Archives par mot-clé : épistémologie

Appel à articles – Les dépôts lapidaires : de précieux vestiges pour l’histoire du monument et de son decor sculpté

Revue : In Situ (Paris)

Date limite pour candidater : 15 juin 2024

Dates des résultats : 10 décembre 2024

Les dépôts lapidaires sont entendus comme des fragments d’architecture et de sculpture, déposés et rassemblés de manière à conserver un lien organique avec leur monument ou leur site d’origine. Ces dernières années, In Situ. Revue des patrimoines a ponctuellement traité le sujet des dépôts lapidaires par des articles en ligne tels que celui d’Élisabeth Portet sur « Les collections du Panthéon. Étude, inventaire et perspectives scientifiques », dans le numéro thématique sur les Ensembles mobiliers, industriels, techniques. Connaissance, protection, conservation, présentation au public (2016, no 29), ou de manière indirecte en étudiant les moulages issus des chantiers de restauration de la cathédrale Notre-Dame de Laon conservés dans le dépôt lapidaire (Caroline Dujon-Attali Ben Mayer, « Les moulages de Notre-Dame de Laon : une découverte récente », Le moulage. Pratiques historiques et regards contemporainsIn Situ, 2016, no 28)

À l’initiative d’Arnaud Timbert, professeur d’histoire de l’art médiéval à l’université de Picardie Jules-Verne, une journée d’études a été consacrée aux dépôts lapidaires associés à des édifices médiévaux de Picardie (université d’Amiens, 2006). Elle a été suivie de deux autres journées d’études organisées par Delphine Hanquiez sur les dépôts lapidaires du nord de la France (INHA, 2008) et sur les collections lapidaires de la Flandre, de l’Artois et du Cambrésis (université d’Artois, 2019). Toutes ces rencontres ont fait l’objet d’une publication1

Ces travaux ainsi que plusieurs monographies récentes d’édifices ont mis en exergue l’intérêt scientifique et patrimonial des dépôts lapidaires pour l’histoire de l’architecture et l’histoire de la conservation-restauration. « La prise en compte des pièces déposées pour la compréhension et la restitution en trois dimensions d’un édifice disparu ou de ses états anciens apparaît aujourd’hui comme une étape essentielle de la recherche scientifique. Leur conservation s’impose aussi comme une nécessité du point de vue patrimonial, afin qu’elles puissent servir à nouveau de référence aux restaurations futures2. »

Dans la lignée des actions menées par Léon Pressouyre dans les années 1970 en vue d’assurer la protection au titre des monuments historiques des fragments, les inventaires pièce à pièce des dépôts lapidaires (comme à Amiens, Arras, Beauport, Beauvais, Besançon, Châlons-en-Champagne, Chartres, Cluny, Creil, Jumièges, Lille, Meaux, Noyon, Reims, Rue, Saint-Denis, Saint-Guilhem-le-Désert, Saint-Leu-d’Esserent, Saint-Omer, Saint-Quentin, Senlis, Soissons, Tours, Vaucelles…) ont été menés et poursuivis. Ils révèlent les avancées obtenues ces dernières années grâce à des partenariats scientifiques et des synergies locales, pour l’étude, la meilleure conservation et valorisation.

Ce sujet qui prend de nombreuses formes appelle un état des lieux des travaux en cours et une réflexion sur la mise en commun des approches des différents secteurs (monuments historiques, archéologie, musées, parcs et jardins) pour définir des pistes d’actions et renouveler, le cas échéant, la prise en compte de ces biens culturels particuliers qui se situent à l’intersection des domaines immobiliers et mobiliers.

Plus d’informations ici

Appel à communication – Mobilités, voyages et voyageurs à l’époque romane (fin du Xe-début du XIIIe siècle)

Lieu : Issoire (Puy-de-Dôme)

Dates : 18-20 octobre 2024

Date limite pour candidater : 2 juillet 2024

Après La ville à l’époque romane (2019), L’Art roman et après ? (2022) et Artistes et Artisans à l’époque romane (2023), le Comité scientifique du colloque d’Issoire propose, pour sa session d’octobre 2024, le thème : Mobilités, voyages et voyageurs à l’époque romane (fin du Xe – début du XIIIe siècle).

De récents évènements et évolutions (pandémie et confinements, appels pressants à diminuer la masse et l’ampleur géographique de déplacements, désormais jugés contestables, voire nocifs dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique, changement de perception à l’égard de l’automobile-reine et de l’avion, réflexion sur le « localisme » et sur une nouvelle « mondialisation régionalisée »…) ont inversé, au moins dans les perceptions (et les polémiques), la tendance pluriséculaire, considérablement accélérée à partir du second XIXe siècle, au développement des mobilités, en masse, dans l’espace et quant à la vitesse des déplacements. Dans le même temps, l’époque présente connait un développement considérable des phénomènes migratoires, régionaux et intercontinentaux, appelés, aux yeux des experts, à s’accélérer dans les décennies à venir.

La participation des historiens au débat doit contribuer à mette en perspective pluriséculaire l’évolution de ces problématiques et apporter des éléments de réflexion fondés sur l’observation du temps long. Les textes mieux connus et mieux traduits, l’archéologie et les études d’iconographie, l’une et les autres sans cesse  enrichies, permettent, selon l’usage des colloques issoiriens, d’interroger l’effectivité et les modalités, mais aussi les difficultés des mobilités – dans le registre des realia comme dans celui des représentations, figurées, mais aussi mentales – pendant la période du Moyen Âge central.

On rappellera ici, sans souci d’exhaustivité, quelques antécédents, ainsi le thème du XXVIecongrès de la SHMESP, tenu à Aubazine, en Limousin, en 1995 (Voyages et voyageurs au Moyen Âge), ou l’ouvrage de synthèse de Jean Verdon, Voyager au Moyen Âge, paru en 1998 et réédité en 2007. Depuis ce temps, la recherche a considérablement progressé sur ce thème, tant du côté des historiens que des archéologues, des littéraires et des historiens d’art. Dans une perspective pluridisciplinaire, il convient c’est la triple finalité de la manifestation issoirienne – de porter les résultats des travaux des spécialistes à la connaissance d’un public plus large et de faire découvrir à ce public « une histoire en marche » et les travaux de jeunes chercheurs, du Master 2 au Post-doc.

Les suggestions qui suivent s’entendent en tant que sujets de recherche historique en eux-mêmes, ou en tant que tant que sujets de recherches sur leurs représentations, y compris dans le cadre d’études historiographiques.

Plus d’informations ici

Appel à communication – (In)visibilité

Lieu : Université de Lucerne, Suisse

Dates : 8-11 juillet 2025

Date limite pour candidater : 30 avril 2024

Tous les trois ans, la Société suisse d’histoire (SSH), association faîtière des historiennes et historiens suisses, organise les Journées suisses d’histoire en un lieu différent. Ce congrès, l’un des plus important de ce type en Europe, rassemble des centaines d’historiennes et historiens de Suisse et de l’étranger. Les journées suisses d’histoire offrent une tribune à tous les domaines de la discipline et invitent au dialogue aussi bien la relève scientifique que les enseignant·e·s d’histoire et les chercheur·euse·s de renommée internationale.

Plus d’information ici

Appel à communication – « Exemplaire », « didactique »… et pourquoi pas « littéraire » ? Vers une ouverture de la définition du « littéraire » du Moyen âge au XVIIIe siècle

Lieu : Genève, Suisse

Date : 7 novembre 2024

Date limite pour candidater : 29 février 2024

Quand on évoque la « littérature » didactique ou exemplaire, le terme « littérature » renvoie seulement à un ensemble de textes plutôt qu’à la dimension « littéraire » de ce type de textes. Cependant, ce type de textes, subordonné au docere et placere, mérite-il d’être exclu de ce qui est considéré comme littéraire ? En quoi la contrainte de l’utile, de l’édification morale peut-elle avoir une vertu littéraire ? En quoi la littérature peut-elle avoir une vocation édificatrice ? Comment expliquer la marginalisation de ces textes ? Quelles nouvelles approches peut-on proposer pour définir la littérarité spécifique à ces textes ? Comment les auteur.e.s de la période étudiée réfléchissent à la possible dimension littéraire de leur texte ? Comment peut-on penser une conception large de la littérature, qui s’applique aux époques médiévales et modernes ?

Plus d’informations ici

Appel à communication – Animal, animalité, bestialité dans les images médiévales

Lieu : Paris, INHA

Date : 13 juin 2024

Date limite pour candidater : 8 mars 2024

Comment les images médiévales traduisent-elles la place de l’animal dans le monde créé, son inscription dans la nature et les liens qui l’unissent à l’homme ? À quelles conceptions du monde renvoie la figuration en s’attachant aux animaux et à l’animal en général ? À partir d’études de cas qui s’attacheront à mettre en évidence leur méthodologie, les interventions de cette journée interrogeront les notions de vivant, d’animal, d’animalité, de bestialité dans les cultures visuelles du Ve au XVe siècle (mondes occidentaux et orientaux).

Plus d’informations ici

Appel à article – Revue de l’Association des jeunes chercheurs de l’Ouest – Varia

Revue : Revue de l’Association des jeunes chercheurs de l’Ouest

Date de publication : 15 mars 2024

Date limite d’envoi des contributions : 28 juillet 2023

L’Association des Jeunes Chercheurs de l’Ouest (AJCO), créée en 2020 par d’anciens masterants en histoire de l’université d’Angers, aide les jeunes chercheurs traitant de questions d’histoire à valoriser leurs premiers travaux de recherche. L’AJCO a ainsi lancé plusieurs projets dont le principal est la publication d’articles de jeunes chercheurs en histoire, toutes thématiques et périodes confondues. Un à deux articles sont ainsi publiés chaque mois sur son site Internet.

Ce projet s’inscrit dans une démarche pédagogique et permet une première approche de l’exercice particulier de la rédaction d’un article scientifique. Conscients des difficultés de valorisation des mémoires de recherche, nous avons construit une plateforme contributive numérique alimentée par des articles écrits par de jeunes chercheurs. Pendant un master ou éventuellement un doctorat, l’écriture des premiers articles scientifiques et académiques peut sembler difficile. L’AJCO accompagne et conseille ainsi de jeunes chercheurs dans leur rédaction d’un article et le publie ensuite.

La revue de l’AJCO participe également à la vie de la recherche. Les mémoires de master sont souvent mal connus et peu diffusés, alors que les résultats obtenus sont souvent solides et pourraient contribuer à la recherche en histoire. Par la publication en ligne, la communauté scientifique et le public de façon générale peuvent accéder à ce que la recherche propose de plus actuel.

Plus d’informations ici

Appel à article- “Práticas da História”. Journal on Theory, Historiography and Uses of the Past – Permanent call for submissions

Revue : Práticas da História

Práticas da História is an open-access, bi-annual online academic journal, and it is looking to publish original articles, bibliographical essays, interviews, and book reviews on the subject matters of historical theory, historiography, methodology, and the uses of the past. We encourage submissions in Portuguese, English, French, or Spanish. The journal attaches equal importance to research relating the practice of history with other domains of the humanities and to works debating history in the context of the social sciences. While we find ourselves in the disciplinary field of history, we do aspire to question the boundaries of the field. It is our goal to promote interdisciplinarity and multidisciplinarity.

Plus d’informations ici

Appel à contribution – Enchevêtrements euro-méditerranéens dans l’histoire médiévale

Lieu : Paris

Dates : année universitaire 2023/2023

Date limite pour soumettre sa contribution : 1er juin 2023

Les Instituts historiques allemands de Paris et de Rome continuent le cycle de séminaires en ligne sur les »enchevêtrements euro-méditerranéens dans l’histoire médiévale« durant l’année universitaire 2023/2024. Les événements auront lieu tous les deux mois. Il met l’accent sur le partage d’idées et de perspectives nouvelles. Ils s’adressent à la fois aux jeunes chercheurs et aux chercheurs confirmés de toutes les disciplines médiévales. L’objectif est de créer un forum international et interdisciplinaire où un large éventail de sujets et d’approches méthodologiques peuvent être présentés et discutés.

Plus d’informations ici

Appel à contribution – Philologie et musicologie

Lieu : CESCM (Hôtel Berthelot), Poitiers

Dates : 11-13 décembre 2023

Date limite pour soumettre une candidature : 1er mai 2023

De toute évidence, l’effort de présenter au public d’aujourd’hui les textes et les mélodies des corpus chantés du Moyen Âge et de la Renaissance occupe une place centrale dans les travaux des spécialistes. Que cela soit en musicologie ou en philologie, l’édition fait appel à une théorisation et à des pratiques différentes. Orientées vers le texte (verbal ou musical) tel que l’auteur l’a conçu ou bien vers le témoin (manuscrit ou imprimé) qui l’a conservé en témoignant d’un acte de réception historiquement et culturellement saisissable, les éditions textuelle et/ou musicales peuvent privilégier l’une ou l’autre de ces “deux vérités” selon le but et l’audience visée par la publication mais aussi du positionnement méthodologique de l’éditeur, philologue ou musicologue. Pour plusieurs raisons intrinsèques à l’histoire différente de l’écriture des mots et des sons, de la tradition des textes et des mélodies, mais aussi des deux disciplines concernées, dès la fin du xixe siècle la philologie a eu tendance à choisir la première approche, la musicologie la deuxième. Néanmoins, les dernières décennies ont apporté des nouveautés aussi bien sur le plan théorique (par ex. la réflexion de d’Arco Silvio Avalle et la “philologie matérielle” en Italie, la New Philology dans la critique anglo-saxonne) que sur le plan opérationnel (la disponibilité des technologies numériques et, tout récemment, de l’AI), destinées à rendre le panorama de l’ecdotique textuelle et musicale plus varié et moins prévisible dans ses développements.

Plus d’informations ici

Appel à contribution – “Artistes” et “artisans” au travail à l’époque moderne

Lieu : Issoire, France

Dates : 13-15 octobre 2023

Date limite pour soumettre une contribution : 3 juillet 2023

Quarante ans après le colloque de Rennes (Xavier Barra i Altet, Artistes, artisans et productions artistiques au Moyen Âge, 1983), le colloque d’Issoire, dédié à la période romane, propose, dans sa trente-et-unième session, de présenter au public les évolutions de la recherche et des points de vue des historiens, historiens de l’art et archéologues sur le thème : artistes et artisans au travail à la période romane (XIe-XIIe siècle). 

Plus d’informations ici