Archives de catégorie : Appels à articles

Appel à articles: Clio. Femmes, genre, histoire

Date limite pour envoyer une proposition d’article: 1er mars 2023

Dans ce numéro, Clio souhaite historiciser le genre de la parole en interaction dans différents espaces sociaux, des plus intimes aux plus politiques. Il ne s’agit pas tant d’interroger le genre de la langue dans son ensemble : les recherches féministes et queer ont bien identifié le langage comme objet et moyen de production, transmission et naturalisation des rapports de domination symbolique mais aussi comme lieu et outil d’action. Il ne s’agit pas non plus d’explorer le genre de la voix, mais de prendre comme objet le genre des paroles et des personnes engagées dans l’échange, en s’appuyant sur les recherches linguistiques sur le genre, le renouveau de l’historiographie de la parole, l’ethnographie des conversations et la prise en compte du plurilinguisme de fait des sociétés présentes et passées, soit l’état d’une communauté qui utilise concurremment plusieurs langues selon le type de communication.

Pour en savoir plus ici

Appel à articles et dossiers thématiques: Revue Diasporas

La revue Diasporas. Circulations, migrations, histoire (https://journals.openedition.org/diasporas/) accueille des propositions d’articles en “varia”, de dossiers thématiques et d’appels à contribution en vue de la constitution de dossiers.

Créée en 2002 sous le signe conjoint de l’histoire et de la sociologie, Diasporas. Circulations, migrations, histoire est une revue d’histoire, attentive à l’ouverture pluridisciplinaire. Elle entend explorer la polysémie du terme « Diasporas », et le travailler au contact d’autres thématiques comme les migrations et les minorités. Dans ce large champ de recherche, elle ambitionne d’ouvrir la réflexion sur les circulations, les réseaux, les dynamiques sociales et territoriales, d’approcher en particulier les circulations comme une manière de réinterroger l’histoire et, en quelque sorte, de la remettre en mouvements. Le choix affirmé de la diachronie vise à réinscrire les diasporas et les migrations dans une histoire du temps long, de l’Antiquité à l’époque contemporaine, dans un exercice de dialogue entre les différentes périodes historiques et les différentes aires culturelles.

Chaque numéro de la revue comprend généralement un dossier thématique principal, des textes en varia, la présentation de projets de recherche ou de manifestations scientifiques, ainsi que des comptes-rendus d’ouvrages. Les textes publiés peuvent être en français ou en anglais. Les contributions aux dossiers thématiques comme les articles en “varia” sont expertisés selon une procédure d’évaluation par les pairs en “double-aveugle”. Les évaluateurs sont choisis parmi le comité de rédaction et parmi des personnalités scientifiques extérieures à la revue. Les propositions d’articles en “varia” sont expertisées au fil de l’eau.

Diasporas. Circulations, migrations, histoire s’engage résolument dans la voie de la science ouverte. Tous les numéros de la revue sont librement accessibles sur OpenEdition Journals et Persée, et la revue encourage le dépôt en archives ouverte de la version “auteur” des textes publiés (version acceptée, sans mise en page éditeur ni logo), dès la date de parution.

Les propositions de dossiers ou d’appel à contribution sont examinées au fil de l’eau par la direction de la revue, et validées par le comité de rédaction. Toutes les propositions doivent être adressées par mail à revue.diasporas@univ-tlse2.fr

Appel à articles – Anatolia Antiqua XXXI – Varia

Envoi d’un résumé : 1er mars 2023

Réponse du comité scientifique : 15 mai 2023

Publication : Novembre 2023

Revue scientifique annuelle de l’IFEA dédiée à l’archéologie, Anatolia Antiqua couvre un large éventail de disciplines, allant des travaux de terrain aux thématiques du patrimoine culturel en passant par l’archéométrie et l’étude de matériel. Elle se compose de deux parties : une première partie consacrée aux articles de synthèse et une seconde partie intitulée « Chroniques des travaux archéologiques en Turquie », laquelle est destinée aux rapports des fouilles et études archéologiques en Turquie et ses régions avoisinantes de la préhistoire à la période médiévale au sens large.

Les articles dont les sujets relèvent du domaine susmentionné doivent être préparés conformément à nos normes de publications  et peuvent être rédigés en français ou en anglais.

Plus d’information ici

Appel à articles – “Olympismes et cultures, cultures de l’olympisme”, Revue d’histoire culturelle

Envoi d’un résumé : 31 mars 2023

Remise des articles complets : 15 octobre 2023

Publication : printemps 2023

L’existence maintenant plus que centenaire des Jeux olympiques de l’ère moderne autorise l’appréhension de cet événement par l’étude des cultures – ici entendues comme autant d’imaginaires sociaux mais se déclinant aussi dans leurs pratiques – en lien avec l’olympisme. Ce numéro thématique de la Revue d’histoire culturelle souhaite aborder les rapports entre olympisme et culture à partir de trois axes principaux, mais non exclusifs : l’olympisme comme amateurisme ; les Jeux olympiques comme moment de mobilisation culturelle ; les épreuves artistiques aux Jeux olympiques

Plus de détails ici.

Appel à articles: Les mots des “guerres culturelles”, Revue Mots

Date limite pour soumettre une proposition d’article: 1er mars 2023

La notion de « guerres culturelles » a été popularisée par James Davison Hunter dans les années 1990. Professeur de sociologie à l’Université de Virginie, J. D. Hunter a écrit en 1991 Culture Wars, the Struggle to Define America dans lequel il avance que la société américaine serait divisée en deux pôles dépositaires de valeurs fondamentales – et peut-être même inconscientes – antinomiques. Deux visions du monde entreraient alors en compétition, ce qu’il décrit comme « cultural orthodoxy », immuable et transcendante, qu’il oppose à une idée de « cultural progressivism », plus flexible et subjective.

Selon J. D. Hunter, la culture s’entend comme un système de valeurs qui ordonne notre existence et donne un sens à notre vie. Elle a une autorité morale sur un groupe plus ou moins vaste de personnes qui se voient ainsi offrir une vision du monde et une identité, un but et des principes de cohésion sociale. C’est avant tout cette autorité morale qui semble constituer l’attrait principal de la culture dans les discours politiques, puisqu’elle permet de fédérer tout autant qu’elle peut être célébrée, décriée ou combattue.

Pour en savoir plus ici

Appel à articles Revue Balisage : La désinformation, hier et aujourd’hui. Une approche interdisciplinaire.

Date limite de soumission d’une proposition d’article: 14 mars 2023

La revue Balisages, revue de recherche de l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (Enssib), lance un appel à contributions pour un numéro thématique consacré à la désinformation dans une approche interdisciplinaire et comparatiste. Regroupant des chercheurs de divers horizons, il s’agira de réfléchir de manière diachronique et synchronique à un phénomène très actuel et omniprésent, à ses modalités d’emprise sociale, à ses formes de propagation, à ses supports et outils de communication ainsi qu’aux conditions de son appropriation. Des perspectives historiques et info-communicationnelles sont particulièrement attendues, sans exclusive d’autres approches en sciences sociales et humaines.

Pour en savoir plus ici

Appel à articles – Bulletin du Centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) – Varia

Date limite pour proposer un article : 31 janvier 2023

Le Bulletin du Centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) est une revue scientifique à comité de lecture consacrée aux études sur le Moyen Âge. Fidèle à son principe de diffusion de la recherche, le BUCEMA continue à mettre l’accent sur l’interdisciplinarité ‐ sciences humaines et sociales, sciences de la nature et mathématiques ‐ comme le meilleur moyen d’inventer une nouvelle médiévistique. Il est particulièrement intéressé par les contributions proposant des nouvelles méthodes, faisant état d’expériences dans le domaine des humanités numériques (digital humanities) et des nouvelles technologies, s’interrogeant sur les implications épistémologiques et conceptuelles des recherches sur le Moyen Âge.

Le prochain numéro du Bulletin du Centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA, varia – 27.1), publié en ligne sur la plateforme OpenEdition Journals est en préparation. Nous vous invitons à soumettre votre contribution pour ses différentes rubriques.

Fidèle à son principe de diffusion de la recherche en train de se faire et librement accessible, le BUCEMA continue à mettre l’accent sur l’interdisciplinarité ‐sciences humaines et sociales, sciences de la nature et mathématiques‐, comme le meilleur moyen d’inventer une nouvelle médiévistique. Il est particulièrement intéressé par les contributions proposant des nouvelles méthodes, faisant état d’expériences dans le domaine des humanités numériques (digital humanities) et des nouvelles technologies, s’interrogeant sur les implications épistémologiques et conceptuelles des recherches sur le Moyen Âge. Il accueille aussi des études et des synthèses de fond dans les domaines de l’archéologie, de l’histoire et de l’histoire de l’art, tout en se faisant l’écho de l’actualité de la recherche la plus récente.

Tourné vers la communauté scientifique internationale, le BUCEMA accepte des contributions dans les langues suivantes : allemand, anglais, espagnol, français, italien, portugais.

Plus d’information : ici

Appel à articles: Usages situés de la modernité. Repenser les récits de l’art depuis l’Afrique (c. 1920-1980)

Date limite pour proposer un article: 1er mars 2023

Le 6e numéro de la Revue d’Histoire Contemporaine de l’Afrique (RHCA), à paraître au premier semestre 2024, sera consacré aux « Usages situés de la modernité. Repenser les récits de l’art depuis l’Afrique (c. 1920-1980) » et coordonné par Pauline Monginot (INHA), Aline Pighin (CESSMA) et Cédric Vincent (École Supérieure d’Art et de Design de Toulon).

Depuis 1872, la peinture malgache se développe selon des codes occidentaux et se pose en rupture avec les pratiques artistiques antérieures de l’île. Le support, les techniques, les sujets sont nouveaux et rendent compte du bouleversement que constitue l’occupation du territoire par les Européens. Dans les années 1920, certains peintres se revendiquent modernes afin de promouvoir leurs œuvres auprès de l’administration coloniale. Élément d’un discours codifié plutôt qu’incarné, la modernité est performée.

Pour en savoir plus ici

Appel à articles: L’entretien du corps: circulation d’objets et d’attitudes corporelles dans l’Europe de l’Axe, Revue Sociétés et Représentations

Date limite pour soumettre une proposition de dossier: 31 mars 2023

L’entretien du corps est au cœur de la promesse et des pratiques des mouvements et régimes fascistes compris au sens large (au-delà des seules Italie fasciste et Allemagne nazie). Il se fonde sur l’exaltation de la « race », qui doit régénérer la nation et servir les ambitions expansionnistes et bellicistes des dictateurs. Ainsi ce double objectif idéologique et militaire explique la mise en valeur par la propagande des corps d’hommes et de femmes, qu’ils soient enfants et adolescents dans les organisations de jeunesse, travailleurs du monde agricole ou industriel, ou participants à des activités de loisirs et de sport. Ces principes non seulement guident les politiques intérieures des régimes fascistes, mais ont des effets sur leurs politiques extérieures et le cas échéant d’occupation. La période des années 1930 et 1940 est ainsi un moment où le corps, qu’il soit celui des vedettes du cinéma (Doris Duranti, Marika Rökk), du sport (Prima Carnera, Ondina Valla, Max Schmeling) ou des hommes politiques (Benito Mussolini, Maurice Thorez, Oswald Mosley), prend un sens autant esthétique, moral que politique et se situe dans un espace très largement transnational.

Certes le sujet du corps dans les mouvements et régimes fascistes n’est pas nouveau dans l’historiographie, mais jusqu’à présent il a été exploré principalement à partir des textes et des images de propagande, des organisations de masse (comme les Jeunesses hitlériennes ou les Balilla), des événements spectaculaires (comme la Coupe du monde de 1934 en Italie ou les Jeux Olympiques de Berlin en 1936), des voyages d’observateurs, d’intellectuels ou de journalistes, ou encore des œuvres d’art et expositions produites par des artistes officiels ou sympathisants idéologiques. Le dossier envisagé se propose de reprendre à nouveaux frais ce sujet fondamental pour la compréhension des fascismes en partant des circulations d’objets et d’attitudes corporelles liés à l’entretien du corps. Il entend ainsi contribuer à une histoire du quotidien et du banal dans une période où ces circulations précisément ne vont pas de soi pour les populations, en raison des politiques protectionnistes adoptées par les Etats dans la crise économique des années 1930, puis des pénuries en temps de guerre et enfin du refus de consommer étranger par patriotisme en contexte d’occupation ou d’annexion.

Ce faisant, les questionnements se situeront au croisement de trois champs récemment renouvelés par la recherche :

– l’histoire du corps envisagé moins dans ces célébrations officielles (politiques, artistiques, cinématographiques) que dans ses dimensions les plus intimes : entretien du corps au quotidien par des produits d’hygiène, achats ou trafics d’objets de consommation plus ou moins luxueux, circulations de pratiques corporelles, etc.

– l’histoire des objets, relancée par un material turn qui propose de partir d’objets précis pour retracer leur trajectoire : de leur élaboration et production, en passant par leur diffusion et commercialisation, jusqu’à leur achat et usages, ce qui suppose des acteurs variés. Certains objets sont parfois devenus, après la Seconde Guerre mondiale, porteurs d’une mémoire familiale ou ont acquis par leurs dons faits par des particuliers (survivants ou descendants) à des musées ou des institutions mémorielles une valeur patrimoniale.

– l’histoire transnationale, qui étudie les circulations par-dessus les frontières nationales ou à des échelles non nationales (soit englobant plusieurs Etats-nations, soit infra-nationales) et renouvelle par l’adoption d’une perspective différente les grandes problématiques de recherche.

Seront notamment inclus :

– les objets de consommation liés au corps (habits, mode, objets de la toilette et de l’entretien corporel, préservatifs, etc.) ;

– les objets et petits équipements sportifs (chaussures par exemple)

– les objets militants quand ils se rapportent au corps (casquette par exemple) ;

– les attitudes et modes corporelles quand elles circulent (coupe de cheveux, port de la moustache, etc).

L’objectif sera ainsi de confronter différentes études de cas permettant d’avancer dans le chantier collectif de l’histoire des circulations dans l’Europe des années 1930 et 1940.

Soumission des propositions

Les contributions pourront provenir de plusieurs disciplines : l’histoire, la sociologie, la science politique, l’étude des civilisations étrangères ou encore les Staps. Des contributions sur le Japon et la Roumanie seront particulièrement appréciées, mais tout autre terrain sera examiné.

 Les propositions d’article, qui ne dépasseront pas une page, sont à adresser accompagnées d’un bref CV d’ici le 31 mars 2023 par mail aux deux adresses suivantes :

paul.dietschy@univ-fcomte.fr ; marie_benedicte.vincent_daviet@univ-fcomte.fr

Les articles définitifs feront 40 000 signes maximum et comprendront des illustrations. Ils pourront être rédigés en français ou en anglais.

Calendrier fixé avec la revue Sociétés & Représentations

– avril 2023 : élaboration d’un sommaire provisoire par les concepteurs du numéro

– mai 2023 : validation du sommaire par le comité de lecture de la revue et commande des articles des auteurs et autrices retenu(e)s

– septembre 2023 : réception des articles par les concepteurs du numéro et demandes éventuelles de compléments aux auteurs/autrices

– novembre 2023 : évaluation du dossier complet par le comité de lecture de la revue et demandes éventuelles de modifications aux auteurs/autrices

– avril 2024 : envoi définitif du dossier pour une parution en septembre 2024.

Appel à articles: La fabrique de la vulgarisation (IIIe République)

Date limite pour proposer une communication: 15 décembre 2022

Résumé
Inscrite dans le cadre d’une histoire sociale des sciences, l’analyse d’un vaste mouvement de diffusion des connaissances scientifiques et techniques se déployant aux XIXe et XXe siècles a donné lieu à de nombreux travaux. Depuis les ouvrages séminaux parus dans les années 1980-90, plusieurs programmes de recherche ont, par des entrées comme la place des amateurs en science, la littérature d’anticipation, les mises en scène des sciences, la circulation des savoirs scientifiques dans et par les revues, continué à enrichir les réflexions sur les enjeux, les publics, les acteurs et les pratiques de la vulgarisation scientifique . Ce numéro des Cahiers d’histoire du Cnam, consacré à la France de la Troisième République, s’appuie sur ces évolutions historiographiques pour interroger la manière dont se structure la vulgarisation scientifique contemporaine dans cette période foisonnante. Les principaux axes suggérés sont (1) l’étude des acteurs et de la structuration des métiers ; (2) l’étude des supports et l’intermédialité ; (3) l’étude des publics et pratiques de consommation de la vulgarisation.

Pour en savoir plus ici