Archives par mot-clé : histoire contemporaine

Thread twitter de l’AJCH, par Ivan Burel. François Da Rocha Carneiro, Une histoire de France en crampons

Quelles histoires de France s’incarnent dans son équipe nationale de football ? Voici l’ambition de François Da Rocha Carneiro, dans un ouvrage appelé à faire date. Une histoire de France en crampons, préfacée par Patrick Boucheron, nous fait découvrir une suite de vignettes : des moments de vie et de sport, illustrés par des matchs emblématiques. Ces évènements nous proposent, en effet, un certain récit de la France. L’étude ne porte pas seulement sur les choix tactiques et stratégiques, les performances de l’équipe, mais, surtout, sur les visages de la France représentés dans son équipe de football masculine. Les joueurs sont nombreux, mais 4 figures émergent parmi ses footballeurs, pour la plupart issus de milieux sociaux globalement similaires sur les décennies : les catégories populaires, avec une part importante de populations d’origine immigrée. Car c’est est à une histoire populaire de la France que nous convie l’auteur. Les 4 figures de la nation, retrouvées dans les rangs des Bleus, ce sont chacune un pan de notre Histoire : le soldat, le travailleur, le démocrate, et le fils d’étranger.

Déjà, le soldat, car métaphores sportives et guerrières se confondent aisément. La guerre de 1914, c’est le « Grand match », comme celle de 1939. A l’inverse, la victoire française sur l’équipe britannique en 1921 est la « Revanche de Waterloo » pour la presse sportive. L’équipe de France qui affronte la Hongrie en mai 1914 se retrouve quelques mois plus tard sur la ligne de front, et ses joueurs s’y battent avec distinction. Comme le Roubaisien Emile Dusart, décoré de la Légion d’honneur, mort pour la France le 7 janvier 1918. Mais le football permet aussi aux nations de se mesurer pacifiquement. La rencontre France-Belgique du 9 mars 1919 est vue comme une joute, honorable, entre deux vainqueurs de la Grande Guerre. « Quelle belle bataille à venir » s’enthousiasme le Sportwereld, journal belge. L’équipe de France de 1940 semble, elle, une réponse directe à l’Allemagne nazie : plusieurs immigrés naturalisés, et le Guyanais d’origine sénégalaise Raoul Diagne y servent. Le gardien de but Rudi Hiden est un Autrichien exilé depuis l’Anschluss de 1938. « Face au monstre » s’interroge d’ailleurs l’une des parties de ce livre : que faire lorsque l’équipe doit lutter dans un pays soumis au joug totalitaire ? Comme lors du match à Berlin de mars 1933, en pleine Machtergreifung (Prise de pouvoir) des nazis… …Ou lorsque l’équipe de France affronte l’Italie le 4 décembre 1938, à Naples. Le stade est noyé par les slogans fascistes des supporters italiens.Peu de temps avant, le gouvernement italien a ouvertement réclamé l’annexion de la Savoie et de Nice. La France perd le match. Cependant, dans un café de la ville,réagissant aux moqueries de supporters italiens, le joueur Etienne Mattler anticipe une scène mythique du film Casablanca. Il se lève, et entonne la Marseillaise avec ses camarades. Mattler sera résistant et déporté pendant l’Occupation.

Au-delà de ces questions politiques, les joueurs sont aussi des travailleurs. Le football amateur, celui que l’on peut retrouver dans Les rois du sport, où Fernandel joue un piètre gardien de but et Raimu son coach improvisé, s’efface. L’outil de travail du footballeur, c’est son corps. Celui-ci est vite investi par les marques publicitaires. Cependant, il peut exister des moments de révolte : comme en 1978, où la majorité des joueurs refuse de repasser de trois bandes blanches leurs chaussures. Ces trois bandes sont l’emblème d’Adidas. Le refus de les porter marque l’insatisfaction financière des joueurs face à leur sponsor. Les joueurs, en tant que salariés, font état de revendications que l’on retrouverait dans d’autres domaines professionnels. En effet, la grève peut tout à fait paralyser une équipe : menace de grève en 1938, grève lors du mondial de 2010 en Afrique du Sud. Monde du travail et monde sportif ne font qu’un à ces occasions. De même, l’évolution de l’équipe de France accompagne celui de la société française. François Da Rocha évoque ainsi une « France de sang mêlé » pour décrire les Bleus, dont la composition représente les vagues d’immigration depuis celles du début du XXe siècle. La sélection des années 1950 est moquée d’ailleurs par ses adversaires pour les origines immigrées de certains joueurs, comme Raymond Kopa. Le Sport Digest de 1953 publie une caricature volontiers xénophobe sur les origines des joueurs de l’équipe de France. La sélection « black-blanc-beur », célèbre pour sa victoire de 1998 au Mondial, émerge pleinement lors du France-Arménie de 1996, la présence de joueurs d’origine maghrébine s’accroissant en effet à compter des années 1990. l reste alors à savoir quelles pages de l’aventure footballistique, et nationale, sont à écrire, par ces acteurs de l’Histoire… en crampons.

Appel à communications: The American Developmental State: The Origins of American Capitalism in Comparative Perspective

Lieu: Paris

Date: 26-27 mai 2023

Date limite pour proposer une communication: 17 janvier 2023

How can we best account for the historical trajectory of American capitalism over the “long” nineteenth century? Traditional explanations have assumed that market forces did the heavy lifting, bolstered by the presence of good institutions such as the rule of law and secure property rights. Working in this vein, economic historians Zorina Khan, John J. Wallis and Naomi Lamoreaux, among others, have fruitfully focused on the emergence of an “open access” market regime during the 1800s. But the rise of new economic powers in the twentieth century, particularly in East Asia, has brought another model to the fore: the developmental state. This view, as formulated by Alice Amsden, Chalmers Johnson, Ha-Joon Chang, Yuen Yuen Ang and many others, places greater emphasis on proactive government policy. We believe that the insights of this literature extend far beyond its current geographical and temporal scope. With this conference we aim to deploy the idea of an “American developmental state” as a lens for investigating the formative years of US capitalism.

Pour en savoir plus ici

Appel à articles: Usages situés de la modernité. Repenser les récits de l’art depuis l’Afrique (c. 1920-1980)

Date limite pour proposer un article: 1er mars 2023

Le 6e numéro de la Revue d’Histoire Contemporaine de l’Afrique (RHCA), à paraître au premier semestre 2024, sera consacré aux « Usages situés de la modernité. Repenser les récits de l’art depuis l’Afrique (c. 1920-1980) » et coordonné par Pauline Monginot (INHA), Aline Pighin (CESSMA) et Cédric Vincent (École Supérieure d’Art et de Design de Toulon).

Depuis 1872, la peinture malgache se développe selon des codes occidentaux et se pose en rupture avec les pratiques artistiques antérieures de l’île. Le support, les techniques, les sujets sont nouveaux et rendent compte du bouleversement que constitue l’occupation du territoire par les Européens. Dans les années 1920, certains peintres se revendiquent modernes afin de promouvoir leurs œuvres auprès de l’administration coloniale. Élément d’un discours codifié plutôt qu’incarné, la modernité est performée.

Pour en savoir plus ici

Appel à contribution – Créatrices dans la cité : penser la ville avec les femmes, de la Cités des Dames aux promenades du matrimoines

Lieu : Université Gustave Eiffel, campus cité Descartes, Paris

Dates : 12 au 14 juin 2023

Date limite de candidature : 25 janvier 2023

L’Université Gustave Eiffel mène d’ambitieux programmes de recherche pour contribuer à rendre les villes de demain vivables et durables. Le programme « Cité des Dames, créatrices dans la Cité » propose ainsi, dans le cadre de l’ISITE FUTURE, de réfléchir au rôle des femmes dans la construction des villes et des sociétés urbaines depuis le XVe siècle, afin de compléter nos savoirs et d’ouvrir des pistes pour penser l’avenir, dans une perspective pluridisciplinaire, plurilingue et transnationale.

Notre réflexion est née du double constat de l’invisibilisation de l’histoire des femmes dans l’espace urbain et de la minoration de la place des femmes dans l’histoire de la construction des villes et des sociétés urbaines. Or la faible part symbolique laissée aux femmes dans les inscriptions qui font parler la ville dans ses propres espaces est souvent présentée comme la conséquence d’une absence de contribution à la création et à la transformation des villes, de leur organisation et de leurs espaces. De fait, les obstacles opposés à la participation des femmes à part égale à la construction des villes, de leur organisation et des modes de vie ont été et restent bien réels. Les constats de Virginia Woolf concernant l’exclusion des femmes des lieux urbains de savoir, de culture, de fabrique économique ou de pouvoir ne doivent pas être minorés.

Cependant, les femmes n’ont pas pour autant été passives et de nombreuses études montrent leur part dans tous les secteurs d’activité. Bâtisseuses, fondatrices de ville, ouvrières, activistes politiques ou encore artistes, elles ont joué de nombreux rôles autres que celui de la mère bourgeoise enfermée dans son intérieur ou celui de la prostituée arpentant les lieux publics. Les travaux menés dans le programme « Cité des Dames, créatrices dans la cité » ont ainsi pour vocation de mettre en valeur les contributions des femmes aux transformations des villes sur le plan matériel, politique, social ou culturel ainsi qu’à la manière dont leurs créations permettent de comprendre l’évolution des systèmes urbains voire d’imaginer des transformations à venir. On mettra donc l’accent sur ce que les femmes font aux villes plutôt que sur ce que les villes font aux femmes.

Pour cela on s’intéresse à de nombreuses actions menées par les femmes aussi bien dans la conception des villes que dans leur construction, dans l’évolution des systèmes politiques qui les régissent ou encore dans la vie économique, sociale et culturelle des cités. À ce titre sont considérées comme des créatrices aussi bien des autrices ou des artistes que des femmes engagées en politique par exemple et bien d’autres catégories.

Le prisme de l’agentivité féminine invite ainsi à interroger la fabrique des villes, non seulement en faisant de la place aux femmes, mais plus généralement en faisant de la place à différents modes d’agentivité, dont des modes collectifs. En 2004, Jacqueline Coutras en préface au livre issu du colloque « Femmes et villes » proposait en effet de considérer que bien que « les deux sexes [soient] des acteurs placés dans des positions hiérarchiques et qu’ils interviennent inégalement dans la structuration de la ville et de la vie urbaine », il faudrait désormais considérer que « tous les types d’actions individuelles et d’acteurs construisent la ville et, donc, doivent être considérés également par les professionnels de la gestion urbaine et par ceux de la recherche ».

Il nous semble que les représentations et les créations doivent également être envisagées comme productrices d’effets et non seulement de reflets. En effet, elles permettent d’approcher les villes invisibles qui informent les pratiques citadines. Comme l’a montré Michel de Certeau ; chaque personne abrite en elle une « ville transhumante et métaphorique » qui informe la manière dont elle peut habiter et parcourir les villes réelles. Ainsi explicitant la manière dont la ville est « un miroir concret des normes actualisées de genre », les représentations sont également un facteur de transformations immédiates ou à venir. La « Cité des Dames » inventée par Christine de Pizan est ainsi un miroir de la ville médiévale et une projection idéale qui nous guide encore. Au XVe siècle, considérant que les femmes étaient exclues des livres de savoir, Christine de Pizan choisissait de bâtir une cité refuge pour les femmes remarquables. Dans les illustrations du manuscrit médiéval, elle se représentait doublement, dans le cabinet de travail devant les livres ouverts et truelle à la main bâtissant la forteresse protectrice : la ville métaphorique prenait ainsi forme dans l’illustration concrète, suggérant les pouvoirs des représentations.

Aujourd’hui, les promenades du matrimoine réelles ou virtuelles apparaissent également comme une manière privilégiée de réfléchir dans un cadre dynamique interrogeant les liens entre l’espace et le temps, et permettant de croiser différentes approches pour créer une herméneutique féconde.

Ces représentations nous rappellent que les villes sont d’abord des systèmes humains, ce que l’on nomme en quelque sorte des « cités ». Envisager les villes à travers le prisme des représentations produites par les femmes, des actions faites par les femmes est ainsi avant tout une invitation à penser le palimpseste urbain comme une manière singulière de se saisir d’une histoire collective que nous continuons d’écrire. L’examen de ce qu’Olivier Mongin désigne comme la « condition urbaine », au prisme de la condition féminine, permet d’interroger les liens entre ville et urbanisme, urbanité, citadinité ou citoyenneté, à des époques diverses et dans des lieux divers. Le colloque permettra d’analyser des cas concrets d’actions des femmes dans les villes aussi bien que des œuvres de femmes représentant les villes et la vie urbaine.

Pour plus d’information : ici

Appel à communications – Congrès de la SFHST – Circulation des savoirs et parcours des objets au Cameroun du XIXe à nos jours

Congrès de la société française d’histoire des sciences et techniques (SFHST)

Lieu : Bordeaux

Date : 19-21 avril 2023

Date limite pour proposer une communication : 31 décembre 2022

La question des objets ne s’envisage plus sans celle des savoirs qu’ils véhiculent. Le rapport Sarr-Savoy (2018) sur la restitution du patrimoine africain a ouvert des pistes de réflexions pour l’étude des objets en lien avec leurs lieux de production de sens. Etudier les parcours d’objets et ceux des savoirs qu’ils incarnent permettrait-il de dépasser l’objet inerte et muet, et ainsi de contribuer à lui redonner « vie » ? La violence coloniale a été un temps fort dans ces échanges, en instaurant un ordre de la violence où les pratiques de collectes ont fait entrer savoirs et objets patrimoniaux dans ce que Felwine Sarr (2017) appelle crise de la relationnalité. Le Cameroun, qui a connu une triple expérience coloniale, allemande, française et anglaise, est un champ social dynamique et un théâtre privilégié des circulations de savoirs et d’artefacts. Son ouverture sur la mer, sa position entre l’Afrique tropicale et saharienne, sa mosaïque de peuples, son histoire entrelacée avec celle d’autres nations à travers, par exemple, les religions ou le commerce, offrent un terrain analytique important. Il s’agira de partir de l’expérience camerounaise pour réinterroger ces problématiques.

Les propositions sont à soumettre uniquement sur la plateforme  scienceconf : https://sfhst-2023.sciencesconf.org/

La version intégrale de l’appel est disponible ici.

Appel à articles: L’entretien du corps: circulation d’objets et d’attitudes corporelles dans l’Europe de l’Axe, Revue Sociétés et Représentations

Date limite pour soumettre une proposition de dossier: 31 mars 2023

L’entretien du corps est au cœur de la promesse et des pratiques des mouvements et régimes fascistes compris au sens large (au-delà des seules Italie fasciste et Allemagne nazie). Il se fonde sur l’exaltation de la « race », qui doit régénérer la nation et servir les ambitions expansionnistes et bellicistes des dictateurs. Ainsi ce double objectif idéologique et militaire explique la mise en valeur par la propagande des corps d’hommes et de femmes, qu’ils soient enfants et adolescents dans les organisations de jeunesse, travailleurs du monde agricole ou industriel, ou participants à des activités de loisirs et de sport. Ces principes non seulement guident les politiques intérieures des régimes fascistes, mais ont des effets sur leurs politiques extérieures et le cas échéant d’occupation. La période des années 1930 et 1940 est ainsi un moment où le corps, qu’il soit celui des vedettes du cinéma (Doris Duranti, Marika Rökk), du sport (Prima Carnera, Ondina Valla, Max Schmeling) ou des hommes politiques (Benito Mussolini, Maurice Thorez, Oswald Mosley), prend un sens autant esthétique, moral que politique et se situe dans un espace très largement transnational.

Certes le sujet du corps dans les mouvements et régimes fascistes n’est pas nouveau dans l’historiographie, mais jusqu’à présent il a été exploré principalement à partir des textes et des images de propagande, des organisations de masse (comme les Jeunesses hitlériennes ou les Balilla), des événements spectaculaires (comme la Coupe du monde de 1934 en Italie ou les Jeux Olympiques de Berlin en 1936), des voyages d’observateurs, d’intellectuels ou de journalistes, ou encore des œuvres d’art et expositions produites par des artistes officiels ou sympathisants idéologiques. Le dossier envisagé se propose de reprendre à nouveaux frais ce sujet fondamental pour la compréhension des fascismes en partant des circulations d’objets et d’attitudes corporelles liés à l’entretien du corps. Il entend ainsi contribuer à une histoire du quotidien et du banal dans une période où ces circulations précisément ne vont pas de soi pour les populations, en raison des politiques protectionnistes adoptées par les Etats dans la crise économique des années 1930, puis des pénuries en temps de guerre et enfin du refus de consommer étranger par patriotisme en contexte d’occupation ou d’annexion.

Ce faisant, les questionnements se situeront au croisement de trois champs récemment renouvelés par la recherche :

– l’histoire du corps envisagé moins dans ces célébrations officielles (politiques, artistiques, cinématographiques) que dans ses dimensions les plus intimes : entretien du corps au quotidien par des produits d’hygiène, achats ou trafics d’objets de consommation plus ou moins luxueux, circulations de pratiques corporelles, etc.

– l’histoire des objets, relancée par un material turn qui propose de partir d’objets précis pour retracer leur trajectoire : de leur élaboration et production, en passant par leur diffusion et commercialisation, jusqu’à leur achat et usages, ce qui suppose des acteurs variés. Certains objets sont parfois devenus, après la Seconde Guerre mondiale, porteurs d’une mémoire familiale ou ont acquis par leurs dons faits par des particuliers (survivants ou descendants) à des musées ou des institutions mémorielles une valeur patrimoniale.

– l’histoire transnationale, qui étudie les circulations par-dessus les frontières nationales ou à des échelles non nationales (soit englobant plusieurs Etats-nations, soit infra-nationales) et renouvelle par l’adoption d’une perspective différente les grandes problématiques de recherche.

Seront notamment inclus :

– les objets de consommation liés au corps (habits, mode, objets de la toilette et de l’entretien corporel, préservatifs, etc.) ;

– les objets et petits équipements sportifs (chaussures par exemple)

– les objets militants quand ils se rapportent au corps (casquette par exemple) ;

– les attitudes et modes corporelles quand elles circulent (coupe de cheveux, port de la moustache, etc).

L’objectif sera ainsi de confronter différentes études de cas permettant d’avancer dans le chantier collectif de l’histoire des circulations dans l’Europe des années 1930 et 1940.

Soumission des propositions

Les contributions pourront provenir de plusieurs disciplines : l’histoire, la sociologie, la science politique, l’étude des civilisations étrangères ou encore les Staps. Des contributions sur le Japon et la Roumanie seront particulièrement appréciées, mais tout autre terrain sera examiné.

 Les propositions d’article, qui ne dépasseront pas une page, sont à adresser accompagnées d’un bref CV d’ici le 31 mars 2023 par mail aux deux adresses suivantes :

paul.dietschy@univ-fcomte.fr ; marie_benedicte.vincent_daviet@univ-fcomte.fr

Les articles définitifs feront 40 000 signes maximum et comprendront des illustrations. Ils pourront être rédigés en français ou en anglais.

Calendrier fixé avec la revue Sociétés & Représentations

– avril 2023 : élaboration d’un sommaire provisoire par les concepteurs du numéro

– mai 2023 : validation du sommaire par le comité de lecture de la revue et commande des articles des auteurs et autrices retenu(e)s

– septembre 2023 : réception des articles par les concepteurs du numéro et demandes éventuelles de compléments aux auteurs/autrices

– novembre 2023 : évaluation du dossier complet par le comité de lecture de la revue et demandes éventuelles de modifications aux auteurs/autrices

– avril 2024 : envoi définitif du dossier pour une parution en septembre 2024.

Appel à communications “Avant-gardes au prisme du genre dans l’espace germanophone de 1945 à nos jours”

Lieu: Lyon

Date: 12-14 octobre 2023

Date limite pour soumettre une proposition de communication: 31 mars 2023

En se fondant sur les acquis de la recherche consacrée aux avant-gardes dites « historiques » au prisme du genre, ce colloque se donne pour objectif d’étudier les influences des rapports et logiques de genre dans les pratiques, les productions et l’historiographie des avant-gardes artistiques, des arts expérimentaux, ainsi que de toutes formes d’art se revendiquant ou relevant des marges artistiques de 1945 jusqu’à nos jours. Dans ce contexte, « prisme du genre » désigne aussi bien les questionnements sur la place réservée aux femmes, les rapports femmes-hommes, la catégorisation et hiérarchisation symbolique entre féminin et masculin que les réflexions sur le traitement (social et esthétique) des masculinités alternatives, des identités et sexualités non binaires ou encore l’approche intersectionnelle des processus de minoration de certaines identités genrées.

Tous les champs disciplinaires sont invités à participer : musicologie (musiques savantes et populaires), histoire de l’art, histoire littéraire, esthétique, arts plastiques, architecture, arts visuels (photographie, vidéo, cinéma), arts du spectacle (théâtre, danse, performance, cirque), littérature, etc.

Pour en savoir plus ici

Appel à communications: Le pouvoir en procès. Opinion publique et légitimité politique des Lumières au Ier Empire (et ses implications modernes)

Lieu: Université de Chicago

Date: 14-15 avril 2023

Date limite de soumission d’une proposition de communication: 15 février 2023

De l’Ancien Régime au Premier Empire, l’opinion publique s’établit comme une force émergente au sein de la sphère publique ainsi qu’une forme d’expression du jugement collectif.Décrit par Keith Baker comme une réponse populaire à un terrain politique mouvant dans Inventing the French Revolution (1990), son action a bouleversé les traditions littéraires, politiques et juridiques pendant la Révolution.Afin de comprendre la manière dont les relations entre les structures autoritaires et le discours politique ont été remises en question, l’objet de ce colloque est d’interroger les différentes manières dont le pouvoir de l’opinion publique s’est établi, transformé et exprimé au XVIIIe jusqu’au début du XIXe siècle ainsi que de poursuivre et renouveler un débat historiographique déjà abondamment nourri par Habermas, Baker ou encore Ozouf.Les participants à ce colloque, qui se tiendra à l‘Université de Chicago les 14 et 15 avril 2023, sont invités à explorer non seulement les conditions qui ont contribué aux transformations des espaces de formation de l’opinion publique à travers cette période, mais aussi aux effets de ces transformations sur les modesd’expressions, qu’ils soient littéraires, politiques, historiographiques, artistiques, juridiques ou bien touchant à la sphère médicale, au journalisme ou aux gender studies ainsi qu’aux études post-coloniales. Par cette enquête, ce colloque, organisé par Maximilien Novak (Université de Chicago, Docteur du CRH,) et Ryan Brown (Université de Chicago), souhaite élargir la perspective sur les débats existants autour du concept d’opinion publique en France.

Pour en savoir plus ici

Appel à communications: Histoire et actualités des armes chimiques : des recherches impossibles ?

Lieu : Bordeaux

Date: 7-9 juin 2023

Date limite pour proposer une communication: 23 décembre

L’Association pour les études sur la guerre et la stratégie (AEGES) organise la 6e édition de son congrès annuel les 7, 8 et 9 juin 2023 à Bordeaux. Cet événement se veut un espace de socialisation et de discussion scientifiques permettant de rassembler très largement la communauté des chercheur·e·s travaillant sur la guerre et la stratégie, quel que soit leur encrage disciplinaire. Les organisateurs du panel n° 15 lancent un appel à contributions sur « l’Histoire et actualités des armes chimiques : des recherches impossibles ? » dans une perspective internationale et pluridisciplinaire.

Pour en savoir plus ici

Appel à communications – Sociétés coloniales et post-indépendances : quels lieux du politique ?

Lieu : Université de Rennes 2

Date : 12 mai 2023

Date limite pour soumettre une proposition : 30 novembre 2022

Parmi les multiples champs au sein desquels se manifestent l’inégalité et la domination en situation coloniale, le politique fait partie des plus immédiatement visibles. Détention directe ou indirecte du pouvoir par une puissance étrangère, inégale distribution des droits civiques parmi les populations, choix discrétionnaire des figures d’autorité autochtones ou encore mainmise administrative en sont quelques-unes des caractéristiques. Ces particularités du politique en situation coloniale ne sont pas que de seuls états de fait, mais s’inscrivent aussi concrètement et matériellement dans un espace généralement ségrégué. Après les indépendances, celui-ci est le plus souvent repensé et réinvesti dans le cadre de nouvelles dynamiques politiques. Il s’agit dès lors de penser, dans une perspective dynamique, un politique localisé et spatialisé, obéissant à de nouvelles logiques de pouvoir, riche de ses dimensions matérielles et pratiques, mais aussi symboliques, cadre et manifestation du pouvoir – comme des interactions auxquelles il donne lieu. Il s’agit également de le penser en tension, toujours fragile et sujet aux contestations et aux remises en question. C’est à ces lieux du politique dans les mondes coloniaux et post-indépendances, entendus dans leur dimension la plus large, que cette journée d’études entend consacrer son attention.

Plus d’informations ici.