Tous les articles par fmathou

Appel à communications : colloque international “Réseaux obscurs : l’imaginaire des mises en connexion secrètes et des bas-fonds transnationaux du XIXe au XXIe siècles”

Lieu : Institut historique allemand de Paris

Date : 20-22 novembre 2024

Date limite pour l’envoi des candidatures : 1er décembre 2023

Contact : sarah.frenking@uni-erfurt.de ; cstreb@dhi-paris.fr

Ce colloque explorera l’histoire contemporaine des imaginaires des « réseaux obscurs ». Il prend au sérieux l’appel à dépasser les récits trop simplistes de la mondialisation et contribue à l’intérêt croissant de la recherche pour ses aspects « déviants ». À cette fin, il s’appuie sur les travaux existants sur les imaginaires sociaux du crime, de la conspiration et de l’espionnage, en y ajoutant une dimension transnationale. Nous souhaitons rassembler des contributions concernant différents types de discours sur les « réseaux obscurs » afin d’examiner leur importance pour comprendre les ambivalences de la modernité mondiale et la construction et la contestation de ses normes sociales et politiques. Dans une chronologie qui s’étend du XIXe au XXIe siècle, nous souhaitons nous interroger sur les continuités et les changements dans une perspective transnationale sur le long terme.

Nous accueillerons des contributions en anglais ou en français provenant de disciplines telles que l’histoire, la sociologie, les études littéraires, les media studies, la philosophie ou la criminologie qui s’intéressent à l’imaginaire de la connectivité obscure du XIXe siècle jusqu’au début du XXIe siècle. Chaque proposition doit inclure un titre provisoire, un court CV et un résumé de 400 mots maximum.

Plus d’informations ici.

Appel à articles : Suspendre le travail, images de la manifestation – Revue Images du travail, travail des images

Envoi des propositions (5 000 signes) : fin octobre 2023

Envoi de la V1 : 15 mars 2024

Publication du numéro : septembre 2024

Contact : imagesdutravail@gmail.com ; henri.eckert@univ-poitiers.fr ; nicolas.hatzfeld@gmail.com

Les manifestations dans l’espace public sont l’occasion, outre l’expression directe des mécontentements ou des revendications qui les ont suscitées, d’exprimer quelque chose de plus sur les conditions sociales d’existence des manifestants, au travail, dans la cité ou, plus généralement, dans leur vie quotidienne. À l’instar des Gilets jaunes qui, s’exprimant sur leurs tuniques ou des pancartes bricolées, donnaient à lire à tous, autres manifestants ou simples spectateurs en bordure de leurs défilés, leurs opinions, leurs pensées, leurs colères ou leurs espoirs en réaction à la situation économique qui leur était faite (Monchatre & Têtu, 2022). La prévalence de ces expressions individuelles sur le recours à des banderoles susceptibles de regrouper les manifestants constituerait-elle un trait caractéristique majeur de ces manifestations ? Toujours est-il que les Gilets jaunes mettaient ainsi, puissamment, l’accent sur leur droit à la parole et leur volonté d’être entendus, d’une part, et, d’autre part, témoignaient de manière éclatante d’un vif désir d’utiliser la manifestation pour s’exprimer, directement et sans médiation. Si ces modes d’intervention « ne sont pas réductibles à l’expression revendicative propre à la forme de la manifestation » (Ibid.), il convient de remarquer qu’ils n’ont pas commencé avec l’irruption des Gilets jaunes et encore moins cessé avec l’épuisement de leur mouvement. C’est d’abord sur ce phénomène social, qui s’est généralisé lors des manifestations relatives au travail, que cet appel à articles veut attirer l’attention, pour inviter à en saisir toutes les pratiques, des pancartes brandies à bout de bras aux banderoles et toutes autres manières d’expression graphique ou textuelle.

S’il s’agira de saisir, pour reprendre les termes d’Alexandre Dézé, les iconographies contestataires, en l’occurrence produites par les manifestants eux-mêmes et de se rappeler que la manifestation, parce qu’elle « n’agit que dans la mesure où elle est donnée à voir largement », « ne peut produire les effets pour lesquels elle a été finalement organisée que si elle parvient à susciter de larges recensions dans la presse écrite, parlée et télévisée, point de passage obligé pour être perçu par le champ politique » (Champagne, 1984, 28). Il conviendra donc de noter qu’elle n’existe qu’à travers les images – et les sons qui leur sont associés, même si ce sont les premières qui nous intéressent surtout ici – qui en sont proposées par tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, journalistes ou photojournalistes, photographes ou vidéastes notamment, professionnels ou amateurs, les produisent et les diffusent. Dans cette perspective, photo et vidéo s’avèrent en effet des outils particulièrement efficaces, en ce qu’elles permettent non seulement d’alimenter le champ médiatique dans sa diversité mais aussi de constituer une archive des transformations des formes de la manifestation dans l’espace public et de cerner ainsi les modes d’expression qui se sont développés de manière continue depuis plus d’une trentaine d’années. Mai 68 a été abondamment photographié. Mais c’est à l’occasion du mouvement de 1995 contre la réforme de la sécurité sociale, que les premiers appareils photos numériques ont permis, aux manifestants eux-mêmes comme aux badauds, de prendre des photos puis des vidéos toujours plus nombreuses et de les diffuser rapidement parmi leurs proches et sur les réseaux sociaux, phénomène amplifié encore par l’irruption des premiers photophones, notamment à partir des manifestations contre les contrats première embauche. Les manifestations de salariés, les manifestations ouvrières notamment, en tant qu’elles mettent en jeu, outre les conditions de travail concrètes dans les entreprises, le cadre global de l’activité, offrent ainsi autant d’occasions d’exploration et d’analyse particulièrement intéressantes. Nous proposons de porter l’attention sur ce que ces images, dans la plus large diversité de leurs conditions de production et dans la variété de leurs usages, nous disent de ces manifestations depuis le tournant du millénaire.

Plus d’informations ici.

Appel à articles – “Olympismes et cultures, cultures de l’olympisme”, Revue d’histoire culturelle

Envoi d’un résumé : 31 mars 2023

Remise des articles complets : 15 octobre 2023

Publication : printemps 2023

L’existence maintenant plus que centenaire des Jeux olympiques de l’ère moderne autorise l’appréhension de cet événement par l’étude des cultures – ici entendues comme autant d’imaginaires sociaux mais se déclinant aussi dans leurs pratiques – en lien avec l’olympisme. Ce numéro thématique de la Revue d’histoire culturelle souhaite aborder les rapports entre olympisme et culture à partir de trois axes principaux, mais non exclusifs : l’olympisme comme amateurisme ; les Jeux olympiques comme moment de mobilisation culturelle ; les épreuves artistiques aux Jeux olympiques

Plus de détails ici.

Appel à candidatures – Prix Louis Cros 2023

Date limite pour candidater : 24 mars 2023.

En partenariat avec l’Institut de France, le Comité universitaire d’information pédagogique (CUIP) délivre chaque année le Prix Louis Cros qui récompense les études (thèse, ouvrage, travaux de recherche) qui apportent un éclairage sur les questions de pédagogie, d’éducation et de formation. Le jury apprécie particulièrement les travaux susceptibles d’éclairer non seulement les spécialistes et les praticiens, mais également le grand public, sur les enjeux et les défis contemporains de l’éducation et de la formation.

Pour plus de renseignements : ici.

Appel à candidatures – Prix Jean-Baptiste Duroselle 2023

Date limite d’envoi : 31 mars 2023

Chaque année, depuis 1996, l’IHRIC récompense les meilleures recherches francophones en histoire des relations internationales en offrant deux prix Jean-Baptiste Duroselle : l’un à l’auteur(e) de la meilleure thèse (1 500 euros), l’autre à l’auteur(e) du meilleur mémoire de Master 2 (750 euros).

Conditions pour le prix de thèse : avoir traité un sujet d’histoire des relations internationales, en partie grâce à l’exploitation d’un corpus archivistique, avoir obtenu un excellent rapport de thèse, et avoir soutenu pendant l’année 2022 ou au tout début 2023 (date limite de soutenance : le 31 janvier 2023)

Conditions pour le prix de master 2 : avoir traité un sujet d’histoire des relations internationales, en partie grâce à l’exploitation d’un corpus archivistique, avoir obtenu la mention « Très Bien » et avoir soutenu en 2022.

Pour plus de détails : ici.

Appel à communication – Habiter les faubourgs et les banlieues du Moyen-Âge à aujourd’hui

Lieu : Le Mans Université

Date : 16-17 novembre 2023

Date limite pour proposer une communication : 15 février 2023

L’ambition de ce colloque est de proposer un état des lieux des recherches qui abordent l’histoire des faubourgs et banlieues sous l’angle des modes d’habiter et de la vie quotidienne des habitants. Il vise à confronter des travaux scientifiques interdisciplinaires, mais aussi à réfléchir aux nouvelles formes de médiation qui permettent à tous les publics d’appréhender la complexité sociale de l’histoire des faubourgs et des banlieues. 

Ce colloque propose d’entrer dans les logements, les parties communes ainsi que les abords des immeubles et maisons des faubourgs et banlieues pour aborder l’histoire de ces territoires sous un autre angle que celui des espaces productifs, périphériques ou relégués et en mettant en question l’image contemporaine des banlieues populaires comme lieux d’habitat contraint, mal conçu, inhabitable ou encore des « banlieues dortoirs ». « Habiter la banlieue » n’est pas l’équivalent de « vivre en banlieue » car c’est l’espace privé qui est alors en jeu. La question des intérieurs, de leur aménagement, de leur appropriation, et des relations qui s’y jouent nous paraît essentielle bien que difficile à aborder, puisqu’elle relève de l’histoire de l’intimité, avec une forte dimension matérielle. Il s’agira ainsi d’appréhender à travers les objets, l’aménagement et la décoration, les modes de consommation, l’organisation domestique ou encore l’occupation genrée de l’espace, la manière dont sont habités les logements suburbains. Cette approche vise – à rebours de représentations centrées sur les faits divers spectaculaires et les moments de crise – à les inscrire dans une histoire de l’ordinaire, du quotidien et de l’intime, qui connaît actuellement un fort développement, afin de voir comment s’y réfracte le monde social. La notion d’habiter a par ailleurs l’intérêt d’englober l’ensemble des activités sociales autour du logement : celles qui se déroulent à l’intérieur du domicile, mais aussi dans l’environnement proche du logement : commerce, travail, relations sociales, loisirs.

L’intégralité de l’appel à communication est disponible ici.

Appel à communications – Colloque “Les historiographies nationales des techniques. Au coeur de l’épistémologie globale en histoire des techniques”

Lieu : Université Paris-Cité et musée du Quai Branly-Jacques Chirac

Date : 28-29 septembre 2023

Date limite pour présenter une proposition : 20 mars 2023

L’histoire globale des techniques est un champ neuf, animé d’une forte dynamique scientifique et organisationnelle depuis une quinzaine d’années. Les travaux collectifs et les premières synthèses publiées récemment attestent la possibilité de tirer les premiers enseignements d’une approche multi-scalaire, résolument critique de l’ethnocentrisme et soucieuse de restituer la complexité des mondes techniques sur le long terme, à l’inverse des histoires universelles qui ont longtemps
dominé ce domaine d’étude. Si l’histoire globale des techniques crée une rupture épistémique, elle s’inscrit dans le sillage d’approches critiques portées par la mise en cause du diffusionnisme et des transferts techniques, des notions déployées depuis le XIXe siècle – tel le paradigme de la supériorité anglaise – et amplifiées par le colonialisme et ses avatars impérialistes.

Le but de ce colloque est de restituer la complexité des historiographies nationales des techniques. L’enjeu est notamment de saisir les logiques autant épistémiques que politiques qui ont conduit à faire du cadre national un référentiel pour comprendre les développements techniques.

Le détail de l’appel à communication est disponible ici.

Prix d’études des mondes contemporains 2023

Date limite pour déposer une candidature : 12 mai 2023

Lancé conjointement par l’Association des Amis de La contemporaine et l’Association des Amis de l’Hôtel de Brienne, le « Prix d’étude des mondes contemporains » récompense depuis 2020 de jeunes chercheurs et chercheuses en sciences humaines et sociales de toutes disciplines. Il est constitué de deux prix et d’une aide à la recherche :

un prix de 1500 euros récompensant un.e étudiant.e ayant soutenu un master 2 en toutes disciplines des sciences humaines et sociales, présentant un mémoire consacré à un sujet entrant dans un des axes prioritaires de La contemporaine : Première et Seconde Guerres mondiales et autres conflits armés du XXe et du XXIe siècles, histoire impériale et décolonisation, migrations volontaires ou forcées, mobilisations citoyennes, droits de l’homme ;

– un prix de 1 500 euros récompensant un master 2 ou une thèse soutenue en histoire ou en histoire de l’art contribuant à la connaissance des figures et des événements qui ont marqué l’hôtel de Brienne ou qui permettent plus largement d’éclairer l’histoire de la politique de défense ou de la décision dans le domaine des affaires étrangères, du XVIIIe siècle à la fin de la Première Guerre mondiale et sa mémoire ;

– une bourse de recherche de 2500 euros pour un.e étudiant.e inscrit.e en doctorat travaillant sur l’ensemble des thématiques concernées par les deux prix.

Le détail des modalités de candidature est disponible ici.

Appel à contributions – Revue Romantisme – “Présences noires”

Romantisme, 2024/3

Date limite pour envoyer les propositions d’articles : 1er septembre 2023.

La représentation des Noirs est un sujet central pour le xixe siècle, dans la littérature comme dans les arts, en histoire comme en ethnologie. Siècle des impérialismes, le xixe siècle français est aussi, de facto, celui de la diffusion de discours racialistes et souvent racistes, mais aussi, symétriquement, celui de contre-discours, d’inspiration universaliste, sur l’abolition de l’esclavage, dont le sujet touche forcément à celui des Noirs et des Noires. Ce sont ces voix, dans leurs différences, dans leur capacité, parfois, à dialoguer, y compris de manière intermédiale, mais aussi dans leurs ambivalences, que nous souhaitons retrouver, faire entendre et commenter.

L’intégralité de l’appel et les instructions pour l’envoi des propositions sont disponibles ici.

Appel à communications – Usages situés de la modernité. Repenser les récits de l’art depuis l’Afrique

Date : 8 décembre 2023

Lieu : INHA, Paris

Date limite pour soumettre une proposition : 1er mars 2023

Cette journée d’études propose de réfléchir aux usages multiples et situés du vocabulaire esthétique et discursif de la modernité, du moderne et du modernisme par les artistes, les critiques et les historiennes et historiens de l’art depuis le continent africain. Elle est conçue en écho à la publication d’un appel à contributions pour un futur numéro de la Revue d’Histoire Contemporaine de l’Afrique, à paraître en 2024 et intitulé « Usages situés de la modernité. Repenser les récits de l’art depuis l’Afrique, c. 1920-1980 ». La journée d’études prend appui sur l’argumentaire et la définition de travail qui y sont formulés pour saisir l’art dit moderne en contexte africain. Une catégorie critique et dynamique qui peut être performée ou imposée, et s’articule à un espace-temps qui précède le champ de l’art contemporain. Et une catégorie aux chronologies mouvantes et instables, généralement comprises entre les années 1920 et 1980.

L’intégralité de l’appel est disponible ici.