Archives par mot-clé : histoire de l'art

Appel à contribution – Chantiers médiévaux. 56e Congrès de la Shmesp

Lieu : Albi

Dates : 22-25 mai 2025

Date limite pour candidater : 25 mai 2024

Le 56e Congrès de notre Société se tiendra à l’Université Champollion (Albi), du 22 au 25 mai 2025, sur le thème des « chantiers médiévaux« . Nous vous prions de bien vouloir trouver l’argumentaire au lien suivant : Congrès-Shmesp-2025-Albi-argumentaire

Les propositions de communication doivent être adressées au secrétariat de la SHMESP avant le 25 mai 2024, délai de rigueur, exclusivement par courrier électronique à secretariat@shmesp.fr. Elles doivent être accompagnées d’un résumé d’une page, à défaut duquel il ne sera pas possible de les prendre en compte. Le comité scientifique fera connaître d’ici fin juin les contributions retenues.

Nous rappelons que la Société ne prend pas en charge les frais des intervenants. Des bourses sont toutefois proposées aux doctorantes et doctorants, ainsi qu’aux jeunes chercheuses et chercheurs, qui interviendraient lors de ce congrès.

Les actes des congrès de le SHMESP paraissent régulièrement à l’occasion de l’Assemblée générale de l’année qui suit, grâce notamment au travail des responsables des publications. Les collègues qui proposent une communication s’engagent donc moralement à publier leur texte en le rendant dans les délais imposés par ce calendrier serré, soit le pour 1er septembre 2025, et en respectant le nombre de signes défini par les responsables des publications ainsi que les normes de la collection.

Nous encourageons vivement les jeunes chercheurs à participer à ce congrès. Les directeurs de thèses sont donc invités à informer au plus vite les doctorants susceptibles d’être intéressés.

Plus d’informations ici

Appel à articles – Les dépôts lapidaires : de précieux vestiges pour l’histoire du monument et de son decor sculpté

Revue : In Situ (Paris)

Date limite pour candidater : 15 juin 2024

Dates des résultats : 10 décembre 2024

Les dépôts lapidaires sont entendus comme des fragments d’architecture et de sculpture, déposés et rassemblés de manière à conserver un lien organique avec leur monument ou leur site d’origine. Ces dernières années, In Situ. Revue des patrimoines a ponctuellement traité le sujet des dépôts lapidaires par des articles en ligne tels que celui d’Élisabeth Portet sur « Les collections du Panthéon. Étude, inventaire et perspectives scientifiques », dans le numéro thématique sur les Ensembles mobiliers, industriels, techniques. Connaissance, protection, conservation, présentation au public (2016, no 29), ou de manière indirecte en étudiant les moulages issus des chantiers de restauration de la cathédrale Notre-Dame de Laon conservés dans le dépôt lapidaire (Caroline Dujon-Attali Ben Mayer, « Les moulages de Notre-Dame de Laon : une découverte récente », Le moulage. Pratiques historiques et regards contemporainsIn Situ, 2016, no 28)

À l’initiative d’Arnaud Timbert, professeur d’histoire de l’art médiéval à l’université de Picardie Jules-Verne, une journée d’études a été consacrée aux dépôts lapidaires associés à des édifices médiévaux de Picardie (université d’Amiens, 2006). Elle a été suivie de deux autres journées d’études organisées par Delphine Hanquiez sur les dépôts lapidaires du nord de la France (INHA, 2008) et sur les collections lapidaires de la Flandre, de l’Artois et du Cambrésis (université d’Artois, 2019). Toutes ces rencontres ont fait l’objet d’une publication1

Ces travaux ainsi que plusieurs monographies récentes d’édifices ont mis en exergue l’intérêt scientifique et patrimonial des dépôts lapidaires pour l’histoire de l’architecture et l’histoire de la conservation-restauration. « La prise en compte des pièces déposées pour la compréhension et la restitution en trois dimensions d’un édifice disparu ou de ses états anciens apparaît aujourd’hui comme une étape essentielle de la recherche scientifique. Leur conservation s’impose aussi comme une nécessité du point de vue patrimonial, afin qu’elles puissent servir à nouveau de référence aux restaurations futures2. »

Dans la lignée des actions menées par Léon Pressouyre dans les années 1970 en vue d’assurer la protection au titre des monuments historiques des fragments, les inventaires pièce à pièce des dépôts lapidaires (comme à Amiens, Arras, Beauport, Beauvais, Besançon, Châlons-en-Champagne, Chartres, Cluny, Creil, Jumièges, Lille, Meaux, Noyon, Reims, Rue, Saint-Denis, Saint-Guilhem-le-Désert, Saint-Leu-d’Esserent, Saint-Omer, Saint-Quentin, Senlis, Soissons, Tours, Vaucelles…) ont été menés et poursuivis. Ils révèlent les avancées obtenues ces dernières années grâce à des partenariats scientifiques et des synergies locales, pour l’étude, la meilleure conservation et valorisation.

Ce sujet qui prend de nombreuses formes appelle un état des lieux des travaux en cours et une réflexion sur la mise en commun des approches des différents secteurs (monuments historiques, archéologie, musées, parcs et jardins) pour définir des pistes d’actions et renouveler, le cas échéant, la prise en compte de ces biens culturels particuliers qui se situent à l’intersection des domaines immobiliers et mobiliers.

Plus d’informations ici

Bourse de recherche – Doctorant.e FNS, histoire de l’art, avec composante littérature française et/ou comparée (XVe-XVIIe)

Lieu : Université de Lausanne, Suisse

Durée : 1 an, renouvelable une fois pour 3 ans

Date limite de candidature : 1er mai 2024

Niveau requis : Master ès lettres, spécialité histoire de l’art et/ou littérature française et/ou littérature comparée, spécialités Moyen Âge ou Renaissance ou Première Modernité (XVe-XVIIe siècle)

Financé par le Fonds national suisse de la recherche scientifique, le projet Sinergia Capturing the Present in Northwestern Europe (1348-1648). A Cultural History of Present before the Age of Presentism étudie la manière dont le concept de « présent » a été perçu et vécu en Europe du Nord-Ouest durant la période allant du Moyen Âge à la première modernité. Cet espace géographique, qui englobe les Pays-Bas, l’ouest de l’Empire germanique, le nord de la France et le sud de l’Angleterre, a connu durant cette période d’importants changements, aussi bien dans les domaines de la politique, de l’économie, de la religion que dans celui des arts. Caractérisée par la coexistence de divers systèmes politiques et de plusieurs langues, par un développement urbain particulièrement marqué et par des conditions de vie à l’évolution rapide, cette région offre un contexte historique singulier, qui diffère de la Renaissance telle qu’elle est traditionnellement dépeinte.
Le projet Capturing the Present rassemble une quinzaine de chercheuses et chercheurs des universités de Neuchâtel, Lausanne et Lille, dont 6 doctorant·es et 3 post-doctorant·es. L’équipe est soutenue par un réseau international d’experts et expertes dans les disciplines suivantes : histoire, histoire de l’art et de la littérature, linguistique, media studies, anthropologie et sciences politiques. Il vise à montrer comment les discours et les images ont façonné les perceptions que les hommes et les femmes d’alors avaient de leur propre époque ; comment les événements contemporains étaient représentés et interprétés ; comment, enfin, les nouvelles idées ainsi que les changements environnementaux, politiques et sociétaux étaient perçus.

Plus d’informations ici

Appel à communication – Mobilités, voyages et voyageurs à l’époque romane (fin du Xe-début du XIIIe siècle)

Lieu : Issoire (Puy-de-Dôme)

Dates : 18-20 octobre 2024

Date limite pour candidater : 2 juillet 2024

Après La ville à l’époque romane (2019), L’Art roman et après ? (2022) et Artistes et Artisans à l’époque romane (2023), le Comité scientifique du colloque d’Issoire propose, pour sa session d’octobre 2024, le thème : Mobilités, voyages et voyageurs à l’époque romane (fin du Xe – début du XIIIe siècle).

De récents évènements et évolutions (pandémie et confinements, appels pressants à diminuer la masse et l’ampleur géographique de déplacements, désormais jugés contestables, voire nocifs dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique, changement de perception à l’égard de l’automobile-reine et de l’avion, réflexion sur le « localisme » et sur une nouvelle « mondialisation régionalisée »…) ont inversé, au moins dans les perceptions (et les polémiques), la tendance pluriséculaire, considérablement accélérée à partir du second XIXe siècle, au développement des mobilités, en masse, dans l’espace et quant à la vitesse des déplacements. Dans le même temps, l’époque présente connait un développement considérable des phénomènes migratoires, régionaux et intercontinentaux, appelés, aux yeux des experts, à s’accélérer dans les décennies à venir.

La participation des historiens au débat doit contribuer à mette en perspective pluriséculaire l’évolution de ces problématiques et apporter des éléments de réflexion fondés sur l’observation du temps long. Les textes mieux connus et mieux traduits, l’archéologie et les études d’iconographie, l’une et les autres sans cesse  enrichies, permettent, selon l’usage des colloques issoiriens, d’interroger l’effectivité et les modalités, mais aussi les difficultés des mobilités – dans le registre des realia comme dans celui des représentations, figurées, mais aussi mentales – pendant la période du Moyen Âge central.

On rappellera ici, sans souci d’exhaustivité, quelques antécédents, ainsi le thème du XXVIecongrès de la SHMESP, tenu à Aubazine, en Limousin, en 1995 (Voyages et voyageurs au Moyen Âge), ou l’ouvrage de synthèse de Jean Verdon, Voyager au Moyen Âge, paru en 1998 et réédité en 2007. Depuis ce temps, la recherche a considérablement progressé sur ce thème, tant du côté des historiens que des archéologues, des littéraires et des historiens d’art. Dans une perspective pluridisciplinaire, il convient c’est la triple finalité de la manifestation issoirienne – de porter les résultats des travaux des spécialistes à la connaissance d’un public plus large et de faire découvrir à ce public « une histoire en marche » et les travaux de jeunes chercheurs, du Master 2 au Post-doc.

Les suggestions qui suivent s’entendent en tant que sujets de recherche historique en eux-mêmes, ou en tant que tant que sujets de recherches sur leurs représentations, y compris dans le cadre d’études historiographiques.

Plus d’informations ici

Appel à communication – Urban societies in medieval Europe

Lieu : Castelo de Vide, Portugal

Dates : 3-5 octobre 2024

Date limite pour candidater : 30 avril 2024

The study of medieval urban societies continues to be important and necessary to understand their composition, inequalities and complexity, as well as their role in the construction and experience of urban space. It also makes it possible to observe the different stages of life (childhood, youth, maturity and old age) of its inhabitants, their emotions and the relationships they established between themselves and with the outside world, and therefore the management and resolution of conflicts. These elements fuelled representations of urban society, both in discourses and practices and in material testimonies, which it is important to continue to understand and deepen. With a focus on Christian, Islamic and Jewish Europe, researchers from any scientific discipline (History, Archaeology, History of the Art, Literature, among others) are invited to present proposals for sessions and/or individual presentations.

Plus d’informations ici

Appel à communication – Martyr(s) à l’agonie : du supplice à la transfiguration ?

Lieu : Université de Toulouse

Dates : 26-27 mars 2025

Date limite pour candidater : 13 mai 2024

Ce colloque aura pour objet de réfléchir à la représentation du martyre (sacré comme profane) dans les arts et les lettres ainsi que d’en interroger les ressorts anthropologiques, philosophiques et théologiques. Il s’agira de s’intéresser tout particulièrement au moment de bascule qui s’opère entre la souffrance du supplicié et sa transfiguration. Ce colloque sera donc à la fois transdisciplinaire et diachronique (de l’Antiquité à nos jours).

Plus d’informations ici

Appel à communication – Samouraïs et chevalier à l’écrit et l’écran, cultures des mondes médiévaux et de la première modernité : regards croisés sur les enjeux historiques, mythologiques et artistiques

Lieu : CESCM, Poitiers

Dates : 16-17 octobre 2025

Date limite pour candidater : 31 mars 2024

Ce colloque international proposera d’explorer les points de jonction ou passerelles culturelles, les différences et/ou les similitudes essentielles dans le monde oriental et occidental de la période médiévale et de la première modernité tels que représentés dans les productions artistiques, littéraires, picturales et cinématographiques. Si les aires d’exploration sont larges, une place prépondérante est accordée au Japon pour l’Orient, sans pour autant exclure la Perse ou l’Asie (Inde et Chine), ainsi qu’à l’Europe anglaise, septentrionale et méditerranéenne pour l’Ouest.

Plus d’informations ici

Appel à communication – Les nouvelles vies des divinités grecques en Europe occidentale : Figurations textuelles et visuelles du XIve au XVIe siècle

Lieu : Lille et Bibliothèque de l’Arsneal, Paris

Date : 23-24 mai 2024 et 29 mai 2024

Date limite pour candidater : 15 janvier 2024

Dans son ouvrage célèbre, La survivance des dieux antiques, 1939, Jean Seznec a démontré que la connaissance des dieux grecs n’a pas disparu durant le Moyen Âge et ainsi mis en question l’opposition souvent tracée entre Moyen Âge et Renaissance : « L’Antiquité païenne, loin de « re-naître » dans l’Italie du XVe siècle, avait survécu dans la culture et dans l’art médiéval ; les dieux eux-mêmes ne ressuscitent pas ; car jamais ils n’ont disparu de la mémoire et de l’imagination des hommes. À partir d’études de cas, sur une ou sur plusieurs divinités, les journées seront consacrées à des analyses sur les multiplicités des représentations, des interprétations et des exploitations de ces divinités antiques durant les trois siècles considérés, dans un mélange de permanences et de renouvellement, de répétition et de variation, de continuité et d’innovation.

Plus d’informations ici

Appel à communications – Colloque “Faire vivre les monuments : mises en scène, espaces et publics”

Lieu : Vannes

Date : 13-14 juin 2024

Date limite pour soumettre une proposition : 29 janvier 2024

Ce colloque s’inscrit dans le projet de recherche UCO Dispositifs Expériences en Culture et Patrimoine (DEXCUPAT) réunissant une équipe pluridisciplinaire qui questionne les médiations et les dispositifs et les expériences de publics dans des institutions culturelles et patrimoniales.

Plus d’informations ici.

Appel à communications – École d’été Genre Grand-Sud

Lieu : université de Toulouse

Date : juin 2024

Date limite pour soumettre une proposition : 28 février 2024

Présentation générale :

Coordonnée par Sylvie Chaperon (PR Toulouse 2, FRAMESPA UMR 5136), Manuela Martini (PRLyon 2, LARHRA-UMR 5190) et Anne Montenach (PR Aix-Marseille TELEMMe UMR 7303),
l’École d’été Genre Grand Sud organise tous les deux ans une école d’été doctorale prise en charge par l’un des trois établissements partenaires. Le but à moyen terme est de compenser un déséquilibre dans la formation et l’attractivité entre les universités de régions et les universités franciliennes qui bénéficient d’une offre plus importante de séminaires en histoire du genre.

La première édition se déroulera à Toulouse au printemps 2024 sur le thème « Sexualités réprouvées, sexualités revendiquées : expériences, discours, mobilisations ».

La formation doctorale alternera conférences de spécialistes reconnu·es et ateliers collectifs participatifs. Les aspects méthodologiques (corpus de sources, enquête orale, micro-histoire, etc.) et épistémologiques(usages des concepts) seront privilégiés.
Calendrier :
15 décembre : diffusion de l’appel à candidature
28 février : clôture des candidatures
30 mars : communication des résultats
24-28 juin : déroulement de l’école d’été

Modalités de candidature :Les étudiant·es diplômé·es de Master 2 ayant un projet de thèse, les doctorant·es et les post-doctorant·es peuvent candidater. L’école d’été est ouverte aux historien·nes et historien·nes de l’Art, aussi bien qu’aux sociologues, anthropologues, littéraires et philosophes développant une forte approche historique. La candidature comprend un CV (2 pages) et une présentation de la recherche en cours : projet de thèse, thèse, recherche post-doctorale (2 pages). Ces éléments sont à envoyer avant le 28 février à l’adresse suivante : edgrandsud@univ-tlse2.fr.

Prise en charge : L’école d’été commencera le lundi 24 juin après-midi et se terminera le vendredi 28 juin en fin de matinée.L’hébergement et les repas seront pris en charge par l’école d’été, mais pas les transports.
Comité d’organisation :
– Sylvie Chaperon (PR Toulouse 2)
– Camille Fauroux (MC Toulouse 2)
– Corto Le Perron (Doctorant EHESS – Toulouse 2)
– Manuela Martini (PR Lyon 2)
– Anne Montenach (PR Aix-Marseille)
– Camille Morin-Delaurière (Doctorante Toulouse 2 – Université de Montréal)
– Mathias Quéré (Post-doctorant Toulouse 2 − Paris Cité)
– Sylvie Chaperon (PR Toulouse 2)

– Julie Doyon (MC Lyon 2)

Comité scientifique (en cours d’élaboration) :- Ilana Eloit (Professeure assistante, Université de Genève)
– Camille Fauroux (MC Toulouse 2)
– Julian Jackson (Professeur émérite, Queen Mary University)
– Clovis Maillet (Enseignant, ESAD Angers)
– Delphine Peiretti-Courtis (PRAG, Université Aix-Marseille
– Massimo Prearo (Chercheur, Université de Vérone)
– Mathias Quéré (Post-doctorant Toulouse 2 − Paris Cité)
– Florence Tamagne (MC Lille)

Argumentaire :

« Sexualités réprouvées, sexualités revendiquées : expériences, discours, mobilisations (XVIe-XXe) »

En France comme ailleurs, l’histoire de la sexualité s’est déployée depuis les années 1970 et s’est d’abord penchée sur les sexualités déviantes, illicites ou marginales (Chaperon 2002 ; Corbin 2003 ; Rebreyend 2005). Condamnées et encadrées par les autorités religieuses ou médicales ; plus étroitement surveillées ou réprimées par la police et la justice ; elles ont donné lieu à une masse de sources importantes. Ces pratiques sexuelles ont d’abord été désignées comme des péchés « de luxure » ou « contre nature » condamnés par l’Église, avant d’être sécularisés et reformulés au XIXe siècle. La médecine prend alors le relais du clergé, tandis que le nouveau code pénal en dépénalise certains comme la sodomie, la bestialité, la prostitution on encore l’inceste (Giuliani 2014 ; Ambroise-Rendu 2014). Mais les mesures policières, réglementaires ou médicales assurent un étroit quadrillage des populations et des pratiques minoritaires tout au long du XIXe et d’une partie du XXe siècle.

D’une manière générale, les veines historiographiques anciennement développées ont continué d’intéresser les recherches. L’histoire de la prostitution, étudiée dès les années 1970 ou 1980 par Alain Corbin (1978) et Erica-Maria Benabou (1987) a été élargie au contexte colonial (Taraud 2003) et réinvestie par Lola Gonzalez Quijano (2015), qui l’a reliée à l’essor des loisirs masculins ou par Clyde Plumauzille (2016), qui l’a explorée dans la période révolutionnaire. Après de nombreux ouvrages (Stengers et Van Neck 1984 ; Laqueur 2005), l’histoire de la masturbation a quant à elle été reprise par le bas, grâce aux consultations épistolaires d’Auguste Tissot (Singy 2014) ou d’Auguste Forel (Garibian 2018) ou des journaux intimes. Récemment aussi, la psychopathologie sexuelle et l’invention des perversions au tournant du XIXe et XXe siècle ont attiré les recherches, renouvelant les publications pionnières de Michel Foucault (Foucault 1976) et de Georges Lanteri-Laura (1979). Ainsi des dernières recherches de Sylvie Chaperon (2007) et de Julie Mazaleigue Labaste (2014).

Les études gays et lesbiennes – telle était leur première appellation − se sont déployées en France dès le tournant des années 1980 hors du monde académique, grâce aux recherches menées par les militant ·es (Wittig 1980 ; Girard 1981 ; Martel 1996). Elles ont ensuite intégré l’université depuis les années 1990 dans le contexte de l’épidémie du sida (Tamagne 2007 ; Murat 2007 ; Revenin 2007). Ces études, désormais LGBTI+, ont connu un fort renouvellement et enrichissement ces dernières années, poussant l’histoire des personnes, expériences, discours, représentations et mouvements LGBTI+ vers une interdisciplinarité qui s’est révélée féconde. Elle a participé à dépasser le tropisme parisien pour inclure d’autres villes et régions (Idier 2012 ; Quéré 2019 ; Comer et al. 2023), déplaçant la focale sur les mises en réseau et l’ancrage territorial des luttes et expériences minoritaires. L’approche spatiale a aussi permis de remettre en cause le mythe de la fuite vers la grande ville ou la capitale (Merrick et Sibalis 2001 ; Leroy 2005 ; Blidon 2008).
C’est en particulier l’étude des mobilisations et des militant·es LGBTI+ qui a contribué à donner un

nouveau souffle à l’écriture de ces histoires aux XXe et XXIe siècles. Elle a suscité des travaux renouvelant les premières synthèses et redonnant notamment toute sa place au mouvement lesbien (Bouvard, Eloit et Quéré 2023). Les recherches abordent un temps long (Prearo 2014 ; Calwood 2017), ou les années 1968 (Eloit 2020 ; Quéré 2022), un groupe particulier (Jackson 2009 ; Sibalis 2010 ; 2013), ou une figure du mouvement (Idier 2017). Enfin, alors que les discours et les politiques de l’homosexualité sont profondément traversées par la question coloniale (Blanchard 2008 ; 2012 ; Shepard 2017), des recherches ont permis de documenter l’histoire de mobilisations lesbiennes contre le racisme (post)colonial (Bacchetta 2019 ; Provitola 2019). En parallèle, toute une littérature s’est concentrée sur l’envers de ces vies et pratiques, en particulier la répression policière et judiciaire de l’homosexualité. Grâce à cette littérature, on connaît désormais la nature de ces résistances de l’ordre hétérosexuel tant pour l’époque moderne (Pastorello 2011), qu’au XIXe siècle (Tamagne 2000 ; Revenin 2005), au début du XXe siècle (Jaouen 2018), pendant la Seconde Guerre mondiale (Schlagdenhauffen, Le Gac, et Virgili 2017) ou même à l’heure de l’amendement Mirguet et de l’homosexualité comme « fléau social » (Idier 2013 ; Gauthier et Schlagdenhauffen 2019).

Malgré cette richesse, le spectre LGBT+ n’est pas représenté également dans ces recherches et des pans entiers sont encore à investiguer, en particulier en France – d’autres traditions académiques, comme au Canada ou au Royaume-Uni, ayant entrepris ce chantier depuis plus longtemps. La bisexualité reste ainsi très peu abordée (Deschamps 2002). Les recherches sur les personnes et les mobilisations trans, après des premiers travaux isolés (Foerster 2012), et des contributions importantes sur d’autres périodes (Maillet 2020), trouvent un nouvel essor avec une jeune génération de chercheur·es dont les travaux restent à publier. Plusieurs enquêtes ont également retracé l’histoire de l’hermaphrodisme au XIXe siècle (Houbre 2011 ; 2020 ; Salle 2017) tandis Michal Raz (2023) étudie la gestion médicale de l’intersexuation depuis les années 1950 et son lien avec l’émergence d’un mouvement intersexe. C’est enfin du côté des sources exploitées que des horizons s’ouvrent et que d’autres restent à inventer. Les représentations littéraires des sexualités déviantes sont assez négligées alors même qu’elles permettent une forme d’expression très riche. C’est surtout du côté lesbien qu’elles ont été sollicitées tant pour le XIXe siècle (Benstock 1987 ; Albert 2005) que le XXe siècle (Turbiau et al. 2022 ; Antolin 2023). Plus largement, c’est tout un rapport repensé aux archives qui préside à la réalisation d’une partie des travaux, revendiquant parfois un investissement individuel et un positionnement situé (Eloit 2018), se plaçant de plus en plus dans une approche communautaire de la production archivistique (Gérardin-Laverge, Guaresi, et Abbou 2021 ; Vanehuin 2022 ; Chantraine 2023).
Le champ des sexualités réprouvées et minoritaires est vaste et demeure riche de promesses.

Conscient·es de cela, et afin de ne pas élargir trop le périmètre thématique, on laissera de côté les pratiques d’évitement des naissances (onanisme conjugal, coït interrompu, contraception, avortement), de même que les violences sexuelles (viols, attentats à la pudeur, agression, harcèlement) qui donneront lieu à de prochaines éditions.


Références citées :
Albert, Nicole. 2005. Saphisme et décadence dans l’Europe fin de siècle. Paris: La Martinière.
Ambroise-Rendu, Anne-Claude. 2014. Histoire de la pédophilie, XIXe-XXIe siècle. Paris: Fayard.
Antolin, Alexandre. 2023. Une censure éditoriale : Ravages de Violette Leduc. Lyon: Presses Universitaires de Lyon.
Bacchetta, Paola. 2019. « Groupe Du 6 Novembre : Lesbiennes Issues Du Colonialisme, de l’esclavage et de l’immigration ». In Global Encyclopedia of Lesbian, Gay, Bisexual, Transgender,
and Queer (LGBTQ) History, édité par Howard Chiang.
Benabou, Erica-Marie. 1987. La prostitution et la police des moeurs au XVIIIe siècle. Paris: Perrin.
Benstock, Shari. 1987. Femmes de la rive gauche. Paris 1900-1940. Paris: Des femmes.
Blanchard, Emmanuel. 2008. « Le mauvais genre des Algériens. Des hommes sans femme face au virilisme policier dans le Paris d’après-guerre ». Clio. Histoire, femmes et sociétés 27 (1):
209-24.
———. 2012. « Des Algériens dans le “Paris Gay”. Frontières raciales et sexualités entre hommes sous le regard policier ». In Politique et administration du genre en migration. Mondes Atlantiques, XIXe-XXe siècles, édité par (dir.) Rygiel Ph., 157-74.
Blidon, Marianne. 2008. « Jalons pour une géographie des homosexualités ». L’Espace géographique 37 (2): 175-89.
Bouvard, Hugo, Ilana Eloit, et Mathias Quéré. 2023. Lesbiennes, pédés, arrêtons de raser les murs. Luttes et débats des mouvements lesbiens et homosexuels. La Dispute.
Calwood, Dan. 2017. « Re-evaluating the French Gay Liberation Moment 1968-1983 ». University of London.
Chantraine, Renaud. 2023. « La mémoire en morceaux. Une ethnographie de la patrimonialisation des minorités LGBTQI et de la lutte contre le sida ». Culture & Musées. Muséologie et recherches
sur la culture, no 41 (septembre): 232-35.
Chaperon, Sylvie. 2002. « L’histoire contemporaine des sexualités en France ». Vingtième siècle, no 75 (septembre): 47-59.
———. 2007. Les origines de la sexologie 1850-1900. Paris: Louis Audibert.
Comer, Clémentine, Camille Morin-Delaurière, Alice Picard, et Françoise Bagnaud. 2023. « Rapports sociaux de classe et structuration des frontières associatives.Énonciation lesbienne plurielle à Rennes dans les années 1980 et 1990 ». Politix 141 (1): 25-46.
Corbin, Alain. 1978. Les filles de noce. Misère sexuelle et prostitution 19e siècle. Paris: Aubier Montaigne.
———. 2003. « Les principales étapes de l’histoire du sexe en Occident ». In Le désir et le goût. Une autre histoire (XIIIe-XVIIIe siècle), édité par Odile Redon, Line Sallmann, et Sylvie Steinberg.
Vincennes: PUV.
Deschamps, Catherine. 2002. Le Miroir bisexuel. Paris: Balland.
Eloit, Ilana. 2018. « Lesbian trouble: feminism, heterosexuality and the French nation (1970–1981) ». Londres: LSE.
———. 2020. « Trouble dans le féminisme. Du “Nous, les femmes” au “Nous, les lesbiennes” : genèse du sujet politique lesbien en France (1970-1980) ». 20 & 21. Revue d’histoire 148 (4):
129-45.
Foerster, Maxime. 2012. Elle ou lui ? : Une histoire des transsexuels en France. Paris: La Musardine.
Foucault, Michel. 1976. Histoire de la sexualité. t. 1, La volonté de savoir. Paris: Gallimard.
Garibian, Taline. 2018. « Les patient·e·s du docteur Forel ». Histoire, médecine et santé, no 12 (mai): 57-72.
Gauthier, Jérémie, et Regis Schlagdenhauffen. 2019. « Les sexualités « contre-nature » face à la justice pénale. Une analyse des condamnations pour « homosexualité » en France (1945-1982) ». Déviance et Société 43 (octobre): 421-59.
Gérardin-Laverge, Mona, Magali Guaresi, et Julie Abbou. 2021. « Dossier thématique : Archives,
genre, sexualités, discours ». GLAD! Revue sur le langage, le genre, les sexualités, no 11 (décembre).
Girard, Jacques. 1981. Le mouvement homosexuel en France : 1945-1980. Paris: SYROS.
Giuliani, Fabienne. 2014. Les liaisons interdites: Histoire de l’inceste au XIXe siècle. Paris: ED SORBONNE.
Gonzalez-Quijano, Lola. 2015. Capitale de l’amour – Filles et lieux de plaisir à Paris au XIXe siècle.
Illustrated édition. Paris: VENDEMIAIRE.
Houbre, Gabrielle. 2011. « Dans l’ombre de l’hermaphrodite : hommes et femmes en famille dans la France du xixe siècle ». CLIO. Histoire, femmes et sociétés, no 34: 85-104.
———. 2020. Les deux vies d’Abel Barbin, né Adélaïde Herculine (1838-1868): Édition annotée des Souvenirs d’Alexina Barbin. PUF.
Idier, Antoine. 2012. Dissidanse Rose : Fragments de vies homosexuelles à Lyon dans les années 70. Lyon: Éditions Michel Chomarat.
———. 2013. Les Alinéas au placard : l’abrogation du délit d’homosexualité (1977-1982). Cartouche.
———. 2017. Les vies de Guy Hocquenghem. Paris: Fayard.
Jackson, Julian. 2009. Arcadie. La vie homosexuelle en France de l’après-guerre à la dépénalisation. Paris: Autrement.
Jaouen, Romain. 2018. L’inspecteur et l’inverti. La police face aux sexualités masculines à Paris
(1919-1940). Rennes: PUR.
Lanteri-Laura, Georges. 1979. Lectures des perversions. Histoire de leur appropriation médicale. Paris: Masson.

Laqueur, Thomas. 2005. Le sexe en solitaire: contribution à une histoire culturelle de la sexualité. Paris: Gallimard.Leroy, Stéphane. 2005. « Le Paris gay. Éléments pour une géographie de l’homosexualité ». Annales de géographie 646 (6): 579-601.
Maillet, Clovis. 2020. Les genres fluides : de Jeanne d’Arc aux saintes trans. Oblique-s. Paris: Arkhê.
Martel, Frédéric. 1996. Le Rose et le noir, Les homosexuels en France depuis 1968. Paris: Seuil.
Mazaleigue-Labaste, Julie. 2014. Les déséquilibres de l’amour. La genèse du concept de perversion sexuelle de la Révolution française à Freud. Ithaque. Paris.
Merrick, Jeffrey, et Michael Sibalis. 2001. Homosexuality in French History and Culture. Harrington
Park Press.
Murat, Laure. 2007. « Tentative de bilan historiographique des études gay et lesbiennes ». In Le choix de l’homosexualité. Recherches inédites sur la question gay et lesbienne, édité par Bruno Perreau, 239-45. Paris: EPEL.
Pastorello, Thierry. 2011. Sodome à Paris fin XVIIIe – milieu XIXe siècle : l’homosexualité masculine en construction. Grâne: Creaphis éditions.
Plumauzille, Clyde. 2016. Prostitution et révolution : Les femmes publiques dans la cité républicaine. Illustrated édition. Ceyzérieu: Champ Vallon Editions.
Prearo, Massimo. 2014. Le Moment politique de l’homosexualité Mouvements, identités et communautés en France. PUL. Lyon.
Provitola, Blase A. 2019. « In visibilities: the Groupe du 6 novembre and the production of liberal lesbianidentity in contemporary France ». Modern & Contemporary France 27 (2): 223-41.
Quéré, Mathias. 2019. « Qui sème le vent récolte la tapette », une histoire des Groupes de libération homosexuels en France de 1974 à 1979. Lyon: Éditions Tahin Party.
———. 2022. « “Quand nos désirs font désordres”. Une histoire du mouvement homosexuel français de 1974 à 1986 ». Thèse de doctorat, Toulouse 2.
Raz, Michal. 2023. Intersexes. Du pouvoir médical à l’autodétermination. Paris: Le cavalier bleu.
Rebreyend, Anne-Claire. 2005. « Comment écrire l’histoire des sexualités au XXe siècle? Bilan historiographique comparé français/anglo-américain ». Clio, Histoire, Femmes et Sociétés, no 22:
185-209.
Revenin, Régis. 2005. Homosexualité et prostitution masculines à Paris 1870-1918. Paris: L’Harmattan.
———. 2007. « Les études et recherches lesbiennes et gays en France (1970-2006) ». Genre & Histoire, no 1.
Salle, Muriel. 2017. « L’autre du sexe. Hermaphrodites et invertis contre la binarité dans la pensée
médico-légale du XIXe siècle ». Socio. La nouvelle revue des sciences sociales, no 9: 75-89.
Schlagdenhauffen, Régis, Julie Le Gac, et Fabrice Virgili. 2017. Homosexuel·le·s en Europe pendant la Seconde Guerre mondiale. Nouveau monde.
Shepard, Todd. 2017. Mâle décolonisation. L’“homme arabe” et la France, de l’indépendance algérienne à la révolution iranienne. Illustrated édition. Paris: Payot.
Sibalis, Michael. 2010. « L’arrivée de la libération gay en France. Le Front Homosexuel d’Action Révolutionnaire (FHAR) ». Genre, sexualité & société, no 3 (Printemps).
———. 2013. « Mai 68 : le Comité d’Action Pédérastique Révolutionnaire occupe la Sorbonne ».
Genre, sexualité & société, no 10 (Automne).
Singy, Patrick. 2014. L’usage du sexe: Lettres au Dr Tissot, auteur de L’onanisme (1760). BHMS.
Lausanne.
Stengers, Jean, et Anne Van Neck. 1984. Histoire d’une grande peur : la masturbation. Bruxelles,
Belgique: Éditions de l’Université de Bruxelles.
Tamagne, Florence. 2000. Histoire de l’homosexualité en Europe : Berlin, Londres, Paris, 1919 −
1939. Paris: Seuil.
———. 2007. « Écrire l’histoire des homosexualités en Europe: XIXe-XXe siècles ». Revue d’histoire moderne et contemporaine 53 (4): 7-31.
Taraud, Christelle. 2003. La prostitution coloniale : Algérie, Tunisie, Maroc, 1830-1962. Lausanne:
Payot-Lausanne.
Turbiau, Aurore, Margot Lachkar, Camille Islert, Manon Berthier, et Alexandre Antolin. 2022. Ecrire
à l’encre violette. Littératures lesbiennes en France de 1900 à nos jours. Paris: Le Cavalier
Bleu.
Vanehuin, Morgane. 2022. « Les archives de la lutte anti-sida. Témoignage d’une jeune archiviste engagée chez AIDES, association communautaire de lutte contre le VIH/sida et les hépatites virales ». La gazette des archives, no 265.
Wittig, Monique. 1980. « On ne naît pas femme ». Questions féministes, no 8: 75-84