Thread Twitter de l’AJCH, Ivan Burel, recension de David Todd, Un empire de velours, L’impérialisme informel français au XIXe siècle, La Découverte, 2022

L’ouvrage de David Todd nous confronte à un paradoxe : comment un empire peut se construire sans se développer territorialement, ou presque. Les conquêtes territoriales françaises sont réduites, en comparaison de celles britanniques ou russe jusque dans les années 1880. Cependant, un impérialisme s’est bien développé depuis la chute du Premier Empire.

En effet, le paradoxe n’est qu’apparent. Par la diffusion de sa culture, la puissance financière, et sa politique d’influence auprès de certaines élites extra-européennes, l’« impérialisme informel » français se développe progressivement. Le terme de « soft power » est ainsi employé par l’auteur pour désigner ce rayonnement français, qui n’est pas effacé par la défaite de 1815 mais s’accroît, pour connaître une apogée sous le Second Empire. La soumission de territoires extra-européens ne se traduit pas alors nécessairement par leur conquête. Par exemple, l’abbé de Pradt ou encore Benjamin Constant critiquent certes la formation de colonies….Mais ils soutiennent néanmoins la subjugation de ces territoires. Le monde serait conquis non par l’expansion militaire, mais plutôt en convertissant les élites à la culture française. La conquête « formelle » de l’Algérie semble donc, au vu de cette lecture, l’exception plus que la règle des entreprises de domination française du premier XIXe siècle.

Il est à noter que public visé par le soft power se restreint aux élites des élites concernées, comme en Egypte. Les masses en restent majoritairement à l’écart de ces entreprises d’influence française. Le tableau de JL Gérôme, Réception des ambassadeurs du Siam, décrivant ces diplomates présentant leurs hommages à la cour impériale, rappelle d’une part le faste du règne…Mais il rappelle également l’attrait de nombreuses élites, du Brésil au Siam, pour le modèle du Second Empire : une modernisation alliant capitalisme et autoritarisme. Cette alliance en vient à concurrencer le modèle libéral du Royaume-Uni sans pour autant que la rivalité entre la France et le Royaume-Uni n’atteigne un stade critique. Malgré les crises de 1840 et 1844, nombre d’opérations militaires sont menées conjointement, à l’image de l’intervention franco-britannique en Chine, lors de la guerre de l’Opium.

Le « hard power » n’est donc pas exempt . Mais intervenir à l’étranger ne signifie pas, nécessairement, conquérir : pensons au soutien militaire et diplomatique à l’indépendance grecque, en 1827-1829. Dans ce duo, le partenaire majeur reste le Royaume-Uni, au vu de la force de projection de la Royal Navy, ce qui encourage selon David Todd le gouvernement français à la retenue en cas de rivalités avec son voisin, comme lors de l’affaire Pritchard de 1844. En métropole, Paris sert quant à elle de « capitale des plaisirs », une vitrine de la France, et dont l’Exposition universelle de 1867 reste un modèle du genre, pour un empire que les observateurs étrangers croient solide. N’oublions pas non plus la « conquête par l’argent », pour citer l’auteur, connaissant des heures fastes. La dette est un moyen de pression à part entière: le succès du crédit ottoman auprès des épargnants français favorise l’influence de Paris auprès de l’Empire ottoman.

C’est donc un modèle autoritaire, élitiste, monarchiste et informel qu’incarne l’impérialisme français jusqu’à la chute de Napoléon III. Loin de l’universalisme républicain défendu, théoriquement, par la IIIe République dans ses entreprises. Avec la chute du Second Empire et les revers enchainés du Mexique jusqu’en Egypte où le RU s’impose, cette stratégie de conquête impériale s’effondre. Remplacée à partir des années 1880 par l’expansion territoriale « formelle ». Bien que cet effondrement ne s’accompagne pas de pertes coloniales outre-mer, une forme de domination à l’échelle mondiale s’éteint ainsi. En conclusion, ce livre est vivement à recommander, pour les nouvelles perspectives qu’il apporte, et pour sa capacité à remettre en cause nos préconceptions sur l’histoire impériale française. Passionnant et instructif à la fois.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.