Archives de catégorie : Recherche

Appel à articles – L’Année du Maghreb no 34 : “Conversions religieuses. Croire et faire en mouvement dans l’espace méditerranéen”

Date limite pour envoyer une proposition : 30 juin 2024

La conversion religieuse est un phénomène complexe, polysémique et polymorphe qui met en exergue la question de la mobilité religieuse et sociale à travers le temps long. À la jonction d’une démarche individuelle et d’un phénomène collectif, elle constitue un objet de recherche transversal éclairant les dynamiques et les modalités d’appartenance, le « bricolage » religieux et les enjeux de son articulation dans l’espace (Hervieu-Léger, 1999). En fonction d’où l’on place le regard, la conversion religieuse peut-être perçue comme une « entrée », une « sortie » qui traduirait le mouvement d’un « avant » à un « après ». Comment traduire l’intensité de ces « passages » ? Est-ce une rupture nette et totalisante, une mutation progressive et adaptée ou une recomposition parcellaire et estompée du croire et du faire religieux ? Portant une attention particulière aux spatialités, ce dossier entend contribuer aux recherches sur les conversions religieuses passées et présentes – sans restriction temporelle – dans l’espace méditerranéen en proposant une étude croisée (Despotis, Löhr, 2022 ; Norton, 2019 ; Boissevain & Le Pape, 2014 ; Marzouki, Roy, 2013 ; Garcia-Arenal, 2001 ; Guiral-Hadziiossif, 2000). Appréhender les conversions religieuses dans le temps long et dans des espaces variés entend contribuer à une meilleure restitution de la complexité des phénomènes de retour du religieux et ceux de sortie de la religion. Dans cette optique, ce dossier comprend le fait religieux dans une acception large en regroupant « entrées » et « sorties » des monothéismes, des religions, rites et obédiences minoritaires ou marginaux ainsi que des formes d’agnosticisme et d’athéisme, soit des sorties religieuses. L’approche diachronique ambitionne de faire dialoguer les travaux historiques, sociologiques, anthropologiques et juridiques par la mobilisation de nouvelles archives, d’observations issues d’enquêtes de terrain inédites et de matériaux juridiques autour des conversions religieuses dans ces espaces.

Plus d’informations ici.

Appel à communications : colloque “Les femmes et la Libération en France (métropole et Empire), 1944-1946”

Lieu : Lille

Date : mars 2025

Date limite pour soumettre une candidature : 10 juillet 2024

Résumé

Organisé par le Conseil scientifique et d’orientation de la Mission du 80ème anniversaire de la Libération, ce colloque porte sur les deux ou trois années qui constituent le « moment » de la Libération, de 1944 à 1946. Il souhaite interroger les transformations intervenues dans la vie des femmes et dans les rapports de genre – au combat, dans la Cité et dans leurs activités – en France métropolitaine et dans l’Empire. Cette rencontre internationale propose à la fois un état des lieux des connaissances et la mise en lumière d’aspects nouveaux.

Depuis la parution en 1995, du premier numéro de la revue Clio, Histoire, Femmes et Sociétés consacré à « Résistances et Libérations », les travaux se sont accumulés mais l’importance de la Libération dans la période dite du « creux de la vague » féministe est encore peu étudiée. L’historiographie s’est concentrée sur les féministes et les féminismes de la Révolution française, du long XIXème siècle et de la « deuxième vague » (des années 1970 et suivantes). Le colloque sera l’occasion de s’interroger sur les capacités combattantes des femmes, des résistantes comme des collaboratrices, de sonder leur engagement dans la Cité comme nouvelles électrices en 1945 (y compris dans les colonies et les départements d’outre-mer) mais aussi comme travailleuses ou « ménagères », et d’apprécier leur autonomie. « Les femmes ont-elles eu une Libération ? » se demandait en 1995 Françoise Thébaud. L’hypothèse générale soumise à la discussion est que ces quelque trois ans ont représenté pour les femmes une phase d’ouverture mais que les continuités sont restées marquées.

Argument

Au-delà de la rupture fondamentale que constituent la guerre, l’Occupation et la période des combats de la Libération, dans quelle mesure les trois années 1944-1946 constituent-elles une césure, un moment de consensus et de conquêtes politiques et sociales pour les femmes, avant que la Guerre froide ne cristallise les oppositions idéologiques ? Cette rencontre se propose d’explorer de manière aussi large que possible l’histoire des femmes en France métropolitaine et dans l’Empire pendant cet intervalle de temps, qu’il s’agisse des réformes institutionnelles, économiques ou sociales, ou de l’évolution des mœurs et des représentations.

                  Engagements

En consacrant la féminisation des armées avec la création des AFAT puis du personnel féminin de l’armée de terre, la Libération constitue une fenêtre d’opportunité, illustrée également par la littérature de témoignage des résistantes des années 1944-1946, plus porteuse d’espoir que les récits ultérieurs. Le colloque sera aussi l’occasion de porter un nouveau regard sur les engagements féminins au moment de la Libération à différentes échelles, locale, nationale et internationale. Engagement des femmes dans les maquis, les mouvements et les réseaux d’une part, mais également celui des collaboratrices, dont la dimension politique a été soulignée par des travaux récents.

En tant que nouvelles électrices, les femmes de métropole ont voté trois fois en 1945 et trois fois encore en 1946. Dans l’Empire, l’application de l’ordonnance du 21 avril 1944 a suscité des débats et des mobilisations. Dans quelle mesure ces élections permettent-elles d’analyser les opinions des femmes et de vérifier, par exemple, si, comme le craignait le Parti radical, elles ont voté pour les partis conservateurs ? Quant aux élues de 1945-1946, dont on pourra interroger les liens avec les partis politiques, elles n’ont pas encore fait l’objet d’une étude systématique.

L’accès au suffrage et à l’éligibilité va de pair avec la restructuration des organisations féministes au lendemain de l’obtention du droit de vote qui se trouvait au cœur de leurs préoccupations depuis la fin du XIXe siècle. Quelles sont les principales revendications portées par les mouvements féminins et féministes anciens ou issus de la Résistance ? Quelles sont leurs connexions avec les organisations internationales les plus anciennes comme avec celles nouvellement créées ?

                  Droits économiques et sociaux

La Libération est aussi le moment d’une tentative d’égalisation des droits entre les hommes et les femmes. Le préambule de la Constitution de 1946 en garantit le principe. Une série de petits pas se sont succédé dans la période qui mériteraient un recensement et un examen attentif (rapprochement des salaires, suppression de l’abattement des 10 %, ouverture de la carrière diplomatique aux femmes, ouverture du concours de l’ENA, de la magistrature, des jurys, etc.). Au niveau international, la création de l’ONU et, en son sein, de la Commission de la condition de la femme en 1946, constitue également une étape encore mal connue dans la reconnaissance des droits des femmes, de même que la participation de celles-ci à la rédaction de la Déclaration universelle des droits de l’homme.

Normes de genre et représentations

Comment se recomposent les rapports de genre au lendemain du conflit ? La participation des femmes à la Résistance les modifie-t-elle ? De quelle façon l’épuration des collaboratrices participe-t-elle au rétablissement de l’ordre des sexes, après les « troubles dans le genre » constatés durant la guerre ? Pendant que les femmes deviennent des citoyennes à part entière, la résonance politique du pic de répression mérite d’être scrutée. Dans un quotidien affecté par des pénuries et dans un contexte où perdurent les inquiétudes natalistes, il importe également d’apprécier les injonctions de retour au foyer qui pèsent sur les femmes. On pourrait ainsi développer une analyse de genre sur le développement des allocations familiales et la poursuite de l’allocation de salaire unique instituée en 1941. Dans quelle mesure ces dispositifs de protection sociale qui découragent l’emploi des femmes participent-ils à un rétablissement de la domination masculine ?  Quel rôle jouent en outre les femmes dans l’économie du deuil ou du soin dans cette société d’après-guerre encore meurtrie ? En quoi le retour ou l’absence des déportées a-t-elle modifié la distribution des rôles dans les familles ? Alors que le nombre de divorces croît sensiblement en 1945 et 1946, comment sont perçues les femmes divorcées ainsi que les femmes seules ?

Comment le cinéma, la littérature ou la presse et notamment les magazines féminins comme Elle qui commence à paraître en 1945, représentent les rapports de genre à la Libération ? La presse magazine féminine a fait l’objet de travaux portant sur les années 1968, plus rares sont les études sur l’immédiat après-guerre.

Il ne semble pas que le deuxième après-guerre ait donné lieu à de nouvelles « années folles ». La Libération n’a pas été l’occasion, comme l’ont été les années vingt, d’une certaine libération de l’homosexualité et n’a pas remis en cause les normes de genre. Mais dans le domaine des mœurs en son ensemble a-t-elle été aussi conservatrice qu’il y paraît ?

Cette proposition de colloque est ouverte. Les questions évoquées ici n’ont qu’une valeur indicative et n’ont d’autre but que de montrer la richesse potentielle du champ de recherche.

Modalités et calendrier de candidature

Les candidatures doivent être adressées aux trois membres du comité d’organisation, accompagnées d’un argument de 1500/2000 signes, avant le 10 juillet 2024.

Comité d’organisation :

Claire Andrieu, Sciences Po, Paris,

Julie Le Gac, Université de Paris-Nanterre

Fabien Lostec, Université de Rennes 2

claire.andrieu@sciencespo.fr, jlegac@parisnanterre.fr, fabien.lostec@bbox.fr                            

Conseil scientifique :

Stéphane Albertelli, chercheur

Raphaële Balu, Université Paris 1

Christine Bard, Université d’Angers

Pascale Barthélémy, EHESS, Paris

Hanna Diamond, Cardiff University, UK

Camille Fauroux, Université Toulouse Jean Jaurès

Thomas Fontaine, Musée de la Résistance nationale, Champigny

Antoine Grande, Musée de la Résistance et de la Déportation de la Haute-Garonne

Zoé Grumberg, Université du Mans

Laure Humbert, University of Manchester, UK

Catherine Lacour-Astol, chercheure

Elissa Mailänder, Sciences Po, Paris

Claire Miot, Sciences Po Aix

Frédérique Neau-Dufour, chercheure

Renée Poznanski, Université Ben Gourion, Israël

Mary-Louise Roberts, University of Wisconsin-Madison, USA

Fabrice Virgili, CNRS

Sylvie Zaidman. Musée de la Libération de Paris

Format : présentiel

Langue de travail : français et anglais

Bibliographie indicative : voir plus loin

Mots-clés : Femmes – Genre – Libération – Seconde Guerre mondiale – Occupation – France – Empire colonial

Colloque jeunes chercheur.ses franco-allemand – “La référence à l’Histoire comme mobile d’action”

Date : 19-21 juin 2025

Lieu : bibliothèque du Warburg-Haus (Hambourg)

Date limite pour envoyer une proposition : 15 septembre 2025

L’Université de Hambourg et l’Université Bordeaux-Montaigne, qui célèbreront en 2025 le dixième anniversaire du cursus franco-allemand d’Histoire « HamBord » agréé et soutenu par l’Université franco-allemande, organiseront du 19 au 21 juin 2025, dans la bibliothèque du Warburg-Haus (Heilwigstraße 116, 20249 Hambourg), un colloque international à l’attention des doctorants et jeunes docteurs sur le thème de la référence à l’Histoire comme mobile d’action, toutes périodes confondues (Histoire ancienne, médiévale, moderne et contemporaine).

L’objet de ce colloque est, dans le cadre d’une réflexion sur l’histoire et le devenir de l’Europe, de considérer comment le regard porté sur le passé a motivé hier et motive encore aujourd’hui prises de positions, projets et actions. Souvent, la référence au passé a été instrumentalisée pour créer des conflits, justifier des guerres ou alimenter des antagonismes. Ce n’est toutefois qu’un aspect de la réalité historique. L’ancien président de la République française Georges Pompidou était d’avis que « les peuples heureux n’ont pas d’histoire » : de fait, on a moins étudié les moments où le passé était utilisé pour forger des projets communs. Cette rencontre voudrait donc contribuer en partie à combler aussi cette lacune.

On s’intéressera tant à la perception du passé aux divers échelons de la société (du citoyen lambda aux hommes et femmes politiques et autres personnes publiques) qu’à la manière dont on s’est exprimé et on s’exprime sur ce thème (quel que soit le mode de communication : écrit, pictural et/ou sonore) et à la réflexion historiographique susceptible d’alimenter opinions et prises de position ou, au contraire, de s’en distancer. Une attention plus particulière sera portée à l’Allemagne et la France, mais il ne s’agit en aucune cas d’une démarche exclusive : le champ d’investigation porte sur toute l’Europe et des contributions intégrant une réflexion sur l’histoire de pays tiers sera la bienvenue !

Ce colloque sur la référence à l’Histoire comme mobile d’action est donc consacré à la fois aux usages du passé (quel qu’en soit le support ou le mode), aux usages de l’histoire (comme récit du passé) et à l’historiographie (comme science du passé), depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, qu’il s’agisse, pour les acteurs et actrices, de former des desseins belliqueux ou pacifiques, pragmatiques ou utopiques… Il s’agit de mieux comprendre la fabrique de l’Europe dans sa dimension historique et de réfléchir à son possible devenir.

La durée des communications, en français, en allemand ou en anglais, sera de 30 minutes ; dans le cadre d’un atelier spécifique dédié aux élèves de première et terminale de Hambourg et de ses environs et aux étudiants du cursus « HamBord », les participants auront également l’occasion de discuter de leur thème de recherche avec un public plus jeune. Les frais de transport et l’hébergement des intervenants seront pris en charge ; à cette fin, les organisateurs déposeront notamment une demande de subvention auprès de l’Université franco-allemande.

Toutes celles et ceux qui souhaitent contribuer au colloque « la référence à l’Histoire comme mobile d’action » en y présentant une communication sont invités à envoyer jusqu’au 15 septembre 2024 au plus tard à philippe.depreux@uni-hamburg.de, karine.sion-jenkis@u-bordeaux-montaigne.fr et nicolas.patin@u-bordeaux-montaigne.fr les documents suivants :

– curriculum vitae ;

– résumé de la thèse (en préparation ou soutenue depuis moins de six ans) ;

– titre de la communication proposée avec présentation succincte de sa teneur.

https://formations.u-bordeaux-montaigne.fr/fr/catalogue-des-formations/licence-XA/licence-hambord-KX5X64G1.html

https://www.geschichte.uni-hamburg.de/internationales/ba-hambord.html

Appel à communications – Colloque “Agriculture et environnement en Europe de l’Antiquité à nos jours”

Date : 6-7 février 2025

Lieu : université Bordeaux-Montaigne

Date limite pour soumettre une proposition : 31 août 2024

Objectif scientifique :

            L’histoire rurale et l’histoire environnementale sont deux champs historiographiques proches par nature, mais rarement réunis dans des manifestations scientifiques collectives. Or, l’histoire rurale s’est depuis longtemps faite pionnière en histoire de l’environnement, de l’analyse des modes d’appropriation des espaces pour les cultiver, de la place des paysans et des choix agraires dans la formation des paysages, du rôle des marchés urbains dans le développement d’arrière‑pays spécialisés ou bien encore par l’intérêt porté aux forêts, montagnes et zones humides. Pensons par exemple aux travaux pionniers d’Emmanuel Le Roy Ladurie, de Marcel Lachiver ou d’Andrée Corvol, de Fabrice Mouthon, Aline Durand, ou Jean Guilaine.

            Il ne sera pas utile ici de revenir sur cette abondante production historiographique mais plutôt de voir dans quelle direction une réflexion renouvelée peut s’inscrire. Par agriculture, il faut entendre toutes les pratiques agraires, qu’il s’agisse de l’élevage, de la culture de la terre, de l’exploitation de la forêt ou bien encore des formes d’agriculture urbaine et hors sol. Que l’on s’intéresse à l’élevage du gros et du petit bétail, de la volaille, des poissons, des produits de la mer ou des insectes, l’histoire de l’agriculture croise l’histoire environnementale et fait appel aux animal studies. Plus encore, le développement de l’agriculture dans ses diverses formes relève à la fois d’une manière de tirer profit des potentialités de la nature et d’un façonnement de l’environnement par l’homme, inscrivant l’agriculture comme un élément moteur de construction paysagère et sociale. On peut, par exemple, penser au sarrasin en Bretagne, au maïs dans le Sud‑Ouest, à l’élevage bovin en Normandie. Qu’il s’agisse d’agriculture vivrière, d’agriculture commerciale spécialisée ou de formes mixtes, toutes impriment leurs logiques productives sur l’environnement. Bien que le terme fasse l’objet de plusieurs acceptions selon qu’il est vu depuis le droit, l’écologie ou la géographie, on entendra par environnement la combinaison des éléments naturels (le champ de forces physico-chimiques et biotiques) et socioéconomiques qui constituent le cadre et les conditions de vie d’un individu, d’une population, d’une communauté à différentes échelles spatiales.Plus encore que les autres activités anthropiques, l’agriculture puise dans l’environnement et le modifie. Éleveurs, paysans, bergers, forestiers, agriculteurs participent à construire une bonne connaissance des sols, des plantes, des animaux et entretiennent des systèmes et des formes d’équilibres ou de déséquilibres entre hommes et milieux. Une attention particulière sera également portée sur les impacts, les problèmes et risques générés par les pratiques agricoles, qu’il s’agisse de l’épuisement des sols, des formes de pollutions liées aux produits phytosanitaires – qui sont les mieux connues et les plus documentées, notamment depuis Silent Spring de Rachel Carson (1962) – ou aux autres formes d’externalités, comme les remembrements qui ont parfois abouti à de vastes mouvements d’arrachage des haies bocagères et à une accélération des phénomènes érosifs et d’assèchement des sols ou encore les défrichements et déforestations qui ont favorisé l’érosion des sols. Plus globalement, ces questions soulignent l’importance d’une réflexion sur l’agriculture qui a toujours dû concilier l’enjeu majeur de la sécurité alimentaire et celui de la soutenabilité de ses formes et de ses modèles, que cette soutenabilité soit contrainte par les moyens à disposition, qu’elle soit volontaire et pensée.    

            Les liens entre agriculture et environnement doivent alors s’envisager à plusieurs échelles. Il s’agit d’abord de celle de l’espace de production ou d’élevage qui est le premier niveau de croisement de ces deux questions, la parcelle, l’exploitation, le terroir… Puis, il faut envisager l’analyse en termes régionaux, nationaux et internationaux, par les filières, les bassins d’approvisionnement ou les diverses formes d’externalité à l’échelle internationale. Une même pratique agricole peut ainsi générer des besoins à plusieurs échelles, à l’instar de l’approvisionnement en bois pour la culture de la vigne. Ainsi, en Guyenne, un bassin de proximité fournissait les piquets en châtaignier et en acacia ainsi que l’osier destiné à attacher les ceps aux échalas ou à fabriquer les paniers de vendange. Un plus large bassin, à l’échelle française, fournissait le merrain de chêne destiné aux fûts, venu du Massif Central, mais aussi de la Baltique en fret d’échange via le port de Bordeaux. En cela, l’agriculture mobilise des ressources et des énergies issues d’un environnement plus ou moins lointain et participe à sa transformation.

Ce colloque s’adresse aux historien.ne.s, de l’antiquité jusqu’au monde contemporain, pour proposer une approche sur le temps long des liens entre agriculture et environnement en Europe, et pour envisager de manière renouvelée les transformations environnementales liées aux pratiques agricoles.  Il s’agira d’interroger le poids du contexte socioéconomique, le rôle des structures foncières, la place du genre et des générations dans le rapport à la terre et au milieu, l’influence des logiques de production, de transformation et de valorisation (marchés et prélèvement du local à l’international, du bourg rural aux métropoles, du commerce de proximité à l’industrie de transformation) ainsi que les modalités d’échanges et de transport dont les aspects pratiques ont un impact sur les produits agricoles autant que les environnements d’origine et de réception. Par exemple, le transport transatlantique du guano, puis du nitrate de soude au XIXe siècle a bouleversé, en moins d’un demi‑siècle, les espaces d’extraction du Pérou et du Chili avec de très forts prélèvements de ressources destinées à traverser l’océan par bateau pour lutter contre l’appauvrissement des sols en Europe. Il a ainsi participé à diversifier les sources d’approvisionnement en engrais et a préparé la voie à la fabrication et à l’utilisation des engrais chimiques, contribuant à la rupture métabolique entre campagnes et villes – c’est‑à‑dire à la rupture du lien entre les villes qui fournissaient, par leurs déchets, les engrais nécessaires au retour des minéraux indispensables à la fertilité des terres agricoles – , mais aussi entre pays développés et pays en développement.

Les communications donneront la priorité aux expériences pratiques plutôt qu’aux traités théoriques, aux observations empiriques plutôt qu’aux préconisations scientifiques et agronomiques, et si les savoirs savants seront abordés, ce sera pour mesurer la manière dont ils cohabitent et se mêlent aux savoirs pratiques.

Les propositions attendues pourront s’inscrire dans les axes suivants, qui sont des propositions de réflexion, sans être en aucune manière limitatives.

1/ Les actions volontaires pour améliorer la productivité agricole, tirer le meilleur profit des conditions naturelles et moins dépendre de ses contraintes :

– Transformation et adaptation des milieux au service de l’agriculture : amendements et engrais, écobuage et pratique des feux, surcharge pastorale, modification des cours d’eau ou du cours des eaux, modification du relief (terrassement, creusement, arasement), création d’espaces agricoles (poldérisation, assèchements, drainages, défrichements, arrachage de haies).

– Modification du vivant en fonction des besoins agricoles, alimentaires et sanitaires (processus de sélection variétale et animale, croisements, génétique), réussites et échecs.

– Réduction, voire affranchissement ou optimisation des contraintes de la nature (rythme biologique des plantes et des animaux d’élevage), qui passent par la maîtrise des cycles, l’appropriation des connaissances scientifiques, l’innovation technique mais qui reposent aussi sur les savoirs pratiques, le « bricolage » et le forçage.

– Formes de luttes (manuelle, mécanique ou chimique) contre les maladies et les animaux dits nuisibles : champignons, insectes, rongeurs, oiseaux, escargots, limaces, « grosses bêtes » (sangliers, loups, lapins…).

2/ Les impacts des pratiques agricoles sur l’environnement :

– Conséquences sur le vivant : appauvrissement génétique, fragilité aux maladies, contamination des espaces non cultivés ou espèces dites sauvages, appauvrissement de la biodiversité. 

– Perturbation des sols et de la météorologie : épuisement et altération des sols (ruissellement, ravines, pollutions), eaux et pluies, vent dont la force est accélérée par la diminution des haies coupe‑vent.

– Risques pour la santé des hommes et des animaux : maladies professionnelles, cancers des agriculteurs et des riverains, maladies des animaux. 

– Risques pour l’approvisionnement et la sécurité alimentaire. 

3/ Les conflits, les analyses critiques et les propositions nouvelles :

– Usages et conflits d’usages environnementaux liés aux pratiques agricoles : gestion de l’inculte, droits collectifs, propriété individuelle, cohabitation entre riverains et activités agricoles.

– Information, éducation et sensibilisation : dénonciations et rôle des médias, contenu des formations et programmes d’enseignement, engagement syndical, associatif et militant, structuration et politisation des débats.

– Régulation et réglementation des pratiques agricoles pour une bonne gestion des ressources, pour une préservation de la biodiversité et de l’environnement, pour une meilleure protection sanitaire des producteurs et des consommateurs : législateurs et législations, acteurs et structures d’encadrement.

– Réflexions, expérimentations et actions nouvelles visant à limiter/modifier l’impact environnemental de l’agriculture : conflits générationnels, retour à la terre, modèles alternatifs, diversification des profils d’agriculteurs et de leur rapport à la terre, formes de résilience.

Modalités de propositions :

Les propositions de communication devront nous parvenir avant le 31 août 2024.

Elles comporteront un titre, un résumé de 2000 caractères et un court CV.

Nous vous remercions de bien vouloir les adresser à :

frederic.boutoulle@u-bordeaux-montaigne.fr

stephanie.lachaud@u-bordeaux-montaigne.fr

corinne.marache@u-bordeaux-montaigne.fr

Julien.Zurbach@ens.psl.eu

Le colloque se déroulera à l’université Bordeaux Montaigne les jeudi 6 et vendredi 7 février 2025.

Une attention particulière sera portée aux propositions de jeunes chercheuses et jeunes chercheurs.

Comité d’organisation :

Frédéric Boutoulle, Professeur en histoire médiévale, université Bordeaux Montaigne, UMR 5607, Ausonius 

Stéphanie Lachaud, Maîtresse de conférences en histoire moderne, université Bordeaux Montaigne, CEMMC (EA 2958)

Corinne Marache, Professeure en histoire contemporaine, université Bordeaux Montaigne, CEMMC (EA 2958)

Julien Zurbach, Maître de conférences en histoire grecque, École Normale Supérieure, Paris, UMR 8546, AOrOc

Comité scientifique :

Frédéric Boutoulle, Professeur en histoire médiévale, université Bordeaux Montaigne, UMR 5607, Ausonius

Christophe Chandezon, Professeur, histoire grecque, université Paul-Valéry Montpellier, UMR 5140, Archéologie des sociétés méditerranéennes

Emmanuelle Charpentier, Maîtresse de conférences en histoire moderne, université Toulouse-Jean Jaurès, UMR 5136, Framespa

Aline Durand, Professeure d’archéologie et d’histoire du Moyen Âge, université du Maine, UMR 6566, CReAAH Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences, Histoire

Patrick Fournier, Maître de conférences en histoire moderne, université Clermont-Auvergne, Centre d’histoire « Espaces et Cultures » (EA 1001)

Emmanuel Huertas, maître de conférences en histoire du Moyen Age, Chaire d’excellence « Histoire rurale de l’Europe méridionale 11e-15e siècle », Université de Toulouse II – Le Mirail, UMR 5136, Framespa

Stéphanie Lachaud, Maîtresse de conférences en histoire moderne, université Bordeaux Montaigne, CEMMC (Centre d’Histoire des mondes moderne et contemporain, EA 2958)

Corinne Marache, Professeure en histoire contemporaine, université Bordeaux Montaigne, CEMMC (Centre d’Histoire des mondes moderne et contemporain, EA 2958)

Charles-François Mathis, Professeur en histoire contemporaine, université Paris I Panthéon Sorbonne, UMR 8066, Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine

Clémence Pagnoux, Maîtresse de conférences en archéobotanique, Muséum National d’Histoire Naturelle, UMR 7209, Archéozoologie et Archéobotanique – Sociétés, Pratiques et Environnements

Céline Pessis, Maîtresse de conférences en histoire contemporaine, AgroParisTech-Université Paris-Saclay

Julien Zurbach, Maître de conférences en histoire grecque, École Normale Supérieure, Paris, UMR 8546, AOrOc

Journée d’études de l’AJCH : “Les appropriations de l’eau de l’Antiquité à nos jours”

Lieu : université de Lille, IRHiS

Date : 12 juin 2024

Cette année, la journée d’études annuelle de l’AJCH aura lieu à l’université de Lille, dans la salle de séminaire de l’IRHiS (Institut de Recherches Historiques du Septentrion), avec le soutien de ce laboratoire et du LaMOP (Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris). L’événement s’inscrit par ailleurs dans le Printemps de l’histoire environnementale du RUCHE (Réseau Universitaire de chercheur.ses en Histoire de l’Environnement).

Résumé :

À l’ère du changement climatique, la question de l’eau et de ses
appropriations se pose avec une acuité inédite : dans certaines régions, elle a tendance à se raréfier, causant des problèmes d’approvisionnement et des conflits d’usage. À cela s’ajoute un autre problème : celui de la pollution, aussi bien des cours d’eau douce que des mers et des océans.

Des difficultés similaires se sont posées dans les sociétés passées : les sécheresses comme la pollution ont une histoire, qu’il s’agira d’explorer dans toutes les périodes historiques et dans tous les contextes géographiques.

La notion d’appropriation sera centrale dans l’analyse et permettra d’appréhender cette problématique générale : comment les sociétés humaines ont-elles cherché à maîtriser une ressource vitale, dans des contextes où s’impose l’adaptation aux inconstances de l’environnement ?

Programme : https://irhis.univ-lille.fr/detail-event/je-les-appropriations-de-leau-de-lantiquite-a-nos-jours

Appel à contribution – Reassessing Canon Formation in Medieval Literature

Lieu : UPF Barcelona (Espagne)

dates : 20-22 février 2025

Date limite pour candidater : 15 juillet 2024

Set for 2025 at Universitat Pompeu Fabra (UPF) in Barcelona, Reassessing Canon Formation in Medieval Literature emerges from a collaborative research project involving the University of Geneva and Université Libre de Bruxelles. It centrally features the Cycle des Sept Sages (C7S), a pivotal but underrecognized work of medieval French prose, based on the Roman des Sept Sages de Rome and its six prose continuations. These texts provide a unique window into the literary landscape of the late 13th century and serve as a focal point for our discussions on canon formation.

Our conference seeks to push beyond traditional literary analyses by adopting an interdisciplinary approach to reassess medieval literary canons. We aim to dissect the concept of ‘canon’ through comprehensive single-tradition studies and comparative analyses across different traditions. This exploration will critically evaluate the role of historical narratives and 19th-century scholarship in defining literary ‘greatness’.

Plus d’informations ici

Appel à communications – Colloque “anacyclose de l’exemple”

Le concept d’exemplarité revêt une importance fondamentale dans la culture littéraire et historique des Romains. Au-delà de leur fonction rhétorique, ce colloque s’engage à explorer leur dimension épistémologique et historiographique au sein du paysage culturel et politique de la Rome antique. Nous nous interrogerons sur la manière dont un événement ou un individu devient un exemplum, comment cet exemple évolue jusqu’à modifier sa signification, et surtout, à quel moment il perd sa valeur épistémologique.

Toute histoire est histoire contemporaine « parce qu’il est évident que seul l’intérêt pour la vie présente peut nous inciter à enquêter sur un fait passé; qui, par conséquent, dans la mesure où il s’unit à l’intérêt pour la vie présente, ne répond pas à un intérêt passé, mais à un intérêt présent » (Teoria e storia della storiografia, 1917 p. 4) selon Benedetto Croce qui, dans son historisme absolu de matrice hégélienne, montrait l’éternelle actualité du passé qui laisse sa marque sur le présent et fonde le futur. Dans une certaine mesure, cette idée n’est pas très éloignée de la conception classique de l’historia magistra vitae (Cicéron, De oratore 2. 36): en effet, l’identité romaine est construite en référence aux “grands hommes”, aux exempla, à tel point que la connaissance et l’usage des exempla sont devenus des éléments majeurs de la formation rhétorique (Quintilien, Institution Oratoire 5.11), et que des recueils ont été constitués (comme en témoigne l’œuvre de Valère Maxime). Ce domaine est bien connu tant des littéraires que des historiens de l’Antiquité et, dans ce dernier, J.M. David (Maiorum exempla sequi: l’exemplum historique dans les discours judiciaires de Cicéron) mérite d’être crédité pour avoir souligné l’importance de l’exemple dans la rhétorique. La perspective rhétorique a fait l’objet de nombreuses publications et colloques couvrant toutes les périodes de l’histoire (J. Berlioz – J.M David, Rhétorique et histoire. L’exemplum et le modèle de comportement dans le discours antique et médiéval; E. Danblon, V. Ferry, L. Nicolas, B. Sans (éds), Rhétoriques de l’exemple. Fonctions et pratiques; M.A. Polo De Beaulieu, J. Berlioz et P. Collomb (éds.), La tonnerre des exemples. Exempla et médiation culturelle dans l’Occident médiéval) mais cette approche n’épuise certes pas le problème: l’exemple demeure en effet comme constant historique, comme caractère marquant de la mémoire collective de toutes les époques (M. Coudry – T. Späth (éds), L’invention des grands hommes de la Rome antique, Die Konstruktion der grossen Männer Altroms; J. Goeken F. Chapot, M. Pfaff-Reydellet (eds), Figures mythiques et discours religieux dans l’Empire gréco-romain; W. Haug, B. Wachinger (éds.), Exempel und Exempelsammlungen; J. Berlioz, M.A. Polo de Beaulieu (éds), Les exempla médiévaux: nouvelles perspectives; A. Molinier Arbo, C. Notter et J.-L. Vix (éd.), Figures exemplaires de pouvoir sous l’Empire dans la littérature gréco-romaine).

Néanmoins, il semble que le processus de réduction et de simplification, qui précède la création de l’exemple, a été peu exploré. Par conséquent, ce colloque vise à étudier la dimension épistémologique et historiographique dans une perspective diachronique, montrant le progressif processus de simplification des évènements et des personnages qui amène à la création d’un exemple. Dans l’autre sens, il serait également intéressant d’examiner la mort des exemples, c’est-à-dire le moment où un personnage ou un événement, qui était précédemment utilisé comme un exemple à part entière, perd sa force métaphorique pour devenir simplement un élément d’une chaîne associée à d’autres personnages ou événements ou quand sa valeur devient obscure et incompréhensible. Au lieu de concevoir ce processus comme linéaire, nous proposons de le considérer comme un parcours complexe, sujet à des transformations, des détériorations et des revitalisations selon les contextes historiques. Bref, une véritable anacyclose de l’exemple. En mettant en valeur la longue durée des exemples, cette approche vise à s’éloigner d’une étude rhétorique en se focalisant alors sur la dimension historique de l’exemple: comment un évènement devient la mesure pour étudier et évaluer des évènements similaires (par exemple, la peste d’Athènes qui est devenue la clé pour narrer les pestes des époques successives), ou comment les exemples sont utilisés par les différents acteurs sociaux, que ce soit en adhésion ou en opposition au pouvoir, pour renforcer leurs actions ou revendications, notamment dans les moments de crise.

Les principaux axes de recherche, mais non exclusifs, sont énumérés ci-dessous:

  • Construction de l’exemplarité: réflexions sur le début du processus de simplification ou sur la progressive réduction de la complexité historique d’un événement ou d’un personnage.
  • Transformation et mort des exemples: réflexions sur la fin du processus de simplification, sur le déclin de la puissance métaphorique d’un exemple ou sur sa disparition parmi les exemples classiques.
  • L’exemplum comme clé interprétative du réel: réflexions sur l’utilisation des exempla dans les processus décisionnels, que ce soit pour soutenir ou contester le pouvoir politique, faire face à une crise, ou interpréter un événement ou une période historique.

Modalités pratiques

Les propositions (environ 400 mots) sont à envoyer aux adresses suivantes: lorenzo.boragno@univ-lemans.fr et antonio.romano@univ-lemans.fr

Date limite de soumission: 30 juin 2024

  • Réponse rendue par les organisateurs: 31 juillet
  • Date et lieu du colloque: 13/14 novembre, Le Mans Université, Faculté des Lettres, Langues & Sciences Humaines
  • La restauration des intervenant·e·s à l’heure du déjeuner sera prise en charge par l’organisation du colloque

Publication

Le comité d’organisation envisage de publier les actes du colloque en 2025.

Comité d’organisation

  • Lorenzo F.G. Boragno, Le Mans Université, CReAAH UMR 6566
  • Antonio Romano, Le Mans Université, CReAAH UMR 6566

Comité scientifique

  • E. Bertrand, Professeure d’Histoire Romaine et Patrimoine, CReAAH UMR 6566 (Le Mans Université)
  • R. Compatangelo-Soussignan, Professeure émérite d’Histoire Romaine, CReAAH UMR 6566 (Le Mans Université)
  • A. Gangloff, Professeure d’Histoire Romaine, CReAAH UMR 6566 (Université Rennes 2)
  • G.L. Gregori, Professore Ordinario di Epigrafia Latina e Antichità Romane (Sapienza Università di Roma)

Bibliographie fondamentale

  • E. Danblon, V. Ferry, L. Nicolas, B. Sans (éds), Rhétoriques de l’exemple. Fonctions et pratiques, Besançon: Presses Universitaires de Franche-Comté, 2014.
  • J.M. David, Maiorum exempla sequi: l’exemplum historique dans les discours judiciaires de Cicéron, MEFR 92.1, 1980.
  • J. Berlioz – J.M David, Rhétorique et histoire. L’exemplum et le modèle de comportement dans le discours antique et médiéval, Rome: EFR 1980
  • J. Berlioz, M.A. Polo de Beaulieu (dir.), Les exempla médiévaux: nouvelles perspectives, Paris: Champion, 1998
  • M. Coudry – T. Späth, L’invention des grands hommes de la Rome antique, Die Konstruktion der grossen Männer Altroms, Paris: De Boccard 2001.
  • J. Goeken, F. Chapot, M. Pfaff-Reydellet (eds), Figures mythiques et discours religieux dans l’Empire gréco-romain, Turnhout: Brepols, 2018.
  • W. Haug, B. Wachinger (her.), Exempel und Exempelsammlungen, Tübingen: Max Niemeyer Verlag, 1991.
  • A. Molinier Arbo, C. Notter et J.-L. Vix (éd.), Figures exemplaires de pouvoir sous l’Empire dans la littérature gréco-romaine, Turnhout, Brepols, collection « Recherches sur les rhétoriques religieuses », 2023
  • M.A. Polo De Beaulieu, J. Berlioz et P. Collomb (dir.), La tonnerre des exemples. Exempla et médiation culturelle dans l’Occident médiéval, Rennes: Presses Universitaires de Rennes, 2019.
  • I. Sluiter, R.M. Rosen (eds.), Kakos. Badness and anti-value in classical antiquity, Leiden-Boston: Brill.

Appel à communications – Congrès de l’Institut des Amériques 2025 : “Les gauches dans les Amériques du premier XXe siècle”

Lieu : Paris, Campus Condorcet

Date limite pour soumettre une proposition : 15 juillet 2024

La Première Guerre mondiale puis la Révolution Russe provoquent la rupture du mouvement socialiste, mais également une transformation du champ militant et intellectuel de la gauche à l’échelle des Amériques. Les différents groupes, partis et syndicats se revendiquant du socialisme se divisent alors que d’autres sont fondés, et que de nouvelles orientations théoriques, culturelles et artistiques émergent.
De ce point de vue, le discours porté dans les années 1920 par l’Internationale communiste (1919-1943) représente une rupture importante avec les traditions socialistes précédentes, du fait de la volonté affichée de prendre en compte la diversité des oppressions. À la lutte des classes, le mouvement communiste ajoute la dénonciation des oppressions coloniales, nationales, raciales, sectaires ou genrées. La Constitution de la jeune République soviétique est alors invoquée comme une avancée sur des plans aussi divers que le droit des femmes ou la reconnaissance du droit à la séparation et à l’auto-détermination nationale. Ces positions contre le racisme, le colonialisme et l’impérialisme enclenchent un processus complexe d’alignements, de rapprochements, d’adhésions mais également de distanciations ou de rejets.
Ces bouleversements politiques rencontrent par ailleurs, dans les Amériques, des réflexions déjà anciennes sur les hiérarchisations raciales et le racisme dans un contexte d’effervescence avant-gardiste où politique, révolution et art se côtoient. Quel effet l’essor des thèses et des organisations communistes a-t-il sur le paysage des gauches dans les Amériques ? Quelles inflexions provoque-t-il dans la prise en compte des questions raciales ? Comment analyser cet impact dans les circulations d’idées, de personnes et de modèles d’organisation qui portent un discours anti-raciste et anti-colonial ?

Plus d’informations ici.

Appel à communications – Colloque «Au bon air des jardins (18e – 21e siècles)»

Dates : 15-16 octobre 2024

Lieu : École de la Nature et du Paysage à Blois

Date limite pour soumettre une proposition : 30 juin 2024

Au XIXe siècle, Maupassant décrivait la canicule parisienne et vantait déjà la fraicheur à l’ombre des arbres en écrivant que « c’était une nuit sans vent, une de ces nuits d’étuve où l’air de Paris surchauffé entre dans la poitrine comme une vapeur de four. Une armée de fiacres menait sous les arbres tout un peuple d’amoureux » (Bel ami). Si les fiacres ont disparu, nul doute que les promenades, parcs et jardins restent des lieux appréciés en période de canicule pour des citadins à la recherche de “bon air”.

Le colloque vise à nourrir une réflexion générale sur l’air et le climat sous le prisme socio-spatialdes parcs et jardins urbains publics en France comme dans le reste du monde. Il a pour objectif de montrer si ces espaces sont marqués par des évolutions et transitions géohistoriques communes ou, au contraire, différentes dans les enjeux liés à l’air et au climat (Corbin 1982 ; Metzger 2018 ; Brassart et al. 2022). Afin de favoriser le dialogue disciplinaire, l’appel est ouvert en SHS : géographie, géohistoire, histoire, histoire de l’art, aménagement, architecture, projet de paysage, political ecology, sociologie…

Plus d’informations ici.

Appel à communications – Colloque international “Arts du cirque sans frontières : pour une histoire mondiale du cirque”

Lieu : Paris (La Villette)

Date : 3-5 février 2025

Date limite pour soumettre une proposition : 1er septembre 2024

Ce colloque ambitionne de décloisonner ces historiographies en appelant les chercheurs et chercheuses en histoire et plus largement en arts et sciences sociales (arts du spectacle, histoire de l’art, sociologie, anthropologie, etc.) mais aussi les acteurs du monde artistique et culturel à croiser leurs approches. Ce colloque se voit comme un premier pas vers une histoire mondiale du cirque, sans ignorer les limites d’une telle entreprise. L’historiographie du cirque est récente et beaucoup d’aspects restent inexplorés. Les travaux établissant des ponts entre les différentes histoires nationales manquent. En outre, une partie d’entre elles n’ont pas encore été écrites. L’histoire du cirque dans certaines régions du monde, et à certaines périodes demeure largement méconnue. Par conséquent, des communications retenant une approche locale pourront être proposées si elles permettent d’attirer l’attention sur ces espaces où l’histoire du cirque reste à écrire. Néanmoins, l’accent sera mis sur les approches comparées ou connectées, globales voire mondiales. Il s’agira de mettre en avant des dynamiques interculturelles plutôt que des particularismes locaux.

Plus d’informations ici.