Archives de catégorie : Appels à articles

Appel à articles – Les dépôts lapidaires : de précieux vestiges pour l’histoire du monument et de son decor sculpté

Revue : In Situ (Paris)

Date limite pour candidater : 15 juin 2024

Dates des résultats : 10 décembre 2024

Les dépôts lapidaires sont entendus comme des fragments d’architecture et de sculpture, déposés et rassemblés de manière à conserver un lien organique avec leur monument ou leur site d’origine. Ces dernières années, In Situ. Revue des patrimoines a ponctuellement traité le sujet des dépôts lapidaires par des articles en ligne tels que celui d’Élisabeth Portet sur « Les collections du Panthéon. Étude, inventaire et perspectives scientifiques », dans le numéro thématique sur les Ensembles mobiliers, industriels, techniques. Connaissance, protection, conservation, présentation au public (2016, no 29), ou de manière indirecte en étudiant les moulages issus des chantiers de restauration de la cathédrale Notre-Dame de Laon conservés dans le dépôt lapidaire (Caroline Dujon-Attali Ben Mayer, « Les moulages de Notre-Dame de Laon : une découverte récente », Le moulage. Pratiques historiques et regards contemporainsIn Situ, 2016, no 28)

À l’initiative d’Arnaud Timbert, professeur d’histoire de l’art médiéval à l’université de Picardie Jules-Verne, une journée d’études a été consacrée aux dépôts lapidaires associés à des édifices médiévaux de Picardie (université d’Amiens, 2006). Elle a été suivie de deux autres journées d’études organisées par Delphine Hanquiez sur les dépôts lapidaires du nord de la France (INHA, 2008) et sur les collections lapidaires de la Flandre, de l’Artois et du Cambrésis (université d’Artois, 2019). Toutes ces rencontres ont fait l’objet d’une publication1

Ces travaux ainsi que plusieurs monographies récentes d’édifices ont mis en exergue l’intérêt scientifique et patrimonial des dépôts lapidaires pour l’histoire de l’architecture et l’histoire de la conservation-restauration. « La prise en compte des pièces déposées pour la compréhension et la restitution en trois dimensions d’un édifice disparu ou de ses états anciens apparaît aujourd’hui comme une étape essentielle de la recherche scientifique. Leur conservation s’impose aussi comme une nécessité du point de vue patrimonial, afin qu’elles puissent servir à nouveau de référence aux restaurations futures2. »

Dans la lignée des actions menées par Léon Pressouyre dans les années 1970 en vue d’assurer la protection au titre des monuments historiques des fragments, les inventaires pièce à pièce des dépôts lapidaires (comme à Amiens, Arras, Beauport, Beauvais, Besançon, Châlons-en-Champagne, Chartres, Cluny, Creil, Jumièges, Lille, Meaux, Noyon, Reims, Rue, Saint-Denis, Saint-Guilhem-le-Désert, Saint-Leu-d’Esserent, Saint-Omer, Saint-Quentin, Senlis, Soissons, Tours, Vaucelles…) ont été menés et poursuivis. Ils révèlent les avancées obtenues ces dernières années grâce à des partenariats scientifiques et des synergies locales, pour l’étude, la meilleure conservation et valorisation.

Ce sujet qui prend de nombreuses formes appelle un état des lieux des travaux en cours et une réflexion sur la mise en commun des approches des différents secteurs (monuments historiques, archéologie, musées, parcs et jardins) pour définir des pistes d’actions et renouveler, le cas échéant, la prise en compte de ces biens culturels particuliers qui se situent à l’intersection des domaines immobiliers et mobiliers.

Plus d’informations ici

Appel à article – Notices pour une encyclopédie de l’histoire de l’Eglise

Ouvrage : Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques

Université : UCLouvain, KU Leuven (Belgique)

Date limite pour soumettre un article : 1er septembre 2024

Les éditeurs du Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques recherchent des notices pour leur prochain fascicule.

Cette encyclopédie réputée d’histoire de l’Église, commencée par Alfred Baudrillart en 1909 et actuellement gérée par l’UCLouvain et la KU Leuven en Belgique, publie des notices sur des personnes, des institutions, des phénomènes et des lieux liés à l’histoire du christianisme dans des fascicules imprimés réguliers ; toutes les notices apparaissent également sur la plateforme en ligne de notre éditeur, Brepolis.

Les éditeurs recherchent actuellement des notices pour le prochain fascicule. Les articles doivent fournir des introductions faisant autorité sur le sujet traité, mêlant à la fois des informations factuelles et un résumé du status quaestionis historiographique, et doivent inclure une bibliographie. Ils peuvent être rédigés en français ou en anglais ; la date limite est fixée au 1er septembre 2024. Le nombre de mots est à convenir avec les éditeurs en fonction du sujet.

Le DHGE est une source d’information fiable dans le monde universitaire. Publier dans cette ressource historique signifie partager votre expertise avec un public mondial et ajouter votre nom à notre liste d’anciens auteurs, qui comprend David Knowles, Hubert Jedin, Michel de Certeau et Marie-Dominique Chenu.

Plus d’informations ici

Appel à articles – Circé. Histoire, savoirs, sociétés (VARIA)

Le comité éditorial de la revue Circé. Histoire, savoirs, sociétés est heureux de faire paraître aujourd’hui son appel à contributions pour son prochain numéro (n° 18). Créée et animée par de jeunes chercheurs, la revue leur est particulièrement destinée. Elle privilégie la publication d’articles issus des premières années de recherche, c’est-à-dire après une soutenance d’un mémoire de Master 2, pendant la préparation d’un doctorat, ou après la soutenance d’une thèse.

Modalités de soumission

Les auteurs pourront faire parvenir une première version de leur article sous format électronique, en fichier attaché (format .doc de préférence), à l’adresse suivante : larevuecirce@gmail.com avant le 30 juin 2024.

Elle sera accompagnée d’un abstract (500 à 1 000 signes, espaces compris) ainsi que de 5 mots-clés et d’une courte notice biographique (700 signes maximum, espaces compris) qui précisera notamment les fonctions officielles, les principaux objets de recherches et l’adresse électronique de l’auteur. Il est recommandé aux auteurs de fournir un article entre 30 000 et 60 000 signes (ce décompte prenant en compte les notes de bas de page). Les normes éditoriales à suivre sont celles indiquées dans la charte éditoriale de Circé consultable sur le site de la revue.

Processus éditorial :

Après une première relecture en interne effectuée par les éditeurs de la revue puis de premiers échanges avec les auteurs, chaque article anonymisé est soumis à la relecture en double aveugle de chercheurs, spécialistes des thématiques concernées. Ils sont choisis soit parmi les membres du comité scientifique de Circé, soit contactés personnellement par les éditeurs en charge de l’article.

Comité scientifique :

Anne-Claude AMBROISE-RENDU, Professeure des universités en histoire contemporaine | Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Susan BADDELEY, Professeure en civilisation britannique et langue anglaise | Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Delphine CARRANGEOT, Maître de conférences en histoire moderne | Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Pierre CHASTANG, Professeur en histoire médiévale | Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Anaïs FLÉCHET, Maître de conférences en histoire contemporaine | Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Lampros FLITOURIS, Maître de conférences en histoire européenne | Université d’Ioánnina

Corinne FRANÇOIS-DENÈVE, Professeure des universités en littérature comparée | Université de Haute-Alsace

Pauline LEMAIGRE GAFFIER, Maître de conférences en histoire moderne | Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Caroline MOINE, Professeure des universités en histoire contemporaine | Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Jean-Yves MOLLIER, Professeur émérite en histoire contemporaine | Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Vincent PUECH, Maître de conférences en histoire ancienne | Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Anne ROCHEBOUET, Maître de conférences en littérature médiévale | Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Evelyne SAMAMA, Professeure des universités en histoire ancienne | Université Versailles de Saint-Quentin-en-Yvelines

Jean-Claude YON, Directeur d’études | École Pratique des Hautes Études

Alessia ZAMBON, Maître de conférences en histoire des arts et patrimoines | Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Appel à contributions – Enfants et enfances dans l’histoire de l’Afrique

Date limite pour proposer une contribution: 15 avril 2024

Avec plus de 60 pour cent de la population âgée de moins de 25 ans, l’Afrique est reconnue comme le continent le plus jeune du monde. Il est évident que les vies des enfants de l’Afrique sont façonnées par de nombreuses forces et institutions, au-delà de leur seule famille ou leur communauté locale, tels que l’État, les ONG, les organisations religieuses, les institutions scolaires ou la société civile. En même temps, les éléments locaux, comme la socialisation de l’enfant, la taille de la famille et ses moyens financiers, la santé et l’accès aux soins médicaux, les liens sociaux hors du foyer, etc., influencent la vie quotidienne des enfants africains. Pour mieux comprendre ces enfants d’aujourd’hui, qui font face à tant de défis à surmonter, mais qui auront aussi de nouvelles opportunités, il faut connaître leurs histoires : histoires récentes autant que lointaines, histoires de leurs expériences vis-à-vis des organisations et des influences locales mentionnées ci-dessus. Il faut aussi s’interroger sur ce que le mot « enfant » a signifié et signifie toujours en pratique dans différentes sociétés africaines et à des époques différentes, en se concentrant sur le 19e siècle à nos jours. Nous avons utilisé l’expression « enfants et enfances » dans le titre de ce numéro thématique pour indiquer que nous nous intéressons à la fois à l’histoire de l’enfance du point de vue des institutions et des adultes qui la règlent et la surveillent, et à l’histoire des enfants eux-mêmes : leurs expériences, leurs perspectives, leurs actions. Deuxièmement, notre utilisation du pluriel, « enfants et enfances » sert à rappeler qu’il n’existe ni une enfance africaine seule et unique, ni un « type » d’enfant africain. Il faut noter aussi qu’il est difficile de délimiter les âges de la vie, et de faire une distinction entre enfance et jeunesse, en raison des variations de culture, de période, de régime juridique ou politique. Les principaux objectifs du numéro, donc, consistent à réfléchir à ces termes, à explorer comment les enfants ont façonné et ont été façonnés par les sociétés dans lesquelles ils vivaient, et à retracer les développements significatifs de l’historiographie récente (Goerg 2012 ; George 2014 ; Razy et Rodet 2016 ; Walters 2016 ; Chapdelaine 2021 ; Duff 2022).

Pour en savoir plus ici

Appel à articles – Les ancrages sociaux de la grève – Terrains & travaux

Date de clôture de l’appel : 31 janvier 2025

L’actualité sociale de ces dernières années a été marquée par de nombreux conflits sociaux de grande ampleur. Ces luttes se sont déployées aussi bien à l’échelle interprofessionnelle (grèves contre la Loi Travail en 2016 et contre la réforme des retraites en 2019 et 2023) qu’à celle des entreprises (grève des cheminot·e·s en 2018, grèves de postier·e·s, grèves pour les salaires face à l’inflation). Elles ne sont pas cantonnées à la France puisqu’on les retrouve dans des pays aussi variés que les États-Unis, le Bangladesh ou l’Argentine, où le droit du travail et/ou l’organisation de la défense des salarié·e·s connaissent ou ont connu des politiques intenses de répression ou de domestication. À l’image du dernier mouvement de protestation contre la réforme des retraites, les grèves suscitent aussi de grands élans de solidarité, réactivant l’idée de « grèves par procuration ». De plus, ces mobilisations se sont parfois déployées en dehors des « bastions traditionnels » du mouvement ouvrier, à l’image des grèves des femmes de chambre, des ouvrier·e·s du secteur logistique, des livreurs·euses « ubérisé·e·s », des travailleurs·euses sans-papiers de la restauration ou de la construction. Enfin, la mobilisation de l’imaginaire de la grève autour d’objets hétérogènes et de plus en plus éloignés du champ des relations professionnelles instituées, par les mouvements féministes (grève des femmes contre les inégalités de salaires ou le travail domestique) et écologiques (grèves contre l’inaction climatique des gouvernements), témoigne a minima d’une certaine revitalisation politique et symbolique de cette modalité d’action. Ces réappropriations questionnent d’autant plus ce qui « fait grève » que, dans le même temps, certains syndicats ont au contraire tendance à recourir à des formes d’euphémisation ou de périphrase (« mettre le pays à l’arrêt », « tout bloquer »…).

Plus d’informations ici.

Appel à articles – Revue Communications – “Raconter/Construire des mondes : productions et réceptions hors d’Occident

Date limite pour soumettre une proposition : 1er juin 2024

Les sciences humaines et sociales ont pris acte de deux phénomènes caractéristiques de l’évolution récente des formes narratives. D’un côté les récits de longue haleine se multiplient dans la plupart des médias ; de l’autre, des encyclopédies (cartographies, généalogies, étymologies, bestiaires, etc.) s’y développent bien au-delà de la narration proprement dite. Ce sont aujourd’hui les mondes, davantage que les récits ou les personnages, qui structurent l’activité des industries de loisirs, dessinent le périmètre de la propriété intellectuelle et créent du lien au sein des communautés de fans.

Plus d’informations ici.

Appel à contributions – Revue d’histoire contemporaine de l’Afrique. Enfants et enfances dans l’histoire de l’Afrique

Le huitième numéro de Revue d’Histoire Contemporaine de l’Afrique (RHCA), à paraître en juin 2025, sera consacré au thème « Enfants et Enfances dans l’histoire de l’Afrique », sous la direction de Kelly Duke Bryant (Rowan University, États-Unis) et Kalala Ngalamulume (Bryn Mawr College, États-Unis). 

Date limite de l’envoi des résumés : 15 avril 2024

Plus d’informations ici.

Call for Articles: Scholarly Codes of Conduct in the 20th Century

Date limite pour envoyer un abstract : 15 avril 2024


Editors:

Joris Vandendriessche and Anna Cabanel

Scholarly codes of conduct are shared rules among scholars and scientists outlining the norms and proper practices of an individual or a scientific community. A compelling example of such codes of conduct is the Nuremberg Code, a set of ethical research principles for human experimentation established after WWII, following the trial of USA v. Brandt, also known as the ‘Doctors’ Trial.’ The Code is still used today, beyond its original purpose, to control and regulate practices of human experimentation.  

Scholarly codes of conduct can be formal or informal. Formal codes of conduct, such as the Nuremberg Code, are often clearly identifiable, emanating from a scientific authority or established entity. They control scientific research and practices (ethical guidelines, statements of professional standards) and draw a line between the insiders – seen as legitimate scientists – and others. For instance, the strict membership definition of some scientific societies aims to establish who is ‘in’ and ‘out.’ Other scientific codes of conduct can be more implicit and subtle and, therefore, more challenging to grasp. These rules and customs dictate how scientists behave in different settings (e.g., how to dress, how to ask a question at a conference, how to write a scientific article), among themselves (e.g., understanding sensitivities and hierarchies), and regulate mechanisms of scientific socialization. Because of their informal and implicit nature, they (un)- intentionally shape a group of insiders who understand and perform them while excluding others. This function may also reveal that scholarly codes of conduct are, to an important extent, social codes of conduct that affect how scholars interact. The habit of smoking during conference breaks, for instance, has long contributed to excluding women from informal networking, as Margaret Rossiter demonstrated. The understanding of ‘unspoken’ codes of conduct is crucial to analyze how scientific communities function and address issues of in- and exclusion in science.  

This Call for Articles invites potential contributors to look at the regulatory role of scholarly societies or institutions within an expanding and diversifying community in the twentieth century. Scholarly institutions offer an excellent lens to study the mechanisms of scientific sociability and the evolution of shared codes of conduct. Through different means (e.g., physical meetings, informal interactions, scientific publications, membership allocation, and mechanisms of recognition such as prizes), they shape and promote formal and informal codes of conduct and forge distinctive communities. While scholars are increasingly paying attention to the practices and ‘rites’ that shape such community building, the flip side of scientists’ group formation, as a process also resulting in exclusion and contestation, must still be further investigated. Inspired by Michèle Lamont’s seminal work on funding boards’ tendency to privilege like-minded research (homophily), among other studies, such research may reveal how scientific codes of conduct have, perhaps unintentionally, shaped and reinforced hierarchies within scholarly institutions. We therefore particularly welcome studies that uncover (global) disparities within scholarly institutions, researching, for example, the precarious position of scientists stemming from (formerly) colonial territories, of political dissidents, women scientists, migrant scholars, or scientists with minority backgrounds.  

We welcome historical contributions focusing on different fields in the humanities, social sciences, and sciences at large (natural and biomedical sciences).  Exploring scholarly codes of conduct might combine top-down and bottom-up approaches to understand how such codes were elaborated, negotiated, and performed in different contexts. We encourage contributions examining not only the circulation and transfer of codes of conduct but also their contestation by different groups of scientists, particularly in times of political crisis (e.g., Italian professors refusing the oath to Mussolini imposed by the fascist movement in 1931) and social crisis (e.g., contestation of established codes of conduct in the light of the movements related to civil rights, free speech, and sexual liberation). Addressing the tension between the international and national levels and, in the context of (de)colonization, between the colonizing countries and their (emancipated) colonies might be fruitful to understand better the circulation, transfer, and contestation of scholarly codes of conduct. Contributions might depart from an institutional perspective, focusing on scientific societies, or from a biographical or prosopographical one, concentrating on an individual or a group of scientists. Helène Metzger’s trajectory as a French female astronomer illustrates, for instance, how scientists from marginalized groups used international channels to claim a place and recognition denied to them in their own country.

Examples of topics are, but are not restricted to: 

·       The influence of funding agencies and fellowship programs on the position of women scientists, and other minority groups in the academic and scientific worlds;  

·       Codes of conduct on the move: scholarly migration, exile, and travel, and their impact on the function of scientific institutions  

·       Scholarly societies’ responses to members’ political views, ranging from communist views within American academia to the expression of Pan-Africanism in post-colonial African institutions 

·       Assimilation, adaption, and contestation of scientific codes of conduct in the context of (de)colonization; 

·       Formal and informal codes of conduct at play during (international) conferences 

·       Interactions between women scholars, male scholars and their wives at scientific meetings  

·       Scientific (group) portraits: a visual analysis of (embodied) codes of conduct; 

·       The history of codes of conduct and scandals: from the Nuremberg Code to the me-too movement in science,

·       The making of ‘global’ scholarly codes of conduct: are scientific codes of conduct truly international or even global? 

·       Codes of conduct, politics and science: (re)admission and exclusion of ‘problematic’ regimes within international scientific organizations 

·       The contestation of established scholarly codes of conduct in times of political and social crisis

·        … 

Submission guidelines   

Articles abstract (no longer than 500 words) clearly describing the proposed paper’s focus, methodology, and relevance to the issue’s theme should be submitted before 15 April 2024 to Joris Vandendriessche (joris.vandendriessche@kuleuven.be) and Anna Cabanel (anna.cabanel@kuleuven.be), accompanied by a short biography. The authors of the selected proposals will be invited to two authors’ workshops to ensure the coherence of the special issue. The submission deadline for full papers (up to 8000 words, including notes and references)is 15 April 2025.  

Tentative schedule   

· Deadline for abstract submission: 15 April 2024 

· Notifications on acceptance by editors: early July 2024 

· Submission first draft (about 5000 words): 16 September 2024 

· First authors workshop (on-site, in Leuven): mid-October 

· Submission full paper (up to 8000 words): 10 January 2025 

· Second authors’ workshop (hybrid): mid-February 2025 

· Submission of the final paper: 15 April 2025.

Appel à articles – numéro 60 de la revue Sociétés & représentations – Patrimoines culturels immatériels

Date limite pour soumettre un abstract : 15 mars 2024

Dans ce numéro de Sociétés & représentations, l’idée est de traiter la façon dont les représentations des identités qui transparaissent et s’énoncent à travers les patrimoines culturels immatériels, qu’ils soient ou non institutionnalisés, se construisent sur des discours, images et imageries de l’authenticité, de l’origine, des minorités, des rapports de domination, de l’assimilation et de l’appropriation culturelles. En dépit de toute la documentation produite par les historiens sur l’ampleur spatio-temporelle des circulations culturelles, les patrimoines immatériels tendent ainsi à devenir des nouveaux vecteurs de tensions émotionnelles qui s’inscrivent aussi dans des rapports géopolitiques (force, prestige, etc.) et géoéconomiques (exploitation économique, propriété intellectuelle, etc.).

Plus d’informations ici.