Archives par mot-clé : histoire de la santé

Appel à communications – Colloque «Au bon air des jardins (18e – 21e siècles)»

Dates : 15-16 octobre 2024

Lieu : École de la Nature et du Paysage à Blois

Date limite pour soumettre une proposition : 30 juin 2024

Au XIXe siècle, Maupassant décrivait la canicule parisienne et vantait déjà la fraicheur à l’ombre des arbres en écrivant que « c’était une nuit sans vent, une de ces nuits d’étuve où l’air de Paris surchauffé entre dans la poitrine comme une vapeur de four. Une armée de fiacres menait sous les arbres tout un peuple d’amoureux » (Bel ami). Si les fiacres ont disparu, nul doute que les promenades, parcs et jardins restent des lieux appréciés en période de canicule pour des citadins à la recherche de “bon air”.

Le colloque vise à nourrir une réflexion générale sur l’air et le climat sous le prisme socio-spatialdes parcs et jardins urbains publics en France comme dans le reste du monde. Il a pour objectif de montrer si ces espaces sont marqués par des évolutions et transitions géohistoriques communes ou, au contraire, différentes dans les enjeux liés à l’air et au climat (Corbin 1982 ; Metzger 2018 ; Brassart et al. 2022). Afin de favoriser le dialogue disciplinaire, l’appel est ouvert en SHS : géographie, géohistoire, histoire, histoire de l’art, aménagement, architecture, projet de paysage, political ecology, sociologie…

Plus d’informations ici.

Contrat doctoral – London School of Hygiene and Tropical Medicine : histoire de la santé publique

Date limite de candidature : 3 juin 2024

The London School of Hygiene and Tropical Medicine (LSHTM) is pleased to invite applications for a three-year full-time PhD studentship, starting in September 2024, funded by a donation from the Wilkinson Charitable Trust. Only those applicants who meet all the eligibility criteria outlined below can be considered for this studentship.

Plus d’information ici.

Proposition d’un post-doctorat sur les politiques du handicap et de la vieillesse de 1945 aux années 2000 en Suède ou en Norvège

Date limite de candidature : 15 mai 2024

The research will focus on the issue of accommodation (institutionalisation and de-institutionalisation) and the allocation of resources (benefits, pensions), as these two issues concern both the elderly and the disabled. The post-doctoral student will focus his/her research on the construction of public policies, paying attention to both the influence of associative mobilisations and transnational movements on these issues. With this in mind, the person recruited will delve into diplomatic archives, administrative archives and archives of associations to gain a better understanding of the construction of disability and old age policies, and the factors of convergence and divergence on these issues. The person recruited will be responsible for analysing the archive documents collected. For a comparative perspective, the analysis will be carried out in conjunction with the members of the team exploring the cases of France and Spain.

Plus d’informations ici.

Appel à communications – Colloque “1975-2005-2025 : 50 ans d’action publique sur le handicap en France”

Dates : 5-6 juin 2025

Lieu : Paris

Date limite pour soumettre une proposition : 1er septembre 2024

Les 5 et 6 juin 2025 se tiendra un colloque organisé par la DGCS sur le Handicap en France depuis 1975. Dans ce cadre, un appel à communication est lancé pour proposer des axes de travail non exhaustifs sur ces politiques, en comprendre l’histoire, en proposer une évaluation et tracer des perspectives pour l’avenir.

Plus d’informations ici.

Soutien financier du Comité pour l’histoire de l’Inserm 2024-2025

Date limite de dépôt des candidatures : 21 octobre 2024.

L’appel à candidature pour le soutien financier  du Comité pour l’histoire de l’Inserm est ouvert pour l’année universitaire 2024-2025. La date limite de candidature est le 21 octobre 2024.

Futurs étudiantes et étudiants de master 1, master 2, en Histoire et en SHS  sont invités à candidater.  Le Comité examine aussi les candidatures des doctorantes et des doctorants demandant une aide spécifique et limitée.

Depuis 2017, déjà, plus d’une trentaine de lauréates et de lauréats ont pu bénéficier de ce soutien sur des sujets qui intéressent l’histoire de l’Inserm, mais aussi plus largement l’histoire de la recherche médicale et de la santé publique depuis le XIXe siècle jusqu’à l’époque contemporaine.

Pour vous documenter sur ce soutien financier, un livret de présentation est disponible sur Inserm.fr.
Vous y trouverez une présentation générale des archives, des repérages de sources, des exemples de sujets et de thèmes. Les approches et les thématiques possibles sont nombreuses (institutionnelle, biographique ou monographique, ou sujets privilégiant une entrée par l’histoire de la médecine, des sciences ou des techniques, de l’innovation, par l’histoire sociale et économique, etc.)

Le livret est téléchargeable en pdf :

PRIX 2024 du Comité d’histoire de la sécurité sociale

Date limite pour candidater : 15 mai 2024

Créé en 1973 au sein du ministère des Affaires sociales, le Comité d’histoire de la Sécurité sociale a pour mission de contribuer à une meilleure connaissance de l’histoire de la Sécurité sociale et plus largement de la protection sociale de l’Ancien Régime à nos jours, de susciter des travaux scientifiques et d’en assurer ou d’en aider la diffusion.

Dans cet esprit, le Comité d’histoire récompense chaque année des thèses et des mémoires de master, achevés depuis moins de trois ans et se rapportant à l’histoire de la protection sociale au sens large (chômage et action sociale inclus), y compris dans sa dimension internationale. Les travaux doivent être rédigés en français ou en anglais.

En 2024, quatre prix pourront être décernés par le Comité d’histoire, à des thèses consacrées à des travaux de recherches historiques inédits et à des mémoires de master. L’ensemble est doté de 7 000 €.

Les personnes souhaitant concourir doivent transmettre leur dossier au plus tard le 15 mai 2024.

Il leur est demandé de fournir un dossier numérique composé de :

  • une lettre de candidature rédigée sur papier libre et présentant les raisons pour lesquelles le/la candidat/candidate considère que sa thèse ou son mémoire entre dans le champ d‘étude du CHSS,
  • la thèse ou le mémoire en format pdf, (un ou deux exemplaires de la version imprimée pouvant être demandé ultérieurement),
  • le rapport de soutenance pour les thèses,
  • un résumé (environ 8 000 signes pour les travaux en français et 20 à 30 000 signes pour les travaux en anglais),
  • un curriculum vitae complet.
    L’ensemble devra être adressé à l’adresse chss@sante.gouv.fr.
    La liste des travaux antérieurement primés est disponible sur le site du CHSS.

Appel à communications – Journée d’étude “La relation de soin à l’ombre des conflits”

Lieu : université Paris-Nanterre

Date : 23 mars 2024

Date limite pour soumettre une proposition : 15 février 2024

Comment la guerre transforme-t-elle les gestes et les pratiques des soignants et la relation de soin qu’ils contribuent à faire naître ?

Les formations théoriques et pratiques – quand bien même la médecine militaire envisage la guerre et l’urgence – organisées à partir du XVIIIe siècle en Europe occidentale et dont on peut dire qu’elles concernent la plupart des systèmes médicaux au début du XXIe siècle, l’éthique médicale (notamment le secret médical, les soins pour tous) ou encore la relation individualisée (le colloque singulier) censée entrer dans le traitement d’une affection – et largement idéalisée -, éléments au cœur de la relation de soin, se sont constitués dans un temps qui reste celui de la « paix ».

Après une rencontre consacrée aux actrices et acteurs du soin en guerre (13 octobre 2023), cette journée d’étude se propose de restituer la complexité des interactions régissant les rapports entre les différentes catégories de soignant.e.s et soigné.e.s en situation de guerre, en s’interrogeant sur les effets de cette séquence particulière sur une économie du soin qui s’est largement organisée dans un cadre différent.

Nous nous attacherons en particulier aux enjeux suivants :

Comment le contexte de guerre, sa violence, l’urgence qu’il implique transforme-t-il les environnements de travail, les rapports sociaux entre soignant.es et soignée.es ?

En quoi d’autres acteurs et d’autres logiques (stratégique, disciplinaire notamment) interfèrent-ils avec la relation de soin ?

Dans quelle mesure les contraintes d’approvisionnement et d’organisation conduisent-elles à l’adaptation des pratiques, à une nouvelle division du travail du soin, et façonnent-elles des rapports nouveaux entre soignants et soignés – la question du triage devenant ici particulièrement sensible, le traitement de l’ennemi également ?

De manière générale, quelle éthique médicale se dessine alors en temps de guerre ?

Que signifie d’ailleurs « être patient » dans un tel contexte, quelle est la place des familles, des accompagnants dans l’environnement du soigné ? Quelle est leur part d’autonomie, de résistance face à de potentielles violences, qu’elles soient physiques, psychiques ou symboliques, qui tendent à refuser au patient le choix du protocole, la possibilité de discuter de sa condition, ou même à nier son humanité ?

Jusqu’à quel point l’agentivité des actrices et des acteurs contribue-t-elle à transformer cette relation et comment les émotions, les assignations raciales et de genre entrent-elles dans les reconfigurations sociales ?

Ces premières – et vastes – questions en appellent naturellement d’autres.

En s’appuyant sur le renouvellement en matière des sources et sur des approches pluridisciplinaires, nous invitons les candidat.es à s’inscrire dans un ou plusieurs de ces questionnements. Les propositions qui prendraient en compte les enjeux sociologiques, anthropologiques, éthiques, émotionnels, médicaux et juridiques sont les bienvenues. La présentation de travaux en cours, en particulier de la part des doctorants et doctorantes, jeunes chercheurs et jeunes chercheuses, est encouragée.

La journée d’études se tiendra sur le campus de l’Université Paris-Nanterre, et les participants et participantes seront conviés à un déjeuner sur place. Un nombre limité de financements sera également disponible pour celles et ceux qui en feraient la demande, en complément d’autres sources de financement.

Candidater :

Les personnes désireuses de présenter leur travail sont invitées à envoyer un titre provisoire, un résumé de 200 mots maximum, et une courte biographie à soinsenguerreUPN@gmail.com avant le 31 janvier 2024. Les propositions retenues seront précisées avant le 15 février 2024.

Une publication est envisagée à l’issue d’un cycle de plusieurs manifestations.

Cette journée d’études est financée par l’Institut des sciences sociales du politique (ISP, UMR 7220), le laboratoire Institutions et dynamiques historiques de l’économie et de la société (IDHE.S, UMR 8533) et l’IUF.

Organisateurs : Élodie Charié (Sciences Po/CHSP),Claire Fredj (IDHE.S),Julie Le Gac (ISP), Paul Lenormand (ISP/CHSP), Ioulia Shukan (ISP/CERCEC).

Comité scientifique :

Laure Humbert (The University of Manchester)

Francisco Javier Martinez (Universidad de Zaragoza)

Benoît Pouget (Sciences Po Aix-en-Provence)

Anne Rasmussen (EHESS)

Bertrand Taithe (The University of Manchester)

Stéphane Tison (Université du Mans)

Plus d’informations sur les partenaires de cette manifestation :

– ISP : https://isp.cnrs.fr

– IDHE.S : https://www.idhes.cnrs.fr/

– IUF : https://www.iufrance.fr/ 

Appel à articles – revue Histoire, médecine et santé “Santé et nature”

Date limite pour soumettre une proposition : 15 février 2024

Santé et nature

Sous la direction de Léo Bernard, Matti Leprêtre et Céline Pessis

Ce numéro thématique de la revue « Histoire, médecine et santé » questionne les divers usages et rapports à la nature dans le domaine de la santé. Le concept historiquement et culturellement situé de « nature » peut évidemment revêtir plusieurs sens et porter à discussion. Dans son rapport à la santé, il évoque spontanément les nombreux courants se réclamant des médecines « naturelles » apparus en Europe à partir du dernier tiers du XIXe siècle, et qui entendaient s’opposer, par leurs pratiques, à une médecine jugée de plus en plus artificielle et chimique, du fait notamment de l’industrialisation de la production des médicaments. Néanmoins, et dans le sillage des appels à « en finir avec les médecines parallèles » (Guillemain, Faure, 2019), si ce numéro souhaite accorder une attention renouvelée aux marges médicales, ce n’est ni pour s’y restreindre, ni pour déconnecter leur histoire de mouvements scientifiques et culturels plus généraux. Pour cela, il adopte une définition large de la « nature » qui permet d’englober l’ensemble des pratiques médicales faisant appel à la réalité matérielle qui environne et façonne l’espèce humaine – sous la forme des sols, des airs, des eaux et des autres espèces vivantes –, dans le but de maintenir ou rétablir la santé.

À la suite d’initiatives universitaires récentes interrogeant les conceptions plurielles de la nature et leurs effets dans un certain nombre de champs culturels (urbanisme, production artistique, etc.) , et porté par les enjeux pluridisciplinaires du moment auxquels nous confrontent les crises du climat et de la biodiversité, ce numéro thématique se propose d’explorer la manière dont ces représentations, ancrées aussi bien dans des ontologies que dans des enjeux mercatiques, contraignent et transforment les usages médicaux des éléments et des espaces naturels. Le numéro est ouvert à des propositions issues des contextes historiques et géographiques les plus variés, susceptibles d’élargir le regard sur la naturalité des éléments et des produits en question. Les contributions centrées sur la biomédecine européenne sont également encouragées : par-delà le « Grand partage » qui associe cette dernière à l’artificialité et à l’émancipation de la nature, des études récentes centrées sur la matérialité des pratiques ont montré combien la mise au travail des éléments naturels était cruciale pour les pratiques biomédicales au sens large, y compris dans leur forme industrielle – que l’on pense aux cultures de bactéries ou au criblage des substances végétales et marines pour la réalisation des médicaments de synthèse.

Que nous révèlent l’usage des plantes, l’attention portée à la richesse des sols cultivés ou encore les qualités vitales accordées aux bains d’eau et d’argile sur les contextes culturels, scientifiques et spirituels de leur production ? De la colonisation des « matériaux-savoirs » (Boumediene, 2016) à l’époque moderne à l’essor de la naturopathie dans le second XXe siècle, quelles alliances thérapeutiques entre éléments naturels et corps malades se forgent au fil des expériences individuelles et collectives ?

Pour penser les rapports intellectuels, productifs et commerciaux à la nature dans le domaine de la santé par-delà l’hétérogénéité de leurs contextes de production, le numéro s’organisera par entrées centrées sur l’un ou l’autre des éléments matériels composant cet environnement naturel non-humain (plantes, eau, terre, champignons, minéraux, etc.). Nous invitons les auteurs et autrices à soumettre des propositions d’articles problématisant l’un et/ou l’autre des points suivants à partir de cette entrée matérielle :

  • Comment des éléments ou des espaces naturels sont-ils mis au travail, activés ou convoqués, dans les pratiques de soin ? Comment leur agentivité est-elle pensée, dans quelles cosmologies s’insèrent-ils, et comment les conceptions de l’efficacité d’un agent thérapeutique naturel influent-elles sur les modes de préparation de cet agent (et inversement) ?
  • De la préparation à la guérison, quelles sont les différentes étapes (scientifiques, juridiques, commerciales) qui rendent une pratique ou un agent thérapeutique « naturels » ? Que révèlent-elles des rapports de force et des négociations entre les communautés épistémiques ou professionnelles qui interagissent autour de ces objets-frontière ? (On peut, par exemple, penser aux enjeux de définition entourant les « médicaments », les « produits cosmétiques » ou les « compléments alimentaires »).
  • Comment historiographier la nature et sa matérialité ? Les réflexions méthodologiques, par exemple sur le recours aux biographies retraçant la trajectoire d’agents thérapeutiques naturels, sont les bienvenues.

Informations et envoi des propositions :
leobernard.histoire[a]gmail.com ; matti.lepretre[a]gmail.com ; celine.pessis[a]agroparistech.fr

Calendrier :
• Délai d’envoi des propositions (deux pages maximum) : 15 février 2024.
• Réponses aux auteurs et autrices : début mars 2024.
• Remise de l’article définitif pour les propositions acceptées : décembre 2024. Après sélection des propositions, les articles soumis à HMS feront l’objet d’une évaluation par les pairs en double aveugle.
• Les propositions peuvent également mobiliser les différentes rubriques de la revue et concerner des entretiens, des sources et documents, ou encore des carnets de recherche.
• Publication prévue dans HMS 29, été 2026.

Langues de rédaction : français, anglais ou espagnol.
Directives éditoriales sur HMS.

Bibliographie indicative :

Arnaud BAUBEROT, Histoire du naturisme : Le mythe du retour à la nature, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2004.
Christian BONAH et Anne RASMUSSEN (dir.), Histoire et médicament aux XIXe et XXe siècles, Paris, Biotem & Éditions Glyphe, 2005.
Samir BOUMEDIENE, La colonisation du savoir. Une histoire des plantes médicinales du « Nouveau Monde » (1492-1750), Vaulx-en-Velin, Éditions des Mondes à faire, 2016.
David CANTOR (dir.), Reinventing Hippocrates, Burlington, Ashgate, 2002.
Pratik CHAKRABARTI, Inscriptions of Nature: Geology and the Naturalization of Antiquity, Baltimore, John Hopkins University Press, 2020.
Philippe DESCOLA (dir.), Les Natures en question, Paris, Odile Jacob, 2018.
Hervé GUILLEMAIN et Olivier FAURE (dir.), Pour en finir avec les médecines parallèles : Une histoire croisée des médecines alternatives et de la médecine académique (XIXe-XXe siècles), Toulouse, Presses Universitaires du Midi, 2019.
Lisa HAUSHOFER, Wonder Foods: The Science and Commerce of Nutrition, Oakland, University of California Press, 2023.
Robert JÜTTE, Geschichte der alternativen Medizin: von der Volksmedizin zu den unkonventionellen Therapien von heute, München, C.H. Beck, 1996.
Alexander VON SCHWERIN, Heiko STOFF et Bettina WAHRIG (dir.), Biologics, A History of Agents Made From Living Organisms in the Twentieth Century, London, Pickering & Chatto, 2013.
Avi SHARMA, We Lived for the Body: Natural Medicine and Public Health in Imperial Germany, DeKalb, Northern Illinois University Press, 2014.

Appel à communications – Colloque “Les fabriques de la norme hygiénique”

Lieu : centre international universitaire, Orléans

Date : 5 décembre 2024

Date limite pour envoyer une contribution : 29 mars 2024

La réflexion relative aux fabriques de la norme hygiéniste peut se déployer autour de plusieurs axes thématiques :

– Les origines de la norme hygiéniste :

            – A compter du XIXe siècle, le développement des sciences va permettre un déploiement du discours hygiéniste. Il convient de s’intéresser aux hommes et aux idées qui vont participer à sa diffusion et à leurs opposants. Des hygiénistes promeuvent les principes de « solidarité sanitaire » et de « croisade sanitaire », qui légitiment la limitation de la liberté individuelle en imposant des obligations telles que la vaccination des enfants ou des jeunes adultes, la désinfection… De même, ce solidarisme entre en conflit avec le droit de propriété lorsqu’il souhaite imposer l’assainissement des logements insalubres. Les libéraux s’opposent à cet idéal hygiéniste qu’ils jugent liberticide.

            – Ensuite les lieux de diffusion doivent être questionnés. Les hygiénistes peuvent investir les conseils de salubrité, les conseils municipaux et poursuivre leur cursus honorum au sein de la représentation nationale. Mais, il existe également des instances de réflexion à l’instar de l’Académie de médecine qui, dès 1820, se donne pour objectif de traiter les questions de santé publique, ou encore les congrès nationaux et internationaux.

– Le niveau de création et d’intervention de la norme hygiéniste :

            – La norme hygiéniste peut être localisée, d’ordre règlementaire et bureaucratique, ou fondée avant tout sur la loi au niveau national. Cela étant, l’échelon local est intervenu le premier, plusieurs villes ont produit une règlementation sanitaire bien avant les grandes lois nationales (Le Havre, Grenoble, Reims, etc.).

            – Le discours des hygiénistes parvient-il à pénétrer la normativité locale, existe-t-il une réception différenciée entre villes et municipalités rurales, alors que les questions relatives au coût des mesures sanitaires doivent être soulevées ?

            – La norme hygiéniste entre décentralisation et centralisation : Cette norme parvient-elle à se déployer pleinement dans un cadre décentralisé qui fait la part belle aux collectivités locales, notamment aux municipalités, comme le suggère les textes adoptés au XIXe siècle ? Pourquoi et comment, au siècle suivant, des idées centralisatrices tendent à se développer, avec plus ou moins de succès ?

– Le colloque entend aussi explorer la problématique de l’impérialisme sanitaire, hygiéniste et médicale dans nos sociétés contemporaines, menaçant l’équilibre entre les nécessaires politiques de sécurité sanitaire dont bénéficient les populations et le respect des libertés individuelles et collectives. Il s’agira alors de questionner les risques, juridiques et politiques qui accompagnent les ambitions d’une société du risque zéro. Ceux-ci apparaissent comme les conséquences d’une biosécurité qui consiste en un écrasement de la politique et des choix normatifs par l’obsession de la maîtrise des risques réalisée par une série de mesures et d’actions de nature essentiellement préventive reposant sur des moyens techniques, scientifiques ou simplement para-scientifiques ayant pour effet de réduire la question de l’organisation sociale à des choix qui ne relèvent au fond que de l’impératif de la nécessité pour affronter des phénomènes considérés inéluctables par nature. Les contributeurs seront amenés à s’interroger sur les tensions juridiques révélées par le nouvel état d’urgence sanitaire et les progrès des dispositifs de contrôle social dont l’ambition est de permettre la surveillance des populations non pas au nom de la santé mais davantage selon une conception d’une vie ni vraiment saine, ni vraiment malade (voir en ce sens la figure contradictoire du malade asymptomatique), mais toujours perçue comme potentiellement pathogène pouvant justifier en retour et pour le bien de tous la limitation des droits et libertés de chacun.

Mots clés

Hygiène publique, hygiénisme, norme, histoire, biopouvoir, biosécurité.

Date limite appel à contribution : 29 mars 2024

Les contributeurs sont invités à envoyer un résumé de 3000 signes (espaces compris) ainsi que le titre de leur éventuelle communication aux adresses suivantes, pierre.belda@univ-orléans.fr et dominique.messineo@univ-orleans.fr

Date du colloque 5 décembre 2024, centre international universitaire pour la recherche (Hôtel Dupanloup) Orléans. 

Résumé :

Le concept d’hygiène publique, qui s’impose en France au cours du XIXe siècle, mobilise diverses disciplines, à l’instar de la médecine, de la chimie, de l’urbanisme, des statistiques, de l’économie politique, etc. En s’appuyant sur la science du temps, les hygiénistes entendent supprimer les foyers d’infection et modifier des comportements jugés néfastes. Un tel projet implique la création d’une normativité renouvelée susceptible de mettre en œuvre cette évolution sociétale. Ce colloque invite à questionner les fabriques de la norme hygiéniste depuis les années 1830 jusqu’à nos jours, en examinant de quelle manière le discours hygiéniste pénètre les différentes sources du droit, ainsi que la problématique du meilleur échelon d’intervention en matière d’hygiène publique et les tensions à l’œuvre entre le centre et les périphéries.

Comité scientifique

Pierre Allorant, Professeur des universités, Doyen de la faculté de droit économie gestion de l’université d’Orléans.

Pierre Belda, MFC Histoire du droit, université d’Orléans.

Fouad Eddazi, MCF Droit public, université d’Orléans.

Dominique Messineo, MFC Histoire du droit, université d’Orléans.

François Priet, Professeur émérite Droit public, université d’Orléans