Appel à articles : Aux frontières des espèces

Date limite de candidature : 20 décembre 2022.

Les mythologies grecques et romaine sont peuplées de créatures hybrides empruntant des caractéristiques physiques aux êtres humains et aux animaux, comme en témoignent les exemples connus du sphinx, du faune ou encore du Minotaure.
Ces hybridations imaginaires transgressent la frontière perméable qui sépare les êtres humains des animaux. Si l’affirmation de l’exceptionnalité humaine permet progressivement à la philosophie grecque d’élever et d’isoler l’homme au sein du règne animal, il n’en demeure pas moins que la littérature, l’ethnographie et la zoologie antiques et médiévales ont continué d’interroger la frontière interspécifique non comme une dissociation radicale, mais comme une limite poreuse, une zone grise aux multiples gradients d’humanité et d’animalité, dont l’hybridité mythologique n’est que l’une des manifestations.

Pour plus de renseignements, ici.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.