Archives par mot-clé : histoire de la médecine

Appel à communications – Colloque “Ethnographier la psychiatrie”

Lieu : Rennes

Date : 9-10 décembre 2024

Date limite pour soumettre une proposition : 21 juin 2024

L’hôpital psychiatrique est un champ de recherches exploré depuis longtemps. L’étude de cette discipline, de sa pratique et son développement, sont concomitants du développement de la psychiatrie elle-même. Les sociologues de la fin du XIXe siècle questionnent en effet les apports et limites des sciences des maladies mentales dans l’étude des sociétés, l’intégration ou non de la psychologie étant notamment au cœur de la querelle disciplinaire entre Gabriel Tarde et Émile Durkheim. Ces scientifiques partagent en outre avec les psychologues des foules et les anthropologues des questionnements sur les relatifs niveaux d’influence de la culture et de la biologie dans les mentalités – pensons par exemple aux approches causales du delirium tremens qui hésitent entre effets d’hérédité ou conséquence d’une mauvaise vie. Comme les aliénistes, ensuite appelé·es psychiatres, leurs réflexions s’appuient sur les descriptions de la patientèle asilaire via des bribes d’observations ou des aperçus statistiques souvent issus de la littérature médicale. Au XXe siècle, Allan Young intègre la méthode généalogique à son ethnographie d’un service psychiatrique prenant en charge des vétérans aux syndromes de stress post-traumatiques (P. Béhague, Lézé, 2015), et Georges Devereux (1970) promeut en France une ethnopsychanalyse influente. Mobilisé·es par les travaux de Michel Foucault (1961), les philosophes ajustent les questionnements épistémologiques anciens sur les sciences de l’esprit pour les adapter à une réflexion sur l’hôpital psychiatrique au présent. Étudiée pour sa fonction politique ou sociale, notamment via l’internement à l’asile, la psychiatrie est aussi interrogée dans sa pratique quotidienne, au ras du sol, des patient·es et des professionnel·les. En filigrane, se dessine toute une impulsion ethnographique attentive aux détails.

Plus d’informations ici.

Soutien financier du Comité pour l’histoire de l’Inserm 2024-2025

Date limite de dépôt des candidatures : 21 octobre 2024.

L’appel à candidature pour le soutien financier  du Comité pour l’histoire de l’Inserm est ouvert pour l’année universitaire 2024-2025. La date limite de candidature est le 21 octobre 2024.

Futurs étudiantes et étudiants de master 1, master 2, en Histoire et en SHS  sont invités à candidater.  Le Comité examine aussi les candidatures des doctorantes et des doctorants demandant une aide spécifique et limitée.

Depuis 2017, déjà, plus d’une trentaine de lauréates et de lauréats ont pu bénéficier de ce soutien sur des sujets qui intéressent l’histoire de l’Inserm, mais aussi plus largement l’histoire de la recherche médicale et de la santé publique depuis le XIXe siècle jusqu’à l’époque contemporaine.

Pour vous documenter sur ce soutien financier, un livret de présentation est disponible sur Inserm.fr.
Vous y trouverez une présentation générale des archives, des repérages de sources, des exemples de sujets et de thèmes. Les approches et les thématiques possibles sont nombreuses (institutionnelle, biographique ou monographique, ou sujets privilégiant une entrée par l’histoire de la médecine, des sciences ou des techniques, de l’innovation, par l’histoire sociale et économique, etc.)

Le livret est téléchargeable en pdf :

Appel à communications – Journée d’étude “La relation de soin à l’ombre des conflits”

Lieu : université Paris-Nanterre

Date : 23 mars 2024

Date limite pour soumettre une proposition : 15 février 2024

Comment la guerre transforme-t-elle les gestes et les pratiques des soignants et la relation de soin qu’ils contribuent à faire naître ?

Les formations théoriques et pratiques – quand bien même la médecine militaire envisage la guerre et l’urgence – organisées à partir du XVIIIe siècle en Europe occidentale et dont on peut dire qu’elles concernent la plupart des systèmes médicaux au début du XXIe siècle, l’éthique médicale (notamment le secret médical, les soins pour tous) ou encore la relation individualisée (le colloque singulier) censée entrer dans le traitement d’une affection – et largement idéalisée -, éléments au cœur de la relation de soin, se sont constitués dans un temps qui reste celui de la « paix ».

Après une rencontre consacrée aux actrices et acteurs du soin en guerre (13 octobre 2023), cette journée d’étude se propose de restituer la complexité des interactions régissant les rapports entre les différentes catégories de soignant.e.s et soigné.e.s en situation de guerre, en s’interrogeant sur les effets de cette séquence particulière sur une économie du soin qui s’est largement organisée dans un cadre différent.

Nous nous attacherons en particulier aux enjeux suivants :

Comment le contexte de guerre, sa violence, l’urgence qu’il implique transforme-t-il les environnements de travail, les rapports sociaux entre soignant.es et soignée.es ?

En quoi d’autres acteurs et d’autres logiques (stratégique, disciplinaire notamment) interfèrent-ils avec la relation de soin ?

Dans quelle mesure les contraintes d’approvisionnement et d’organisation conduisent-elles à l’adaptation des pratiques, à une nouvelle division du travail du soin, et façonnent-elles des rapports nouveaux entre soignants et soignés – la question du triage devenant ici particulièrement sensible, le traitement de l’ennemi également ?

De manière générale, quelle éthique médicale se dessine alors en temps de guerre ?

Que signifie d’ailleurs « être patient » dans un tel contexte, quelle est la place des familles, des accompagnants dans l’environnement du soigné ? Quelle est leur part d’autonomie, de résistance face à de potentielles violences, qu’elles soient physiques, psychiques ou symboliques, qui tendent à refuser au patient le choix du protocole, la possibilité de discuter de sa condition, ou même à nier son humanité ?

Jusqu’à quel point l’agentivité des actrices et des acteurs contribue-t-elle à transformer cette relation et comment les émotions, les assignations raciales et de genre entrent-elles dans les reconfigurations sociales ?

Ces premières – et vastes – questions en appellent naturellement d’autres.

En s’appuyant sur le renouvellement en matière des sources et sur des approches pluridisciplinaires, nous invitons les candidat.es à s’inscrire dans un ou plusieurs de ces questionnements. Les propositions qui prendraient en compte les enjeux sociologiques, anthropologiques, éthiques, émotionnels, médicaux et juridiques sont les bienvenues. La présentation de travaux en cours, en particulier de la part des doctorants et doctorantes, jeunes chercheurs et jeunes chercheuses, est encouragée.

La journée d’études se tiendra sur le campus de l’Université Paris-Nanterre, et les participants et participantes seront conviés à un déjeuner sur place. Un nombre limité de financements sera également disponible pour celles et ceux qui en feraient la demande, en complément d’autres sources de financement.

Candidater :

Les personnes désireuses de présenter leur travail sont invitées à envoyer un titre provisoire, un résumé de 200 mots maximum, et une courte biographie à soinsenguerreUPN@gmail.com avant le 31 janvier 2024. Les propositions retenues seront précisées avant le 15 février 2024.

Une publication est envisagée à l’issue d’un cycle de plusieurs manifestations.

Cette journée d’études est financée par l’Institut des sciences sociales du politique (ISP, UMR 7220), le laboratoire Institutions et dynamiques historiques de l’économie et de la société (IDHE.S, UMR 8533) et l’IUF.

Organisateurs : Élodie Charié (Sciences Po/CHSP),Claire Fredj (IDHE.S),Julie Le Gac (ISP), Paul Lenormand (ISP/CHSP), Ioulia Shukan (ISP/CERCEC).

Comité scientifique :

Laure Humbert (The University of Manchester)

Francisco Javier Martinez (Universidad de Zaragoza)

Benoît Pouget (Sciences Po Aix-en-Provence)

Anne Rasmussen (EHESS)

Bertrand Taithe (The University of Manchester)

Stéphane Tison (Université du Mans)

Plus d’informations sur les partenaires de cette manifestation :

– ISP : https://isp.cnrs.fr

– IDHE.S : https://www.idhes.cnrs.fr/

– IUF : https://www.iufrance.fr/ 

Appel à articles – revue Histoire, médecine et santé “Santé et nature”

Date limite pour soumettre une proposition : 15 février 2024

Santé et nature

Sous la direction de Léo Bernard, Matti Leprêtre et Céline Pessis

Ce numéro thématique de la revue « Histoire, médecine et santé » questionne les divers usages et rapports à la nature dans le domaine de la santé. Le concept historiquement et culturellement situé de « nature » peut évidemment revêtir plusieurs sens et porter à discussion. Dans son rapport à la santé, il évoque spontanément les nombreux courants se réclamant des médecines « naturelles » apparus en Europe à partir du dernier tiers du XIXe siècle, et qui entendaient s’opposer, par leurs pratiques, à une médecine jugée de plus en plus artificielle et chimique, du fait notamment de l’industrialisation de la production des médicaments. Néanmoins, et dans le sillage des appels à « en finir avec les médecines parallèles » (Guillemain, Faure, 2019), si ce numéro souhaite accorder une attention renouvelée aux marges médicales, ce n’est ni pour s’y restreindre, ni pour déconnecter leur histoire de mouvements scientifiques et culturels plus généraux. Pour cela, il adopte une définition large de la « nature » qui permet d’englober l’ensemble des pratiques médicales faisant appel à la réalité matérielle qui environne et façonne l’espèce humaine – sous la forme des sols, des airs, des eaux et des autres espèces vivantes –, dans le but de maintenir ou rétablir la santé.

À la suite d’initiatives universitaires récentes interrogeant les conceptions plurielles de la nature et leurs effets dans un certain nombre de champs culturels (urbanisme, production artistique, etc.) , et porté par les enjeux pluridisciplinaires du moment auxquels nous confrontent les crises du climat et de la biodiversité, ce numéro thématique se propose d’explorer la manière dont ces représentations, ancrées aussi bien dans des ontologies que dans des enjeux mercatiques, contraignent et transforment les usages médicaux des éléments et des espaces naturels. Le numéro est ouvert à des propositions issues des contextes historiques et géographiques les plus variés, susceptibles d’élargir le regard sur la naturalité des éléments et des produits en question. Les contributions centrées sur la biomédecine européenne sont également encouragées : par-delà le « Grand partage » qui associe cette dernière à l’artificialité et à l’émancipation de la nature, des études récentes centrées sur la matérialité des pratiques ont montré combien la mise au travail des éléments naturels était cruciale pour les pratiques biomédicales au sens large, y compris dans leur forme industrielle – que l’on pense aux cultures de bactéries ou au criblage des substances végétales et marines pour la réalisation des médicaments de synthèse.

Que nous révèlent l’usage des plantes, l’attention portée à la richesse des sols cultivés ou encore les qualités vitales accordées aux bains d’eau et d’argile sur les contextes culturels, scientifiques et spirituels de leur production ? De la colonisation des « matériaux-savoirs » (Boumediene, 2016) à l’époque moderne à l’essor de la naturopathie dans le second XXe siècle, quelles alliances thérapeutiques entre éléments naturels et corps malades se forgent au fil des expériences individuelles et collectives ?

Pour penser les rapports intellectuels, productifs et commerciaux à la nature dans le domaine de la santé par-delà l’hétérogénéité de leurs contextes de production, le numéro s’organisera par entrées centrées sur l’un ou l’autre des éléments matériels composant cet environnement naturel non-humain (plantes, eau, terre, champignons, minéraux, etc.). Nous invitons les auteurs et autrices à soumettre des propositions d’articles problématisant l’un et/ou l’autre des points suivants à partir de cette entrée matérielle :

  • Comment des éléments ou des espaces naturels sont-ils mis au travail, activés ou convoqués, dans les pratiques de soin ? Comment leur agentivité est-elle pensée, dans quelles cosmologies s’insèrent-ils, et comment les conceptions de l’efficacité d’un agent thérapeutique naturel influent-elles sur les modes de préparation de cet agent (et inversement) ?
  • De la préparation à la guérison, quelles sont les différentes étapes (scientifiques, juridiques, commerciales) qui rendent une pratique ou un agent thérapeutique « naturels » ? Que révèlent-elles des rapports de force et des négociations entre les communautés épistémiques ou professionnelles qui interagissent autour de ces objets-frontière ? (On peut, par exemple, penser aux enjeux de définition entourant les « médicaments », les « produits cosmétiques » ou les « compléments alimentaires »).
  • Comment historiographier la nature et sa matérialité ? Les réflexions méthodologiques, par exemple sur le recours aux biographies retraçant la trajectoire d’agents thérapeutiques naturels, sont les bienvenues.

Informations et envoi des propositions :
leobernard.histoire[a]gmail.com ; matti.lepretre[a]gmail.com ; celine.pessis[a]agroparistech.fr

Calendrier :
• Délai d’envoi des propositions (deux pages maximum) : 15 février 2024.
• Réponses aux auteurs et autrices : début mars 2024.
• Remise de l’article définitif pour les propositions acceptées : décembre 2024. Après sélection des propositions, les articles soumis à HMS feront l’objet d’une évaluation par les pairs en double aveugle.
• Les propositions peuvent également mobiliser les différentes rubriques de la revue et concerner des entretiens, des sources et documents, ou encore des carnets de recherche.
• Publication prévue dans HMS 29, été 2026.

Langues de rédaction : français, anglais ou espagnol.
Directives éditoriales sur HMS.

Bibliographie indicative :

Arnaud BAUBEROT, Histoire du naturisme : Le mythe du retour à la nature, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2004.
Christian BONAH et Anne RASMUSSEN (dir.), Histoire et médicament aux XIXe et XXe siècles, Paris, Biotem & Éditions Glyphe, 2005.
Samir BOUMEDIENE, La colonisation du savoir. Une histoire des plantes médicinales du « Nouveau Monde » (1492-1750), Vaulx-en-Velin, Éditions des Mondes à faire, 2016.
David CANTOR (dir.), Reinventing Hippocrates, Burlington, Ashgate, 2002.
Pratik CHAKRABARTI, Inscriptions of Nature: Geology and the Naturalization of Antiquity, Baltimore, John Hopkins University Press, 2020.
Philippe DESCOLA (dir.), Les Natures en question, Paris, Odile Jacob, 2018.
Hervé GUILLEMAIN et Olivier FAURE (dir.), Pour en finir avec les médecines parallèles : Une histoire croisée des médecines alternatives et de la médecine académique (XIXe-XXe siècles), Toulouse, Presses Universitaires du Midi, 2019.
Lisa HAUSHOFER, Wonder Foods: The Science and Commerce of Nutrition, Oakland, University of California Press, 2023.
Robert JÜTTE, Geschichte der alternativen Medizin: von der Volksmedizin zu den unkonventionellen Therapien von heute, München, C.H. Beck, 1996.
Alexander VON SCHWERIN, Heiko STOFF et Bettina WAHRIG (dir.), Biologics, A History of Agents Made From Living Organisms in the Twentieth Century, London, Pickering & Chatto, 2013.
Avi SHARMA, We Lived for the Body: Natural Medicine and Public Health in Imperial Germany, DeKalb, Northern Illinois University Press, 2014.