposition de résumé »

Calendrier

  • Vendredi 20 septembre : Date limite des envois des propositions
  • Lundi 7 octobre : Réponses du comité d’organisation et scientifique avec transmission de modalités de rédactions des articles seront transmises aux auteur·ice·s sélectionné·e·s
  • Vendredi 20 décembre : Date butoir pour la soumission des articles complets (30 000 signes espaces compris)
  • Mars 2025 : Publication en ligne de la revue Tierce, numéro 9

Comité d’organisation du dossier

  • Yaniv Arroua (docteur en histoire contemporaine)
  • Camille Conte (docteure en histoire de l’art contemporain)
  • Carina Sartori (docteure en histoire contemporaine)

PISTES BIBLIOGRAPHIQUES

  • ARTIERES Philippe, La Police de l’écriture. L’invention de la délinquance graphique (1852-1945), Paris, La Découverte, 2013.
  • ARTIERES Philippe, La Banderole, Histoire d’un objet politique, Paris, Autrement, 2013.
  • BRACONNIER Céline, « Braconnages sur terres d’État. Les inscriptions politiques séditieuses dans le Paris de l’après-Commune (1872-1885) », in Jean Leroy (dir.), Genèses, n° 35, « L’Europe vue d’ailleurs », 1999, p. 107-130.
  • BONN Sally, Les mots et les œuvres, Paris, Fiction & Cie, Seuil, 2017.
  • CHALARD-FILLAUDEAU Anne, Les études culturelles, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 2015.
  • FILLIEULE Olivier et TARTAKOWSKY Danielle (dir.), La Manifestation, Paris, Les Presses de Sciences Po, coll. « Contester », 2008.
  • HABERMAS Jürgen, Espace public et démocratie délibérative : un tournant, Paris, Gallimard, 2023.
  • MORLEY Simon, L’Art, les mots : impressionnisme, cubisme, symbolisme, expressionnisme, futurisme, Paris, Hazan, 2004.
  • NIKLAS-SALMINEN Aïno, La Lexicologie, Paris, Armand Colin, 1997.
  • PERROT, Michelle, Melancolie ouvrière
  • PRESSAC Laure (dir.), Sur les murs – Histoire(s) de graffitis, Paris, Éditions du Patrimoine, 2018.
  • ROCHE, Daniel, « De l’histoire sociale à l’histoire socio-culturelle », in Mélanges de l’Ecole française de Rome. Moyen-Age, Temps modernes, tome 91, n°1. 1979.
  • RANCIÈRE Jacques, Les mots de l’histoire : Essai de poétique du savoir, Paris, Éditions du Seuil, 1992.
  • RANCIÈRE Jacques, Figures de l’histoire, Paris, Presses universitaires de France, 2012.
  • REY Alain, Révolution, histoire d’un mot, Paris, Gallimard, 1989.
  • SIOUFFI Gilles et MANESSE Danièle (dir.), Le féminin et le masculin dans la langue : l’écriture inclusive en questions, Paris, ESF sciences humaines, 2019.
  • SIOUFFI Gilles (dir.), Modes langagières dans l’histoire, Paris, Honoré Champion éditeur, 2021.
  • SPRIGATH Gabriele, « Sur le vandalisme révolutionnaire (1792-1794) », in Annales historiques de la Révolution française, n°242, 1980, Cent cinquantième anniversaire de la Révolution de 1830, p. 510-535

  1. Abbé Grégoire, Rapport sur les destructions opérées par le vandalisme et sur les moyens de le réprimer (1794)
  2. Jacques Revel, L’histoire au conditionnel : entretiens avec François Dosse, Albin Michel, 2000.
  3. Lawrence Grossberg, Cultural Studies in the Future Tense, Duke University Press, 2010.
  4. Serge Gruzinski, Les Quatre Parties du Monde. Histoire d’une mondialisation, Paris, La Martinière, 2004.
  5. Joan Wallach Scott, Gender and the Politics of History, Columbia University Press, 1988.
  6. Marc Ferro, Le Silence et la parole des femmes, Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 25ᵉ année, No. 1 (janv.-févr. 1970).
  7. Michelle Perrot, Les femmes ou les silences de l’histoire, Flammarion, 1998.
  8. Anne-Laure Quette, Mémoires de plomb. Les plaques funéraires du cimetière de Montmartre (2017).
  9. Jean-Baptiste Fressoz, L’Apocalypse joyeuse : une histoire du risque technologique, Seuil, 2012.
  10. Hélène Joffe, Risk and ‘the Other’, Cambridge University Press, 1999.
  11. Julien Blaine, De l’écrit à l’écran. L’influence du graffiti sur l’art contemporain, Les Presses du réel, 2018.

Appel à contribution – Les chartreux et les images. Nouvelles perspectives sur l’art et la culture dévotionnels cartusiens à la fin du Moyen Âge et durant la première modernité.

Lieu : Leuven, Belgique

Dates : 15-17 mai 2025

Date limite pour candidater : 30 septembre 2024

À la fin du Moyen Âge, l’ordre cartusien connaît une expansion considérable ; les chartreuses sont alors souvent construites en lisière des villes et dépendent en grande partie des dons provenant de riches bienfaiteurs et bienfaitrices, nobles et patricien·nes. En échange de ce soutien financier, ces personnes attendent des moines et des moniales – qui sont alors considéré·es comme une élite spirituelle – qu’ils et elles prient pour le salut de leurs âmes. Par ailleurs, l’engagement des chartreux dans les processus de réforme religieuse implique des interactions croissantes avec le monde extérieur.

Pendant longtemps, les chercheurs et chercheuses ont supposé que la présence d’œuvres d’art dans les chartreuses s’explique avant tout par l’influence de ces bienfaiteurs et bienfaitrices. Cependant, cette hypothèse tend aujourd’hui à être révisée. Une plus grande considération est accordée à l’implication des moines et des moniales dans le programme visuel de leurs monastères, ce qui conduit à jeter un regard nouveau sur le mécénat des chartreuses. En outre, il existe des preuves de la présence de petites images de dévotion, peintes ou sculptées, dans les cellules. De même, un nombre considérable de manuscrits enluminés et de livres imprimés comportant des illustrations d’origine cartusienne ont été conservés. Tout ceci suggère que les images religieuses, dans toute leur diversité et leur variété, ont servi de support à des pratiques contemplatives et méditatives, au même titre que les textes.

Dans le cadre de cette conférence, nous souhaitons explorer plus avant ces nouvelles pistes de recherche et ouvrir de nouvelles voies afin de mieux cerner le rôle des œuvres d’art et des images dans les chartreuses européennes (c. 1350-1700).

Plus d’informations ici

Prix de thèse Dominique Kalifa 2024

Date limite de candidature : 13 novembre 2024

Le Centre d’histoire du XIXe siècle (UR 3550 Université Paris 1 – Sorbonne Université), en partenariat avec la Société d’histoire de la révolution de 1848 et des révolutions du XIXe siècle, désireux de rendre hommage à la mémoire du professeur Dominique Kalifa (1957-2020) et soucieux de promouvoir l’histoire du XIXe siècle dans son sens large, a créé un prix annuel destiné à récompenser une thèse de doctorat portant sur l’histoire du XIXe siècle (1800-1939).

Plus d’informations ici.

Atelier d’écriture de la revue Genèses

Forte du succès de sa première édition, la revue Genèses reconduit son appel et propose un nouvel atelier d’écriture pour l’année universitaire 2024-2025 à destination des doctorant·es, post-doctorant·es et docteur·es sans poste. 

Il s’agit d’aider de nouveaux·elles auteur·rices à rédiger le type d’article que nous souhaitons publier dans la revue : des textes construits à partir d’un objet de recherche original et circonscrit, théoriquement charpentés, et s’appuyant sur un matériau empirique utilisé de façon précise et réflexive. L’idée de l’atelier est que la rédaction de textes de cette nature s’apprend, et que les revues peuvent à leur façon soutenir cet apprentissage. Toutes les disciplines relevant des sciences sociales sont concernées. Nous privilégierons des articles de fond, plutôt que des articles d’ordre méthodologique. La revue a choisi de ne pas spécifier de thématique particulière.

L’atelier consistera en un suivi d’un petit groupe d’auteur·rices, sur l’ensemble de l’année, à raison de trois séances plénières minimum (avec tout le groupe), et d’un accompagnement personnalisé. Le transport et l’hébergement, s’ils sont nécessaires, devront être pris en charge par l’institution à laquelle les auteur·rices appartiennent. 

L’atelier sera animé par trois membres du Comité de rédaction issu·es de différentes disciplines: Joseph Morsel, Julie Pagis et Johanna Siméant-Germanos. Les animateur·rices n’interviendront pas dans l’évaluation finale des articles, et la participation à l’atelier ne présume pas de la publication dans la revue.

Pour participer à l’atelier, le processus est le suivant : 
– Les candidat·es sont invité·es à soumettre leur proposition d’article sous la forme d’un texte de 4 000 signes maximum (espaces compris), avec un titre, et précisant la question de recherche posée, les méthodes utilisées pour y répondre, et sur cette base, les résultats qui seront exposés. Nous encourageons les auteur·rices à prêter attention à la forme de la rédaction, qui sera prise en compte pour la sélection des participant·es à l’atelier. 
– Les propositions seront envoyées, accompagnées d’un court CV (1 page), avant le 28 août 2024 (inclus) à l’adresse ateliergeneses@gmail.com.
– La sélection des propositions aura lieu en septembre, et l’atelier débutera à l’automne 2024. Les trois journées prévues, en présence uniquement, seront les lundi 4 novembre 2024 ; jeudi 13 février 2025 ; mardi 20 mai 2025. Déposer une proposition suppose l’acceptation de ces dates et la participation à ces trois journées.

Appel à communications – Vu du Quai, séminaire d’histoire diplomatique et contemporaine (2024-2025)

Séminaire de recherche du laboratoire CRISES – Université Paul-Valéry Montpellier 3

Résumé

Structuré en plusieurs séances de novembre 2024 à avril 2025, le séminaire de recherche en histoire diplomatique et contemporaine « Vu du Quai », en référence aux mémoires de l’ambassadeur français Henri Froment-Meurice (1923-2018), propose d’aborder un ensemble de problématiques relatives à l’histoire des relations diplomatiques françaises aux XXe et XXIe siècles. Ce séminaire est ouvert aux chercheurs confirmés, aux jeunes chercheurs et aux doctorants qui souhaitent valoriser leurs travaux et participer aux réflexions avancées dans ce cadre. Les acteurs professionnels des archives, du patrimoine et de la diplomatie sont également invités à participer afin de renforcer l’entrecroisement des disciplines et des expertises. Les étudiants de Master 2 sont également invités à soumettre une présentation de leur mémoire de recherche, sous réserve d’une présentation détaillée transmise en amont témoignant d’une rigueur scientifique.

Argumentaire

Ce séminaire a pour vocation d’analyser les relations diplomatiques de la France, sous l’angle de ses ambitions, de ses inflexions et de ses acteurs. Un accent particulier est mis sur les approches tant conceptuelles que techniques sur les différentes formes que peut prendre la diplomatie française (culturelle, économique, commerciale, scientifique, environnementale, humanitaire, de défense). Nous souhaitons mettre en lumière les ambitions politiques qui sous-tendent ces leviers d’influence, à distinguer les caractéristiques de ces différents axes et à questionner l’« herméticité » des domaines tout en explorant leurs éventuels croisements. Le séminaire entend à ce titre encourager une approche pluridisciplinaire et les interactions professionnelles afin d’impulser une réflexion sur les usages méthodologiques, le traitement des sources ainsi que sur les acteurs de la diplomatie. Les axes retenus pour cette troisième édition sont les suivants : 

Appréhender les sources de l’histoire diplomatique

L’histoire diplomatique est une discipline qui transcende les frontières entre les sciences humaines et sociales et nécessite souvent des méthodes spécifiques, notamment en ce qui concerne l’analyse des documents confidentiels, la contextualisation des événements internationaux, la reconstitution des réseaux diplomatiques, l’appréhension de témoignages sensibles ou encore la pluralité de sources qui complexifient une appréciation historique d’ensemble. Comment les chercheurs peuvent-ils mobiliser des méthodologies spécifiques aux SHS tout en coopérant avec des experts en relations internationales pour une compréhension plus complète de la diplomatie mondiale ? Quelles sont les méthodologies adaptées à l’histoire diplomatique, et comment les chercheurs peuvent-ils les appliquer efficacement ? Dans quelle mesure la collaboration entre les archivistes et chercheurs permet-elle de faire avancer la recherche ? 

Les nouveaux acteurs et outils de la diplomatie française

En raison de l’affirmation de nouveaux acteurs et l’émergence d’innovations technologiques, les pratiques diplomatiques connaissent, aux XXe et XXIe siècles, des transformations significatives. La perspective traditionnelle dans laquelle l’État est le principal acteur des relations internationales est remise en question par l’introduction de nouveaux outils et de nouvelles fonctions. Ces évolutions invitent à reconsidérer le rôle de l’historien dans l’étude de la diplomatie et de ses outils, ainsi que la manière dont ces changements redéfinissent le processus décisionnel et le travail des diplomates. En quoi la vision traditionnelle de la diplomatie, centrée sur l’État, est-elle remise en question par les chercheurs contemporains ? Comment l’évolution administrative du Quai d’Orsay est-elle perçue en histoire contemporaine ? Quelles sont les répercussions de ces évolutions sur la pratique diplomatique et sur l’articulation de la politique étrangère française ? Comment ces perspectives redéfinissent-elles notre compréhension du rôle des diplomates ?

De l’international à l’intérieur, comment interroger les interactions ?

Outre la question des échelles internationales et étatiques qu’il convient de soulever, il est intéressant d’interroger les interactions des évènements internationaux avec la politique intérieure française et les pratiques décisionnelles. Si les événements internationaux peuvent avoir des répercussions (politiques, sociales, économiques, sécuritaires, environnementales) sur la scène intérieure française, les discours politiques, les engagements de la société civile ainsi que leurs impulsions dans la politique intérieure française peuvent inversement impacter les processus et prises de décisions diplomatiques. Comment cette interdépendance participe-t-elle au renouvellement des enjeux et des perspectives nationales ? 

Les différentes formes de la diplomatie française et ses leviers d’influence  

A l’image de l’évolution que connaît l’historiographie de la politique étrangère de la France contemporaine, la diplomatie française, en tant qu’acteur des relations internationales, a évolué au fil des 30 dernières années pour faire face à une remise en cause permanente de l’ordre mondial et s’adapter aux enjeux politique, économique, culturel et géopolitique qui rythment la vie internationale. Dans quelle mesure les leviers diplomatiques sont-ils adaptés aux spécificités des domaines tels que la sécurité, la politique, l’économie et la coopération ? En quoi la réévaluation de certains sujets en histoire des relations internationales a-t-elle contribué à faire évoluer les approches conceptuelles en histoire diplomatique ?

Modalités de contributions

Nous invitons les chercheurs en histoire, en relations internationales, en science politique et autres disciplines relatives à l’étude de l’international et de la diplomatie à soumettre des propositions d’intervention. Les acteurs professionnels des archives et des bibliothèques sont également invités à soumettre des propositions techniques. 

Les propositions d’intervention (titre, présentation synthétique du contenu et CV synthétique), de 350 mots à 500 mots environ avec une courte bibliographie indicative, doivent parvenir à l’adresse suivante : vuduquai.shd@gmail.com 

au plus tard le dimanche 15 septembre 2024.

Format de communication

Les communications retenues devront être envoyées rédigées au plus tard une semaine avant la date d’intervention. A raison de deux à trois interventions par séance, les communications de 20 à 25 minutes seront suivies d’un temps de discussion.

Lieu et format de l’événement

Format à distance sur Zoom

Bourse – Bourse Robert de Sorbon 2024-2025

Date limite pour candidater : 15 octobre 2024

Public visé
Cette bourse s’adresse aux doctorants en histoire médiévale préparant leur thèse à l’étranger ainsi qu’aux docteurs en histoire médiévale ayant soutenu leur thèse à l’étranger, depuis trois ans au maximum.

Contenu de la bourse

Cette bourse permettra au lauréat de réaliser un séjour d’un mois, entre février et avril, au sein du Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris, lequel prendra en charge son déplacement aller et retour, son logement à la Maison des chercheurs du Campus Condorcet et lui versera une somme de 1000 euros destinée à couvrir les frais courants du séjour. En outre, le lauréat obtiendra le statut de membre associé du Laboratoire pendant trois ans.

Plus d’informations ici

Appel à communications – Colloque international “Les espaces d’enfermement : mémoires de la répression et colonialité”

Lieu : musée Aljube, Lisbonne

Date : 29-30 octobre 2024

Date limite pour soumettre une proposition : 15 août 2024

À l’occasion du 88e anniversaire de l’ouverture du camp de concentration colonial de Tarrafal, dans l’archipel du Cap-Vert (29 Octobre 1936 – 29 Octobre 2024), ce colloque international vise à élargir le débat sur les pratiques anciennes et nouvelles de l’enfermement, dans leurs multiples déclinaisons et modalités. D’une part, il s’agit d’aborder la forme camp dans une perspective historique ainsi que les différentes pratiques de l’incarcération coloniale. D’autre part, l’intention de ce colloque est de réfléchir de manière large et transdisciplinaire sur les espaces, les mémoires, les récits et les expériences de détention, et sur la manière dont leurs héritages marquent la généalogie des pratiques contemporaines d’enfermement.

Plus d’informations ici.

Appel à participation – Atelier doctoral “Homosexualités et archives judiciaires”

Lieu : campus Condorcet, Aubervilliers

Date : 22 novembre 2024

Date limite pour soumettre une proposition : 20 septembre 2024

Cet atelier de recherche propose d’explorer les modalités nouvelles d’écriture de l’histoire des homosexualités à partir des archives judiciaires. Il est ouvert à tou·te·s les jeunes chercheur·se·s (doctorant·e·s, jeunes docteur·e·s, auteur·rice·s de mémoires de master) dont les travaux s’inscrivent dans cette thématique.

Plus d’informations ici.

Association des Jeunes Chercheurs en Histoire

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search