Tous les articles par iburel

Thread Twitter, Ivan Burel, recension de David Todd, Un empire de velours, L’impérialisme informel français au XIXe siècle, La Découverte, 2022

L’ouvrage de David Todd nous confronte à un paradoxe : comment un empire peut se construire sans se développer territorialement, ou presque. Les conquêtes territoriales françaises sont réduites, en comparaison de celles britanniques ou russe jusque dans les années 1880. Cependant, un impérialisme s’est bien développé depuis la chute du Premier Empire.

En effet, le paradoxe n’est qu’apparent. Par la diffusion de sa culture, la puissance financière, et sa politique d’influence auprès de certaines élites extra-européennes, l’« impérialisme informel » français se développe progressivement. Le terme de « soft power » est ainsi employé par l’auteur pour désigner ce rayonnement français, qui n’est pas effacé par la défaite de 1815 mais s’accroît, pour connaître une apogée sous le Second Empire. La soumission de territoires extra-européens ne se traduit pas alors nécessairement par leur conquête. Par exemple, l’abbé de Pradt ou encore Benjamin Constant critiquent certes la formation de colonies….Mais ils soutiennent néanmoins la subjugation de ces territoires. Le monde serait conquis non par l’expansion militaire, mais plutôt en convertissant les élites à la culture française. La conquête « formelle » de l’Algérie semble donc, au vu de cette lecture, l’exception plus que la règle des entreprises de domination française du premier XIXe siècle.

Il est à noter que public visé par le soft power se restreint aux élites des élites concernées, comme en Egypte. Les masses en restent majoritairement à l’écart de ces entreprises d’influence française. Le tableau de JL Gérôme, Réception des ambassadeurs du Siam, décrivant ces diplomates présentant leurs hommages à la cour impériale, rappelle d’une part le faste du règne…Mais il rappelle également l’attrait de nombreuses élites, du Brésil au Siam, pour le modèle du Second Empire : une modernisation alliant capitalisme et autoritarisme. Cette alliance en vient à concurrencer le modèle libéral du Royaume-Uni sans pour autant que la rivalité entre la France et le Royaume-Uni n’atteigne un stade critique. Malgré les crises de 1840 et 1844, nombre d’opérations militaires sont menées conjointement, à l’image de l’intervention franco-britannique en Chine, lors de la guerre de l’Opium.

Le « hard power » n’est donc pas exempt . Mais intervenir à l’étranger ne signifie pas, nécessairement, conquérir : pensons au soutien militaire et diplomatique à l’indépendance grecque, en 1827-1829. Dans ce duo, le partenaire majeur reste le Royaume-Uni, au vu de la force de projection de la Royal Navy, ce qui encourage selon David Todd le gouvernement français à la retenue en cas de rivalités avec son voisin, comme lors de l’affaire Pritchard de 1844. En métropole, Paris sert quant à elle de « capitale des plaisirs », une vitrine de la France, et dont l’Exposition universelle de 1867 reste un modèle du genre, pour un empire que les observateurs étrangers croient solide. N’oublions pas non plus la « conquête par l’argent », pour citer l’auteur, connaissant des heures fastes. La dette est un moyen de pression à part entière: le succès du crédit ottoman auprès des épargnants français favorise l’influence de Paris auprès de l’Empire ottoman.

C’est donc un modèle autoritaire, élitiste, monarchiste et informel qu’incarne l’impérialisme français jusqu’à la chute de Napoléon III. Loin de l’universalisme républicain défendu, théoriquement, par la IIIe République dans ses entreprises. Avec la chute du Second Empire et les revers enchainés du Mexique jusqu’en Egypte où le RU s’impose, cette stratégie de conquête impériale s’effondre. Remplacée à partir des années 1880 par l’expansion territoriale « formelle ». Bien que cet effondrement ne s’accompagne pas de pertes coloniales outre-mer, une forme de domination à l’échelle mondiale s’éteint ainsi. En conclusion, ce livre est vivement à recommander, pour les nouvelles perspectives qu’il apporte, et pour sa capacité à remettre en cause nos préconceptions sur l’histoire impériale française. Passionnant et instructif à la fois.

Thread twitter de l’AJCH. Samy Bounoua, Recension de Karl Jacoby, Crimes contre la nature, Anacharsis, 2021

Cette œuvre est donc «Crimes contre la nature». Publiée pour la première fois en 2001 et traduit en français l’année dernière par @Anacharsis_edit, elle porte sur la face sombre de l’histoire de la conservation de la nature aux États-Unis. Mais avant de mettre en lumière cette face sombre, il convient de revenir sur les origines de la politique environnementale américaine, une politique pionnière à maints égards, portée par des grands noms de l’histoire de l’écologie tels que John Muir ou George Perkins Marsh.

À la À fin du XIXe siècle, ces derniers ont alerté le gouvernement américain au sujet de la dégradation de l’environnement. Dans son livre classique publié en 1864, «Man and Nature», Marsh explique que la déforestation risque de rendre le climat excessivement aride. Plus généralement, les attaques répétées contre la faune et la flore pourraient provoquer un «désastre écologique». Muir et Marsh ne sont pas les seuls à défendre ces idées. Elles sont partagées par un nombre de plus en plus importants de naturalistes. De fait, ces préoccupations qui nous paraissent familières ne sont pas nouvelles : elles s’inscrivent dans un contexte intellectuel alimenté par le développement des sciences de l’environnement, et en particulier de la foresterie. La nouveauté ne réside donc pas dans l’alerte, mais dans la politique qui a été mise en œuvre pour y répondre.

Dès 1872, sur décision du Congrès, est créé le premier parc national du monde : celui de Yellowstone. C’est également en 1872 que les parlementaires de l’État de New York décident de protéger les monts Adirondacks. Une réserve forestière voit le jour en 1885. Sept ans plus tard, il est transformé en parc national. Enfin, dans le Grand Canyon, une réserve forestière est instituée en 1893, puis un monument national en 1908, enfin un parc national en 1919. L’entreprise est louable : limiter au maximum l’exploitation d’espaces fragiles pour que ceux-ci puissent prospérer. Cependant, comme on l’a dit, elle a une face sombre … Les espaces protégés sont habités depuis longtemps, par des Amérindiens, mais aussi des blancs. Les autorités politiques ne l’ignorent pas. Leur objectif est précisément de contrôler étroitement ces populations.

Celles-ci sont accusées d’être dépourvues de conscience environnementale et d’être à l’origine de la détérioration de la nature. Dans les Adirondacks, le Yellowstone et le Grand Canyon, il a fallu imposer des règles extrêmement contraignantes. Les populations locales ne peuvent plus exploiter le bois, chasser, pêcher, ou établir des habitations ou des campements. Ces activités sont respectivement qualifiées de vol, de braconnage, de pêche illégale et de squat. Il leur faut trouver d’autres moyens de subsistance. Le discours conservationniste dominant justifie cette politique par le mépris de classe et de «race» : les ruraux blancs sont souvent décrits comme des arriérés, et les Amérindiens comme des sauvages. Pour certains, ce sont tous des «Indiens rouges ou blancs». Ainsi, des conflits éclatent très tôt.

Nombreux sont ceux qui violent la loi pour préserver leurs libertés et leur conception de la nature. Karl Jacoby, bien sûr, ne cède pas à l’angélisme et ne décrit pas cette conception comme étant parfaitement idéale. Certaines de leurs activités peuvent effectivement occasionner des destructions, comme la culture sur brûlis par exemple. Pratiqué par les Amérindiens du Yellowstone, elle est à l’origine de nombreux feux de forêts. Néanmoins, ces populations ont une connaissance concrète des écosystèmes, des cycles et des équilibres naturels ; une connaissance qui participe d’une «écologie morale». Ainsi, malgré les risques, le brûlis est bénéfique pour la biodiversité végétale. Les élites politiques et scientifiques méprisent cette «écologie morale» qu’ils ne comprennent pas. C’est pourquoi elles uniformisent des pratiques rendues abstraites (de leur point de vue, le brûlis ne peut plus être autre chose qu’un «incendie volontaire»). Karl Jacoby utilise à ce propos la notion de «simplification étatique», que l’on doit à James C. Scott : pour gouverner les espaces protégés et leurs habitants, il faudrait appliquer un programme gommant les aspérités du réel sur lesquelles le pouvoir n’a pas prise.

Par ailleurs, l’auteur souligne que la politique environnementale américaine n’est pas exempte de contradictions. Dans les Adirondacks, par exemple, la population locale ne peut plus chasser librement, mais de riches propriétaires, à l’instar de William Rockefeller ou de John Pierpont Morgan, possédent au sein du parc de vastes propriétés où ils sont autorisés à chasser le gibier tels des aristocrates modernes. Ce véritable privilège a nourri le ressentiment des habitants de la région. Il est à noter que, pour condamner ce privilège, les Adirondackers se sont appuyés sur les nouvelles lois environnementales : signe qu’ils se les sont en partie appropriées et qu’ils ne sont pas seulement dans la lutte et le rejet. En d’autres circonstances, les habitants préfèrent la négociation au conflit : dans le parc du Grand Canyon, les chefs havasupaï demandent fréquemment au Bureau des affaires indiennes la permission de chasser le cerf, permission qu’il leur est parfois accordée. Enfin, certains s’adaptent à la nouvelle situation et saisissent des opportunités rémunératrices, le plus souvent en devenant guides touristiques ou gardes-forestiers. Cette diversité d’attitudes face à la politique conservationniste a aussi fragilisé les sociétés des trois espaces protégés, et a contribué, peu à peu, à leur l’intégration à l’économie de marché et à la gouvernance technocratique de leur environnement par l’État.

Pour finir, nous pouvons que vous recommander la lecture de cet ouvrage passionnant, grand classique d’histoire sociale et environnementale.

Appel à communication: XXXe rencontres d’archéologie et d’histoire en Périgord. Châteaux, mers et rivages

Lieu: Périgueux

Date: 22-24 septembre 2023

Date limite pour proposer une communication: 30 janvier 2023

L’association des Rencontres d’archéologie et d’histoire en Périgord a choisi de consacrer son trentième colloque annuel au thème : Châteaux, mer et rivages

Interrogeant les phénomènes sociaux et spatiaux sous un angle d’analyse spécifique – l’histoire du phénomène castral – ces rencontres souhaitent éclairer un sujet majeur des enjeux actuels, économiques et environnementaux, que sont nos rapports et nos usages de la mer. Dans l’esprit du Groupement d’Intérêt Scientifique Histoire et Sciences de la mer[1], et à la suite de la récente et 25e édition des Rendez-vous de l’Histoire de Blois consacrée à La Mer, ce colloque questionnera la diversité et la spécificité des rapports du château à la mer, qui se manifestent par des collaborations, des tensions et des conflits d’usages entre les communautés littorales et insulaires et les pôles de pouvoir, dans des contextes spatio-temporels spécifiques. Trois grands axes semblent déterminants pour saisir la diversité des relations entre les châteaux, la mer et les rivages :

I. Environnement maritime et implantation stratégique riveraine du littoral : missions de surveillance, défense et protection

Les conditions littorales (marées, vents, sel, végétation, ressources formant les paléo-environnements littoraux…) ont un rôle déterminant dans l’implantation des châteaux, dans leurs dispositifs techniques et constructifs et dans leurs conditions d’accès spécifiques ; elles déterminent des intérêts communs pour l’exploitation des ressources et des richesses des sites marins, mais génèrent également des tensions et des conflits d’usages.

Parmi les cas particulièrement intéressants à étudier on retiendra les « châteaux de côtes » qui jouèrent un rôle majeur dans les relations au sein du monde anglo-normand et entre France-Angleterre au Moyen Âge et à l’époque moderne mais aussi la protection castrale établie sur les côtes écossaises par les Stuart contre les incursions anglaises. Certaines forteresses surveillent la circulation maritime et appartiennent à la mise en défense des littoraux méditerranéens de l’empire arabo-musulman (où la défense côtière est indissociable du ribat[2]), ou bien à la protection des ports du littoral atlantique[3], mais aussi à la lutte contre la piraterie barbaresque, voire contre les incursions à l’intérieur des terres (tours « génoises » en Corse ; forteresses vénitiennes dans le Péloponnèse et sur la côte Dalmate). Dans ce cadre, il convient aussi de s’interroger sur les relations entre le château et le phare, qu’il s’agisse de la fortification mise en place pour protéger le phare ou bien de liens établis au fil du temps entre château et phare : une fortification a pu être édifiée à partir d’un phare, ainsi la citadelle de Qaitbay construite par les Mamelouks en 1477 sur les ruines du phare d’Alexandrie, ou bien des phares ont pu être construits à l’emplacement de tours de surveillance, ainsi les sémaphores du littoral du Maghreb central, implantés au XIXe siècle là où les auteurs arabes du Moyen Âge signalaient déjà la présence de tours de surveillance[4]. À l’époque moderne, Cordouan constitue un très bel exemple de la complexité de la construction d’un phare, tour de surveillance contre les ennemis devant résister aux assauts marins[5]

Dans ce premier axe entre également l’étude des « châteaux de ports » qui, à côté de la maitrise des routes maritimes, concentrent les ressources, et constituent des lieux privilégiés de prélèvement des ressources du littoral, les châteaux d’embouchure et d’estuaire qui sont autant de verrous d’entrée dans les arrière-pays, les châteaux et forteresses de détroit à la charnière entre deux mers ou espaces maritimes. 

Certains châteaux situés en bord de mer ne semblent pas, à première vue, rentrer dans l’une des catégories précédentes et mériteraient des études de cas, tel celui de Suscinio (Morbihan), construit entre grève et marais par les ducs de Bretagne, à proximité d’un territoire de chasse ceinturé par un mur d’enceinte, il constitue un véritable prototype des résidences princières en bord de mer. Enfin, un sort pourrait également être fait aux châteaux royaux des capitales maritimes européennes (Lisbonne, Palerme, Naples, Constantinople, Copenhague, Stockholm, Saint-Pétersbourg) ainsi qu’aux deux palais marins de Monaco (la résidence princière et le musée océanographique). 

II. L’enjeu de la possession des îles et de leur défense

Le deuxième axe de ce colloque s’intéresse à l’analyse à différentes échelles du phénomène de castralisation) des îles : le phénomène sera étudié depuis le cas des « cailloux » ou « rochers » proches des côtes et aisément castralisables jusqu’à celui des îles éloignées, voire perdues au milieu des océans, pouvant être qualifiée de « castralisation par défaut » sans oublier la castralisation des îles d’échelle continentale, en particulier celle des îles méditerranéennes. S’insère ici l’étude des réseaux castraux insulaires de Méditerranée (lutte contre les Turcs) et d’Atlantique (pré-carré de Vauban), éléments majeurs des relations géostratégiques (militaires, diplomatiques, commerciales) de l’Europe moderne. Il conviendrait de s’attarder également sur la relation au château des îles monastiques (castralisation du Mont-Saint-Michel, association château moderne/ monastère médiéval dans le cas des îles de Lérins). Enfin, les châteaux insulaires ont été mis au service d’autres enjeux : la lutte contre les épidémies avec les îles de quarantaine (Frioul, Marseille), ou contre des ennemis politiques (le trajet insulaire de Napoléon s’achève à Sainte-Hélène, en prolongation des exils insulaires de l’île d’Elbe et de l’île d’Aix : le cas de l’île-prison amène à s’interroger sur le rôle de l’insularité qui remplace/renforce le rôle de la fortification). 

III. Le temps des châteaux de sables, des loisirs et des séjours de villégiature

La dernière piste de réflexion que souhaitent aborder les organisateurs du colloque Châteaux, mers et rivages, éloigne de la fonction de défense du château pour aborder l’étude des résidences plus ou moins éphémères et l’imaginaire qui leur est attaché. Il convient de faire ici la place aux recherches qui ont pu être menées sur de grands navigateurs, des officiers de marine, des commerçants au long cours qui possèdent ou acquièrent des châteaux en bord de mer ou à l’intérieur des terres et allient donc dans leur patrimoine la terre et la mer. La malouinière, demeure de plaisance construite par des armateurs de Saint-Malo aux XVIIe et XVIIIe siècles, est le symbole de la réussite de ces négociants ayant fait fortune sur mer et leurs formes architecturales peuvent être aussi questionnées à l’occasion du colloque[6]. En Périgord, certes bien loin des rivages, des châteaux ont été construits ou acquis par des familles ayant fait fortune sur mer à la faveur de conflits ou grâce au commerce maritime avec l’Amérique ou le nord de l’Europe. La découverte de nouveaux rivages à la suite de découvertes maritimes, de voyages lointains ou de l’expansion coloniale ultra-marine a conduit certains d’entre eux à imprimer dans leur demeure castrale leur goût des horizons lointains : désir d’exotisme dans les formes des constructions, dans les décors et objets intérieurs (modes japonisantes, sinisantes…)[7]

Au XIXsiècle, le développement du tourisme littoral et des stations balnéaires, lié à l’essor du chemin de fer, -en France sur les côtes de la Manche et de l’Atlantique (Dieppe, Deauville, Biarritz…)- a entrainé la rénovation, l’aménagement d’anciens châteaux et la construction de nouveaux, pour certains dans un style néo-médiéval. De grands hôtels sont alors construits, reprenant nombre de caractéristiques architecturales castrales. Dans les paysages ruraux et urbains, de nouveaux châteaux apparaissent donc tandis que s’affermit le goût pour les rivages[8].  S’agissant des stations balnéaires, l’exemple d’Hardelot (Pas-de-Calais) mériterait d’être présenté car les villas s’y sont développées autour de la forteresse en ruine, en partie reconstruite au XIXe par un acquéreur anglais.

Au XXsiècle, l’essor urbain lié au tourisme littoral de masse génère des conflits urbanistiques, les châteaux anciens ne sont pas seulement en proie au péril des vagues, mais du tissu urbain, voire des touristes. 

Il ne faudrait pas laisser de côté, la dimension majeure de l’imaginaire castral. Les châteaux insulaires ou situés sur les rivages ont en effet toujours suscité un imaginaire qu’il soit littéraire, pictural ou cinématographique. Le plus célèbre sans doute est celui des châteaux engloutis par la remontée du niveau de la mer depuis la fin de la dernière glaciation (mythe de l’Atlantide…). L’époque romantique confronta souvent le château aux éléments maritimes (le château d’If dans Le Comte de Monte-Cristo). Le cinéma et la télévision exploitent volontiers le décor du château-île ou l’éperon castral dressé sur la côte (fort la Latte ; fort Boyard), tout comme la bande dessinée (L’île noire chère à Tintin et à son créateur Hergé), etc. 

Les propositions de communications (environ 1500 signes), accompagnées d’une brève biobibliographie de l’auteur·e doivent être adressées au plus tard le 30 janvier 2023, par voie électronique, en format Word à Dominique Picco, secrétaire des Rencontres, dominique.picco@u-bordeaux-montaigne.fr et Juliette Glikman, secrétaire adjointe, juliette.glikman@orange.fr. Les intervenants retenus seront informés dans le mois suivant.

Attention, afin de répondre au calendrier de plus en plus contraint de l’édition papier, la version définitive du texte des interventions sera à remettre pour le 15 octobre 2023, date impérative. 

Appel à communications: Journée de l’études de l’AJCH “Les sources privées”

Lieu: Université de Lille

Date: 30 mars 2023

Date limite de proposition de communication: 16 décembre 2022

Les sources privées recouvrent l’ensemble des archives issues des personnes physiques ou morales de droit privé. Ces sources peuvent prendre des aspects très différents : sources écrites, iconographiques ou audiovisuelles, etc. Elles représentent un nombre inépuisable de documents conservés dans des fonds privés mais aussi publics, officiels ou officieux, que tout chercheur doit pouvoir être en mesure de consulter, afin de faire progresser la recherche.
Déjà en 1965, Geneviève Gille, conservatrice en chef des Archives de la région Île-de-France, met en avant le fait que « depuis quelques années, les archives privées ont pris une place importante parmi les sources de l’histoire1 ». D’après elle, la définition d’un papier privé recoupe « tous ceux qui, à un moment donné, ont été en possession de personnes privées, physiques ou morales ». Que ces sources soient personnelles, familiales, associatives, économiques, politiques, qu’elles soient issues de personnalités religieuses, militaires, artistiques, scientifiques ou autres, les problématiques que soulèvent leur récolte, leur recensement, leur conservation, leur consultation et leur étude impliquent de nombreux acteurs soucieux de vouloir sauvegarder une trace qui pourra être produite plus tard. Soumises à certaines réglementations lorsqu’elles sont confiées à des institutions privées ou publiques comme des archives, des musées, des bibliothèques, des entreprises, elles sont aussi, parfois, protégées au sein de familles qui ne peuvent pas toujours y apporter tous les soins qui garantiraient leur pérennité.

Pour en savoir plus ici

Appel à articles: La fabrique de la vulgarisation (IIIe République)

Date limite pour proposer une communication: 15 décembre 2022

Résumé
Inscrite dans le cadre d’une histoire sociale des sciences, l’analyse d’un vaste mouvement de diffusion des connaissances scientifiques et techniques se déployant aux XIXe et XXe siècles a donné lieu à de nombreux travaux. Depuis les ouvrages séminaux parus dans les années 1980-90, plusieurs programmes de recherche ont, par des entrées comme la place des amateurs en science, la littérature d’anticipation, les mises en scène des sciences, la circulation des savoirs scientifiques dans et par les revues, continué à enrichir les réflexions sur les enjeux, les publics, les acteurs et les pratiques de la vulgarisation scientifique . Ce numéro des Cahiers d’histoire du Cnam, consacré à la France de la Troisième République, s’appuie sur ces évolutions historiographiques pour interroger la manière dont se structure la vulgarisation scientifique contemporaine dans cette période foisonnante. Les principaux axes suggérés sont (1) l’étude des acteurs et de la structuration des métiers ; (2) l’étude des supports et l’intermédialité ; (3) l’étude des publics et pratiques de consommation de la vulgarisation.

Pour en savoir plus ici

Appel à communications: Le journalisme de cinéma en France: mises en perspective historique

Lieu: Imec

Date: 7 avril 2023

Date limite pour soumettre une proposition : 8 janvier 2023

Si de nombreux travaux se sont intéressés à la critique consacrée en France au « Septième art », celle-ci est loin d’épuiser la richesse des écrits parus dans la presse sur le cinéma. Quand Robert Florey nous introduit chez Ruth Roland, « la Reine des sérials », ou quand Suzanne Chantal relate le tournage de L’Espoir de Malraux, auquel elle assiste durant la Guerre d’Espagne, ni l’un ni l’autre ne font œuvre de critique. Leur travail relève en revanche du journalisme de cinéma. On définira ce dernier ici comme l’ensemble des activités ayant pour objet la rédaction de contenus dédiés au cinéma et dont la presse constitue le lieu de diffusion, incluant de facto la critique sans s’y limiter. Ce sont ces activités et ces contenus, dans toute leur diversité, que propose d’aborder cette journée d’études, en se focalisant sur celles et ceux qui ne relèvent pas de la critique, sans se priver d’interroger pour autant les rapports qu’ils entretiennent avec elle. L’attention portée à cette dernière a conduit en effet à une sélection drastique des textes, privilégiant ceux qui traitent des films et des auteurs au détriment des nombreux autres aspects que recouvre le « phénomène “cinéma” » (Rick Altman) ; elle a orienté ainsi les recherches tantôt vers l’étude de la théorie et de la pensée du cinéma, tantôt vers celle de la réception. La presse a également été fréquemment mobilisée pour travailler sur des thématiques variées, au sujet desquelles elle apporte une mine d’informations. Cet appel à communications invite à s’intéresser au journalisme de cinéma comme objet d’étude à part entière. On cherchera de la sorte à comprendre ce que ce journalisme nous apprend sur la manière dont le cinéma a été perçu, vécu, transmis, sur les représentations qui y ont été associées et sur le rôle social et culturel qu’il a pu jouer, de ses débuts à la veille des bouleversements induits par le développement d’Internet à partir de la fin des années 1990.

Pour en savoir plus ici

Appel à communications: Les cent ans de la branche française du Mouvement International de la Réconciliation (MIR). Des chrétiens au service de la non-violence et de la paix en France et dans le monde (1923-2023)

Lieu: Paris

Date: 9-10 juin 2023

Date limite pour proposer une communication: 31 décembre 2022

En 1923, un groupe d’étudiants de la Faculté de théologie protestante de Paris invite Oliver Dryer, secrétaire général de l’International Fellowship of Reconciliation (IFOR), à venir leur présenter ce nouveau mouvement né en 1914 et organisé en 1919. De cette rencontre naît la branche française du Mouvement international de la Réconciliation (MIR).

À l’occasion de ce centenaire, un colloque historique est organisé à Paris les 9 et 10 juin 2023 avec pour ambition de faire le point sur l’histoire de ce mouvement pacifiste chrétien et non-violent marqué par un refus radical de la guerre et tout ce qui la prépare.

La naissance du Mouvement en France s’enracine dans le souvenir tragique de la Première guerre mondiale et le questionnement de ses premiers membres – dont les pasteurs Henri Roser, André Trocmé ou Jacques Martin – sur leur engagement en faveur de la paix et de la réconciliation en Europe, sur fonds de réarmement et de montée des périls.

Pour en savoir plus ici

Appel à communications: Etudier la guerre

Lieu: Université du Québec, Montréal

Date:23-24 octobre 2023

Date limite pour proposer une communication: 1er décembre 2022

Depuis le milieu du xxe siècle, l’étude de la guerre a connu une véritable « révolution » historiographique. Elle s’est développée partout dans le monde suivant des rythmes et des modalités variées. Les historiens, les anthropologues ou encore les spécialistes des études littéraires ont rompu avec une histoire militaire décriée, focalisée sur les grandes batailles, étudiées du point de vue de l’État-major et enferrée dans un récit événementiel. C’est sur cette « révolution historiographique globale » des études sur la guerre depuis les années 1950 jusqu’à nos jours, que se penche ce colloque sans restriction spatio-temporelle. Comment l’expliquer ? Par qui a-t-elle été menée ? Quelles en ont été les voies et les étapes ? En quoi ces évolutions historiographiques se distinguent-elles ou se rapprochent-elles d’autres évolutions épistémologiques dans les sciences sociales ? Quels en sont aujourd’hui les approches, les méthodes et les outils de prédilection ? Et quels en seront ceux de demain ?

Pur en savoir plus ici

Appel à contributions: Défendre la nature

Lieu: Paris

Date: 27-28-29 septembre 2023

Date limite pour proposer une communication: 18 décembre 2022

À l’occasion du centenaire du 1er Congrès international pour la protection de la nature qui s’est tenu à Paris en 1923, la SNPN, l’AHPNE et de nombreux partenaires ambitionnent de remettre dans une perspective historique de longue durée et d’interroger les dynamiques, figures et récits, discours, pratiques et enjeux passés et actuels qui caractérisent la protection de la nature.

En une sorte de concordance des temps entre 1923 et notre époque, il s’agit de mesurer les permanences, mais aussi les évolutions et les points de basculement, en identifiant les différentes conceptions et manifestations de la protection de la nature, et plus largement des relations des humains avec le reste de l’écosphère.

Le Congrès de 1923 témoigne-t-il d’un moment charnière dans l’histoire de la protection de la nature entre une phase d’éveil des dimensions nationales et internationale de ces questions jusque dans les années 1910, et une phase de première structuration et des premières réalisations des années 1910 aux années 1950 ?

Plus d’informations ici