Archives par mot-clé : histoire des femmes

Appel à communications : colloque “Les femmes et la Libération en France (métropole et Empire), 1944-1946”

Lieu : Lille

Date : mars 2025

Date limite pour soumettre une candidature : 10 juillet 2024

Résumé

Organisé par le Conseil scientifique et d’orientation de la Mission du 80ème anniversaire de la Libération, ce colloque porte sur les deux ou trois années qui constituent le « moment » de la Libération, de 1944 à 1946. Il souhaite interroger les transformations intervenues dans la vie des femmes et dans les rapports de genre – au combat, dans la Cité et dans leurs activités – en France métropolitaine et dans l’Empire. Cette rencontre internationale propose à la fois un état des lieux des connaissances et la mise en lumière d’aspects nouveaux.

Depuis la parution en 1995, du premier numéro de la revue Clio, Histoire, Femmes et Sociétés consacré à « Résistances et Libérations », les travaux se sont accumulés mais l’importance de la Libération dans la période dite du « creux de la vague » féministe est encore peu étudiée. L’historiographie s’est concentrée sur les féministes et les féminismes de la Révolution française, du long XIXème siècle et de la « deuxième vague » (des années 1970 et suivantes). Le colloque sera l’occasion de s’interroger sur les capacités combattantes des femmes, des résistantes comme des collaboratrices, de sonder leur engagement dans la Cité comme nouvelles électrices en 1945 (y compris dans les colonies et les départements d’outre-mer) mais aussi comme travailleuses ou « ménagères », et d’apprécier leur autonomie. « Les femmes ont-elles eu une Libération ? » se demandait en 1995 Françoise Thébaud. L’hypothèse générale soumise à la discussion est que ces quelque trois ans ont représenté pour les femmes une phase d’ouverture mais que les continuités sont restées marquées.

Argument

Au-delà de la rupture fondamentale que constituent la guerre, l’Occupation et la période des combats de la Libération, dans quelle mesure les trois années 1944-1946 constituent-elles une césure, un moment de consensus et de conquêtes politiques et sociales pour les femmes, avant que la Guerre froide ne cristallise les oppositions idéologiques ? Cette rencontre se propose d’explorer de manière aussi large que possible l’histoire des femmes en France métropolitaine et dans l’Empire pendant cet intervalle de temps, qu’il s’agisse des réformes institutionnelles, économiques ou sociales, ou de l’évolution des mœurs et des représentations.

                  Engagements

En consacrant la féminisation des armées avec la création des AFAT puis du personnel féminin de l’armée de terre, la Libération constitue une fenêtre d’opportunité, illustrée également par la littérature de témoignage des résistantes des années 1944-1946, plus porteuse d’espoir que les récits ultérieurs. Le colloque sera aussi l’occasion de porter un nouveau regard sur les engagements féminins au moment de la Libération à différentes échelles, locale, nationale et internationale. Engagement des femmes dans les maquis, les mouvements et les réseaux d’une part, mais également celui des collaboratrices, dont la dimension politique a été soulignée par des travaux récents.

En tant que nouvelles électrices, les femmes de métropole ont voté trois fois en 1945 et trois fois encore en 1946. Dans l’Empire, l’application de l’ordonnance du 21 avril 1944 a suscité des débats et des mobilisations. Dans quelle mesure ces élections permettent-elles d’analyser les opinions des femmes et de vérifier, par exemple, si, comme le craignait le Parti radical, elles ont voté pour les partis conservateurs ? Quant aux élues de 1945-1946, dont on pourra interroger les liens avec les partis politiques, elles n’ont pas encore fait l’objet d’une étude systématique.

L’accès au suffrage et à l’éligibilité va de pair avec la restructuration des organisations féministes au lendemain de l’obtention du droit de vote qui se trouvait au cœur de leurs préoccupations depuis la fin du XIXe siècle. Quelles sont les principales revendications portées par les mouvements féminins et féministes anciens ou issus de la Résistance ? Quelles sont leurs connexions avec les organisations internationales les plus anciennes comme avec celles nouvellement créées ?

                  Droits économiques et sociaux

La Libération est aussi le moment d’une tentative d’égalisation des droits entre les hommes et les femmes. Le préambule de la Constitution de 1946 en garantit le principe. Une série de petits pas se sont succédé dans la période qui mériteraient un recensement et un examen attentif (rapprochement des salaires, suppression de l’abattement des 10 %, ouverture de la carrière diplomatique aux femmes, ouverture du concours de l’ENA, de la magistrature, des jurys, etc.). Au niveau international, la création de l’ONU et, en son sein, de la Commission de la condition de la femme en 1946, constitue également une étape encore mal connue dans la reconnaissance des droits des femmes, de même que la participation de celles-ci à la rédaction de la Déclaration universelle des droits de l’homme.

Normes de genre et représentations

Comment se recomposent les rapports de genre au lendemain du conflit ? La participation des femmes à la Résistance les modifie-t-elle ? De quelle façon l’épuration des collaboratrices participe-t-elle au rétablissement de l’ordre des sexes, après les « troubles dans le genre » constatés durant la guerre ? Pendant que les femmes deviennent des citoyennes à part entière, la résonance politique du pic de répression mérite d’être scrutée. Dans un quotidien affecté par des pénuries et dans un contexte où perdurent les inquiétudes natalistes, il importe également d’apprécier les injonctions de retour au foyer qui pèsent sur les femmes. On pourrait ainsi développer une analyse de genre sur le développement des allocations familiales et la poursuite de l’allocation de salaire unique instituée en 1941. Dans quelle mesure ces dispositifs de protection sociale qui découragent l’emploi des femmes participent-ils à un rétablissement de la domination masculine ?  Quel rôle jouent en outre les femmes dans l’économie du deuil ou du soin dans cette société d’après-guerre encore meurtrie ? En quoi le retour ou l’absence des déportées a-t-elle modifié la distribution des rôles dans les familles ? Alors que le nombre de divorces croît sensiblement en 1945 et 1946, comment sont perçues les femmes divorcées ainsi que les femmes seules ?

Comment le cinéma, la littérature ou la presse et notamment les magazines féminins comme Elle qui commence à paraître en 1945, représentent les rapports de genre à la Libération ? La presse magazine féminine a fait l’objet de travaux portant sur les années 1968, plus rares sont les études sur l’immédiat après-guerre.

Il ne semble pas que le deuxième après-guerre ait donné lieu à de nouvelles « années folles ». La Libération n’a pas été l’occasion, comme l’ont été les années vingt, d’une certaine libération de l’homosexualité et n’a pas remis en cause les normes de genre. Mais dans le domaine des mœurs en son ensemble a-t-elle été aussi conservatrice qu’il y paraît ?

Cette proposition de colloque est ouverte. Les questions évoquées ici n’ont qu’une valeur indicative et n’ont d’autre but que de montrer la richesse potentielle du champ de recherche.

Modalités et calendrier de candidature

Les candidatures doivent être adressées aux trois membres du comité d’organisation, accompagnées d’un argument de 1500/2000 signes, avant le 10 juillet 2024.

Comité d’organisation :

Claire Andrieu, Sciences Po, Paris,

Julie Le Gac, Université de Paris-Nanterre

Fabien Lostec, Université de Rennes 2

claire.andrieu@sciencespo.fr, jlegac@parisnanterre.fr, fabien.lostec@bbox.fr                            

Conseil scientifique :

Stéphane Albertelli, chercheur

Raphaële Balu, Université Paris 1

Christine Bard, Université d’Angers

Pascale Barthélémy, EHESS, Paris

Hanna Diamond, Cardiff University, UK

Camille Fauroux, Université Toulouse Jean Jaurès

Thomas Fontaine, Musée de la Résistance nationale, Champigny

Antoine Grande, Musée de la Résistance et de la Déportation de la Haute-Garonne

Zoé Grumberg, Université du Mans

Laure Humbert, University of Manchester, UK

Catherine Lacour-Astol, chercheure

Elissa Mailänder, Sciences Po, Paris

Claire Miot, Sciences Po Aix

Frédérique Neau-Dufour, chercheure

Renée Poznanski, Université Ben Gourion, Israël

Mary-Louise Roberts, University of Wisconsin-Madison, USA

Fabrice Virgili, CNRS

Sylvie Zaidman. Musée de la Libération de Paris

Format : présentiel

Langue de travail : français et anglais

Bibliographie indicative : voir plus loin

Mots-clés : Femmes – Genre – Libération – Seconde Guerre mondiale – Occupation – France – Empire colonial

Contrat doctoral “Histoire du genre – histoire de l’Europe”, Paris 1 Panthéon-Sorbonne & UMR SIRICE

Date limite de candidature : 12 mai 2024

Dans le cadre de la chaire de professeur junior « Société civile, institutions et coopérations européennes (XIXe – XXIe siècles) », un contrat doctoral est attribué à partir du 1er septembre pour une durée de 3 ans. Le projet de thèse devra s’inscrire dans les travaux de la chaire dont l’objectif premier est de renforcer les approches qui croisent l’histoire du genre et des femmes avec celle des relations européennes et internationales. Les candidat.e.s devront proposer un projet de recherche qui articulera une histoire de l’Europe, des relations internationales et du genre. Il se concentrera notamment sur les acteurs et actrices issu.e.s de la société civile et leurs interactions avec les institutions nationales, régionales ou internationales.

Contact : peter.hallama@univ-paris1.fr

Plus d’informations ici.

Appel à communications – (Ne pas) se dire féministe. France et territoires (post-)coloniaux, XIXe siècle -XXIe siècle

Date : novembre 2024

Lieu : Paris

Date limite pour soumettre une proposition : 30 avril 2024

Si le terme « féminisme » apparaît, en France, en 1872 dans les écrits d’Alexandre Dumas fils pour désigner, péjorativement, « les partisans de l’égalité des sexes comme des hommes ‘‘efféminés’’ », c’est Hubertine Auclert qui se l’approprie en déjouant la stigmatisation du terme (Pavard, Rochefort, Zancarini-Fournel, 2020, p. 6). Depuis, l’identification au(x) féminisme(s) s’est diffusée, comme l’a récemment illustré le mouvement #MeToo, et ses modalités se sont déclinées de diverses manières en fonction des enjeux posés par les contextes politiques, sociaux et historiques, locaux comme internationaux : de féminisme noir ou afroféminisme en passant par féminisme intersectionnel, universaliste, décolonial, transféminisme entre autres, de nombreux termes ont fait leur apparition pour mettre en lumière des identités politiques spécifiques. Derrière des débats terminologiques se jouent des enjeux de catégorisation. D’autres labels, comme post-féministe, néo-féministe, ou féministe (néo)libéral, ont par ailleurs été élaborés, notamment dans les médias et dans le monde de la recherche, pour situer historiquement et politiquement des types d’adhésion à l’idée d’égalité (Banet-Weiser, Gill, Rottenberg, 2020). Ce colloque vise ainsi à interroger les formes et les conditions d’appropriation et de rejet, individuelles et collectives, du féminisme depuis les mouvements en faveur des droits des femmes du XIXe, en France et dans les territoires (post-) coloniaux.

Les questions que nous souhaitons poser interviennent dans un contexte ambivalent, marqué à la fois par une remobilisation des différents pôles de l’espace de la cause des femmes (Bereni 2012) au niveau international et la diffusion de la norme égalitaire, et par l’essor d’un nouveau backlash et de mobilisations anti-féministes. Aussi ce colloque cherchera-t-il à souligner les luttes de définition – d’une part au sein des féminismes et de l’espace de la cause des femmes, d’autre part entre féministes et anti-féministes – qui façonnent la catégorie « féministe » et ses reconfigurations. Il s’agira également d’appréhender la multiplicité des modalités d’identification aux féminismes, en fonction des trajectoires politiques, professionnelles et sociales et des propriétés sociales de celles et ceux qui s’en revendiquent. Pour ce faire, ce colloque croisera l’étude de différents mondes dans lesquels se jouent ces enjeux de définition, de catégorisation et d’identification, en particulier militants, associatifs et politiques, mais aussi institutionnels, médiatiques ou académiques. 

Ancrées dans les différentes disciplines des sciences sociales, les communications présenteront les résultats d’enquêtes et pourront s’inscrire dans l’un ou plusieurs des trois axes suivants.

1. Retour sur la qualification des acteurs et actrices engagé·es pour l’égalité

Dans l’histoire contemporaine, les historiennes des féminismes utilisent l’épithète « féministe », y compris rétroactivement pour désigner « les combats pour l’égalité et la liberté des sexes » face à un antiféminisme « qui récuse cette égalité, y voyant plus ou moins obscurément une menace pour l’ordre d’un monde fondé sur la hiérarchie sexuelle et la domination masculine » (Bard, 1999). Toutefois, certaines ont pointé le risque d’exclusion de mouvements et d’acteurices que comporte la qualification « féministe » (Chaperon, 1997 ; Delap 2020). Pour ne prendre qu’un exemple, c’est le cas de Pascale Barthélémy qui rappelle, au sujet de la Fédération démocratique internationale des femmes (FDIF) fondée dans les années 1940, que « la plupart des femmes ou des associations […] n’emploient pas le terme ‘‘féministe’’, sinon pour s’en démarquer. Elles refusent de se définir comme telles » (Barthélémy, 2022, p. 19). Dans les recherches historiques, mais aussi sociologiques, comment qualifier des enquêté·es engagé·es pour l’égalité qui ne se revendiquent pas féministes ?

Outre les enjeux conceptuels et empiriques que pose l’usage du terme par les chercheur.es, la question se pose aux acteurices étudié.es : depuis le XIXè siècle, des militant·es engagé·es dans des mouvements pour les droits des femmes, de classes populaires en particulier, récusent l’appellation « féministe » et préfèrent par exemple parler de revendications « féminines ». Le rejet du féminisme peut alors refléter l’idée, prégnante dans l’histoire du mouvement ouvrier, selon laquelle les féministes sont des bourgeoises qui divisent la classe ouvrière (Cros, 2021).  Les débats autour de l’identification au féminisme ont animé les mouvements sociaux a fortiori dans les moments où le terme « féminisme » se diffuse plus largement par exemple : faut-il se revendiquer comme féministe ? A quelles conditions ? Sinon, pourquoi ? Comment se positionnent et s’identifient les hommes alliés des droits des femmes (Jacquemart, 2015) ? L’un des enjeux de ce colloque consistera à saisir les contours des positions intermédiaires, saisies dans les pratiques ordinaires et/ou militantes, d’acteurices impliquées dans différents types de mouvements sociaux et dans des espaces sociaux variés.

2. Appropriations différenciées de l’identité féministe

Les conditions sociales qui permettent (ou non) de se dire féministe diffèrent selon les socialisations de classe et de genre, voire nécessitent des ressources, au premier rang desquelles du capital culturel. Le rôle du capital culturel a en particulier été souligné par Aronson (2015). Toutefois, Aronson désignait le fait d’avoir suivi des cursus en Women’s ou Gender Studies, alors que ce sont aussi d’autres formes de capital culturel qui peuvent participer aujourd’hui de l’adhésion au féminisme et qui se diffusent par exemple via des réseaux socio-numériques ou la circulation du pop féminisme (voir Djavadzadeh, 2021 à propos de Beyoncé). En quoi certains espaces de diffusion d’idées et de pratiques féministes, qu’ils s’agissent de l’université, ou des institutions et des associations œuvrant pour les droits des femmes, favorisent l’adhésion ou le rejet du féminisme ? Sans tomber dans une approche enchantée, comment peut-on appréhender, avec les études contemporaines et la prise en compte des effets de #MeToo et du militantisme numérique, les effets des supports culturels et médiatiques ? Par ailleurs, peut-on dire que les jeunes générations s’identifient davantage aux féminismes que les précédentes ? Les approches intergénérationnelles ou transgénérationnelles seront bienvenues, dans une perspective d’analyse des socialisations familiales (Masclet, 2015) ou comparative.

Les travaux sur l’identification féministe portent sur les usages ordinaires (Albenga et Bachmann, 2015 ; Delage, 2015 ; Gallot et Meuret-Campfort, 2015) et militantes (Fourment, 2021, 2022), tout en questionnant l’impact spécifique de certains mondes et de certains marchés sur des appropriations « sélectives » des féminismes, à l’instar des mondes de l’art (David, 2023). La frontière entre appropriations militantes et ordinaires se révèle par ailleurs mouvante, lorsqu’on étudie les trajectoires des acteurices en particulier. Ainsi, Jouët, Niemeyer et Pavard (2017) mettent en évidence la pertinence d’une analyse par cercles concentriques depuis le militantisme jusqu’aux appropriations ordinaires, en se centrant en particulier sur la diffusion numérique des féminismes.

Les identifications aux féminismes dépendent des contextes sociaux et historiques, ainsi que des représentations sociales dominantes du féminisme (Skeggs, 2015) et de ses débats internes (Lépinard et Lieber 2020). Si les qualificatifs et préfixes se sont multipliés pour situer les acteurices les employant dans les différents pôles constituant l’espace de la cause des femmes (Bereni, 2012), d’autres catégories d’identification ont été développées, comme antisexiste, antipatriarcal, etc. Quelles sont les conditions d’apparition et d’usage de ces catégories ? Ces étiquettes prennent par ailleurs des significations différenciées selon les contextes : la réalisation d’enquêtes de terrain sur d’autres pays que celui dont la chercheuse est originaire met à l’épreuve la compréhension entre l’enquêtrice et les personnes qu’elle étudie au sujet du terme même de féminisme. Qu’est-ce que les enquêtes transnationales, ou tout simplement menées dans d’autres contextes nationaux que le nôtre, nous apprennent sur les luttes de définition du féminisme ?

3. Questions méthodologiques et épistémologiques

Dans le champ scientifique, le fait de se dire féministe a amorcé un travail réflexif contribuant à repenser les fondements épistémologiques et méthodologiques des sciences, sociales notamment. La critique féministe des sciences englobe toutefois des démarches épistémologiques et méthodologiques variées, pas toujours conciliables, visant à politiser les savoirs, à les élaborer en relation avec un mouvement collectif et militant, à insister sur le privilège épistémique des opprimé·es, à poser les conditions d’élaboration d’une objectivité forte, ou à mettre en cause les fondements scientifiques de la production de connaissances (voir Puig de la Bellacasa, 2013 ; Clair, 2016) ; elle a également été façonnée par la perspective intersectionnelle (Hill Collins, 2016).

La qualification de recherches ou de chercheur.euses comme étant « féministes » peut par ailleurs être un moyen de mettre en doute la validité d’un dispositif méthodologique et épistémologique. Une telle logique de disqualification n’est toutefois pas nouvelle. Souvenons-nous par exemple des tentatives de délégitimation lancées sur l’ENVEFF (Enquête nationale sur les violences envers les femmes en France, 2000) à la suite de la parution de ses premiers résultats. La panique morale autour de la « théorie du genre », qui a pris une forme renouvelée avec la circulation de la catégorie du « wokisme », a non seulement des effets dans le monde médiatique et politique, mais contribue à forger une logique de suspicion dans un champ scientifique transformé par la légitimation croissante des outils issus des études de genre et intersectionnelles (Garbagnoli, Prearo, 2017).

Cet axe invite à interroger les effets scientifiques et politiques de l’adhésion au féminisme et de sa (dis)qualification sur la production de connaissances, non seulement dans le champ scientifique mais également sur les terrains d’enquête. Dorothy Smith (2018) a par exemple proposé de produire une ethnographie qu’elle qualifie de féministe, consistant à intégrer les expériences minoritaires dans les enquêtes de terrain. Quels seraient les fondements, en termes de pratiques et d’objets de recherche, d’une méthodologie féministe dans un contexte de plus grande inclusion des expériences minoritaires dans la production de savoirs ? En outre, lorsqu’on étudie des acteurices contribuant à promouvoir l’égalité (militant·es, associations, fémocrates, politiques), quels sont les effets de l’identification au féminisme, ou de sa mise à distance, par le/la chercheur·e sur le terrain?  

Les résumés de communication de 3000 signes devront présenter la problématique, la méthode et les résultats. Ils seront à envoyer à valbenga@yahoo.frPauline.delage@cnrs.fr ; fanny.gallot@gmail.com avant le 30 avril 2024. Le colloque aura lieu en novembre 2024, à Paris.

Comité d’organisation :

Viviane Albenga (Université Bordeaux Montaigne, MICA, IUF) ; Pauline Delage (CNRS, CRESPPA-CSU) ; Fanny Gallot (Université Paris Est Créteil, CRHEC)

Comité scientifique :

Viviane Albenga, Université Bordeaux Montaigne, MICA, IUF

Pascale Barthélémy, ENS Lyon, LAHRA

Laetitia Biscarrat, Université Côte d’Azur, LIRCES

Maud Bracke, Université de Glagow

Isabelle Clair, CNRS, IRIS

Pauline Clochec, Université de Picardie, CURAPP

Emmanuelle David, IEP Bordeaux, LAM

Pauline Delage, CNRS, CRESPPA-CSU

Magali Della Sudda, CNRS, Centre Emile Durkheim

Fanny Gallot, UPEC, CRHEC

Alban Jacquemart, Université Paris Dauphine, IRISSO

Houria Kebabza, Université Toulouse II

Camille Masclet, CNRS, CESSP

Florence Rochefort, CNRS, GSRL

Michelle Zancarini-Fournel, Université Claude Bernard Lyon I, LAHRA

Appel à communication – Colloque “Les chemins de l’émancipation ? Les femmes dans les mondes ruraux en France aux XIXe et XXe siècles”

Date : 16-18 octobre 2024

Lieu : Maison des Sciences de l’Homme en Bretagne, Rennes

Date limite pour soumettre une proposition : 15 mars 2024

Ce colloque souhaite aborder une thématique peu présente dans les travaux des historiens et historiennes : les situations et expériences des femmes dans les mondes ruraux en France à l’époque contemporaine (XIXe-XXe siècles). Il s’agit de nourrir de façon plus soutenue le dialogue entre histoire rurale et histoire des femmes et du genre, d’éclairer de façon renouvelée la place des femmes dans les campagnes, sans les réduire à leur rôle à la ferme. Nous suivrons plusieurs pistes : l’histoire du travail féminin dans sa diversité (âge, occupations, origines géographiques), l’histoire des vies domestiques et « privées » et des sociabilités au village, sans oublier la question des engagements et des vecteurs de politisation au féminin (activités syndicales, associations), ou encore l’histoire des représentations des figures féminines (la « paysanne », la « matrone », la « domestique de ferme »). Si le colloque s’adresse en priorité aux historiens et aux historiennes, il est ouvert aux autres sciences sociales.

Plus d’informations ici.

Appel à articles : Mains invisibles, revue sur les femmes créatrices (XIVe-XVIIIe s.), premier numéro

Date limite pour soumettre une proposition : 30 avril 2024

La revue Les Mains Invisibles naît de la nécessité de redonner aux créatrices de la période moderne (qu’elles soient écrivaines, traductrices, éditrices, philosophes, artistes, architectes, scientifiques, compositrices, musiciennes, comédiennes…) la visibilité qu’elles avaient à leur époque, et ont perdu au fil des siècles en raison d’un processus, aujourd’hui bien connu, d’invisibilisation historiographique. La mise en valeur de ces femmes et de leur œuvre, que l’on « redécouvre » depuis quelques décennies, permettra de rétablir une vision plus juste de la réalité du passé du point de vue historique, social, culturel, littéraire et artistique, tordant ainsi le cou au lieu commun trop répandu d’un monde sans femmes ou, du moins, sans femmes sur le devant de la scène, cantonnées à un rôle mineur d’assistantes et de reproductrices. Comme l’affirme Martine Reid dans la préface du premier volume de Femmes et littérature. Une histoire culturelle, « il est temps que la critique et l’histoire littéraire, abandonnant ignorance et préjugés, acceptent ce radical changement d’optique, et poussent à son terme cette révolution herméneutique. Il en va de leur justesse, de leur crédibilité, de leur légitimité ».

Plus d’informations ici.