“Les Amériques à l’époque moderne”, Première journée jeunes chercheurs et jeunes chercheuses en histoire moderne de l’AHMUF

Lieu : à Paris, en Sorbonne (salle des Actes).

Date : 22 juin 2022.

Date limite de réponse à l’appel : 20 février 2022.

Afin de permettre une meilleure visibilité des recherches doctorales de la période moderne, l’Association des historiens modernistes des universités françaises (AHMUF) organise une journée d’études réservée aux jeunes chercheurs et chercheuses. La thématique choisie pour cette première journée est :

« Les Amériques à l’époque moderne »

La journée est ouverte aux doctorants et doctorantes à partir de leur troisième année de thèse et aux docteurs et docteures jusqu’à trois années après leur soutenance. Profitant des échanges entre pars, ceux-ci présenteront un aspect inédit de leurs recherches, qui après expertises du comité scientifique, sera publié dans le Bulletin de l’AHMUF.

Les communications, en français et d’une durée de 25 minutes ne sauraient être un résumé des travaux doctoraux ou post-doctoraux.

Plus d’informations ici : https://ahmuf.hypotheses.org/9962

Appel à contributions: Les spectacles de curiosités en Europe de la Révolution française à la fin du XIXe siècle

Lieu: Clermont-Ferrand

Date: 29-30 septembre 2022

Date limite de réponse à l’appel: 28 février 2022

Les spectacles de curiosités ont longtemps fait partie du quotidien de nos ancêtres. Montreurs d’animaux, tours de physique et de mécanique, lanternes magiques, ventriloques, jongleurs et équilibristes sur pied ou à cheval, aérostats, marionnettes et cires sont, aux XVIIIe et XIXe siècles, l’âme de petits métiers ambulants qui animent les places publiques, les rues, les auberges, les cabarets, les loges des foires, les cirques naissants, voire les maisons particulières.

À des prix accessibles à tous, ou à la plupart des contemporains, d’abord ceux des villes, ces numéros les transportent vers un monde de prouesses, vers des ailleurs inaccessibles, aux confins de l’humanité – celle qui fraye avec l’animalité, la monstruosité, a du mal à accepter sa diversité. Entre rêve d’ailleurs et réalités déformées, ils créent un horizon d’attente et un espace mental particuliers ; ils anticipent les premières heures du cinématographe, les Enfants du Paradis.

Plus d’informations ici

Appel à contributions: Se rebeller dans les déserts. Les mouvements politiques du Sahara-Sahel (19e – 21e siècle)

Date limite de réponse à l’appel: 13 mars 2022

FRANÇAIS
Ce panel envisage d’explorer l’origine et l’articulation des mouvements politiques ayant agi dans les espaces du Sahara-Sahel. L’objectif est de se focaliser sur des épisodes ou des événements concrets ayant eu lieu au cours des trois derniers siècles, qui sont manifestement les signes d’une mobilisation collective, et qui pour cette raison même, permettent d’en faire ressortir la force. Par mobilisation collective ou populaire, on entend ici un processus politique relativement organisé dans le but de défier le pouvoir (tribal,régional, colonial, postcolonial) et qui, à certains moments, s’articule par une appropriation de l’espace audacieuse, voire pour la remise en question des configurations que les administrations centrales (précoloniales, coloniales et postcoloniales) essayaient d’imposer. Ce processus d’appropriation de l’espace, éventuellement prolongé dans le temps, constitue, d’une certaine manière, le prétexte analytique commun qui devrait donner une cohérence aux contributions du panel : sit-in, concentrations, manifestations, insurrections etc. Ce sont précisément ces épisodes éclatants, souvent dramatiques, de transgression, d’appropriation spatiale qui constituent la pointe de l’iceberg amenant à analyser les forces sociales qui les encouragent, les justifient et leur donnent un sens. La proposition d’un panel sur les
mobilisations politiques dans la région du Sahara-Sahel paraît être importante aussi pour les représentations dont ces espaces et leurs populations ont été l’objet dans le temps.

Plus d’informations ici

APPEL À communication : ” Au croisement du politique et du militaire”

Les propositions de communication doivent être soumises au format PDF avant le 22 mai 2022, comprenant une présentation de la communication de 3000 signes maximum (espaces inclus), accompagnée d’une brève présentation personnelle.

La prise de décision constitue, au sein d’un conflit, un jalon où l’imbrication entre politique et militaire est sensible. Ce processus met en lumière l’interaction entre différents acteurs à plusieurs échelles d’analyse de la guerre : stratégique, opérationnelle et tactique. L’enjeu de ce colloque est d’englober la période allant des campagnes de Louis XIV à l’âge des Révolutions, dans le but de faire dialoguer des historiographies qui restent temporellement cloisonnées. En effet, on observe une évolution du rapport entre les instances politiques et la conduite de la guerre dans la seconde modernité, particulièrement pendant la Révolution française. La tension entre politique et militaire se joue, d’une part, dans le saisissement de la direction des opérations par des civils, et d’autre part, à travers les tentatives de subordination du pouvoir politique par les militaires. Il s’agit ici d’étudier aussi bien les modalités de la prise de décision que son exécution et ses formes d’application.

Plus d’informations ici https://calenda.org/962478

Appel À contribution : “Éducation au politique : formation à la citoyenneté, morale et enseignement des religions”

Les propositions (titre, résumé d’environ 3000 signes, courte bibliographie) devront être déposées sur la plateforme sciencesCONF.org jusqu’au 31 mars inclus. En voici le résumé :

Dans une perspective de comparaison internationale, le colloque se propose d’étudier les politiques et pratiques éducatives formelles et informelles en matière d’éducation au politique en adoptant pour focale la question des relations (institutionnelles, épistémologiques, pédagogiques, professionnelles) entre formation du citoyen, éducation morale et enseignement des religions (perspectives confessionnelles ou interconfessionnelles) ou des faits religieux (approches séculières).

Plus d’informations ici : https://epcmr2022.sciencesconf.org/data/pages/Argumentaire_colloque_EPCMR2022.pdf

Appel a contribution : “Être ou ne pas être républicain : une notion à l’épreuve des itinéraires individuels et collectifs”

Les propositions devront être envoyées au plus tard le 18 mai à je.republique@gmail.com . Voici le résumé :

Malgré son saisissement par la Révolution française, la notion de républicanisme est demeurée mouvante. Pour comprendre toute la complexité de cette notion entre la fin du XVIIIe siècle et la première moitié du XXe siècle, il est essentiel d’étudier le sentiment républicain à travers les itinéraires individuels ou collectifs, entre attachement ostensible ou refus manifeste. Être ou devenir républicain implique une volonté personnelle liée à des mutations aussi bien institutionnelles qu’intimes. Les manifestations d’opposition sont aussi suscitées par des convictions souvent profondes. L’objectif de deux journées d’étude complémentaires, à Rouen et à Lille, est d’identifier les signes de l’adhésion ou non à la République, mais également d’analyser les stratégies mises en œuvre pour diffuser ou endiguer le républicanisme. Ces ressorts peuvent reposer, d’une part, sur le mouvement populaire, les activistes politiques et l’éducation, et d’autre part, sur la législation et la coercition.

Plus d’information ici : https://irhis.hypotheses.org/18896

Appel à articles: “Textes, Images, Symboles: construire les légitimités politiques dans l’Espagne du XIXe siècle”, Cahiers de civilisation espagnole contemporaine

Date limite de réponse à l’appel: 30 avril 2022

D’un régime absolutiste en perte de vitesse à une monarchie libérale déstabilisée par la perte de son empire, l’Espagne du XIXe siècle est traversée par de multiples crises de légitimité politique. Les formules de l’Ancien Régime sont contestées par le constitutionnalisme, le libéralisme modéré veut maintenir le cap face aux impatiences progressistes, le traditionalisme carliste s’oppose durablement et
violemment au système en place, le républicanisme et l’anarchisme prétendent réinventer les fondements de la société : les idéologies, en temps de guerre ou de révolution comme en temps de paix, se répondent et s’affrontent

Pour en savoir plus ici

Appel à communications: Colloque international en hommage au Professeur Kobi Abo Joseph, sur “Le travail à travers l’Histoire”

Lieu: Bouaké

Date: 18-20 mai 2022

Date limite de réponse à l’appel: 15 mars 2022

2 ème colloque international organisé par le Laboratoire des Sciences Historiques (LARSHI) de l’Université Alassane Ouattara (UAO) de Bouaké.

Étymologiquement, le mot « travail » ne fait pas l’unanimité. Nous ne  rendrons compte de la version proposée par Delport (1984). Pour cette auteure, il est possible que cette unité lexicale dérive du parler espagnol du Moyen Age. Elle renvoie ainsi aux vocables trabajo (travail) et trabajar (travailler) qui eux-mêmes sont tirés des termes latins tripalium et tripaliare. Tripalium désigne un instrument de torture formé de trois pieux, auquel on attachait les animaux pour les ferrer ou les soigner. Il était utilisé également pour punir les esclaves. Travail signifie peine et malheur. Il est donc perçu comme un tourment psychologique ou une souffrance physique.

Pour en savoir plus ici