Archives de catégorie : Journées d’études de l’AJCH

Appel à communications: Journée de l’études de l’AJCH “Les sources privées”

Lieu: Université de Lille

Date: 30 mars 2023

Date limite de proposition de communication: 16 décembre 2022

Les sources privées recouvrent l’ensemble des archives issues des personnes physiques ou morales de droit privé. Ces sources peuvent prendre des aspects très différents : sources écrites, iconographiques ou audiovisuelles, etc. Elles représentent un nombre inépuisable de documents conservés dans des fonds privés mais aussi publics, officiels ou officieux, que tout chercheur doit pouvoir être en mesure de consulter, afin de faire progresser la recherche.
Déjà en 1965, Geneviève Gille, conservatrice en chef des Archives de la région Île-de-France, met en avant le fait que « depuis quelques années, les archives privées ont pris une place importante parmi les sources de l’histoire1 ». D’après elle, la définition d’un papier privé recoupe « tous ceux qui, à un moment donné, ont été en possession de personnes privées, physiques ou morales ». Que ces sources soient personnelles, familiales, associatives, économiques, politiques, qu’elles soient issues de personnalités religieuses, militaires, artistiques, scientifiques ou autres, les problématiques que soulèvent leur récolte, leur recensement, leur conservation, leur consultation et leur étude impliquent de nombreux acteurs soucieux de vouloir sauvegarder une trace qui pourra être produite plus tard. Soumises à certaines réglementations lorsqu’elles sont confiées à des institutions privées ou publiques comme des archives, des musées, des bibliothèques, des entreprises, elles sont aussi, parfois, protégées au sein de familles qui ne peuvent pas toujours y apporter tous les soins qui garantiraient leur pérennité.

Pour en savoir plus ici

7e journée d’études de l’ajch le 9 juin – « les sources officieuses »

La 7e JE de l’AJCH aura lieu le jeudi 9 juin (9h30-17h), en présentiel et en visioconférence, autour du thème des sources officieuses.

Pour y assister en visioconférence : écrivez-nous à Bureau@ajch.fr avant le mardi 7 juin, et le lien de connexion vous sera envoyé la veille de cette manifestation.

Pour y assister sur place : Université Rennes 2, campus Villejean, Maison de la recherche en sciences sociales, salle N104.

Au programme :

9h30-10h : Mot d’accueil et introduction scientifique (Marjolaine LÉMEILLAT, présidente de l’AJCH).

SESSION MATINALE De l’officieux à l’officiel : pratiques, réécritures et transformations des sources.

Présidence : Marjolaine LÉMEILLAT (chercheuse associée au CRHEC / Université Paris Est-Créteil et au LEM-CERCOR / Université Jean Monnet).

10h : Antonio ROMANO (Le Mans Université,
CreAAH) : « Sources officieuses collectées par Cassius Dion
dans la guerre civile de 193 ap. J.-C. ».

10h25 : Cecilia VAUCHER-TRUPCEVIC (Université
Bretagne Sud, TEMOS) : « Mar/G : les documents divers de la
Marine ».

10h50 : pause.

11h05 : Pierre MEIGNAN (Université Rennes 2,
Tempora / Université Charles de Prague) : « Les registres de
correspondance des agents nationaux de district : une source
officieuse de la pratique d’une autorité administrative
révolutionnaire (1793-1795) ».

11h30 : discussions.

SESSION POSTMÉRIDIENNEDes parcours individuels aux
engagements collectifs : le travail de l’historien face à la multiplication des sources
.

Présidence : Marc BERGÈRE (professeur d’histoire contemporaine, Université Rennes 2, Tempora).

14h : Charlotte BARNABÉ (Université de Caen
Normandie, HisTeMé) : « Retrouver l’intimité des couples francoallemands pendant la Seconde Guerre mondiale : limites des
sources judiciaires et valeur heuristique de l’épistolaire ».

14h25 : Guillaume YVERNEAU (Université de Caen
Normandie, HisTeMé) : « Au travers d’une malle : intérêt
historique et apport archivistique d’une découverte fortuite
autour de la Seconde Guerre mondiale ».

14h50 : pause.

15h05 : Yacine BENHALIMA (Université de la
Polynésie française et Victoria University of Wellington) : « Le fonds
Émile de Curton. Documenter le ralliement de Tahiti à la
France Libre (septembre 1940) ».

15h30 : discussions.

16h10 : Romain BENOIT-LÉVY, Jean-François MORVAN (Université Rennes 2, Tempora) : conclusions.

Pour plus d’informations, l’affiche et le programme.

6e journée d’études de l’AJCH le 3 juin en distanciel : « Les sources perdues, une fatalité pour l’historien ? »

La sixième journée d’études de l’AJCH a eu lieu 3 juin 2021, en visioconférence. Elle s’est conduite autour du thème des « Sources perdues, une fatalité pour l’historien ? », abordé de manière transpériodique.

Programme

9h30-9h50 : Mot d’accueil et introduction de la journée.

Session I – L’apport d’outils documentaires conservés : décrypter le fonctionnement des institutions

9h50-10h10 : Albane Schrimpf-Patey (docteure, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), « Le réseau documentaire cassinésien, un outil pour reconstitution de sources perdues »

10h10-10h30 : Agathe Couderc (doctorante, Sorbonne Université), « Un secret trop bien protégé ? Les archives du Chiffre et leurs silences »

10h30-10h50 : Discussions.

10h50-11h10 : Pause.

Session II – Le cumul des indices prosopographiques : cerner et reconstituer les groupes sociaux

11h10-11h30 : Marjolaine Lémeillat (docteure, Université de Tours/Université Paris-Est Créteil), « Comment reconstituer l’inexistant ? Tentatives de restitution des réseaux ecclésiastiques en Bretagne à la fin du Moyen Âge (XIIIe-XVe siècle) »

11h30-11h50 : Daniel Cardoso (doctorant, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), « Reconstituer un groupe social sans en connaître les contours : les apports et les limites d’une prosopographie des nouveaux sénateurs durant l’Empire romain »

11h50-12h10 : Discussions.

12h10-14h00 : Déjeuner.

Session III – Des pertes irréparables ? Rendre compte d’un quotidien disparu

14h00-14h20 : Alexandre Ruelle (docteur, CY Cergy Paris Université), « Le quotidien des Savoyards en temps de guerre à l’époque moderne, une histoire impossible ? ».

14h20-14h40 : Olivier Kodjalbaye Banguiam (docteur, Université Paris Nanterre), « La reconstitution de l’histoire des objets issus de la colonisation, un exercice périlleux ».

14h40-15h00 : Discussions.

15h00-15h20 : Pause.

Session IV – Parvenir au sujet par des voies détournées : retracer l’histoire des structures politiques

15h20-15h40 : Quentin Gasteuil (doctorant, ENS Paris-Saclay / Sorbonne Université), « Comment écrire l’histoire des socialistes sans les archives de leur parti ? Le cas de la SFIO de l’entre-deux-guerres ».

15h40-16h00 : Bryan Muller (doctorant, Université de Lorraine), « Comment écrire l’histoire du « gaullisme d’ordre » ? L’exemple du SAC et des CDR ».

16h00-16h20 : Discussions.

16h20-16h35 : Conclusions.