Archives par mot-clé : histoire des émotions

Appel à communications – Journée d’études des doctorants de l’AFHMT : “Travail et émotions”

Lieu : centre Mahler, université Paris I Panthéon-Sorbonne

Date : 5 avril 2024

Date limite pour soumettre une proposition : 29 janvier 2024

Depuis les travaux fondateurs initiés dans les années 19801, l’histoire des émotions est devenue, en quelques décennies, un objet scientifique et historique à part entière2, voire une véritable mode historiographique que certains n’hésitent pas à qualifier « d’emotional turn » ou « d’affective turn »3. Elle s’intéresse à l’ensemble des affects, transitoires ou stables, nés du corps ou de l’esprit, censément universels ou culturellement construits4. Les travaux historiques sont nombreux à aborder l’objet émotion sous l’angle de la monographie, ou de la synthèse5, mettant au jour l’influence des émotions sur le comportement des individus, les normes émotionnelles des sociétés, ainsi que l’évolution même de ces émotions dans de grandes dynamiques comme l’urbanisation ou la mondialisation. Cependant, le domaine du travail est encore largement inexploré par les historien.ne.s des émotions. Comme l’ont montré des travaux récents de sociologie6, le travail sollicite pourtant la subjectivité, le corps et les affects de manière particulièrement vive, constituant ainsi un terrain d’étude propice à l’analyse de ces thèmes. Pour cette nouvelle édition de la journée des doctorant.e.s de l’AFHMT, nous proposons ainsi aux participant.e.s d’interroger l’intersection entre l’histoire du travail et l’histoire des émotions.

Le terrain de l’histoire des émotions est traversé de nombreuses tensions : l’enjeu des sources et de leurs product.rice.eur.s est central. Le caractère intime et personnel du ressenti de l’émotion est parfois perçu comme un obstacle à son histoire. Croiser l’histoire des émotions et histoire du travail nous invite pourtant à insister sur la dimension profondément sociale des émotions. Ces dernières ne cessent de traverser et d’affecter l’espace social au travers de manifestations protéiformes (du cri collectif de protestation jusqu’au simple rougissement individuel). Inversement, l’émotion au travail est nécessairement construite et fabriquée par le fait social (les valeurs religieuses ou civiques, les savoirs savants et techniques ou encore l’environnement matériel influant sur le ressenti et la manifestation de l’émotion). Toutes les émotions ne sont pas également accessibles aux chercheur.e.s : les classes moyennes et les élites ont bien souvent laissé plus de traces de leur vie intime et intérieure que les classes populaires. Au delà de l’obstacle qu’il constitue, ce déséquilibre doit conduire les historien.ne.s à interroger la dialectique entre les normes – voire le « régime émotionnel »7 des élites – diffusé au travers de la loi, des production culturelles, etc. ; et les émotions des catégories populaires.

Récemment, la souffrance au travail a émergé comme un thème central du débat public et des travaux historiques8. Inversement, nombre de discours politiques comme managériaux ne cessent de se servir des émotions « positives » des travailleurs (satisfaction, plaisir, joie) pour soutenir leur exploitation maximale. Il semble ainsi nécessaire de mettre au jour les contours de ces émotions ressenties par les travailleur.se.s dans le cadre de leur travail, ou vis-à-vis de celui-ci. Comment se définissent-elles ou évoluent-elles à travers le temps ? S’interroger sur les émotions au travail implique également de s’interroger sur le « travail émotionnel »9 . Quel travail doivent effectuer travailleur.se.s sur leurs propres émotions dans le cadre du labeur ? La question est particulièrement saillante lorsque celui-ci implique des interactions hiérarchiques et/ou des relations avec un public (clientèle, patientèle, etc.), ou au regard des injonctions à la « réussite » qui traversent et structurent tant la sphère intime que professionnelle10. Nous invitons également les participant.e.s à s’intéresser aux marges de manœuvre et aux stratégies individuelles : comment jouent-iels des normes émotionnelles de leur société ou de leur lieu de travail ?

Au-delà de la classe, l’histoire des émotions porte une attention particulière à l’histoire du genre. Longtemps reléguée à la sphère du privé et de l’intime, ainsi associé au féminin, l’histoire du genre des émotions fait l’objet de renouvellements récents. En France, le genre des émotions a fait ainsi l’objet d’un numéro spécial de la revue Clio11, et nous invitons les participant.e.s à poursuivre ces réflexions en contribuant à l’étude des émotions genrées au travail. Quelles émotions ou normes émotionnelles retrouve-t-on dans le cadre de professions conçues comme particulièrement genrées, à l’instar des métiers du care ? Au contraire, en quoi les émotions des act.rice.eur.s diffèrent ou sont construites différemment au sein d’un même métier ? Nous encourageons enfin les participant.e.s à considérer non seulement la catégorie sociale et le genre mais également celle de la racialisation, de l’âge, de la localisation géographique à différentes échelles. Comment la définition, le ressenti, l’expression des émotions ou l’imposition de certaines normes émotionnelles au travail varient-ils selon ces critères ?

Les contributions pourront aborder en particulier les thèmes suivants, sans s’y limiter :

  • Normes émotionnelles/régimes émotionnels et leur évolution vis-à-vis du travail en général, ou dans un secteur particulier.
  • Acteurs façonnant ces normes (les autorités, les employeurs, les pairs), dispositifs permettant de les imposer et opérations de résistance ou de contournement.
  • Définition, ressenti et expression des émotions au travail au prisme de la classe sociale, du genre, de la racialisation, de l’origine géographique.
  • Évolution de la définition, ressenti et expression des émotions au travail au prisme de dynamiques marquantes de l’histoire du travail : salarisation, (dés)industrialisation, globalisation, ubérisation, etc.
  • Stratégies et compétences émotionnelles des travailleurs et travailleuses.
  • Expression des émotions et classes laborieuses : quelles sources et quelles méthodes ?

Calendrier et modalités de soumission : Les propositions de communication (titre, auteur.e.s, affiliations institutionnelles, résumé de 300 mots et biographie de 50 mots maximum) devront être envoyées au format .doc(x) ou .pdf au plus tard le lundi 29 janvier 2024 à l’adresse doctorants.afhmt@gmail.com. Les auteurs et autrices des propositions retenues seront contacté.e.s mi-février.

Les représentantes des doctorant.e.s de l’AFHMT,

Léa Leboissetier et Juliette Milleron

1 Peter N. STEARNS, Carol Z. STEARNS, « Emotionology : Clarifying the History of Emotions and Emotions Standards », The American Historical Review, vol. 90/4, 1985, p. 813-836.

2 Jan PLAMPER, The History of Emotions. An Introduction, Oxford, Oxford University Press, 2015.

3 Cf. Quentin DELUERMOZ, Emmanuel FUREIX, Hervé MAZUREL, M’hamed OUALDI, « Écrire l’histoire des émotions : de l’objet à la catégorie d’analyse », Revue d’Histoire du XIXe siècle, 47, 2013, p. 155-189.

4 Paul EKMAN, The Handbook of Cognition and Emotion, Sussex, Wiley & Sons, 1999, p. 45-60.

5 Alain CORBIN, Jean-Jacques COURTINE, Georges VIGARELLO, (dir.), Histoire des émotions, Paris, Seuil, 2016-2017, 3 vol.

6 Aurélie JEANTET, Les émotions au travail, Paris, CNRS Éditions, 2018.

7 William M. REDDY, The Navigation of Feeling. A Framework of the History of Emotions, Cambridge, Cambridge University Press, 2001.

8 Cf. En particulier Nicolas HATZFELD, « Les risques psychosociaux : quelles correspondances anciennes aux débats récents », Travail et emploi, 2012/I, n°129, p. 11-22.

9 Arlie Russel HOCHSCHILD, « Travail émotionnel, règles de sentiments et structure sociale », Travailler, 2003/1, n°9, p. 19-49.

10 Eva ILLOUZ, Les sentiments du capitalisme, Paris, Seuil, 2006.

11 Damien BOQUET, Didier LETT, « Le genre des émotions », Clio. Femmes, Genre, Histoire, 47/2018.

Appel à contribution – Visualising Crisis in late Middel Ages

Lieu : University of Leeds (UK)

Dates : 1-4 juillet 2023

Date limite pour postuler : 31 août 2023

Slowly but surely, the last centuries of Medieval Europe on the verge to turn to Modernity, bang to build up a lot of dilemmas and moral interrogations: numbers of heresies and peculiar religious questions indicate how intricate cultural identities were during the Middle Ages. One of the many ways to document and explore those discrepancies and the modalities of maybe mending them, is the study of visual images, mental ones and pictures.

Plus d’informations ici

Appel à contribution – Emotion, masculinités et violence du Moyen Âge à nos jours

Lieu : Genève, Suisse

Dates : 19 et 20 octobre 2023

Date limite pour soumettre une contribution : 15 mars 2023

En 2018, Damien Boquet et Dider Lett lançaient un appel aux historien-nexs pour confronter les émotions « à l’épreuve du genre » (Boquet, Lett: 2018). Lieu d’exacerbation affective, empreint d’un imaginaire particulièrement genré, l’événement violent offre une voie d’accès privilégiée pour répondre à cette invitation.

La violence est un fait social qui varie en formes et en intensité selon la période et le contexte. Notion aux contours poreux, elle peut aussi bien s’insérer dans les relations interpersonnelles que des dynamiques politiques ou sociales. L’historiographie de la violence, souvent appréhendée au travers du prisme de l’appareil judiciaire, s’est d’abord concentrée sur sa criminalisation (Castan: 1980, Nassiet: 2011, Porret: 1995, Spierenburg: 2013). Les recherches consacrées au contexte européen parviennent à un constat univoque : les résultats des analyses quantitatives menées sur la question de la violence saisie à travers les archives judiciaires sont largement dominés par un dimorphisme sexué et marqués par une nette surreprésentation masculine.

Étudier ce fait social invite donc à intégrer une perspective de genre, dont l’impact se mesure aussi bien dans les constructions normatives que dans les perceptions et les positionnements individuels (van der Heijden: 2016, Walker: 2003). Sous l’impulsion de l’histoire des femmes, puis du genre, l’historiographie s’est emparée de cette catégorie d’analyse, que ce soit pour interroger la violence sexuelle, conjugale, ou encore celle émanant des femmes. Le genre impacte non seulement la manière dont les actes brutaux sont normalisés, pratiqués et régulés, mais ses effets s’observent également dans la définition même du geste violent.

La surreprésentation masculine invite à porter le regard plus spécifiquement sur les liens entre masculinités et violence. Dans cette perspective, il ne suffit pas seulement de penser aux normes de la virilité et au code d’honneur masculin. En effet, l’historiographie a démontré la richesse d’une approche intersectionnelle qui prend en considération l’ensemble des hiérarchies sociales. Penser les normes, les expériences et les représentations de manière dynamique et plurielle, au sein même de la catégorie du masculin, permettrait d’apporter un éclairage approfondi sur les liens entre violence et genre.

Intimement liée à l’expérience sensible, l’histoire de la violence bénéficierait grandement de l’apport de l’histoire des émotions, qui s’est imposée depuis une vingtaine d’années comme un champ de recherche dynamique et en constant renouvellement. Les émotions, renvoyées à de simples mécanismes corporels, ont longtemps été considérées comme anhistoriques. Ce désintérêt découle des paradigmes dichotomiques qui structurent la pensée occidentale, tels que nature-culture, conscient-inconscient, langage-expérience, qui opposent raison et émotions pour rejeter les affects dans la sphère physiologique. Depuis quelques décennies, de nombreux travaux, émanant notamment des médiévistes, se sont emparés de l’univers affectif et ont démontré que les émotions évoluent également en fonction du contexte historique (Boquet, Lett: 2018; Nagy: 2018, 2020, 2021; Rosenwein: 2006, 2015, 2017). Alors que les premières synthèses sur ce champ historiographique commencent à être formulées, les liens entre violences, masculinités et émotions demeurent encore peu explorés (Corbin, Courtine, Vigarello: 2016 ; Broomhall: 2015).

Ce colloque propose d’interroger l’évolution de la violence sur la longue durée. L’articulation entre masculinités, violence et émotions adopte des formes et des enjeux différents selon le contexte historique dans lequel elle s’inscrit. La violence étant pensée et définie de manière variable d’une époque à une autre, ou d’un discours à un autre, la thématique interrogée est aussi révélatrice des enjeux culturels et de l’imaginaire propre à un moment historique.

Plus d’informations ici