Tous les articles par iburel

Appel à communications: Séminaire Lieux collectifs à usage mixte

Lieu: Université Paris Cité

Date: janvier – juin 2025

Date limite pour proposer une communication: 20 juin 2024

Depuis la fin du XX e  siècle, la présence des partis politiques dans l’espace public se fait plus discrète, et le socle doctrinal marxiste est de moins en moins mobilisé (Cervera-Marzal, 2021 ; Talpin, et al. 2022). Un rejet ou a minima une reconfiguration affecte ainsi les rapports entretenus entre les mouvements sociaux et les organisations militantes syndicales et partisanes (Dechézelles, 2017 ; Pleyers, 2016). Ce refus de l’encadrement militant et partisan éclaire pour partie l’intérêt renouvelé
pour des séquences contestataires du passé, Révolution française et Commune de Paris en tête. Or, au XX e  siècle, ces organisations politiques ont joué un rôle central dans la circulation et la transmission
de répertoires d’actions, d’idées, et dans la formation militante. Dès lors, comment penser ces circulations au-delà des organisations partisanes ?

Pour en savoir plus ici

Appel à articles: Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » n° 2 « Enfances irrégulières — Transmission — Histoire »

Date limite pour proposer un article: 15 juin 2024

Bien des enfants s’interrogent sur l’enfance de leurs parents. Comment étaient-ils petits ? Quelles relations avaient-ils avec leurs propres parents et leur fratrie ? Étaient-ils bons élèves ? Avaient-ils des amis ? Faisaient-ils beaucoup de bêtises ou étaient-ils des enfants sages ? Dans la plupart des familles circule un récit de ces premiers souvenirs plus ou moins romancé. Sans doute, n’est-il pas rare que ce qui est dit cache plus qu’il ne dévoile ; ce qui est occulté pèse davantage que ce qui est transmis. N’y a-t-il pas des enfances plus difficiles à raconter que d’autres ? Des enfances que les adultes qui les ont vécues ne peuvent ou ne veulent partager ? C’est le cas de certains enfants abandonnés, maltraités, rebelles, violents, corrigés, enfermés, dont l’itinéraire est émaillé de jugements et de placements en institutions. Longtemps, la généalogie ne s’est pas accommodée de la honte sociale. Les historien.nes après avoir travaillé sur les institutions disciplinaires, puis sur les parcours des institués, sont désormais confronté.es aux interrogations des descendant.es. Leurs démarches deviennent un objet d’histoire et la raison d’être de ce numéro. Les silences d’une génération peuvent déclencher une quête de savoir chez les suivantes. Comment naît ce désir de comprendre ? Par quoi commencer ? À qui s’adresser ? Quelles traces retrouver ? Une fois reconstitué, que faire de ce récit ? Quelle place donner aux éventuelles découvertes qui transforment, contredisent ou bousculent le roman familial ?

Ce numéro de la RHEI questionne cette quête des descendant.es d’enfants « irréguliers ». Il cherche à rendre compte des expériences vécues par les différents acteurs et actrices de ces enquêtes :

·       Les descendant.es qui entreprennent, par des récits, de découvrir l’enfance et la jeunesse d’un parent, en interrogeant les témoins des générations précédentes, en fouillant les papiers de famille ou en consultant les archives publiques.

·       Les historien.nes ou autres chercheurs qui racontent leurs interactions avec ces descendant.es, qu’ils ou elles les aient contacté.es dans le cadre d’un projet de recherche, qu’ils ou elles les aient rencontré.es par hasard dans les archives, ou qu’ils ou elles aient été sollicité.es par eux pour les aider dans leur quête.

·       Les archivistes qui retrouvent, depuis quelques années, de plus en plus régulièrement confrontés à des demandes de personnes à la recherche de leur histoire familiale, et qui s’interrogent sur les attitudes et pratiques vis-à-vis de ce nouveau public, les « ego-consultants ».

·       Les acteurs sociaux ou académiques qui s’intéressent à l’histoire des « secrets » familiaux, que ce soit pour en comprendre les motivations intimes ou pour réclamer la levée des divers obstacles institutionnels qui contribuent à les entretenir.

La RHEI est spécialisée dans le champ de l’enfance et de la jeunesse marginales ou marginalisées. Elle s’intéresse à l’enfant de justice (délinquant), mais aussi à l’enfant victime, à l’orphelin, au vagabond, ainsi qu’aux politiques législatives et institutionnelles et aux pratiques pédagogiques mises en œuvre pour prendre en charge cette jeunesse et cette enfance « irrégulières » en France et hors de France. Revue scientifique à comité de lecture, elle est le fruit d’une collaboration entre l’École nationale de protection judiciaire de la jeunesse (ENPJJ) et l’Association pour l’histoire de la protection judiciaire des mineurs (AHPJM).

Publiée aux éditions Anamosa, elle est également disponible en lien sur la plateforme d’édition électronique Cairn.

Les propositions de contribution, en français, d’une page maximum, doivent préciser les sources mobilisées et la méthodologie utilisée. Elles sont à envoyer avant le 15 juin 2024, accompagnées d’un court CV, à l’adresse suivante : rhei.revue@gmail.com

Sélection des propositions : début juillet 2024.

Remise des articles (environ 45 000 signes) en octobre 2024 pour un retour des évaluations en décembre 2024 Allers et retours auteurs, coordinateurs du numéro : printemps 2025.

Parution du n° 27 de la RHEI : août 2025.

Appel à communication : Journée d’étude interdisciplinaire – Autour du Grabuge : évocation des films mystérieux, sulfureux, désavoués, oubliés, perdus

Lieu: Orléans

Date: 11 juin 2024

Date limite pour proposer une communication: 21 avril 2024

      En 1968, le cinéaste français Edouard Luntz (1931-2009) réalise Le Grabuge, film franco-brésilien, produit par la 20th Century Fox et scénarisé par le sociologue rochelais Jean Duvignaud (1921-2007). Le film, l’auteur et le scénariste ont un point commun : ils sont oubliés, voire reniés, en dépit du fait qu’ils ont laissé des traces dans la culture et le patrimoine français et même international. Il nous semble que remettre sur le devant de la scène ces œuvres et figures marginales et oubliées est légitime et éclairant dans un environnement culturel souvent enclin à la reproduction et au discours aseptisé. L’objectif de cette journée d’étude est non seulement de révéler un fragment du patrimoine cinématographique, mais aussi d’évoquer et d’encourager l’étude des origines mythologiques, des répercussions sociologiques, culturelles, géographiques,… des films mystérieux, sulfureux, désavoués, oubliés, perdus.

Pour en savoir plus ici

Appel à communication : Journée d’étude interdisciplinaire – Autour du Grabuge : évocation des films mystérieux, sulfureux, désavoués, oubliés, perdus

Lieu: Orléans

Date: 11 juin 2024

Date limite pour proposer une contribution: 31 mars 2024

En 1968, le cinéaste français Edouard Luntz (1931-2009) réalise Le Grabuge, film franco-brésilien, produit par la 20th Century Fox et scénarisé par le sociologue rochelais Jean Duvignaud (1921-2007). Le film, l’auteur et le scénariste ont un point commun : ils sont oubliés, voire reniés, en dépit du fait qu’ils ont laissé des traces dans la culture et le patrimoine français et même international. Il nous semble que remettre sur le devant de la scène ces œuvres et figures marginales et oubliées est légitime et éclairant dans un environnement culturel souvent enclin à la reproduction et au discours aseptisé. L’objectif de cette journée d’étude est non seulement de révéler un fragment du patrimoine cinématographique, mais aussi d’évoquer et d’encourager l’étude des origines mythologiques, des répercussions sociologiques, culturelles, géographiques,… des films mystérieux, sulfureux, désavoués, oubliés, perdus.

Pour en savoir plus ici

Appel à contributions – Enfants et enfances dans l’histoire de l’Afrique

Date limite pour proposer une contribution: 15 avril 2024

Avec plus de 60 pour cent de la population âgée de moins de 25 ans, l’Afrique est reconnue comme le continent le plus jeune du monde. Il est évident que les vies des enfants de l’Afrique sont façonnées par de nombreuses forces et institutions, au-delà de leur seule famille ou leur communauté locale, tels que l’État, les ONG, les organisations religieuses, les institutions scolaires ou la société civile. En même temps, les éléments locaux, comme la socialisation de l’enfant, la taille de la famille et ses moyens financiers, la santé et l’accès aux soins médicaux, les liens sociaux hors du foyer, etc., influencent la vie quotidienne des enfants africains. Pour mieux comprendre ces enfants d’aujourd’hui, qui font face à tant de défis à surmonter, mais qui auront aussi de nouvelles opportunités, il faut connaître leurs histoires : histoires récentes autant que lointaines, histoires de leurs expériences vis-à-vis des organisations et des influences locales mentionnées ci-dessus. Il faut aussi s’interroger sur ce que le mot « enfant » a signifié et signifie toujours en pratique dans différentes sociétés africaines et à des époques différentes, en se concentrant sur le 19e siècle à nos jours. Nous avons utilisé l’expression « enfants et enfances » dans le titre de ce numéro thématique pour indiquer que nous nous intéressons à la fois à l’histoire de l’enfance du point de vue des institutions et des adultes qui la règlent et la surveillent, et à l’histoire des enfants eux-mêmes : leurs expériences, leurs perspectives, leurs actions. Deuxièmement, notre utilisation du pluriel, « enfants et enfances » sert à rappeler qu’il n’existe ni une enfance africaine seule et unique, ni un « type » d’enfant africain. Il faut noter aussi qu’il est difficile de délimiter les âges de la vie, et de faire une distinction entre enfance et jeunesse, en raison des variations de culture, de période, de régime juridique ou politique. Les principaux objectifs du numéro, donc, consistent à réfléchir à ces termes, à explorer comment les enfants ont façonné et ont été façonnés par les sociétés dans lesquelles ils vivaient, et à retracer les développements significatifs de l’historiographie récente (Goerg 2012 ; George 2014 ; Razy et Rodet 2016 ; Walters 2016 ; Chapdelaine 2021 ; Duff 2022).

Pour en savoir plus ici

Appel à contribution pour le colloque international “Histoires de photographies à partir des luttes d’indépendance : pratiques, circulations et esthétiques”

Lieu: Paris

Date: 28-29 janvier 2025

Date limite pour proposer une communication: 31 mai 2024

Constat connu : l’histoire de la photographie comme discipline s’est majoritairement construite comme étant celle de la photographie « occidentale », plus précisément celle de l’Europe et des États-Unis. Entre l’introduction de photographes que l’on a pu qualifier « d’extra-occidentaux » sur le marché de l’art contemporain depuis les années 1990 et les nombreux travaux sur les histoires du médium pendant les périodes coloniales, il persiste un manque sur les histoires de la photographie à partir des luttes de libération et des indépendances dans une perspective globale et transnationale, toutes zones géographiques confondues. L’objectif de ce colloque est de valoriser des histoires de la photographie engendrées pendant les processus des décolonisations tout en repensant les approches méthodologiques et esthétiques du médium encore trop occidentalo-centrées.

Pour en savoir plus ici

Appel à participation – Observatoire des Commémorations du 80e anniversaire en Normandie

Date: juin 2024

Dans nos sociétés contemporaines, les anniversaires d’événements historiques sonnent comme des « carillons de la mémoire » selon les mots de l’historien Henry Rousso. Pour les individus qui y participent comme acteurs ou visiteurs, c’est un rendez-vous aux motivations plurielles, tour à tour politiques, culturelles, économiques, familiales, sociales ou festives. Qu’elles soient menées à l’initiative des autorités publiques ou d’acteurs privés, les commémorations permettent ainsi d’observer un ensemble de dynamiques socio-historiques. À l’instar d’anniversaires d’autres conflits, ceux du Débarquement et de la Bataille de Normandie sont le moment de cérémonies locales, nationales et internationales. Un groupement d’intérêt public interministériel, « Mission du 80e anniversaire des débarquements, de la Libération de la France et de la Victoire » a été mis en place dans le but d’« organiser les cérémonies de commémoration ». Celles-ci se déclinent en de nombreuses manifestations qui revêtent des formes variées, de l’exposition culturelle aux reconstitutions historiques en passant par le bal populaire ou le parcours sportif, pour la plupart intégrées au « D-Day Festival Normandy ».

Pour en savoir plus ici

Appel à communications: Le marché mondial des instruments de musique: facture, commerce et collections

Lieu: Paris

Date: 18 novembre 2024

Date limite pour proposer une contribution: 31 mars 2024

Si les instruments de musique voyagent depuis l’antiquité, nourrissant l’évolution des pratiques et des esthétiques musicales sous diverses latitudes, les échanges s’accélèrent au XIXe siècle à la faveur de la révolution industrielle et de la colonisation européenne. L’essor des routes commerciales et le développement de la navigation à vapeur soutiennent la globalisation des marchés de matières premières utilisées dans la facture instrumentale, qui s’industrialisent et se massifient. Le commerce des instruments européens gagne de nouveaux marchés dans les Amériques dès le début du siècle, puis en Asie, en Afrique et en Océanie à la faveur de la poussée coloniale. Les ventes des pianos anglais et français explosent à l’international à partir des années 1830, générant d’importants bénéfices et soutenant la conception de modèles spécifiques, comme le « piano tropicalisé » de Pleyel. L’accordéon s’impose sur les marchés américains à la faveur des grandes vagues migratoires du tournant des XIXe et XXe siècles, mais aussi en Afrique, dans l’océan Indien et en Polynésie ; tandis que le saxophone conquiert l’Amérique.

Pour en savoir plus ici

Appel à contributions : Magie et justice

Date limite pour proposer une contribution: 30 juin 2024

Les recherches historiques ont surtout privilégié une approche de la magie, de l’astrologie et de la divination comme objets d’une criminalisation progressive – singulièrement pour la sorcellerie, jusqu’au moment où ces crimes sont considérés comme imaginaires et renvoyés au rang de petits crimes astucieux (par ex. Liebs 1997 ; Rives 2003 ; Rives 2006 ; Soman 1977 ; 1992). Toutefois, ni linéaire ni absolu, le processus de désenchantement du monde et de sécularisation de la culture judiciaire n’efface pas subitement les pratiques sociales incantatoires et divinatoires (Porret, 2008). En témoigne le temps long des procès pour magie qui ont été étudiés de l’Antiquité jusqu’à l’époque moderne, voire contemporaine, notamment dans d’autres aires civilisationnelles (De Rosny 2005 ; Fancello, Bonhomme 2018 pour l’Afrique contemporaine, ou encore le cas du vaudou dans les espaces coloniaux (Pluchon 1987 ; Houllemare 2019).

Pour en savoir plus ici

Appel à articles: Revue Mots-Intelligence artificielle

Date limite pour proposer une contribution: 15 mai 2024

Quels discours accompagnent le développement de l’intelligence artificielle (IA) et quels en sont les usages dans l’espace public médiatisé contemporain ? Ce numéro de Mots. Les langages du politique entend répondre à ces questions et ainsi contribuer aux débats autour de l’IA dont le déploiement s’impose désormais comme une évidence, notamment dans les mondes politique et journalistique.

Le premier usage du nom composé « intelligence artificielle » est attesté en 1956 (Georges, 2019). En Europe, son usage ne se développe largement qu’à partir des années 2010 sous l’effet notamment de sa promotion par les institutions de l’Union européenne (Russell, 2002 ; Raus, 2021). « Intelligence artificielle » (et le sigle associé « IA ») s’impose aujourd’hui par sa fréquence d’usage dans le discours social et les débats publics (Unesco, 2023). Il souffre pourtant d’un flou référentiel qui en fait « un terme un peu fourre-tout » (Dierickx, 2021) et un « concept flottant » (Byk et Piana, 2021) servant à désigner indistinctement les innombrables possibilités que les nouvelles capacités d’analyse automatique des données offrent (notamment dans le cas de données volumineuses – le big data). « La catégorie IA occulte [ainsi] la multiplicité des dispositifs, des pratiques et des contextes d’usages » (Velkovska et Relieu, 2021). Le syntagme ne cesse finalement de s’enrichir de nouveaux sens au gré des progrès informatiques (découverte de la « convolution », développement de l’« apprentissage profond » [Le Cun, 2019], etc.). Ce que désigne « IA », « entre apparence de consensus normatif et controverse cachée sur le projet de société » (Byk et Piana, 2021), constitue déjà une piste d’étude intéressante, éventuellement dans une orientation diachronique.

Pour en savoir plus ici