Tous les articles par jbpoulle

Appel à communication : Séminaire “Questes” 2024 – Voies, routes, chemins

Lieu : Paris, Maison de la Recherche de la Sorbonne (28 rue Serpente, VIe Arrdt).

Dates des communications : 12 janvier, 2 février, 15 mars et 16 avril 2024.

Date limite d’envoi des propositions de communication : 13 décembre 2023.

« Il ne tint qu’a vostre perisse,

Dont il fault que l’ame perisse,

Quant du bon chemin hors se boute

Et qu’il ne tient la droicte route 

Et le sentier espiritable

De la grant joie pardurable [1]»

Dans son « Miroir de mariage », le poète Eustache Deschamps († 1404-1405) manie avec adresse l’ambiguïté sémantique des termes routesvoies et chemins : au Moyen Âge, ce sont par des voies bien diverses que se déversent des flots d’étrangersdans les campagnes du royaume de France. D’abord, bien entendu, par les voies terrestres, qui serpentent au-dessus des montagnes, au fond des vallées ; mais aussi par les voies fluviales qui sillonnent avec aisance entre les accidents du territoire, descendues avec le courant et remontées avec des bêtes par les chemins de halage ; ou encore par les voies maritimes qui longent les côtes ou traversent les espaces marins, menant jusqu’à la Manche ou la Méditerranée. La route médiévale prend de multiples formes et transforme tout type d’espace, y compris les plus inhospitaliers, en un lieu de fréquentation humaine.

Évoquant la paresse, ennemie du voyageur, Eustache Deschamps a donc bien conscience des efforts consentis par les hommes et les femmes qui prennent la route, mais aussi des efforts de ceux qui font la route, l’entretiennent, la gardent ou la convoitent. Cette paresse ennemie, c’est celle que ne connaissent pas les marchands lombards et leurs cinquante ânes chargés de chaudrons en étain qui passent les Alpes pour les foires chaudes au péage savoyard de Montmélian ; c’est celle que disent combattre les urbains du nord de la France ou de l’Italie quand essaime le mouvement des flagellants en 1349. Car traversant villes et campagnes, entre les arbres ombragés, l’air frais et le sol caillouteux, le voyageur abandonne ses paysages visuels, sonores et olfactifs connus pour se glisser dans la peau d’un homme autre, un homme « en mouvement », détaché pour un temps d’un quotidien marqué par des mobilités de courtes distances et par la fréquentation de lieux et de temporalités connus[2]. Emprunter la route, au Moyen Âge, c’est accepter une remise en question complète de ses habitudes, adopter un mode de vie contraint par les aléas des grands chemins, voire se mettre ouvertement en danger – par manque de nourriture, difficultés d’orientation ; en raison de la qualité variable des voies empruntées, des frais importants dus aux différentes taxes et nombreux péages ; de la présence inquiétante de brigands et de vagabonds ; et plus largement par l’implication d’une confrontation à un « autre », qui s’exprime par un parler différent et utilise d’autres monnaies et d’autres objets du quotidien. En conséquence, des espaces d’intersection entre ces différentes réalités se construisent pour pallier ces difficultés : les étapes de voyageurs se succèdent, et, avec elles, réseaux d’hospitalités, auberges douteuses et hôtels de compatriotes. 

La suite de l’appel et plus d’informations dans le fichier ci-dessous :

Conditions de soumission :

Cet appel à communication s’adresse aux étudiantes et étudiants de master et de doctorat ainsi qu’aux jeunes chercheurs et chercheuses en études médiévales, quelle que soit leur discipline.

Les propositions de communication, limitées à une demi-page et à une courte bibliographie, seront accompagnées d’une mention du sujet de mémoire et/ou de thèse, et de l’institution de rattachement. Elles devront être envoyées aux organisateurs à questes.routes@gmail.com pour le 13 décembre 2023. Les présentations auxquelles elles donneront lieu dureront 20 minutes et seront exposées au cours de l’une des quatre séances du séminaire, qui se tiendront les 12 janvier, 2 février, 15 mars et 16 avril 2024 à la Maison de la Recherche de la Sorbonne (28 rue Serpente, Paris VIe). Une publication sous forme de recueil d’articles sera ensuite envisagée. Les candidates et candidats devront solliciter leur laboratoire ou leur école doctorale pour la prise en charge des frais de déplacement ; en cas de difficulté pour le transport ou l’hébergement, les personnes concernées peuvent néanmoins écrire aux organisateurs et organisatrices.


[1] Eustache Deschamps, Le Miroir de mariage, c.1385-1403, 236.

[2] L’importance des paysages sonores et du ressenti des hommes médiévaux a été particulièrement traitée dans le recueil suivant : Hablot, L.. et L., Vissiere. (dir. ), Les Paysages sonores du Moyen Âge à la Renaissance, Rennes, PUR, 2016.

Appel à communication : Les directeurs des compagnies face au pouvoir. 3e journée d’étude sur l’actionnariat en France à l’époque moderne.

Lieu : Valenciennes, université polytechnique des Hauts-de-France

Date : 5 octobre 2023

Date-limite d’envoi des propositions : 30 avril 2023

Les compagnies disposent souvent pour la conduite de leurs affaires d’un petit comité de direction composé de directeurs élus par les actionnaires lors d’un assemblée générale ou choisis par l’Etat qui se réunit régulièrement. Ils peuvent être 4, 12 ou davantage. Leur mandat est en général de deux ans et ils doivent présenter lors des assemblées générales le bilan moral et financier qui justifient leur action. Les conditions pour accéder à cette charge sont diverses selon les compagnies et les époques mais ont tendance à être privilégier les plus gros actionnaires. Dans la Compagnie des Indes occidentales de 1664, il y a par exemple 3 niveaux d’actionnaires : un premier niveau jusqu’au 10 000 livres, est composé de simples intéressés ; de 10 000 à 20 000 livres, les actionnaires peuvent participer à l’assemblée générale et avoir voix délibérative ; ceux qui paient plus de 20 000 livres peuvent être élus directeurs. Les directeurs occupent une place centrale dans les compagnies jusqu’à leur prêter leur visages. 

La direction d’une compagnie depuis Paris exige une attention de tous les instants notamment quand les affaires sont complexes et que la rivalité avec l’Angleterre s’exacerbe. Mais comment s’effectue la prise de décision ? De quels outils disposent-ils ? Les rapports sur l’état du commerce ou des colonies envoyés par les agents des compagnies peuvent-ils suffire ? Les compagnies s’inscrivent au XVIIe et au XVIIIe siècle dans une politique plus générale du commerce voulue par le pouvoir qui leur accorde sa protection, leur octroie des privilèges, souvent un monopole commercial de longue durée, et les soutient financièrement ou logistiquement en mettant à leur disposition des navires par exemple. Les compagnies lui sont à ce titre redevables. Dès lors, la marge de manœuvre des directeurs dans la conduite des affaires peut sembler étroite. Ils doivent prendre en compte tout autant les avis des actionnaires que des ceux des ministres du roi. Comment négocient-ils avec les principaux ministres en charge de la marine et du commerce, notamment les droits et les privilèges  ? Ont-ils la capacité d’être entendus et de défendre leur point de vue ? Ils n’en sont pas moins des investisseurs soucieux de la protection de leurs intérêts. Cela interroge leur rapport de dépendance politique. Les directeurs informent-ils régulièrement le pouvoir des activités des compagnies pour rechercher son adhésion ? Et à quelle fréquence ? Ont-ils un impact sur le soutien apporté par l’Etat ? Les directeurs doivent aussi satisfaire les investisseurs. Ils sont parfois conduits à jouer les équilibristes pour ménager les intérêts des uns et des autres. Sans quelle mesure se plient-ils aux exigences du pouvoir ? Cela ne conduit-il pas à des tensions au sein des compagnies et entre les directeurs ? Finalement, les compagnies peuvent-elles exister contre le pouvoir ? 

Les propositions sont attendues pour le 30 avril. Les réponses seront données dans la première quinzaine de juin.

Contact : Eric ROULET 

eric.roulet@univ-littoral.fr

Porteur du programme ANR ACTIMOD 2020-2024

https://actimod.univ-littoral.fr

Appel à communication : Lire, décrire, interpréter. Louis Marin entre texte et image.

Lieu : UC Louvain, Louvain-la-Neuve

Date : 16-17 novembre 2023

Date-limite d’envoi des propositions : 28 février 2023.

Le philosophe Louis Marin (1931-1992) a été surtout identifié comme un théoricien de l’image. Autour de 1990, Norman Bryson le rapprochait de la « New Art History » anglophone et Thomas Mitchell le citait parmi ceux qui auraient secoué l’histoire de l’art de son « sommeil dogmatique ». En France, Marin a été la source importante d’un renouvellement de l’histoire de l’art, surtout parmi ceux qui ont voulu se démarquer de l’autorité par exemple d’André Chastel. On trouve cependant également son influence dans d’autres domaines, à commencer par la littérature, à travers ses travaux sur Pascal et Port-Royal, Montaigne, Stendhal, Perrault ou La Fontaine, pour ne citer que quelques exemples. On constate toutefois que dans ce domaine aussi, c’est en quelque sorte l’image qui est au cœur de ses préoccupations, jetant les bases finalement d’une reconsidération radicale ce qu’on appelle de manière souvent figée « les relations texte-image ». Des auteurs comme Bernard Vouilloux ou Bertrand Rougé inscrivent ainsi leurs travaux dans ce sillage. 

Plus d’informations ici.

Appel à contributions : La revue Théorèmes prépare un numéro sur le thème “La tolérance ecclésiastique”

Date-limite pour l’envoi des propositions : 1er mars 2023

Date-limite pour l’envoi des articles : 15 juillet 2023

La tolérance, entendue comme principe de coexistence pacifique des religions dans l’espace public, est un concept qui a une histoire : un « concept spécifiquement moderne »1 qui s’élabore de façon progressive dans le contexte précis de l’éclatement confessionnel du XVIe siècle et des guerres de religion, ainsi que dans l’horizon de la mutation sémantique du terme latin. Cette acception moderne s’est perpétuée jusqu’à aujourd’hui. Néanmoins, force est de constater qu’une partie de cette acception moderne s’est estompée, au point d’être assez méconnue et oubliée : le concept moderne de tolérance fait la distinction entre la « tolérance ecclésiastique » d’un côté, également appelée théologique ou religieuse ; et de l’autre côté, la « tolérance civile » ou politique.

Plus d’informations ici.

Appel à communication : Annual General Meeting of the International Commission of Historians of Religion (CIHEC)

Lieu : Prague

Date : 12-14 juin 2023

Date-limite de proposition : 1er mars 2023

La CIHEC organise son prochain colloque, sur le thème “Religion and Change :
Religious impulses for societal change and societal impulses for religious reform” du 12 au 14 juin 2023 à Prague. L’appel à communications est consultable en pièce-jointe ci-dessous (en anglais). Les propositions sont attendues pour le 1er mars 2023.

Appel à communication : Le temps de la justice aux époques moderne et contemporaine

Lieu : Lyon

Date : 24-25 octobre 2023

Date-limite de proposition : 28 février 2023

Le colloque vise à étudier comment la justice construit ses temporalités et comment celles-ci s’articulent aux temps sociaux aux époques moderne et contemporaine, dans différents espaces, contextes et cultures juridiques. Quatre axes de réflexion sont proposés afin d’orienter les propositions de communication :

1.     Le temps de la justice, discours et mesures
2.     Diversité des temps judiciaires et usage de la procédure
3.     Décision, sanction, exécution des jugements
4.     Réformes et crises de la justice : le temps judiciaire entre ordinaire et extraordinaire

Le colloque se tiendra en français et en anglais. Les propositions de communication (500 mots, en français ou anglais) sont à envoyer jusqu’au 28 février 2023 à l’adresse suivante : temps.justice.2023@gmail.com. Une réponse sera adressée au début du mois de mai 2023.

Plus d’information dans le fichier joint ci-dessous :

Appel à communications : Journées d’étude de l’Ecole doctorale 188 de Sorbonne Université – Identité(s) disséquée(s). Composer, recomposer et décomposer les identités en histoire.

Date : 15 avril 2023

Lieu : Sorbonne Université, Paris.

Date limite de réponse à l’appel : 5 décembre 2022.

Les doctorants de l’ED 188 “Histoire moderne et contemporaine” proposent d’explorer les capacités heuristiques du concept d’identité le 15 avril 2023 au cours d’une journée d’étude pour les jeunes chercheurs. Cet évènement répond pour l’intérêt pour cette notion au coeur des débats publics et dans les travaux de recherche comme objet d’étude et comme outil d’analyse opératoire et ce malgré sa polysémie fondamentale. On dénombre en effet cinq “nuances de sens” pour ce terme : “la similitude, l’unité, l’identité personnelle, l’identité culturelle et la propension à l’identification” (J. Rey-Debove et A. Rey (dir.), Le nouveau Petit Robert, 1993). Chacune de ces définitions se construit au travers d’une dialectique complexe entre “catégorisation et autoappréhension” des individus au sein de la société : loin d’être réifiée et immuable, l’identité apparaît comme le résultat de processus simultanés laissant une place aux trajectoires et choix individuels, permettant d’analyser les relations entre individus et sociétés.

Les propositions (rédigées en français, éventuellement en anglais, de 2000 caractères maximum, espaces comprises) et une notice autobiographique sont à envoyer avant le 05/12/2022 par courriel à l’adresse suivante : doctorants.ed@gmail.com. Les auteurs des propositions retenues seront informés avant le 15/01/2023. Rapidement après la journée d’étude, les communications feront l’objet d’une publication dans un numéro spécial de la revue électronique “Enquêtes”.

Plus d’informations en cliquant sur le lien ci-dessous :

Appel à communications : Blaise Pascal en ses époques : 2023-1623

Lieu : Paris, Maison de la recherche de Sorbonne Nouvelle

Date : 16 et 17 juin 2023.

Date-limite de proposition d’une communication : 30 septembre 2022.

Pour le quadricentenaire de la naissance de Pascal, le CEIPPREM (Centre d’Etudes Interdisciplinaires sur Pascal, Port-Royal et l’Europe moderne) organise un colloque qui se tiendra à Paris, à la maison de la recherche de la Sorbonne Nouvelle, les vendredi 16 et samedi 17 juin 2023. Conformément aux principes de cette structure fédérative, et dans le prolongement des travaux conduits à partir de 2019-2020, les communications et les discussions viseront à placer le grand homme célébré dans les tissus serrés de relations grâce auxquelles, pour parler comme Condorcet et Voltaire, il est, paradoxalement, resté seul sur les ruines de son siècle, et qui, peut-être, lui ont aussi permis de demeurer, à distance, d’une certaine façon actif jusqu’à maintenant : tant les traditions pascaliennes sont diverses, que l’on songe par exemple à celle qui fut représentée par Lucien Goldmann, ou à celle qui le fut par Jean Mesnard. La participation du CEIPPREM aux manifestations du quadricentenaire aura pour ambition de tenter une évaluation de la force qui est encore aujourd’hui celle des Oeuvres-de-Pascal et de la persona pascalienne.

Plus d’informations ici

appel à communications : port-royal et l’italie (xviie-xxie siècles)

Date limite de réponse : 1er novembre 2022.

Date du colloque : 12-13 octobre 2023.

PORT-ROYAL ET L’ITALIE. 12-13 octobre 2022. Colloque international annuel de la société des Amis de Port-Royal, organisé par Olivier Andurand (CPGE — Fustel de Coulanges) et Clément Van Hamme (Sorbonne Université), avec le soutien de Gérard Ferreyrolles (Sorbonne Université).

Dans une lettre du 18 août 1769, le chanoine Giuseppe Simioli, supérieur du séminaire de Naples et professeur de théologie dogmatique, faisait état à un confrère français des livres les plus utiles de sa bibliothèque : « les Pensées de piété de M. Quesnel traduites en italien, les Méditations de l’abbé de Sept Fons, Nicole, Duguet, les Vies de Saints de Baillet traduites par le P. Massini. […]  J’ai l’Instruction pastorale de M. de Senez, sur les caractères des Jugements de l’Église, ses autres œuvres me manquent, envoyez-les-moi toutes. J’ai toutes les œuvres de Colbert et je les sais par cœur (1). » Ces quelques titres rappellent l’influence décisive exercée par les œuvres issues de l’entourage de Port-Royal et celle de ses successeurs au-delà des Alpes. Le phénomène est bien connu des historiens depuis un siècle : l’historiographie italienne, en particulier, a montré la manière dont l’Italie s’est faite une chambre d’écho de la pensée de Port-Royal, que l’on pense aux travaux d’Arturo Carlo Jemolo, d’Ernesto Codignola ou plus récemment à ceux de Pietro Stella, de Mario Rosa et de Maria Vita Romeo (2). Tout comme l’historiographie française après le livre pionnier de Maurice Vaussard sur les Origines religieuses du Risorgimento, les études italiennes ont pourtant eu longtemps tendance à considérer l’influence italienne de Port-Royal au prisme quasi exclusif des enjeux ecclésiologiques et politiques qui ont entouré la construction de l’État italien. Cette dimension évidemment centrale ne peut dissimuler la diversité des liens durables qui ont uni, dès le début du XVIIe siècle, Port-Royal et l’Italie. Port-Royal a influencé la vie politique, intellectuelle et religieuse de l’Italie ; la réciproque n’est pas moins vraie.

Les propositions de communication, d’une longueur maximale de 4000 signes (espaces comprises) et accompagnées d’une courte notice bio-bibliographique, peuvent être envoyées à Olivier Andurand
(olivier@andurand.net) et Clément Van Hamme (clement@vanhamme.fr) jusqu’au 1er novembre 2022. Le colloque donnera lieu à la publicationd’un dossier thématique dans les Chroniques de Port-
Royal (n°74, parution en 2024). Les articles issus des communications retenues pour le colloque devront être envoyés au bureau de la revue pour le 15 novembre 2023. Chaque texte sera alors soumis à une double évaluation aveugle par les membres du comité de rédaction des Chroniques de Port-Royal avant
son acceptation définitive.

Plus d’informations ici

AIDE à la publication : société d’étude du xviie siècle

Date-limite : 30 juin 2022.

La Société d’étude du XVIIe siècle propose chaque année une aide à l’édition.

Celle-ci concerne des ouvrages de toute discipline, en langue française, portant sur la période 1580-1720.

Trois ouvrages, dont au moins une thèse, peuvent être subventionnés chaque année. Une préférence sera accordée aux ouvrages signés par un seul auteur.

Le montant maximum de l’aide accordée est de deux mille euros par titre.

Les modalités de soumission du dossier sont disponibles sur le site de la Société d’étude du XVIIesiècle.

Délai de candidature : 30 juin 2022.