Archives de catégorie : Rencontre de jeunes chercheurs

Appel à communications – Journée des doctorants Labo junior Cedille/Univ. Lille “Barreaux, barrières, barricades”

Lieu : université de Lille

Date : 19 avril 2024

Date limite de candidature : 1er avril 2024

Barreaux, barrières, barricades, barrages, blocages, blocus et embargos, sont des obstacles matériels ou idéologiques en travers du passage des corps, des mots et des idées. Volontairement ou non, ces dispositifs scindent une situation complexe en côtés — le moi et l’autre, le dedans et le dehors, le bien et le mal — et en normes — genre, sexualité, classe, race. Ces différences, distinctions et oppositions sont tour à tour considérées comme nécessaires, manifestes, naturelles voire immanentes ou injustes, arbitraires, totalitaires ou transcendantales. Le titre « Barreaux, barrières, barricades » souhaite recouper de multiples réalités et attirer des travaux issus de différents domaines en sciences humaines et sociales. Ces trois termes créent une tension entre les natures, les objectifs et les conséquences des nombreuses divisions de l’espace social, matériel et immatériel, de l’infrastructure à la superstructure.

La barrière dénote un morcellement du commun : les enclosures, les colonies, et les gated communities protègent la propriété face à l’altérité jugée improductive, sauvage, voire dangereuse ou incontrôlable. Sur le plan des échanges et des transactions, les politiques économiques néolibérales préservent un ordre social à l’aide de quotas, de taxes, de barrières tarifaires et non tarifaires. Ces dernières se prolongent en dispositifs physiques derrière lesquels les états-nations se barricadent, en particulier dans les régions frontalières stratégiques, tels Lampedusa en Méditerranée, Calais face aux côtes anglaises ou Eagle Pass à la frontière entre le Mexique et les États-Unis. Si Frontex inspecte humains et marchandises aux limites de l’espace Schengen, le développement de la mondialisation rend toutefois ses propres barrières vulnérables, comme observé pendant la pandémie de coronavirus où les gestes barrières devaient faire barrage au Covid-19. Les causes et la propagation de cette zoonose renvoie également à d’autres barrières entre l’humain et le non‑humain, tandis que le repli sur soi sanitaire observé à la faveur des confinements de 2020 en évoque d’autres encore, sociales notamment. De Marx à Bourdieu, des barrières difficilement franchissables ont été identifiées entre les classes et mettent à mal l’idéal de mobilité sociale. Comme le dit la maxime « diviser pour mieux régner », la barrière est une tentative de fixité pour conserver le contrôle, comme celle, linguistique, qui devait empêcher la construction de la Tour de Babel. Signe concret d’une imposition, elle indique le pouvoir de son créateur mais révèle également celui qu’elle entrave.

La barricade s’oppose au système dont elle fait encore partie. Elle implique un type particulier de relation à l’ordre du présent, marqué notamment par la résistance, la non-conformité et la non-obéissance. Sur le plan spatio-temporel, elle renvoie à une zone de lutte, voire deux ou plusieurs zones, dont le seuil reste en jeu. Par là même, elle renvoie au temps de lutte d’une durée indéterminée, dont l’avenir reste insondable mais lourd à la fois de l’espoir et de l’angoisse. En tant que concept, la barricade est directement liée à son histoire concrète, celle d’un dispositif érigé lors des combats urbains parisiens, comme l’insurrection des communards de Paris en 1871. Les émeutes à Hong Kong en 2019 et 2020 témoignent de son déploiement plus large à l’échelle européenne et mondiale. Érigée à des fins pratiques, elle manifeste au monde réel des relations sociales dynamiques, ce qui englobe des désirs subjectifs, des investissements affectifs, et des réclamations collectives. Elle porte notamment sur les limites du propre, à la fois comme bien moral et comme manière d’agir. Menée par ceux aux marges de l’ordre social de leur temps, la barricade a formé le monde politique d’aujourd’hui, où elle constitue alors le symbole d’un outil démocratique de transformation radicale.

Si les barricades peuvent symboliser une lutte pour la défense de la démocratie, le terme « barreaux » évoque la répression étatique que celles-ci peuvent engendrer. Mentionnons à titre d’exemples la suspension de l’Habeas Corpus décidée à plusieurs reprises au Royaume-Uni, autorisant ainsi l’emprisonnement sans jugement préalable, lorsque le pays craignait, en 1792, que les idéaux de la Révolution française ne s’exportent outre-Manche, ou encore lors des conflits anglo-irlandais en 1848. Au dix-neuvième siècle également, les enclosures et le développement du capitalisme agricole ont exproprié la paysannerie des terres communales. En quête de travail, une classe désormais considérée comme « laborieuse », voire « dangereuse » se concentra dans les villes et leur périphérie. Les plus miséreux furent alors contraints d’intégrer des workhouses, ces prisons des pauvres, comme l’évoque Charles Dickens dans Oliver Twist (1838). On le voit, cette thématique incite par conséquent à étudier la prison comme un reflet de la société et de ses évolutions. Le concept du panoptique (dont l’architecture permet une surveillance permanente des individus en milieu carcéral) développé par le philosophe Jeremy Bentham, et repris par Michel Foucault dans Surveiller et punir (1975), accompagne par exemple les évolutions de la société britannique mentionnées précédemment – Bentham lui-même aurait ainsi recommandé la construction de workhouses sur le modèle du panoptique. Les évolutions techniques et sociétales continuent de produire de nouvelles formes de surveillance et d’oppression – pensons, par exemple, au système de crédit social mis en place dans la Chine de Xi Jinping, qui repose sur les nouvelles technologies pour évaluer en continu le comportement des citoyens, selon une logique répressive totalitaire qui n’est pas sans rappeler 1984 (George Orwell, 1949). Cette journée d’étude sera également l’occasion d’examiner les systèmes répressifs ne requérant ni prisons ni barreaux, tels que les bagnes instaurés par les pays occidentaux dans la période coloniale : l’Australie ou la Guyane devenant ainsi de véritables prisons à ciel ouvert.

Appel à communications – Journée d’études “Appartenances et altérités. La citoyenneté aux époques moderne et contemporaine”

Date : 4 juin 2024

Lieu : université Paris 1

Date limite pour soumettre une proposition : 14 avril 2024

La journée d’étude des doctorant·e·s de l’IHMC, qui aura comme titre : « Appartenances et altérités. La citoyenneté à l’époque moderne et contemporaine ».

Cette journée aura lieu le mardi 4 juin au centre Malher de l’université Paris 1, mais une visioconférence sera aussi disponible. Les contributions en visioconférence seront donc acceptées. Chaque contribution durera 20 minutes et sera suivie d’une discussion avec un·e chercheur·se du laboratoire.

Pour participer, vous pouvez envoyer une proposition comportant un titre et un bref texte de présentation (1 500 à 2 000 caractères).

Les réponses sont à transmettre avant le dimanche 14 avril à l’adresse : je-doct.ihmc@univ-paris1.fr

Plus d’informations ici.

Les appropriations de l’eau, de l’Antiquité à nos jours

Argumentaire

L’eau est une ressource inégalement répartie et souvent convoitée. Le premier conflit historiquement documenté concerne déjà l’appropriation d’un territoire irrigué : la guerre qui opposa les cités mésopotamiennes de Lagash et d’Umma il y a près de 4 500 ans. Cet exemple illustre la question fondamentale de l’appropriation de l’eau, c’est-à-dire sa prise de contrôle par les acteur⋅ices afin de répondre à leurs besoins et de servir leurs intérêts. Ces acteur⋅ices peuvent être les pouvoirs politiques, les institutions religieuses, les communautés d’habitant⋅es ou encore les entreprises et les acteurs économiques.

Posséder l’eau, c’est soumettre la ressource et le territoire alentour à son pouvoir. Cependant, du fait de sa fluidité naturelle, il est particulièrement difficile de se l’approprier (Charbonnier, 2020 ; Fournier, Lavaud, 2012). C’est pourquoi les sociétés ont très tôt et de manière récurrente mis en place des processus juridiques, sociaux ou matériels, pour organiser l’exploitation de la ressource comme pour résoudre les conflits d’usage. On peut ainsi identifier la propriété juridique et économique sur les eaux, les restrictions physiques d’accès, l’affirmation par la guerre ou par le droit d’une souveraineté politique, l’aménagement des cours d’eau (Lemire, 2011)… Ces différentes stratégies dépendent des acteurs, de leurs échelles d’action ou de la situation hydrologique. Des raisons naturelles comme le flux amont/aval ou les différences saisonnières de débit, mais aussi anthropiques, posent également la question de la répartition de l’eau et encouragent parfois les acteur⋅ices à mettre en place des politiques de coopération voire de partage, dont la gestion comme bien commun est un exemple (Ingold, 2008). Enfin, les évolutions théoriques et écologiques récentes ont entraîné une remise en cause de l’appropriation humaine des cours d’eau, allant jusqu’à l’attribution d’une personnalité juridique à des rivières (O’Donnell, 2018).

Les processus d’appropriation peuvent être perturbés quand les sociétés peinent à garantir un approvisionnement suffisant, du fait d’épisodes environnementaux peu favorables (manque de pluviométrie, canicules, inondations qui rendent les eaux impropres à l’utilisation, gel, aridité, etc.). Dans les contextes de pénurie ou de risque de pénurie, les incertitudes mènent à des tensions plus ou moins fortes autour de l’accès à l’eau (se matérialisant de différentes manières, de la fraude au conflit) et questionnent la légitimité des acteur⋅ices à se l’approprier. Dans ces contextes de tension, cette légitimité des différentes entités (association, pouvoir public, administration) à arbitrer la répartition de la ressource est remise en cause, de même que leurs critères de gestion (Ingold, 2012, 2014, Locher, 2020). Ce sont alors les modalités d’appropriation de l’eau qui sont discutées, notamment son statut comme bien personnel ou bien commun. L’enjeu est aussi de hiérarchiser les activités consommatrices d’eau, de l’usage alimentaire et domestique aux moulins, de l’agriculture à l’industrie en passant par des usages ludiques ou récréatifs. On constate aussi comment, alors que la vulnérabilité de certaines de ces activités aux événements naturels diminue progressivement, ces hiérarchisations évoluent (Vidal-Naquet, 1993, Le Roy Ladurie, 1967).

Outre la pénurie, la contamination de l’eau par celles et ceux qui se l’approprient (de fait ou de droit) est aussi génératrice de tensions. Les activités artisanales comme la tannerie ou le lavage des laines sont des sources permanentes de pollution (Jarrige, Le Roux, 2017). À l’âge industriel, la dégradation des cours d’eau s’aggravent, ceux-ci étant de plus en plus exploités par les détenteur⋅ices des moyens de production, notamment dans le secteur textile (Gagnepain, 2021). En outre, du fait de l’urbanisation croissante des sociétés contemporaines, les cours d’eau sont souvent devenus des égouts à ciel ouvert, où se déversent massivement les déchets industriels et domestiques. 

L’impact sanitaire de ces pollutions n’est pourtant pas ignoré. Hippocrate voyait déjà dans la salubrité de l’eau (mais aussi celle de l’air et des sols) un élément essentiel au maintien de la bonne santé des individus. Jusqu’au XIXe siècle, la théorie hippocratique des miasmes est restée dominante dans les pays où la culture grecque a imprégné la pensée médicale. D’après cette théorie, les milieux insalubres rejetteraient des substances aussi invisibles que toxiques. Une fois polluée, l’eau contaminerait ainsi l’air, engendrant des épidémies (Fournier, 2010). La théorie microbienne avancée par Pasteur a battu en brèche cette conception miasmatique, mais elle n’affirme pas moins qu’une eau polluée est potentiellement vectrice de maladies.

De la même manière que les sociétés ont depuis longtemps produit des savoirs complexes sur la nocivité d’une eau insalubre, elles ont une conscience ancienne des modifications de leur environnement, et plus particulièrement des déséquilibres qui affectent le cycle de l’eau (Fressoz, Locher, 2020). Dès l’époque moderne, les débats se multiplient autour de l’influence néfaste de la déforestation, de son rôle dans la pluviométrie trop variable et dans la multiplication des sécheresses et des inondations, de même que dans la difficulté des sols à absorber l’eau de pluie et à renouveler les aquifères. Les questions d’appropriation se couplent alors d’enjeux de bonne gestion. Cette conscience d’un impact fort des activités humaines sur le cycle de l’eau n’empêche pas l’appropriation accrue de cette ressource par des activités de plus en plus consommatrices. Ce phénomène commence avec la révolution industrielle et s’accentue tout au long des XXe et XXIe siècles, alimentant le déséquilibre dans le cycle de l’eau et l’appauvrissement de la ressource. 

Depuis le début des années 2000, l’impact des sociétés humaines sur l’environnement est pleinement reconnu par les sciences du système Terre, avec l’entrée dans l’Anthropocène, époque dans laquelle l’humanité est une force géologique à part entière (Bonneuil, Fressoz, 2016). Dans cette époque, le dépassement de la limite planétaire de l’eau douce et la pollution des réservoirs naturels (mers et océans, cours d’eau, glaciers, aquifères) font des guerres de l’or bleu un sujet toujours très actuel, 4500 ans après le premier conflit lié à cette ressource.

Bibliographie

BONNEUIL C. FRESSOZ J.-B., L’événement Anthropocène. La Terre, l’histoire et nous, Paris, Seuil, 2016

CHARBONNIER P. Abondance et liberté. Une histoire environnementale des idées politiques, Paris, La Découverte, 2020

FOURNIER P., « Zones humides et “aérisme” à l’époque moderne », in Zones humides et santé. Actes de la journée d’étude 2008 du Groupe d’Histoire des Zones Humides, Paris, GHZH, 2010

Id., LAVAUD S. (dir.), Eaux et conflits dans l’Europe médiévale, Toulouse, Presses universitaires du Midi, 2012

FRESSOZ J.-B., LOCHER F., Les Révoltes du ciel. Une histoire du changement climatique, XVe-XXe siècles, Paris, Seuil, 2020

GAGNEPAIN Y., « Du canal de Roubaix à l’insalubrité de la vallée de l’Espierre. Une histoire environnementale du contrôle de l’eau par les industriels de Roubaix au XIXe siècle », Histoire Politique [En ligne], vol. 43, février 2021

INGOLD A., « Les sociétés d’irrigation : bien commun et action collective », Entreprises et Histoire, vol. 50, no. 1, 2008, p. 19-35

Id., « Conflits sur les eaux courantes en France au XIXe siècle entre administration et justice. De l’enchevêtrement des droits et des savoirs experts », in id., (ed.), Faire la preuve de la propriété. Droits et savoirs en Méditerranée (Antiquité – Temps modernes), Rome, Ecole française de Rome, 2012

Id., « Les communs au prisme de l’État au XIXe siècle. Propositions pour sortir l’histoire des communs de l’ombre portée de l’administration étatique », in LOCHER F. (dir.), La nature en communs. Ressources, environnement et communautés (France et Empire français, XVIIe-XIXe siècle), Paris, Champ Vallon, 2020

JARRIGE F. LE ROUX T., La contamination du monde. Une histoire des pollutions à l’âge industriel, Paris, Seuil, 2017

LE ROY LADURIE E., Histoire du climat depuis l’an mil, Paris, Flammarion, 1967

LEMIRE V., La soif de Jérusalem. Essai d’hydro-histoire, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2011

O’DONNELL E., Legal Rights for Rivers: Competition, Collaboration and Water Governance, Londres, Rootledge, 2018

VIDAL-NAQUET P., Les ruisseaux, le canal et la mer. Les eaux de Marseille, Paris, L’Harmattan, 1993

Attendus 

Cet appel à communication s’adresse en priorité aux doctorant⋅es, post-doctorant⋅es et jeunes chercheur⋅euses. Les contributions pourront porter sur tous types de territoires, d’échelles géographiques et de périodes historiques. Il est cependant attendu de bien définir le cadre territorial et de s’appuyer sur un travail d’archives. 

Les communications devront durer 20 minutes et seront acceptées en français et anglais.

Les propositions doivent pouvoir s’intégrer dans un ou plusieurs des axes suivants :

  • modes de gouvernement et de gestion de l’eau
  • conflits d’usage et tensions entre acteurs
  • pollutions et qualité de l’eau
  • accessibilité et répartition de la ressource, inégalités d’accès

Calendrier

15 mars 2024 : date limite pour soumettre une proposition (2.000 signes), accompagnée d’un court CV

12 avril 2024 : sélection des propositions

12 juin 2024 : tenue de l’événement à l’université de Lille SHS (salle de séminaire de l’Institut de Recherches Historiques du Septentrion)

Contact et organisateur⋅ices

Contact : appropriationh2o@gmail.com

BOUNOUA Samy, ULille, IRHiS

KOWALSKI Hélène, ULille, IRHiS

VIDON Hugo, Paris I Panthéon Sorbonne, LaMOP

Comité scientifique

ALLINNE Cécile, UniCaen, centre Michel de Boüard CRAHAM

DEUDON Laetitia, UPHF, LARSH

LOCHER Fabien, CNRS, GRHEN

INGOLD Alice, EHESS, GRHEN

Appel à communication – Normes et marginalités – Journée d’étude des jeunes chercheurs du CRULH

Lieu: Metz

Date: 21 mai 2024

Date limite pour proposer une communication: 25 février 2024

L’existence des normes, que Durkheim caractérisait à la fois comme nécessaires à la détermination d’une société, et comme contraignantes, paraît impliquer des contrevenants, au moins d’un point de vue théorique (Durkheim, 2010 [1895]) : la règle entend tracer une frontière entre le bon et le mauvais comportement, et elle peut ainsi être vue comme génératrice de déviance. Sa définition de la norme est essentiellement antagonique, associant à son caractère obligatoire la nécessité de la sanction en cas d’infraction ; une conception conflictuelle du normatif reprise par Howard Becker, qui insistait toutefois sur la réciprocité. Si celui qui transgresse la norme est perçu comme un outsider au groupe qu’elle contribue à définir, le « transgresseur » lui-même peut estimer que la norme, ou ceux qui le jugent par rapport à celle-ci, sont étrangers [outsiders] à son propre univers (Becker, 2020 [1963]).

Pour en savoir plus ici

Appel à candidatures: Apprivoiser les chiffres pour s’en emparer. Afrique francophone XVIII-XXIe siècles

Lieu: IEA de Saint-Louis du Sénégal

Date: 2-16 juin 2024

La Residential Research School est financée par le Centre national de la recherche scientifique (CNRS). Elle sera organisée en étroite collaboration avec le Centre de recherche et de documentation du Sénégal (CRDS) de l’Université Gaston Berger, l’Institut d’études avancées (IEA) de Saint-Louis du Sénégal, les laboratoires  IDHE.S des universités Paris 8-Saint Denis et Paris Nanterre, l’IRHiS de l’université de Lille, l’International Research Network COUNT, Réseau continental – 2023-2027  (« Chiffrer et classer en Afrique francophone, des origines au XXIe siècle) constitué par des chercheur-es des universités de différents pays: Cameroun, Côte-d’Ivoire, Madagascar et Sénégal, et le programme ANR-21-CE41-0012 COCOLE (« Compter en situation coloniale et postcoloniale Afrique francophone XIX-XXe siècle » – 2021-2025). L’école est ouverte à 15 doctorants et doctorantes de sciences humaines et sociales, historiens pour l’essentiel, mais aussi sociologues, géographes, anthropologues, juristes, politistes, etc.… Les candidat-es sélectionné-es résideront pendant deux semaines à Saint-Louis du Sénégal et les ateliers seront organisés à l’IEA. Cette résidence vise à la fois à présenter des travaux classiques et récents sur les chiffres et leurs usages, en particulier les approches critiques de la quantification, à approfondir et renouveler les questionnements sur les chiffres, à impulser de nouvelles collaborations et provoquer des discussions entre les chercheurs, praticien-nes et étudiant-es afin d’encourager la formation d’une école doctorale hors les murs consacrée aux chiffres en Afrique francophone.

Les doctorants-es sélectionnés-es seront encadré-es, en présentiel ou à distance, par plusieurs enseignant-es, chercheur-es, praticien-nes du chiffre, comptables et statisticien-nes pour réfléchir ensemble au rôle et à la place des chiffres dans les sociétés d’Afrique francophone depuis le XVIIIe siècle.  

Pour en savoir plus ici

Appel à communication – Journée d’études “Sexualités : l’intimité entre normes et singularités”

Lieu : université de Pau et des pays de l’Adour

Date : 12 avril 2024

Date limite pour soumettre une proposition : 26 janvier 2024

Cette journée d’étude, qui se tiendra le 12 avril 2024 à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, propose d’explorer la question de la sexualité de manière transdisciplinaire. Cet événement scientifique est organisé par les étudiants en master 2 « Histoire, Civilisation, Patrimoine » de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour. Il s’agit, dans le cadre de cette manifestation, de questionner la sexualité à travers l’histoire, l’archéologie, l’anthropologie et l’histoire de l’art sur le temps long et au sein d’espaces géographiques variés.

Plus d’informations ici.

Appel à communications : JE doctorale “Les frontières en études culturelles de l’Antiquité à nos jours”

Lieu : Universités Versailles-Saint-Quentin et Paris-Saclay

Date : 16 mai 2024

Date limite pour soumettre une proposition : 17 février 2024

Les doctorants des laboratoires CHCSC et DYPAC de l’UVSQ – Paris-Saclay lancent un appel à communications de leur prochaine journée d’étude doctorale intitulée “Les Frontières en études culturelles, de l’Antiquité à nos jours”, qui aura lieu le 16 mai 2024 au campus de Saint-Quentin-en-Yvelines, Guyancourt.

> Cette journée d’étude pluridisciplinaire est ouverte à tous les différents champs de recherche issus des sciences humaines et sociales (sociologie, anthropologie, ethnologie, histoire, philosophie, langues, lettres, arts, études de genre, etc).

> Les candidatures sont ouvertes à tous les doctorants et jeunes docteurs ayant soutenu leur thèse ces dernières années, en France ou à l’étranger. Il n’y a pas de frais d’inscription pour participer à la journée d’étude.

> Les communications se feront en français ou en anglais.

> Les propositions de communication (3500 caractères maximum espaces compris) sont à envoyer, accompagnées d’une courte présentation de l’auteur (comprenant le titre, la discipline de la thèse, l’année de soutenance le cas échéant ainsi que l’université ou l’organisme de rattachement) et d’une bibliographie succincte, au plus tard le 17 février 2024 à l’adresse suivante : je.frontieresculturelles2024@gmail.com

Plus d’informations ici.

Appel à candidatures – école doctorale d’été en études de genre «BruLau – édition Cité du Genre»

Lieu : Station d’écologie forestière, université Paris-Cité

Date : 10-13 juin 2024

Date limite pour candidater : 5 février 2024 11h

Le BruLau est l’école doctorale internationale francophone d’été en études genre, créées par le Centre d’Études Genre (CEG) de l’Université de Lausanne (UNIL) et la Structure de recherche interdisciplinaire sur le genre, l’égalité et la sexualité (STRIGES) de l’Université libre de Bruxelles (ULB). En 2024, la collaboration s’élargit à la Cité du Genre (Université Paris Cité) et à l’Université Aix-Marseille pour une école d’été qui se tiendra du 10 au 13 juin 2024.

S’adressant aux doctorant·e·s de toutes les disciplines souhaitant renforcer leur formation en études genre, le BruLau offre quatre jours de formation interdisciplinaire, interactive et personnalisée avec des enseignant·e·s reconnu·e·s internationalement. Il offre un encadrement adapté tant aux doctorant·e·s au début de leur formation qu’à celles et ceux plus avancé·e·s dans leur démarche de recherche. Les activités se déroulent en français et se déclinent en quatre formats : des conférences et table-ronde, des ateliers de recherche, des séances de mentorat « en tête à tête » et des sessions professionnelles et méthodologiques.

Plus d’informations ici.

Appel à communications – Journée d’étude doctorant.es «D’auguste renommée» : les personnalités locales de l’Antiquité à nos jours

Lieu : MSH, Clermont-Ferrand

Date : 15 mai 2024

Date limite pour soumettre une proposition : 15 février 2024

Cette journée, organisée par les doctorants du CHEC (Université Clermont-Auvergne), cherchera à interroger la place et le rôle des « personnalités » à l’échelle locale : maires de village, instituteur-archéologue ou encore artistes itinérants, autant de figures qui ont marqué la vie à l’échelle locale, organisé les formes de sociabilités et généré une littérature les encensant ou les critiquant. Ces personnalités locales peuvent être définies comme des individus à la position morale forte, dont la légitimité est acquise par reconnaissance au sein d’un groupe ou d’une communauté, et alliant valeurs locales et universelles. Les communications devront questionner les fondements de la reconnaissance locale de ces individus, à travers l’analyse et la critique des sources disponibles, la mise en évidence des réseaux et des transferts culturels générés par ces personnalités, et enfin, l’étude de la postérité mémorielle ou historique de ces personnages qui ont pu acquérir une renommée ou, au contraire, tomber dans l’oubli.

Plus d’informations ici.

Appel à communications – École d’été Genre Grand-Sud

Lieu : université de Toulouse

Date : juin 2024

Date limite pour soumettre une proposition : 28 février 2024

Présentation générale :

Coordonnée par Sylvie Chaperon (PR Toulouse 2, FRAMESPA UMR 5136), Manuela Martini (PRLyon 2, LARHRA-UMR 5190) et Anne Montenach (PR Aix-Marseille TELEMMe UMR 7303),
l’École d’été Genre Grand Sud organise tous les deux ans une école d’été doctorale prise en charge par l’un des trois établissements partenaires. Le but à moyen terme est de compenser un déséquilibre dans la formation et l’attractivité entre les universités de régions et les universités franciliennes qui bénéficient d’une offre plus importante de séminaires en histoire du genre.

La première édition se déroulera à Toulouse au printemps 2024 sur le thème « Sexualités réprouvées, sexualités revendiquées : expériences, discours, mobilisations ».

La formation doctorale alternera conférences de spécialistes reconnu·es et ateliers collectifs participatifs. Les aspects méthodologiques (corpus de sources, enquête orale, micro-histoire, etc.) et épistémologiques(usages des concepts) seront privilégiés.
Calendrier :
15 décembre : diffusion de l’appel à candidature
28 février : clôture des candidatures
30 mars : communication des résultats
24-28 juin : déroulement de l’école d’été

Modalités de candidature :Les étudiant·es diplômé·es de Master 2 ayant un projet de thèse, les doctorant·es et les post-doctorant·es peuvent candidater. L’école d’été est ouverte aux historien·nes et historien·nes de l’Art, aussi bien qu’aux sociologues, anthropologues, littéraires et philosophes développant une forte approche historique. La candidature comprend un CV (2 pages) et une présentation de la recherche en cours : projet de thèse, thèse, recherche post-doctorale (2 pages). Ces éléments sont à envoyer avant le 28 février à l’adresse suivante : edgrandsud@univ-tlse2.fr.

Prise en charge : L’école d’été commencera le lundi 24 juin après-midi et se terminera le vendredi 28 juin en fin de matinée.L’hébergement et les repas seront pris en charge par l’école d’été, mais pas les transports.
Comité d’organisation :
– Sylvie Chaperon (PR Toulouse 2)
– Camille Fauroux (MC Toulouse 2)
– Corto Le Perron (Doctorant EHESS – Toulouse 2)
– Manuela Martini (PR Lyon 2)
– Anne Montenach (PR Aix-Marseille)
– Camille Morin-Delaurière (Doctorante Toulouse 2 – Université de Montréal)
– Mathias Quéré (Post-doctorant Toulouse 2 − Paris Cité)
– Sylvie Chaperon (PR Toulouse 2)

– Julie Doyon (MC Lyon 2)

Comité scientifique (en cours d’élaboration) :- Ilana Eloit (Professeure assistante, Université de Genève)
– Camille Fauroux (MC Toulouse 2)
– Julian Jackson (Professeur émérite, Queen Mary University)
– Clovis Maillet (Enseignant, ESAD Angers)
– Delphine Peiretti-Courtis (PRAG, Université Aix-Marseille
– Massimo Prearo (Chercheur, Université de Vérone)
– Mathias Quéré (Post-doctorant Toulouse 2 − Paris Cité)
– Florence Tamagne (MC Lille)

Argumentaire :

« Sexualités réprouvées, sexualités revendiquées : expériences, discours, mobilisations (XVIe-XXe) »

En France comme ailleurs, l’histoire de la sexualité s’est déployée depuis les années 1970 et s’est d’abord penchée sur les sexualités déviantes, illicites ou marginales (Chaperon 2002 ; Corbin 2003 ; Rebreyend 2005). Condamnées et encadrées par les autorités religieuses ou médicales ; plus étroitement surveillées ou réprimées par la police et la justice ; elles ont donné lieu à une masse de sources importantes. Ces pratiques sexuelles ont d’abord été désignées comme des péchés « de luxure » ou « contre nature » condamnés par l’Église, avant d’être sécularisés et reformulés au XIXe siècle. La médecine prend alors le relais du clergé, tandis que le nouveau code pénal en dépénalise certains comme la sodomie, la bestialité, la prostitution on encore l’inceste (Giuliani 2014 ; Ambroise-Rendu 2014). Mais les mesures policières, réglementaires ou médicales assurent un étroit quadrillage des populations et des pratiques minoritaires tout au long du XIXe et d’une partie du XXe siècle.

D’une manière générale, les veines historiographiques anciennement développées ont continué d’intéresser les recherches. L’histoire de la prostitution, étudiée dès les années 1970 ou 1980 par Alain Corbin (1978) et Erica-Maria Benabou (1987) a été élargie au contexte colonial (Taraud 2003) et réinvestie par Lola Gonzalez Quijano (2015), qui l’a reliée à l’essor des loisirs masculins ou par Clyde Plumauzille (2016), qui l’a explorée dans la période révolutionnaire. Après de nombreux ouvrages (Stengers et Van Neck 1984 ; Laqueur 2005), l’histoire de la masturbation a quant à elle été reprise par le bas, grâce aux consultations épistolaires d’Auguste Tissot (Singy 2014) ou d’Auguste Forel (Garibian 2018) ou des journaux intimes. Récemment aussi, la psychopathologie sexuelle et l’invention des perversions au tournant du XIXe et XXe siècle ont attiré les recherches, renouvelant les publications pionnières de Michel Foucault (Foucault 1976) et de Georges Lanteri-Laura (1979). Ainsi des dernières recherches de Sylvie Chaperon (2007) et de Julie Mazaleigue Labaste (2014).

Les études gays et lesbiennes – telle était leur première appellation − se sont déployées en France dès le tournant des années 1980 hors du monde académique, grâce aux recherches menées par les militant ·es (Wittig 1980 ; Girard 1981 ; Martel 1996). Elles ont ensuite intégré l’université depuis les années 1990 dans le contexte de l’épidémie du sida (Tamagne 2007 ; Murat 2007 ; Revenin 2007). Ces études, désormais LGBTI+, ont connu un fort renouvellement et enrichissement ces dernières années, poussant l’histoire des personnes, expériences, discours, représentations et mouvements LGBTI+ vers une interdisciplinarité qui s’est révélée féconde. Elle a participé à dépasser le tropisme parisien pour inclure d’autres villes et régions (Idier 2012 ; Quéré 2019 ; Comer et al. 2023), déplaçant la focale sur les mises en réseau et l’ancrage territorial des luttes et expériences minoritaires. L’approche spatiale a aussi permis de remettre en cause le mythe de la fuite vers la grande ville ou la capitale (Merrick et Sibalis 2001 ; Leroy 2005 ; Blidon 2008).
C’est en particulier l’étude des mobilisations et des militant·es LGBTI+ qui a contribué à donner un

nouveau souffle à l’écriture de ces histoires aux XXe et XXIe siècles. Elle a suscité des travaux renouvelant les premières synthèses et redonnant notamment toute sa place au mouvement lesbien (Bouvard, Eloit et Quéré 2023). Les recherches abordent un temps long (Prearo 2014 ; Calwood 2017), ou les années 1968 (Eloit 2020 ; Quéré 2022), un groupe particulier (Jackson 2009 ; Sibalis 2010 ; 2013), ou une figure du mouvement (Idier 2017). Enfin, alors que les discours et les politiques de l’homosexualité sont profondément traversées par la question coloniale (Blanchard 2008 ; 2012 ; Shepard 2017), des recherches ont permis de documenter l’histoire de mobilisations lesbiennes contre le racisme (post)colonial (Bacchetta 2019 ; Provitola 2019). En parallèle, toute une littérature s’est concentrée sur l’envers de ces vies et pratiques, en particulier la répression policière et judiciaire de l’homosexualité. Grâce à cette littérature, on connaît désormais la nature de ces résistances de l’ordre hétérosexuel tant pour l’époque moderne (Pastorello 2011), qu’au XIXe siècle (Tamagne 2000 ; Revenin 2005), au début du XXe siècle (Jaouen 2018), pendant la Seconde Guerre mondiale (Schlagdenhauffen, Le Gac, et Virgili 2017) ou même à l’heure de l’amendement Mirguet et de l’homosexualité comme « fléau social » (Idier 2013 ; Gauthier et Schlagdenhauffen 2019).

Malgré cette richesse, le spectre LGBT+ n’est pas représenté également dans ces recherches et des pans entiers sont encore à investiguer, en particulier en France – d’autres traditions académiques, comme au Canada ou au Royaume-Uni, ayant entrepris ce chantier depuis plus longtemps. La bisexualité reste ainsi très peu abordée (Deschamps 2002). Les recherches sur les personnes et les mobilisations trans, après des premiers travaux isolés (Foerster 2012), et des contributions importantes sur d’autres périodes (Maillet 2020), trouvent un nouvel essor avec une jeune génération de chercheur·es dont les travaux restent à publier. Plusieurs enquêtes ont également retracé l’histoire de l’hermaphrodisme au XIXe siècle (Houbre 2011 ; 2020 ; Salle 2017) tandis Michal Raz (2023) étudie la gestion médicale de l’intersexuation depuis les années 1950 et son lien avec l’émergence d’un mouvement intersexe. C’est enfin du côté des sources exploitées que des horizons s’ouvrent et que d’autres restent à inventer. Les représentations littéraires des sexualités déviantes sont assez négligées alors même qu’elles permettent une forme d’expression très riche. C’est surtout du côté lesbien qu’elles ont été sollicitées tant pour le XIXe siècle (Benstock 1987 ; Albert 2005) que le XXe siècle (Turbiau et al. 2022 ; Antolin 2023). Plus largement, c’est tout un rapport repensé aux archives qui préside à la réalisation d’une partie des travaux, revendiquant parfois un investissement individuel et un positionnement situé (Eloit 2018), se plaçant de plus en plus dans une approche communautaire de la production archivistique (Gérardin-Laverge, Guaresi, et Abbou 2021 ; Vanehuin 2022 ; Chantraine 2023).
Le champ des sexualités réprouvées et minoritaires est vaste et demeure riche de promesses.

Conscient·es de cela, et afin de ne pas élargir trop le périmètre thématique, on laissera de côté les pratiques d’évitement des naissances (onanisme conjugal, coït interrompu, contraception, avortement), de même que les violences sexuelles (viols, attentats à la pudeur, agression, harcèlement) qui donneront lieu à de prochaines éditions.


Références citées :
Albert, Nicole. 2005. Saphisme et décadence dans l’Europe fin de siècle. Paris: La Martinière.
Ambroise-Rendu, Anne-Claude. 2014. Histoire de la pédophilie, XIXe-XXIe siècle. Paris: Fayard.
Antolin, Alexandre. 2023. Une censure éditoriale : Ravages de Violette Leduc. Lyon: Presses Universitaires de Lyon.
Bacchetta, Paola. 2019. « Groupe Du 6 Novembre : Lesbiennes Issues Du Colonialisme, de l’esclavage et de l’immigration ». In Global Encyclopedia of Lesbian, Gay, Bisexual, Transgender,
and Queer (LGBTQ) History, édité par Howard Chiang.
Benabou, Erica-Marie. 1987. La prostitution et la police des moeurs au XVIIIe siècle. Paris: Perrin.
Benstock, Shari. 1987. Femmes de la rive gauche. Paris 1900-1940. Paris: Des femmes.
Blanchard, Emmanuel. 2008. « Le mauvais genre des Algériens. Des hommes sans femme face au virilisme policier dans le Paris d’après-guerre ». Clio. Histoire, femmes et sociétés 27 (1):
209-24.
———. 2012. « Des Algériens dans le “Paris Gay”. Frontières raciales et sexualités entre hommes sous le regard policier ». In Politique et administration du genre en migration. Mondes Atlantiques, XIXe-XXe siècles, édité par (dir.) Rygiel Ph., 157-74.
Blidon, Marianne. 2008. « Jalons pour une géographie des homosexualités ». L’Espace géographique 37 (2): 175-89.
Bouvard, Hugo, Ilana Eloit, et Mathias Quéré. 2023. Lesbiennes, pédés, arrêtons de raser les murs. Luttes et débats des mouvements lesbiens et homosexuels. La Dispute.
Calwood, Dan. 2017. « Re-evaluating the French Gay Liberation Moment 1968-1983 ». University of London.
Chantraine, Renaud. 2023. « La mémoire en morceaux. Une ethnographie de la patrimonialisation des minorités LGBTQI et de la lutte contre le sida ». Culture & Musées. Muséologie et recherches
sur la culture, no 41 (septembre): 232-35.
Chaperon, Sylvie. 2002. « L’histoire contemporaine des sexualités en France ». Vingtième siècle, no 75 (septembre): 47-59.
———. 2007. Les origines de la sexologie 1850-1900. Paris: Louis Audibert.
Comer, Clémentine, Camille Morin-Delaurière, Alice Picard, et Françoise Bagnaud. 2023. « Rapports sociaux de classe et structuration des frontières associatives.Énonciation lesbienne plurielle à Rennes dans les années 1980 et 1990 ». Politix 141 (1): 25-46.
Corbin, Alain. 1978. Les filles de noce. Misère sexuelle et prostitution 19e siècle. Paris: Aubier Montaigne.
———. 2003. « Les principales étapes de l’histoire du sexe en Occident ». In Le désir et le goût. Une autre histoire (XIIIe-XVIIIe siècle), édité par Odile Redon, Line Sallmann, et Sylvie Steinberg.
Vincennes: PUV.
Deschamps, Catherine. 2002. Le Miroir bisexuel. Paris: Balland.
Eloit, Ilana. 2018. « Lesbian trouble: feminism, heterosexuality and the French nation (1970–1981) ». Londres: LSE.
———. 2020. « Trouble dans le féminisme. Du “Nous, les femmes” au “Nous, les lesbiennes” : genèse du sujet politique lesbien en France (1970-1980) ». 20 & 21. Revue d’histoire 148 (4):
129-45.
Foerster, Maxime. 2012. Elle ou lui ? : Une histoire des transsexuels en France. Paris: La Musardine.
Foucault, Michel. 1976. Histoire de la sexualité. t. 1, La volonté de savoir. Paris: Gallimard.
Garibian, Taline. 2018. « Les patient·e·s du docteur Forel ». Histoire, médecine et santé, no 12 (mai): 57-72.
Gauthier, Jérémie, et Regis Schlagdenhauffen. 2019. « Les sexualités « contre-nature » face à la justice pénale. Une analyse des condamnations pour « homosexualité » en France (1945-1982) ». Déviance et Société 43 (octobre): 421-59.
Gérardin-Laverge, Mona, Magali Guaresi, et Julie Abbou. 2021. « Dossier thématique : Archives,
genre, sexualités, discours ». GLAD! Revue sur le langage, le genre, les sexualités, no 11 (décembre).
Girard, Jacques. 1981. Le mouvement homosexuel en France : 1945-1980. Paris: SYROS.
Giuliani, Fabienne. 2014. Les liaisons interdites: Histoire de l’inceste au XIXe siècle. Paris: ED SORBONNE.
Gonzalez-Quijano, Lola. 2015. Capitale de l’amour – Filles et lieux de plaisir à Paris au XIXe siècle.
Illustrated édition. Paris: VENDEMIAIRE.
Houbre, Gabrielle. 2011. « Dans l’ombre de l’hermaphrodite : hommes et femmes en famille dans la France du xixe siècle ». CLIO. Histoire, femmes et sociétés, no 34: 85-104.
———. 2020. Les deux vies d’Abel Barbin, né Adélaïde Herculine (1838-1868): Édition annotée des Souvenirs d’Alexina Barbin. PUF.
Idier, Antoine. 2012. Dissidanse Rose : Fragments de vies homosexuelles à Lyon dans les années 70. Lyon: Éditions Michel Chomarat.
———. 2013. Les Alinéas au placard : l’abrogation du délit d’homosexualité (1977-1982). Cartouche.
———. 2017. Les vies de Guy Hocquenghem. Paris: Fayard.
Jackson, Julian. 2009. Arcadie. La vie homosexuelle en France de l’après-guerre à la dépénalisation. Paris: Autrement.
Jaouen, Romain. 2018. L’inspecteur et l’inverti. La police face aux sexualités masculines à Paris
(1919-1940). Rennes: PUR.
Lanteri-Laura, Georges. 1979. Lectures des perversions. Histoire de leur appropriation médicale. Paris: Masson.

Laqueur, Thomas. 2005. Le sexe en solitaire: contribution à une histoire culturelle de la sexualité. Paris: Gallimard.Leroy, Stéphane. 2005. « Le Paris gay. Éléments pour une géographie de l’homosexualité ». Annales de géographie 646 (6): 579-601.
Maillet, Clovis. 2020. Les genres fluides : de Jeanne d’Arc aux saintes trans. Oblique-s. Paris: Arkhê.
Martel, Frédéric. 1996. Le Rose et le noir, Les homosexuels en France depuis 1968. Paris: Seuil.
Mazaleigue-Labaste, Julie. 2014. Les déséquilibres de l’amour. La genèse du concept de perversion sexuelle de la Révolution française à Freud. Ithaque. Paris.
Merrick, Jeffrey, et Michael Sibalis. 2001. Homosexuality in French History and Culture. Harrington
Park Press.
Murat, Laure. 2007. « Tentative de bilan historiographique des études gay et lesbiennes ». In Le choix de l’homosexualité. Recherches inédites sur la question gay et lesbienne, édité par Bruno Perreau, 239-45. Paris: EPEL.
Pastorello, Thierry. 2011. Sodome à Paris fin XVIIIe – milieu XIXe siècle : l’homosexualité masculine en construction. Grâne: Creaphis éditions.
Plumauzille, Clyde. 2016. Prostitution et révolution : Les femmes publiques dans la cité républicaine. Illustrated édition. Ceyzérieu: Champ Vallon Editions.
Prearo, Massimo. 2014. Le Moment politique de l’homosexualité Mouvements, identités et communautés en France. PUL. Lyon.
Provitola, Blase A. 2019. « In visibilities: the Groupe du 6 novembre and the production of liberal lesbianidentity in contemporary France ». Modern & Contemporary France 27 (2): 223-41.
Quéré, Mathias. 2019. « Qui sème le vent récolte la tapette », une histoire des Groupes de libération homosexuels en France de 1974 à 1979. Lyon: Éditions Tahin Party.
———. 2022. « “Quand nos désirs font désordres”. Une histoire du mouvement homosexuel français de 1974 à 1986 ». Thèse de doctorat, Toulouse 2.
Raz, Michal. 2023. Intersexes. Du pouvoir médical à l’autodétermination. Paris: Le cavalier bleu.
Rebreyend, Anne-Claire. 2005. « Comment écrire l’histoire des sexualités au XXe siècle? Bilan historiographique comparé français/anglo-américain ». Clio, Histoire, Femmes et Sociétés, no 22:
185-209.
Revenin, Régis. 2005. Homosexualité et prostitution masculines à Paris 1870-1918. Paris: L’Harmattan.
———. 2007. « Les études et recherches lesbiennes et gays en France (1970-2006) ». Genre & Histoire, no 1.
Salle, Muriel. 2017. « L’autre du sexe. Hermaphrodites et invertis contre la binarité dans la pensée
médico-légale du XIXe siècle ». Socio. La nouvelle revue des sciences sociales, no 9: 75-89.
Schlagdenhauffen, Régis, Julie Le Gac, et Fabrice Virgili. 2017. Homosexuel·le·s en Europe pendant la Seconde Guerre mondiale. Nouveau monde.
Shepard, Todd. 2017. Mâle décolonisation. L’“homme arabe” et la France, de l’indépendance algérienne à la révolution iranienne. Illustrated édition. Paris: Payot.
Sibalis, Michael. 2010. « L’arrivée de la libération gay en France. Le Front Homosexuel d’Action Révolutionnaire (FHAR) ». Genre, sexualité & société, no 3 (Printemps).
———. 2013. « Mai 68 : le Comité d’Action Pédérastique Révolutionnaire occupe la Sorbonne ».
Genre, sexualité & société, no 10 (Automne).
Singy, Patrick. 2014. L’usage du sexe: Lettres au Dr Tissot, auteur de L’onanisme (1760). BHMS.
Lausanne.
Stengers, Jean, et Anne Van Neck. 1984. Histoire d’une grande peur : la masturbation. Bruxelles,
Belgique: Éditions de l’Université de Bruxelles.
Tamagne, Florence. 2000. Histoire de l’homosexualité en Europe : Berlin, Londres, Paris, 1919 −
1939. Paris: Seuil.
———. 2007. « Écrire l’histoire des homosexualités en Europe: XIXe-XXe siècles ». Revue d’histoire moderne et contemporaine 53 (4): 7-31.
Taraud, Christelle. 2003. La prostitution coloniale : Algérie, Tunisie, Maroc, 1830-1962. Lausanne:
Payot-Lausanne.
Turbiau, Aurore, Margot Lachkar, Camille Islert, Manon Berthier, et Alexandre Antolin. 2022. Ecrire
à l’encre violette. Littératures lesbiennes en France de 1900 à nos jours. Paris: Le Cavalier
Bleu.
Vanehuin, Morgane. 2022. « Les archives de la lutte anti-sida. Témoignage d’une jeune archiviste engagée chez AIDES, association communautaire de lutte contre le VIH/sida et les hépatites virales ». La gazette des archives, no 265.
Wittig, Monique. 1980. « On ne naît pas femme ». Questions féministes, no 8: 75-84