Archives de catégorie : Vie de l’AJCH

Les appropriations de l’eau, de l’Antiquité à nos jours

Argumentaire

L’eau est une ressource inégalement répartie et souvent convoitée. Le premier conflit historiquement documenté concerne déjà l’appropriation d’un territoire irrigué : la guerre qui opposa les cités mésopotamiennes de Lagash et d’Umma il y a près de 4 500 ans. Cet exemple illustre la question fondamentale de l’appropriation de l’eau, c’est-à-dire sa prise de contrôle par les acteur⋅ices afin de répondre à leurs besoins et de servir leurs intérêts. Ces acteur⋅ices peuvent être les pouvoirs politiques, les institutions religieuses, les communautés d’habitant⋅es ou encore les entreprises et les acteurs économiques.

Posséder l’eau, c’est soumettre la ressource et le territoire alentour à son pouvoir. Cependant, du fait de sa fluidité naturelle, il est particulièrement difficile de se l’approprier (Charbonnier, 2020 ; Fournier, Lavaud, 2012). C’est pourquoi les sociétés ont très tôt et de manière récurrente mis en place des processus juridiques, sociaux ou matériels, pour organiser l’exploitation de la ressource comme pour résoudre les conflits d’usage. On peut ainsi identifier la propriété juridique et économique sur les eaux, les restrictions physiques d’accès, l’affirmation par la guerre ou par le droit d’une souveraineté politique, l’aménagement des cours d’eau (Lemire, 2011)… Ces différentes stratégies dépendent des acteurs, de leurs échelles d’action ou de la situation hydrologique. Des raisons naturelles comme le flux amont/aval ou les différences saisonnières de débit, mais aussi anthropiques, posent également la question de la répartition de l’eau et encouragent parfois les acteur⋅ices à mettre en place des politiques de coopération voire de partage, dont la gestion comme bien commun est un exemple (Ingold, 2008). Enfin, les évolutions théoriques et écologiques récentes ont entraîné une remise en cause de l’appropriation humaine des cours d’eau, allant jusqu’à l’attribution d’une personnalité juridique à des rivières (O’Donnell, 2018).

Les processus d’appropriation peuvent être perturbés quand les sociétés peinent à garantir un approvisionnement suffisant, du fait d’épisodes environnementaux peu favorables (manque de pluviométrie, canicules, inondations qui rendent les eaux impropres à l’utilisation, gel, aridité, etc.). Dans les contextes de pénurie ou de risque de pénurie, les incertitudes mènent à des tensions plus ou moins fortes autour de l’accès à l’eau (se matérialisant de différentes manières, de la fraude au conflit) et questionnent la légitimité des acteur⋅ices à se l’approprier. Dans ces contextes de tension, cette légitimité des différentes entités (association, pouvoir public, administration) à arbitrer la répartition de la ressource est remise en cause, de même que leurs critères de gestion (Ingold, 2012, 2014, Locher, 2020). Ce sont alors les modalités d’appropriation de l’eau qui sont discutées, notamment son statut comme bien personnel ou bien commun. L’enjeu est aussi de hiérarchiser les activités consommatrices d’eau, de l’usage alimentaire et domestique aux moulins, de l’agriculture à l’industrie en passant par des usages ludiques ou récréatifs. On constate aussi comment, alors que la vulnérabilité de certaines de ces activités aux événements naturels diminue progressivement, ces hiérarchisations évoluent (Vidal-Naquet, 1993, Le Roy Ladurie, 1967).

Outre la pénurie, la contamination de l’eau par celles et ceux qui se l’approprient (de fait ou de droit) est aussi génératrice de tensions. Les activités artisanales comme la tannerie ou le lavage des laines sont des sources permanentes de pollution (Jarrige, Le Roux, 2017). À l’âge industriel, la dégradation des cours d’eau s’aggravent, ceux-ci étant de plus en plus exploités par les détenteur⋅ices des moyens de production, notamment dans le secteur textile (Gagnepain, 2021). En outre, du fait de l’urbanisation croissante des sociétés contemporaines, les cours d’eau sont souvent devenus des égouts à ciel ouvert, où se déversent massivement les déchets industriels et domestiques. 

L’impact sanitaire de ces pollutions n’est pourtant pas ignoré. Hippocrate voyait déjà dans la salubrité de l’eau (mais aussi celle de l’air et des sols) un élément essentiel au maintien de la bonne santé des individus. Jusqu’au XIXe siècle, la théorie hippocratique des miasmes est restée dominante dans les pays où la culture grecque a imprégné la pensée médicale. D’après cette théorie, les milieux insalubres rejetteraient des substances aussi invisibles que toxiques. Une fois polluée, l’eau contaminerait ainsi l’air, engendrant des épidémies (Fournier, 2010). La théorie microbienne avancée par Pasteur a battu en brèche cette conception miasmatique, mais elle n’affirme pas moins qu’une eau polluée est potentiellement vectrice de maladies.

De la même manière que les sociétés ont depuis longtemps produit des savoirs complexes sur la nocivité d’une eau insalubre, elles ont une conscience ancienne des modifications de leur environnement, et plus particulièrement des déséquilibres qui affectent le cycle de l’eau (Fressoz, Locher, 2020). Dès l’époque moderne, les débats se multiplient autour de l’influence néfaste de la déforestation, de son rôle dans la pluviométrie trop variable et dans la multiplication des sécheresses et des inondations, de même que dans la difficulté des sols à absorber l’eau de pluie et à renouveler les aquifères. Les questions d’appropriation se couplent alors d’enjeux de bonne gestion. Cette conscience d’un impact fort des activités humaines sur le cycle de l’eau n’empêche pas l’appropriation accrue de cette ressource par des activités de plus en plus consommatrices. Ce phénomène commence avec la révolution industrielle et s’accentue tout au long des XXe et XXIe siècles, alimentant le déséquilibre dans le cycle de l’eau et l’appauvrissement de la ressource. 

Depuis le début des années 2000, l’impact des sociétés humaines sur l’environnement est pleinement reconnu par les sciences du système Terre, avec l’entrée dans l’Anthropocène, époque dans laquelle l’humanité est une force géologique à part entière (Bonneuil, Fressoz, 2016). Dans cette époque, le dépassement de la limite planétaire de l’eau douce et la pollution des réservoirs naturels (mers et océans, cours d’eau, glaciers, aquifères) font des guerres de l’or bleu un sujet toujours très actuel, 4500 ans après le premier conflit lié à cette ressource.

Bibliographie

BONNEUIL C. FRESSOZ J.-B., L’événement Anthropocène. La Terre, l’histoire et nous, Paris, Seuil, 2016

CHARBONNIER P. Abondance et liberté. Une histoire environnementale des idées politiques, Paris, La Découverte, 2020

FOURNIER P., « Zones humides et “aérisme” à l’époque moderne », in Zones humides et santé. Actes de la journée d’étude 2008 du Groupe d’Histoire des Zones Humides, Paris, GHZH, 2010

Id., LAVAUD S. (dir.), Eaux et conflits dans l’Europe médiévale, Toulouse, Presses universitaires du Midi, 2012

FRESSOZ J.-B., LOCHER F., Les Révoltes du ciel. Une histoire du changement climatique, XVe-XXe siècles, Paris, Seuil, 2020

GAGNEPAIN Y., « Du canal de Roubaix à l’insalubrité de la vallée de l’Espierre. Une histoire environnementale du contrôle de l’eau par les industriels de Roubaix au XIXe siècle », Histoire Politique [En ligne], vol. 43, février 2021

INGOLD A., « Les sociétés d’irrigation : bien commun et action collective », Entreprises et Histoire, vol. 50, no. 1, 2008, p. 19-35

Id., « Conflits sur les eaux courantes en France au XIXe siècle entre administration et justice. De l’enchevêtrement des droits et des savoirs experts », in id., (ed.), Faire la preuve de la propriété. Droits et savoirs en Méditerranée (Antiquité – Temps modernes), Rome, Ecole française de Rome, 2012

Id., « Les communs au prisme de l’État au XIXe siècle. Propositions pour sortir l’histoire des communs de l’ombre portée de l’administration étatique », in LOCHER F. (dir.), La nature en communs. Ressources, environnement et communautés (France et Empire français, XVIIe-XIXe siècle), Paris, Champ Vallon, 2020

JARRIGE F. LE ROUX T., La contamination du monde. Une histoire des pollutions à l’âge industriel, Paris, Seuil, 2017

LE ROY LADURIE E., Histoire du climat depuis l’an mil, Paris, Flammarion, 1967

LEMIRE V., La soif de Jérusalem. Essai d’hydro-histoire, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2011

O’DONNELL E., Legal Rights for Rivers: Competition, Collaboration and Water Governance, Londres, Rootledge, 2018

VIDAL-NAQUET P., Les ruisseaux, le canal et la mer. Les eaux de Marseille, Paris, L’Harmattan, 1993

Attendus 

Cet appel à communication s’adresse en priorité aux doctorant⋅es, post-doctorant⋅es et jeunes chercheur⋅euses. Les contributions pourront porter sur tous types de territoires, d’échelles géographiques et de périodes historiques. Il est cependant attendu de bien définir le cadre territorial et de s’appuyer sur un travail d’archives. 

Les communications devront durer 20 minutes et seront acceptées en français et anglais.

Les propositions doivent pouvoir s’intégrer dans un ou plusieurs des axes suivants :

  • modes de gouvernement et de gestion de l’eau
  • conflits d’usage et tensions entre acteurs
  • pollutions et qualité de l’eau
  • accessibilité et répartition de la ressource, inégalités d’accès

Calendrier

15 mars 2024 : date limite pour soumettre une proposition (2.000 signes), accompagnée d’un court CV

12 avril 2024 : sélection des propositions

12 juin 2024 : tenue de l’événement à l’université de Lille SHS (salle de séminaire de l’Institut de Recherches Historiques du Septentrion)

Contact et organisateur⋅ices

Contact : appropriationh2o@gmail.com

BOUNOUA Samy, ULille, IRHiS

KOWALSKI Hélène, ULille, IRHiS

VIDON Hugo, Paris I Panthéon Sorbonne, LaMOP

Comité scientifique

ALLINNE Cécile, UniCaen, centre Michel de Boüard CRAHAM

DEUDON Laetitia, UPHF, LARSH

LOCHER Fabien, CNRS, GRHEN

INGOLD Alice, EHESS, GRHEN

Thread twitter de l’AJCH, par Ivan Burel. François Da Rocha Carneiro, Une histoire de France en crampons

Quelles histoires de France s’incarnent dans son équipe nationale de football ? Voici l’ambition de François Da Rocha Carneiro, dans un ouvrage appelé à faire date. Une histoire de France en crampons, préfacée par Patrick Boucheron, nous fait découvrir une suite de vignettes : des moments de vie et de sport, illustrés par des matchs emblématiques. Ces évènements nous proposent, en effet, un certain récit de la France. L’étude ne porte pas seulement sur les choix tactiques et stratégiques, les performances de l’équipe, mais, surtout, sur les visages de la France représentés dans son équipe de football masculine. Les joueurs sont nombreux, mais 4 figures émergent parmi ses footballeurs, pour la plupart issus de milieux sociaux globalement similaires sur les décennies : les catégories populaires, avec une part importante de populations d’origine immigrée. Car c’est est à une histoire populaire de la France que nous convie l’auteur. Les 4 figures de la nation, retrouvées dans les rangs des Bleus, ce sont chacune un pan de notre Histoire : le soldat, le travailleur, le démocrate, et le fils d’étranger.

Déjà, le soldat, car métaphores sportives et guerrières se confondent aisément. La guerre de 1914, c’est le « Grand match », comme celle de 1939. A l’inverse, la victoire française sur l’équipe britannique en 1921 est la « Revanche de Waterloo » pour la presse sportive. L’équipe de France qui affronte la Hongrie en mai 1914 se retrouve quelques mois plus tard sur la ligne de front, et ses joueurs s’y battent avec distinction. Comme le Roubaisien Emile Dusart, décoré de la Légion d’honneur, mort pour la France le 7 janvier 1918. Mais le football permet aussi aux nations de se mesurer pacifiquement. La rencontre France-Belgique du 9 mars 1919 est vue comme une joute, honorable, entre deux vainqueurs de la Grande Guerre. « Quelle belle bataille à venir » s’enthousiasme le Sportwereld, journal belge. L’équipe de France de 1940 semble, elle, une réponse directe à l’Allemagne nazie : plusieurs immigrés naturalisés, et le Guyanais d’origine sénégalaise Raoul Diagne y servent. Le gardien de but Rudi Hiden est un Autrichien exilé depuis l’Anschluss de 1938. « Face au monstre » s’interroge d’ailleurs l’une des parties de ce livre : que faire lorsque l’équipe doit lutter dans un pays soumis au joug totalitaire ? Comme lors du match à Berlin de mars 1933, en pleine Machtergreifung (Prise de pouvoir) des nazis… …Ou lorsque l’équipe de France affronte l’Italie le 4 décembre 1938, à Naples. Le stade est noyé par les slogans fascistes des supporters italiens.Peu de temps avant, le gouvernement italien a ouvertement réclamé l’annexion de la Savoie et de Nice. La France perd le match. Cependant, dans un café de la ville,réagissant aux moqueries de supporters italiens, le joueur Etienne Mattler anticipe une scène mythique du film Casablanca. Il se lève, et entonne la Marseillaise avec ses camarades. Mattler sera résistant et déporté pendant l’Occupation.

Au-delà de ces questions politiques, les joueurs sont aussi des travailleurs. Le football amateur, celui que l’on peut retrouver dans Les rois du sport, où Fernandel joue un piètre gardien de but et Raimu son coach improvisé, s’efface. L’outil de travail du footballeur, c’est son corps. Celui-ci est vite investi par les marques publicitaires. Cependant, il peut exister des moments de révolte : comme en 1978, où la majorité des joueurs refuse de repasser de trois bandes blanches leurs chaussures. Ces trois bandes sont l’emblème d’Adidas. Le refus de les porter marque l’insatisfaction financière des joueurs face à leur sponsor. Les joueurs, en tant que salariés, font état de revendications que l’on retrouverait dans d’autres domaines professionnels. En effet, la grève peut tout à fait paralyser une équipe : menace de grève en 1938, grève lors du mondial de 2010 en Afrique du Sud. Monde du travail et monde sportif ne font qu’un à ces occasions. De même, l’évolution de l’équipe de France accompagne celui de la société française. François Da Rocha évoque ainsi une « France de sang mêlé » pour décrire les Bleus, dont la composition représente les vagues d’immigration depuis celles du début du XXe siècle. La sélection des années 1950 est moquée d’ailleurs par ses adversaires pour les origines immigrées de certains joueurs, comme Raymond Kopa. Le Sport Digest de 1953 publie une caricature volontiers xénophobe sur les origines des joueurs de l’équipe de France. La sélection « black-blanc-beur », célèbre pour sa victoire de 1998 au Mondial, émerge pleinement lors du France-Arménie de 1996, la présence de joueurs d’origine maghrébine s’accroissant en effet à compter des années 1990. l reste alors à savoir quelles pages de l’aventure footballistique, et nationale, sont à écrire, par ces acteurs de l’Histoire… en crampons.

Thread Twitter de l’AJCH, Ivan Burel. Jean-Vincent Holeindre, La ruse et la force. Une autre histoire de la stratégie, Paris, Perrin, 2017.

L’ouvrage de Jean-Vincent Holeindre montre que, loin d’être des adversaires, la ruse et la force vont de pair pour qu’une armée l’emporte. De la Grèce antique à nos jours, la stratégie militaire se nourrit du dialogue, parfois difficile, entre elles. JV Holeindre vient contredire la thèse de Victor Davis Hanson, selon qui le modèle occidental de la guerre » reposerait sur la bataille rangée, la recherche du choc sur le champ de bataille et le rejet des ruses de guerre. Modèle qui serait né de la phalange des hoplites. Un modèle qui s’avère très contestable. Dans les mythes grecs, la ruse est à l’honneur. Zeus a en effet absorbé, par la tromperie,Mètis, divinité de l’intelligence rusée…et a reçu ses pouvoirs. Les êtres humains subissent, plus d’une fois, les conséquences de ses ruses. De même, la déesse Athéna, casquée et armée, incarne non pas la violence aveugle mais la guerre réfléchie, l’intelligence du champ de bataille. Elle est le contraire d’Arès, le dieu de la violence sans limite, et qu’elle défait plusieurs fois pendant le siège de Troie.

Dans ce siège, du moins dans le poème d’Homère l’Illiade, la guerre est l’apanage de guerriers héroïques affrontant à visage découvert leur adversaire. Achille, personnification de la bravoure, incarne aussi cette force incontrôlée et préjudiciable parfois à son armée. Cependant, Ulysse allie à la fois les qualités du guerrier brave et de la sagesse. Une alliance rare, mais qui lui assure la victoire. La furie d’Achille s’éteint devant les murs de Troie… alors qu’Ulysse, lui, conquiert la ville. Le combat de nuit, l’embuscade ne sont pas ignorées, d’ailleurs. Périclès, cependant, les fustige dans son oraison funèbre aux morts d’Athènes : la phalange se bat en bloc, à terrain découvert et face à l’ennemi. Un citoyen de la démocratie athénienne combat loyalement. Cependant, si la ruse est dénigrée, elle est pratiquée. Comment justifier cette contradiction ?

D’abord, pour rendre le combat équitable, si l’ennemi est supérieur en nombre. De même: combattre contre le barbare n’implique pas les mêmes restrictions comme à Salamis. Plus simplement, on utilise la ruse car la fin justifie les moyens. Certes, la phalange est honorable. Mais selon le spartiate Brasidas, c’est dans la victoire que les soldats atteindront l’honneur. La ruse met en avant leur intelligence, et celle de leur chef. Jean Vincent Holeindre rappelle, avec justesse, ce vers de Virgile dans son Enéide « Ruse ou valeur, qu’importe quand il s’agit d’un ennemi ». Enée, héros de Rome, doit avant tout l’empoter pour fonder la cité et préserver les siens. Les Romains sont en effet dans un dilemme : faut-il suivre la fides, et mener bataille « à la loyale », ou bien recourir à la ruse ? Face aux désastres infligés par le conquérant carthaginois Hannibal, le stratège Scipion imite les stratégies de déception du Carthaginois.

Rappelons que dans la guerre médiévale, contrairement à l’image que tentent de construire les chevaliers, la guerre n’est pas un tournoi. La bataille est rare : on préfère les chevauchées, les coups de main, les raids et l’égorgement à la nuit tombé. Un fait relevé dans la série GoT, Bronn esquive son adversaire, qui se bat comme un chevalier, et l’épuise en refusant un combat direct. Bronn l’emporte sans une égratignure, son adversaire lui, meurt. Lisa Aryn You didn’t fight with Honor… Bronn No… But He did. Cependant, entre chrétiens, il est difficile pour les théoriciens de justifier cette guerre « hors-jeu ». Comme pour les Grecs, le combat contre l’ « autre » justifie la chose : face aux “infidèles”, les limites de la guerre s’effacent.

Avec Machiavel, la ruse, loin d’être honteuse, en vient à incarner l’intelligence du stratège, une preuve de son talent. Plus encore, dans un monde incertain, celui de la fortuna, elle est essentielle à l’action politique, une marque de la virtu du souverain.

La Seconde Guerre Mondiale favorise, dans les deux camps, les opérations d’intoxication, les ruses et stratégies indirectes. Parmi de nombreux exemples, citons l’opération l’opération Fortitude qui trompe les Allemands sur la cible du débarquement de juin 1944. La ruse, loin de desservir la force ou bien d’agir comme son antithèse, participe au contraire à la démultiplier, à renforcer son efficacité. De nos jours, JV Holeindre évoque la « stratégie du poulpe » pratiquée par les combattants irréguliers, qui agissent par surprise, étendent leur emprise, agissent comme des tentacules enserrant l’adversaire puis tentent d’échapper au choc avec une armée régulière. La ruse cependant est aussi bien pratiquée par les irréguliers que leurs adversaires des armées régulières. Elles s’adaptent en effet à l’ennemi afin de vaincre, et se transforment au contact de l’irrégularité du guérillero.

En conclusion, le panorama proposé par Jean-Vincent Holeindre rappelle avec justesse que la guerre est aussi bien fille d’Athéna et d’Arès. Transdisciplinaire, synthétique, agréable à la lecture et clair, il ravira le passionné et le spécialiste.

Thread Twitter de l’AJCH, Ivan Burel, recension de David Todd, Un empire de velours, L’impérialisme informel français au XIXe siècle, La Découverte, 2022

L’ouvrage de David Todd nous confronte à un paradoxe : comment un empire peut se construire sans se développer territorialement, ou presque. Les conquêtes territoriales françaises sont réduites, en comparaison de celles britanniques ou russe jusque dans les années 1880. Cependant, un impérialisme s’est bien développé depuis la chute du Premier Empire.

En effet, le paradoxe n’est qu’apparent. Par la diffusion de sa culture, la puissance financière, et sa politique d’influence auprès de certaines élites extra-européennes, l’« impérialisme informel » français se développe progressivement. Le terme de « soft power » est ainsi employé par l’auteur pour désigner ce rayonnement français, qui n’est pas effacé par la défaite de 1815 mais s’accroît, pour connaître une apogée sous le Second Empire. La soumission de territoires extra-européens ne se traduit pas alors nécessairement par leur conquête. Par exemple, l’abbé de Pradt ou encore Benjamin Constant critiquent certes la formation de colonies….Mais ils soutiennent néanmoins la subjugation de ces territoires. Le monde serait conquis non par l’expansion militaire, mais plutôt en convertissant les élites à la culture française. La conquête « formelle » de l’Algérie semble donc, au vu de cette lecture, l’exception plus que la règle des entreprises de domination française du premier XIXe siècle.

Il est à noter que public visé par le soft power se restreint aux élites des élites concernées, comme en Egypte. Les masses en restent majoritairement à l’écart de ces entreprises d’influence française. Le tableau de JL Gérôme, Réception des ambassadeurs du Siam, décrivant ces diplomates présentant leurs hommages à la cour impériale, rappelle d’une part le faste du règne…Mais il rappelle également l’attrait de nombreuses élites, du Brésil au Siam, pour le modèle du Second Empire : une modernisation alliant capitalisme et autoritarisme. Cette alliance en vient à concurrencer le modèle libéral du Royaume-Uni sans pour autant que la rivalité entre la France et le Royaume-Uni n’atteigne un stade critique. Malgré les crises de 1840 et 1844, nombre d’opérations militaires sont menées conjointement, à l’image de l’intervention franco-britannique en Chine, lors de la guerre de l’Opium.

Le « hard power » n’est donc pas exempt . Mais intervenir à l’étranger ne signifie pas, nécessairement, conquérir : pensons au soutien militaire et diplomatique à l’indépendance grecque, en 1827-1829. Dans ce duo, le partenaire majeur reste le Royaume-Uni, au vu de la force de projection de la Royal Navy, ce qui encourage selon David Todd le gouvernement français à la retenue en cas de rivalités avec son voisin, comme lors de l’affaire Pritchard de 1844. En métropole, Paris sert quant à elle de « capitale des plaisirs », une vitrine de la France, et dont l’Exposition universelle de 1867 reste un modèle du genre, pour un empire que les observateurs étrangers croient solide. N’oublions pas non plus la « conquête par l’argent », pour citer l’auteur, connaissant des heures fastes. La dette est un moyen de pression à part entière: le succès du crédit ottoman auprès des épargnants français favorise l’influence de Paris auprès de l’Empire ottoman.

C’est donc un modèle autoritaire, élitiste, monarchiste et informel qu’incarne l’impérialisme français jusqu’à la chute de Napoléon III. Loin de l’universalisme républicain défendu, théoriquement, par la IIIe République dans ses entreprises. Avec la chute du Second Empire et les revers enchainés du Mexique jusqu’en Egypte où le RU s’impose, cette stratégie de conquête impériale s’effondre. Remplacée à partir des années 1880 par l’expansion territoriale « formelle ». Bien que cet effondrement ne s’accompagne pas de pertes coloniales outre-mer, une forme de domination à l’échelle mondiale s’éteint ainsi. En conclusion, ce livre est vivement à recommander, pour les nouvelles perspectives qu’il apporte, et pour sa capacité à remettre en cause nos préconceptions sur l’histoire impériale française. Passionnant et instructif à la fois.

Thread twitter de l’AJCH. Samy Bounoua, Recension de Karl Jacoby, Crimes contre la nature, Anacharsis, 2021

Cette œuvre est donc «Crimes contre la nature». Publiée pour la première fois en 2001 et traduit en français l’année dernière par @Anacharsis_edit, elle porte sur la face sombre de l’histoire de la conservation de la nature aux États-Unis. Mais avant de mettre en lumière cette face sombre, il convient de revenir sur les origines de la politique environnementale américaine, une politique pionnière à maints égards, portée par des grands noms de l’histoire de l’écologie tels que John Muir ou George Perkins Marsh.

À la À fin du XIXe siècle, ces derniers ont alerté le gouvernement américain au sujet de la dégradation de l’environnement. Dans son livre classique publié en 1864, «Man and Nature», Marsh explique que la déforestation risque de rendre le climat excessivement aride. Plus généralement, les attaques répétées contre la faune et la flore pourraient provoquer un «désastre écologique». Muir et Marsh ne sont pas les seuls à défendre ces idées. Elles sont partagées par un nombre de plus en plus importants de naturalistes. De fait, ces préoccupations qui nous paraissent familières ne sont pas nouvelles : elles s’inscrivent dans un contexte intellectuel alimenté par le développement des sciences de l’environnement, et en particulier de la foresterie. La nouveauté ne réside donc pas dans l’alerte, mais dans la politique qui a été mise en œuvre pour y répondre.

Dès 1872, sur décision du Congrès, est créé le premier parc national du monde : celui de Yellowstone. C’est également en 1872 que les parlementaires de l’État de New York décident de protéger les monts Adirondacks. Une réserve forestière voit le jour en 1885. Sept ans plus tard, il est transformé en parc national. Enfin, dans le Grand Canyon, une réserve forestière est instituée en 1893, puis un monument national en 1908, enfin un parc national en 1919. L’entreprise est louable : limiter au maximum l’exploitation d’espaces fragiles pour que ceux-ci puissent prospérer. Cependant, comme on l’a dit, elle a une face sombre … Les espaces protégés sont habités depuis longtemps, par des Amérindiens, mais aussi des blancs. Les autorités politiques ne l’ignorent pas. Leur objectif est précisément de contrôler étroitement ces populations.

Celles-ci sont accusées d’être dépourvues de conscience environnementale et d’être à l’origine de la détérioration de la nature. Dans les Adirondacks, le Yellowstone et le Grand Canyon, il a fallu imposer des règles extrêmement contraignantes. Les populations locales ne peuvent plus exploiter le bois, chasser, pêcher, ou établir des habitations ou des campements. Ces activités sont respectivement qualifiées de vol, de braconnage, de pêche illégale et de squat. Il leur faut trouver d’autres moyens de subsistance. Le discours conservationniste dominant justifie cette politique par le mépris de classe et de «race» : les ruraux blancs sont souvent décrits comme des arriérés, et les Amérindiens comme des sauvages. Pour certains, ce sont tous des «Indiens rouges ou blancs». Ainsi, des conflits éclatent très tôt.

Nombreux sont ceux qui violent la loi pour préserver leurs libertés et leur conception de la nature. Karl Jacoby, bien sûr, ne cède pas à l’angélisme et ne décrit pas cette conception comme étant parfaitement idéale. Certaines de leurs activités peuvent effectivement occasionner des destructions, comme la culture sur brûlis par exemple. Pratiqué par les Amérindiens du Yellowstone, elle est à l’origine de nombreux feux de forêts. Néanmoins, ces populations ont une connaissance concrète des écosystèmes, des cycles et des équilibres naturels ; une connaissance qui participe d’une «écologie morale». Ainsi, malgré les risques, le brûlis est bénéfique pour la biodiversité végétale. Les élites politiques et scientifiques méprisent cette «écologie morale» qu’ils ne comprennent pas. C’est pourquoi elles uniformisent des pratiques rendues abstraites (de leur point de vue, le brûlis ne peut plus être autre chose qu’un «incendie volontaire»). Karl Jacoby utilise à ce propos la notion de «simplification étatique», que l’on doit à James C. Scott : pour gouverner les espaces protégés et leurs habitants, il faudrait appliquer un programme gommant les aspérités du réel sur lesquelles le pouvoir n’a pas prise.

Par ailleurs, l’auteur souligne que la politique environnementale américaine n’est pas exempte de contradictions. Dans les Adirondacks, par exemple, la population locale ne peut plus chasser librement, mais de riches propriétaires, à l’instar de William Rockefeller ou de John Pierpont Morgan, possédent au sein du parc de vastes propriétés où ils sont autorisés à chasser le gibier tels des aristocrates modernes. Ce véritable privilège a nourri le ressentiment des habitants de la région. Il est à noter que, pour condamner ce privilège, les Adirondackers se sont appuyés sur les nouvelles lois environnementales : signe qu’ils se les sont en partie appropriées et qu’ils ne sont pas seulement dans la lutte et le rejet. En d’autres circonstances, les habitants préfèrent la négociation au conflit : dans le parc du Grand Canyon, les chefs havasupaï demandent fréquemment au Bureau des affaires indiennes la permission de chasser le cerf, permission qu’il leur est parfois accordée. Enfin, certains s’adaptent à la nouvelle situation et saisissent des opportunités rémunératrices, le plus souvent en devenant guides touristiques ou gardes-forestiers. Cette diversité d’attitudes face à la politique conservationniste a aussi fragilisé les sociétés des trois espaces protégés, et a contribué, peu à peu, à leur l’intégration à l’économie de marché et à la gouvernance technocratique de leur environnement par l’État.

Pour finir, nous pouvons que vous recommander la lecture de cet ouvrage passionnant, grand classique d’histoire sociale et environnementale.

Appel à communications: Journée de l’études de l’AJCH “Les sources privées”

Lieu: Université de Lille

Date: 30 mars 2023

Date limite de proposition de communication: 16 décembre 2022

Les sources privées recouvrent l’ensemble des archives issues des personnes physiques ou morales de droit privé. Ces sources peuvent prendre des aspects très différents : sources écrites, iconographiques ou audiovisuelles, etc. Elles représentent un nombre inépuisable de documents conservés dans des fonds privés mais aussi publics, officiels ou officieux, que tout chercheur doit pouvoir être en mesure de consulter, afin de faire progresser la recherche.
Déjà en 1965, Geneviève Gille, conservatrice en chef des Archives de la région Île-de-France, met en avant le fait que « depuis quelques années, les archives privées ont pris une place importante parmi les sources de l’histoire1 ». D’après elle, la définition d’un papier privé recoupe « tous ceux qui, à un moment donné, ont été en possession de personnes privées, physiques ou morales ». Que ces sources soient personnelles, familiales, associatives, économiques, politiques, qu’elles soient issues de personnalités religieuses, militaires, artistiques, scientifiques ou autres, les problématiques que soulèvent leur récolte, leur recensement, leur conservation, leur consultation et leur étude impliquent de nombreux acteurs soucieux de vouloir sauvegarder une trace qui pourra être produite plus tard. Soumises à certaines réglementations lorsqu’elles sont confiées à des institutions privées ou publiques comme des archives, des musées, des bibliothèques, des entreprises, elles sont aussi, parfois, protégées au sein de familles qui ne peuvent pas toujours y apporter tous les soins qui garantiraient leur pérennité.

Pour en savoir plus ici

7e journée d’études de l’ajch le 9 juin – « les sources officieuses »

La 7e JE de l’AJCH aura lieu le jeudi 9 juin (9h30-17h), en présentiel et en visioconférence, autour du thème des sources officieuses.

Pour y assister en visioconférence : écrivez-nous à Bureau@ajch.fr avant le mardi 7 juin, et le lien de connexion vous sera envoyé la veille de cette manifestation.

Pour y assister sur place : Université Rennes 2, campus Villejean, Maison de la recherche en sciences sociales, salle N104.

Au programme :

9h30-10h : Mot d’accueil et introduction scientifique (Marjolaine LÉMEILLAT, présidente de l’AJCH).

SESSION MATINALE De l’officieux à l’officiel : pratiques, réécritures et transformations des sources.

Présidence : Marjolaine LÉMEILLAT (chercheuse associée au CRHEC / Université Paris Est-Créteil et au LEM-CERCOR / Université Jean Monnet).

10h : Antonio ROMANO (Le Mans Université,
CreAAH) : « Sources officieuses collectées par Cassius Dion
dans la guerre civile de 193 ap. J.-C. ».

10h25 : Cecilia VAUCHER-TRUPCEVIC (Université
Bretagne Sud, TEMOS) : « Mar/G : les documents divers de la
Marine ».

10h50 : pause.

11h05 : Pierre MEIGNAN (Université Rennes 2,
Tempora / Université Charles de Prague) : « Les registres de
correspondance des agents nationaux de district : une source
officieuse de la pratique d’une autorité administrative
révolutionnaire (1793-1795) ».

11h30 : discussions.

SESSION POSTMÉRIDIENNEDes parcours individuels aux
engagements collectifs : le travail de l’historien face à la multiplication des sources
.

Présidence : Marc BERGÈRE (professeur d’histoire contemporaine, Université Rennes 2, Tempora).

14h : Charlotte BARNABÉ (Université de Caen
Normandie, HisTeMé) : « Retrouver l’intimité des couples francoallemands pendant la Seconde Guerre mondiale : limites des
sources judiciaires et valeur heuristique de l’épistolaire ».

14h25 : Guillaume YVERNEAU (Université de Caen
Normandie, HisTeMé) : « Au travers d’une malle : intérêt
historique et apport archivistique d’une découverte fortuite
autour de la Seconde Guerre mondiale ».

14h50 : pause.

15h05 : Yacine BENHALIMA (Université de la
Polynésie française et Victoria University of Wellington) : « Le fonds
Émile de Curton. Documenter le ralliement de Tahiti à la
France Libre (septembre 1940) ».

15h30 : discussions.

16h10 : Romain BENOIT-LÉVY, Jean-François MORVAN (Université Rennes 2, Tempora) : conclusions.

Pour plus d’informations, l’affiche et le programme.

Décès de Flavien Bertan de Balanda

C’est avec une grande tristesse que nous avons appris la disparition, ce 19 janvier 2022, de Flavien Bertran de Balanda, chercheur en histoire contemporaine (EPHE/SAPRAT/CRH 19-Sorbonne Université) et membre de notre Bureau. Spécialiste de Louis de Bonald, son ouvrage Louis de Bonald, philosophe et homme politique (1754 – 1840). Une tradition dans la modernité une modernité dans la tradition 1754 – 1840 avait obtenu la médaille de la Fondation Napoléon. Il poursuivait de même de riches travaux sur la philosophie politique et l’histoire des idées et de leur diffusion au XIXe siècle. L’AJCH adresse à ses proches et collègues ses plus sincères condoléances.

6e journée d’études de l’AJCH le 3 juin en distanciel : « Les sources perdues, une fatalité pour l’historien ? »

La sixième journée d’études de l’AJCH a eu lieu 3 juin 2021, en visioconférence. Elle s’est conduite autour du thème des « Sources perdues, une fatalité pour l’historien ? », abordé de manière transpériodique.

Programme

9h30-9h50 : Mot d’accueil et introduction de la journée.

Session I – L’apport d’outils documentaires conservés : décrypter le fonctionnement des institutions

9h50-10h10 : Albane Schrimpf-Patey (docteure, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), « Le réseau documentaire cassinésien, un outil pour reconstitution de sources perdues »

10h10-10h30 : Agathe Couderc (doctorante, Sorbonne Université), « Un secret trop bien protégé ? Les archives du Chiffre et leurs silences »

10h30-10h50 : Discussions.

10h50-11h10 : Pause.

Session II – Le cumul des indices prosopographiques : cerner et reconstituer les groupes sociaux

11h10-11h30 : Marjolaine Lémeillat (docteure, Université de Tours/Université Paris-Est Créteil), « Comment reconstituer l’inexistant ? Tentatives de restitution des réseaux ecclésiastiques en Bretagne à la fin du Moyen Âge (XIIIe-XVe siècle) »

11h30-11h50 : Daniel Cardoso (doctorant, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), « Reconstituer un groupe social sans en connaître les contours : les apports et les limites d’une prosopographie des nouveaux sénateurs durant l’Empire romain »

11h50-12h10 : Discussions.

12h10-14h00 : Déjeuner.

Session III – Des pertes irréparables ? Rendre compte d’un quotidien disparu

14h00-14h20 : Alexandre Ruelle (docteur, CY Cergy Paris Université), « Le quotidien des Savoyards en temps de guerre à l’époque moderne, une histoire impossible ? ».

14h20-14h40 : Olivier Kodjalbaye Banguiam (docteur, Université Paris Nanterre), « La reconstitution de l’histoire des objets issus de la colonisation, un exercice périlleux ».

14h40-15h00 : Discussions.

15h00-15h20 : Pause.

Session IV – Parvenir au sujet par des voies détournées : retracer l’histoire des structures politiques

15h20-15h40 : Quentin Gasteuil (doctorant, ENS Paris-Saclay / Sorbonne Université), « Comment écrire l’histoire des socialistes sans les archives de leur parti ? Le cas de la SFIO de l’entre-deux-guerres ».

15h40-16h00 : Bryan Muller (doctorant, Université de Lorraine), « Comment écrire l’histoire du « gaullisme d’ordre » ? L’exemple du SAC et des CDR ».

16h00-16h20 : Discussions.

16h20-16h35 : Conclusions.