Archives par mot-clé : histoire du genre

Appel à communications – Université d’automne de l’homosexualité

Date : 10-12 octobre 2024

Lieu : Nice

Date limite pour soumettre une proposition : 31 mai 2024

Organisée par l’association S2H – Société d’Histoire de l’Homosexualité

Présidée par Ghislain Graziani – Docteur en Histoire contemporaine (Université Paris-Cité/Università di Bologna)

« Etudes sur l’homosexualité »

Appel à communications

***

L’association S2H organise la première édition de l’Université d’Automne de l’Homosexualité du 10 au 12 octobre 2024 à Nice. Fondée en novembre 2023, l’association a notamment pour but de promouvoir les études et les recherches scientifiques liées à l’histoire de l’homosexualité.

Dans cette optique, l’association se propose d’organiser un évènement scientifique ayant pour thème les « Etudes sur l’homosexualité » ouvert à toutes les jeunes chercheuses et chercheurs, doctorantes et doctorants, post-doctorantes et post-doctorants, travaillant sur ce thème et ce quels que soient leur champ disciplinaire, leur période historique, leur aire géographique ou culturelle, permettant ainsi dès cette première édition de rassembler le plus grand nombre et la plus grande diversité. Ainsi comme un appel à varia nous souhaitons offrir à chacune et chacun la possibilité d’exposer ses problématiques et ses travaux ayant avant tout pour ambition de favoriser la visibilité de ces recherches.

***

Notre démarche vise à renforcer les recherches sur le thème de l’homosexualité et à créer un pôle de référence pour les chercheuses et chercheurs leur offrant ainsi un espace d’expression, de dialogue et de liberté. Notre ambition est de contribuer au décloisonnement d’un objet d’étude pluriel qui, en dépit d’une richesse accrue au sein des études de genre et sur la sexualité en France, semble, dans une large mesure, y demeurer périphérique et non pas central. Notre réflexion s’inscrit donc dans une appréhension multidimensionnelle des discours, des pratiques et des représentations dans toute leur diversité telle qu’elle se manifeste dans de nombreux travaux récents.

Dans cette optique, c’est un dialogue résolument pluridisciplinaire que nous souhaitons instaurer ; en conviant toutes les disciplines qui se sont de près ou de loin penchées sur le thème que nous avons privilégié. Ainsi, la mobilisation et la diversité d’approches méthodologiques ne pourront s’avérer qu’enrichissantes.

Nous souhaitons que cet objet d’étude de tout évidence multiple continue à profiter d’un élargissement – théorique et empirique – tout aussi multiple : en termes de méthodologie, en terme d’aires géographiques et culturelles, en termes de périodes historiques. Dans le contexte actuel, notre volonté de promouvoir ce thème de recherche dans une démarche pluridisciplinaire s’apparente à une forme de résistance. Il nous paraît en effet essentiel, au travers de cette Université d’automne, de défendre les études de genre, les études liées aux sexualités, de participer à leur diffusion, de mettre en avant le travail de jeunes chercheuses et chercheurs et d’affirmer la légitimité de ces études.

Pour ce faire, nous souhaitons créer les conditions d’un réel rendez-vous scientifique ouvert sur la société et ayant pour but de combler un manque. Nous avons en effet constaté que les jeunes chercheuses et chercheurs travaillant sur les études liées aux sexualités, aux identités de sexe ou au genre ont souvent le sentiment d’être isolés. Nous avons donc pour ambition de les rassembler et de leur ouvrir un espace dédié permettant de confronter leurs méthodes et leurs pratiques scientifiques et de créer une émulation intellectuelle.

Nous voulons, au travers de cette Université d’automne, engager un mouvement qui a pour but de fédérer autour d’un rendez-vous scientifique annuel les jeunes chercheuses et chercheurs.

Les propositions de communication (300-500 mots) ainsi qu’une courte notice biographique devront être envoyées au plus tard le vendredi 31 mai 2024 (inclus) par courriel au format .pdf à l’adresse suivante : universiteautomnehomosexualite@outlook.com

Contrat doctoral “Histoire du genre – histoire de l’Europe”, Paris 1 Panthéon-Sorbonne & UMR SIRICE

Date limite de candidature : 12 mai 2024

Dans le cadre de la chaire de professeur junior « Société civile, institutions et coopérations européennes (XIXe – XXIe siècles) », un contrat doctoral est attribué à partir du 1er septembre pour une durée de 3 ans. Le projet de thèse devra s’inscrire dans les travaux de la chaire dont l’objectif premier est de renforcer les approches qui croisent l’histoire du genre et des femmes avec celle des relations européennes et internationales. Les candidat.e.s devront proposer un projet de recherche qui articulera une histoire de l’Europe, des relations internationales et du genre. Il se concentrera notamment sur les acteurs et actrices issu.e.s de la société civile et leurs interactions avec les institutions nationales, régionales ou internationales.

Contact : peter.hallama@univ-paris1.fr

Plus d’informations ici.

Appel à communications – (Ne pas) se dire féministe. France et territoires (post-)coloniaux, XIXe siècle -XXIe siècle

Date : novembre 2024

Lieu : Paris

Date limite pour soumettre une proposition : 30 avril 2024

Si le terme « féminisme » apparaît, en France, en 1872 dans les écrits d’Alexandre Dumas fils pour désigner, péjorativement, « les partisans de l’égalité des sexes comme des hommes ‘‘efféminés’’ », c’est Hubertine Auclert qui se l’approprie en déjouant la stigmatisation du terme (Pavard, Rochefort, Zancarini-Fournel, 2020, p. 6). Depuis, l’identification au(x) féminisme(s) s’est diffusée, comme l’a récemment illustré le mouvement #MeToo, et ses modalités se sont déclinées de diverses manières en fonction des enjeux posés par les contextes politiques, sociaux et historiques, locaux comme internationaux : de féminisme noir ou afroféminisme en passant par féminisme intersectionnel, universaliste, décolonial, transféminisme entre autres, de nombreux termes ont fait leur apparition pour mettre en lumière des identités politiques spécifiques. Derrière des débats terminologiques se jouent des enjeux de catégorisation. D’autres labels, comme post-féministe, néo-féministe, ou féministe (néo)libéral, ont par ailleurs été élaborés, notamment dans les médias et dans le monde de la recherche, pour situer historiquement et politiquement des types d’adhésion à l’idée d’égalité (Banet-Weiser, Gill, Rottenberg, 2020). Ce colloque vise ainsi à interroger les formes et les conditions d’appropriation et de rejet, individuelles et collectives, du féminisme depuis les mouvements en faveur des droits des femmes du XIXe, en France et dans les territoires (post-) coloniaux.

Les questions que nous souhaitons poser interviennent dans un contexte ambivalent, marqué à la fois par une remobilisation des différents pôles de l’espace de la cause des femmes (Bereni 2012) au niveau international et la diffusion de la norme égalitaire, et par l’essor d’un nouveau backlash et de mobilisations anti-féministes. Aussi ce colloque cherchera-t-il à souligner les luttes de définition – d’une part au sein des féminismes et de l’espace de la cause des femmes, d’autre part entre féministes et anti-féministes – qui façonnent la catégorie « féministe » et ses reconfigurations. Il s’agira également d’appréhender la multiplicité des modalités d’identification aux féminismes, en fonction des trajectoires politiques, professionnelles et sociales et des propriétés sociales de celles et ceux qui s’en revendiquent. Pour ce faire, ce colloque croisera l’étude de différents mondes dans lesquels se jouent ces enjeux de définition, de catégorisation et d’identification, en particulier militants, associatifs et politiques, mais aussi institutionnels, médiatiques ou académiques. 

Ancrées dans les différentes disciplines des sciences sociales, les communications présenteront les résultats d’enquêtes et pourront s’inscrire dans l’un ou plusieurs des trois axes suivants.

1. Retour sur la qualification des acteurs et actrices engagé·es pour l’égalité

Dans l’histoire contemporaine, les historiennes des féminismes utilisent l’épithète « féministe », y compris rétroactivement pour désigner « les combats pour l’égalité et la liberté des sexes » face à un antiféminisme « qui récuse cette égalité, y voyant plus ou moins obscurément une menace pour l’ordre d’un monde fondé sur la hiérarchie sexuelle et la domination masculine » (Bard, 1999). Toutefois, certaines ont pointé le risque d’exclusion de mouvements et d’acteurices que comporte la qualification « féministe » (Chaperon, 1997 ; Delap 2020). Pour ne prendre qu’un exemple, c’est le cas de Pascale Barthélémy qui rappelle, au sujet de la Fédération démocratique internationale des femmes (FDIF) fondée dans les années 1940, que « la plupart des femmes ou des associations […] n’emploient pas le terme ‘‘féministe’’, sinon pour s’en démarquer. Elles refusent de se définir comme telles » (Barthélémy, 2022, p. 19). Dans les recherches historiques, mais aussi sociologiques, comment qualifier des enquêté·es engagé·es pour l’égalité qui ne se revendiquent pas féministes ?

Outre les enjeux conceptuels et empiriques que pose l’usage du terme par les chercheur.es, la question se pose aux acteurices étudié.es : depuis le XIXè siècle, des militant·es engagé·es dans des mouvements pour les droits des femmes, de classes populaires en particulier, récusent l’appellation « féministe » et préfèrent par exemple parler de revendications « féminines ». Le rejet du féminisme peut alors refléter l’idée, prégnante dans l’histoire du mouvement ouvrier, selon laquelle les féministes sont des bourgeoises qui divisent la classe ouvrière (Cros, 2021).  Les débats autour de l’identification au féminisme ont animé les mouvements sociaux a fortiori dans les moments où le terme « féminisme » se diffuse plus largement par exemple : faut-il se revendiquer comme féministe ? A quelles conditions ? Sinon, pourquoi ? Comment se positionnent et s’identifient les hommes alliés des droits des femmes (Jacquemart, 2015) ? L’un des enjeux de ce colloque consistera à saisir les contours des positions intermédiaires, saisies dans les pratiques ordinaires et/ou militantes, d’acteurices impliquées dans différents types de mouvements sociaux et dans des espaces sociaux variés.

2. Appropriations différenciées de l’identité féministe

Les conditions sociales qui permettent (ou non) de se dire féministe diffèrent selon les socialisations de classe et de genre, voire nécessitent des ressources, au premier rang desquelles du capital culturel. Le rôle du capital culturel a en particulier été souligné par Aronson (2015). Toutefois, Aronson désignait le fait d’avoir suivi des cursus en Women’s ou Gender Studies, alors que ce sont aussi d’autres formes de capital culturel qui peuvent participer aujourd’hui de l’adhésion au féminisme et qui se diffusent par exemple via des réseaux socio-numériques ou la circulation du pop féminisme (voir Djavadzadeh, 2021 à propos de Beyoncé). En quoi certains espaces de diffusion d’idées et de pratiques féministes, qu’ils s’agissent de l’université, ou des institutions et des associations œuvrant pour les droits des femmes, favorisent l’adhésion ou le rejet du féminisme ? Sans tomber dans une approche enchantée, comment peut-on appréhender, avec les études contemporaines et la prise en compte des effets de #MeToo et du militantisme numérique, les effets des supports culturels et médiatiques ? Par ailleurs, peut-on dire que les jeunes générations s’identifient davantage aux féminismes que les précédentes ? Les approches intergénérationnelles ou transgénérationnelles seront bienvenues, dans une perspective d’analyse des socialisations familiales (Masclet, 2015) ou comparative.

Les travaux sur l’identification féministe portent sur les usages ordinaires (Albenga et Bachmann, 2015 ; Delage, 2015 ; Gallot et Meuret-Campfort, 2015) et militantes (Fourment, 2021, 2022), tout en questionnant l’impact spécifique de certains mondes et de certains marchés sur des appropriations « sélectives » des féminismes, à l’instar des mondes de l’art (David, 2023). La frontière entre appropriations militantes et ordinaires se révèle par ailleurs mouvante, lorsqu’on étudie les trajectoires des acteurices en particulier. Ainsi, Jouët, Niemeyer et Pavard (2017) mettent en évidence la pertinence d’une analyse par cercles concentriques depuis le militantisme jusqu’aux appropriations ordinaires, en se centrant en particulier sur la diffusion numérique des féminismes.

Les identifications aux féminismes dépendent des contextes sociaux et historiques, ainsi que des représentations sociales dominantes du féminisme (Skeggs, 2015) et de ses débats internes (Lépinard et Lieber 2020). Si les qualificatifs et préfixes se sont multipliés pour situer les acteurices les employant dans les différents pôles constituant l’espace de la cause des femmes (Bereni, 2012), d’autres catégories d’identification ont été développées, comme antisexiste, antipatriarcal, etc. Quelles sont les conditions d’apparition et d’usage de ces catégories ? Ces étiquettes prennent par ailleurs des significations différenciées selon les contextes : la réalisation d’enquêtes de terrain sur d’autres pays que celui dont la chercheuse est originaire met à l’épreuve la compréhension entre l’enquêtrice et les personnes qu’elle étudie au sujet du terme même de féminisme. Qu’est-ce que les enquêtes transnationales, ou tout simplement menées dans d’autres contextes nationaux que le nôtre, nous apprennent sur les luttes de définition du féminisme ?

3. Questions méthodologiques et épistémologiques

Dans le champ scientifique, le fait de se dire féministe a amorcé un travail réflexif contribuant à repenser les fondements épistémologiques et méthodologiques des sciences, sociales notamment. La critique féministe des sciences englobe toutefois des démarches épistémologiques et méthodologiques variées, pas toujours conciliables, visant à politiser les savoirs, à les élaborer en relation avec un mouvement collectif et militant, à insister sur le privilège épistémique des opprimé·es, à poser les conditions d’élaboration d’une objectivité forte, ou à mettre en cause les fondements scientifiques de la production de connaissances (voir Puig de la Bellacasa, 2013 ; Clair, 2016) ; elle a également été façonnée par la perspective intersectionnelle (Hill Collins, 2016).

La qualification de recherches ou de chercheur.euses comme étant « féministes » peut par ailleurs être un moyen de mettre en doute la validité d’un dispositif méthodologique et épistémologique. Une telle logique de disqualification n’est toutefois pas nouvelle. Souvenons-nous par exemple des tentatives de délégitimation lancées sur l’ENVEFF (Enquête nationale sur les violences envers les femmes en France, 2000) à la suite de la parution de ses premiers résultats. La panique morale autour de la « théorie du genre », qui a pris une forme renouvelée avec la circulation de la catégorie du « wokisme », a non seulement des effets dans le monde médiatique et politique, mais contribue à forger une logique de suspicion dans un champ scientifique transformé par la légitimation croissante des outils issus des études de genre et intersectionnelles (Garbagnoli, Prearo, 2017).

Cet axe invite à interroger les effets scientifiques et politiques de l’adhésion au féminisme et de sa (dis)qualification sur la production de connaissances, non seulement dans le champ scientifique mais également sur les terrains d’enquête. Dorothy Smith (2018) a par exemple proposé de produire une ethnographie qu’elle qualifie de féministe, consistant à intégrer les expériences minoritaires dans les enquêtes de terrain. Quels seraient les fondements, en termes de pratiques et d’objets de recherche, d’une méthodologie féministe dans un contexte de plus grande inclusion des expériences minoritaires dans la production de savoirs ? En outre, lorsqu’on étudie des acteurices contribuant à promouvoir l’égalité (militant·es, associations, fémocrates, politiques), quels sont les effets de l’identification au féminisme, ou de sa mise à distance, par le/la chercheur·e sur le terrain?  

Les résumés de communication de 3000 signes devront présenter la problématique, la méthode et les résultats. Ils seront à envoyer à valbenga@yahoo.frPauline.delage@cnrs.fr ; fanny.gallot@gmail.com avant le 30 avril 2024. Le colloque aura lieu en novembre 2024, à Paris.

Comité d’organisation :

Viviane Albenga (Université Bordeaux Montaigne, MICA, IUF) ; Pauline Delage (CNRS, CRESPPA-CSU) ; Fanny Gallot (Université Paris Est Créteil, CRHEC)

Comité scientifique :

Viviane Albenga, Université Bordeaux Montaigne, MICA, IUF

Pascale Barthélémy, ENS Lyon, LAHRA

Laetitia Biscarrat, Université Côte d’Azur, LIRCES

Maud Bracke, Université de Glagow

Isabelle Clair, CNRS, IRIS

Pauline Clochec, Université de Picardie, CURAPP

Emmanuelle David, IEP Bordeaux, LAM

Pauline Delage, CNRS, CRESPPA-CSU

Magali Della Sudda, CNRS, Centre Emile Durkheim

Fanny Gallot, UPEC, CRHEC

Alban Jacquemart, Université Paris Dauphine, IRISSO

Houria Kebabza, Université Toulouse II

Camille Masclet, CNRS, CESSP

Florence Rochefort, CNRS, GSRL

Michelle Zancarini-Fournel, Université Claude Bernard Lyon I, LAHRA

Appel à communication – Colloque “Les chemins de l’émancipation ? Les femmes dans les mondes ruraux en France aux XIXe et XXe siècles”

Date : 16-18 octobre 2024

Lieu : Maison des Sciences de l’Homme en Bretagne, Rennes

Date limite pour soumettre une proposition : 15 mars 2024

Ce colloque souhaite aborder une thématique peu présente dans les travaux des historiens et historiennes : les situations et expériences des femmes dans les mondes ruraux en France à l’époque contemporaine (XIXe-XXe siècles). Il s’agit de nourrir de façon plus soutenue le dialogue entre histoire rurale et histoire des femmes et du genre, d’éclairer de façon renouvelée la place des femmes dans les campagnes, sans les réduire à leur rôle à la ferme. Nous suivrons plusieurs pistes : l’histoire du travail féminin dans sa diversité (âge, occupations, origines géographiques), l’histoire des vies domestiques et « privées » et des sociabilités au village, sans oublier la question des engagements et des vecteurs de politisation au féminin (activités syndicales, associations), ou encore l’histoire des représentations des figures féminines (la « paysanne », la « matrone », la « domestique de ferme »). Si le colloque s’adresse en priorité aux historiens et aux historiennes, il est ouvert aux autres sciences sociales.

Plus d’informations ici.

Appel à candidatures – école doctorale d’été en études de genre «BruLau – édition Cité du Genre»

Lieu : Station d’écologie forestière, université Paris-Cité

Date : 10-13 juin 2024

Date limite pour candidater : 5 février 2024 11h

Le BruLau est l’école doctorale internationale francophone d’été en études genre, créées par le Centre d’Études Genre (CEG) de l’Université de Lausanne (UNIL) et la Structure de recherche interdisciplinaire sur le genre, l’égalité et la sexualité (STRIGES) de l’Université libre de Bruxelles (ULB). En 2024, la collaboration s’élargit à la Cité du Genre (Université Paris Cité) et à l’Université Aix-Marseille pour une école d’été qui se tiendra du 10 au 13 juin 2024.

S’adressant aux doctorant·e·s de toutes les disciplines souhaitant renforcer leur formation en études genre, le BruLau offre quatre jours de formation interdisciplinaire, interactive et personnalisée avec des enseignant·e·s reconnu·e·s internationalement. Il offre un encadrement adapté tant aux doctorant·e·s au début de leur formation qu’à celles et ceux plus avancé·e·s dans leur démarche de recherche. Les activités se déroulent en français et se déclinent en quatre formats : des conférences et table-ronde, des ateliers de recherche, des séances de mentorat « en tête à tête » et des sessions professionnelles et méthodologiques.

Plus d’informations ici.

Appel à communications – École d’été Genre Grand-Sud

Lieu : université de Toulouse

Date : juin 2024

Date limite pour soumettre une proposition : 28 février 2024

Présentation générale :

Coordonnée par Sylvie Chaperon (PR Toulouse 2, FRAMESPA UMR 5136), Manuela Martini (PRLyon 2, LARHRA-UMR 5190) et Anne Montenach (PR Aix-Marseille TELEMMe UMR 7303),
l’École d’été Genre Grand Sud organise tous les deux ans une école d’été doctorale prise en charge par l’un des trois établissements partenaires. Le but à moyen terme est de compenser un déséquilibre dans la formation et l’attractivité entre les universités de régions et les universités franciliennes qui bénéficient d’une offre plus importante de séminaires en histoire du genre.

La première édition se déroulera à Toulouse au printemps 2024 sur le thème « Sexualités réprouvées, sexualités revendiquées : expériences, discours, mobilisations ».

La formation doctorale alternera conférences de spécialistes reconnu·es et ateliers collectifs participatifs. Les aspects méthodologiques (corpus de sources, enquête orale, micro-histoire, etc.) et épistémologiques(usages des concepts) seront privilégiés.
Calendrier :
15 décembre : diffusion de l’appel à candidature
28 février : clôture des candidatures
30 mars : communication des résultats
24-28 juin : déroulement de l’école d’été

Modalités de candidature :Les étudiant·es diplômé·es de Master 2 ayant un projet de thèse, les doctorant·es et les post-doctorant·es peuvent candidater. L’école d’été est ouverte aux historien·nes et historien·nes de l’Art, aussi bien qu’aux sociologues, anthropologues, littéraires et philosophes développant une forte approche historique. La candidature comprend un CV (2 pages) et une présentation de la recherche en cours : projet de thèse, thèse, recherche post-doctorale (2 pages). Ces éléments sont à envoyer avant le 28 février à l’adresse suivante : edgrandsud@univ-tlse2.fr.

Prise en charge : L’école d’été commencera le lundi 24 juin après-midi et se terminera le vendredi 28 juin en fin de matinée.L’hébergement et les repas seront pris en charge par l’école d’été, mais pas les transports.
Comité d’organisation :
– Sylvie Chaperon (PR Toulouse 2)
– Camille Fauroux (MC Toulouse 2)
– Corto Le Perron (Doctorant EHESS – Toulouse 2)
– Manuela Martini (PR Lyon 2)
– Anne Montenach (PR Aix-Marseille)
– Camille Morin-Delaurière (Doctorante Toulouse 2 – Université de Montréal)
– Mathias Quéré (Post-doctorant Toulouse 2 − Paris Cité)
– Sylvie Chaperon (PR Toulouse 2)

– Julie Doyon (MC Lyon 2)

Comité scientifique (en cours d’élaboration) :- Ilana Eloit (Professeure assistante, Université de Genève)
– Camille Fauroux (MC Toulouse 2)
– Julian Jackson (Professeur émérite, Queen Mary University)
– Clovis Maillet (Enseignant, ESAD Angers)
– Delphine Peiretti-Courtis (PRAG, Université Aix-Marseille
– Massimo Prearo (Chercheur, Université de Vérone)
– Mathias Quéré (Post-doctorant Toulouse 2 − Paris Cité)
– Florence Tamagne (MC Lille)

Argumentaire :

« Sexualités réprouvées, sexualités revendiquées : expériences, discours, mobilisations (XVIe-XXe) »

En France comme ailleurs, l’histoire de la sexualité s’est déployée depuis les années 1970 et s’est d’abord penchée sur les sexualités déviantes, illicites ou marginales (Chaperon 2002 ; Corbin 2003 ; Rebreyend 2005). Condamnées et encadrées par les autorités religieuses ou médicales ; plus étroitement surveillées ou réprimées par la police et la justice ; elles ont donné lieu à une masse de sources importantes. Ces pratiques sexuelles ont d’abord été désignées comme des péchés « de luxure » ou « contre nature » condamnés par l’Église, avant d’être sécularisés et reformulés au XIXe siècle. La médecine prend alors le relais du clergé, tandis que le nouveau code pénal en dépénalise certains comme la sodomie, la bestialité, la prostitution on encore l’inceste (Giuliani 2014 ; Ambroise-Rendu 2014). Mais les mesures policières, réglementaires ou médicales assurent un étroit quadrillage des populations et des pratiques minoritaires tout au long du XIXe et d’une partie du XXe siècle.

D’une manière générale, les veines historiographiques anciennement développées ont continué d’intéresser les recherches. L’histoire de la prostitution, étudiée dès les années 1970 ou 1980 par Alain Corbin (1978) et Erica-Maria Benabou (1987) a été élargie au contexte colonial (Taraud 2003) et réinvestie par Lola Gonzalez Quijano (2015), qui l’a reliée à l’essor des loisirs masculins ou par Clyde Plumauzille (2016), qui l’a explorée dans la période révolutionnaire. Après de nombreux ouvrages (Stengers et Van Neck 1984 ; Laqueur 2005), l’histoire de la masturbation a quant à elle été reprise par le bas, grâce aux consultations épistolaires d’Auguste Tissot (Singy 2014) ou d’Auguste Forel (Garibian 2018) ou des journaux intimes. Récemment aussi, la psychopathologie sexuelle et l’invention des perversions au tournant du XIXe et XXe siècle ont attiré les recherches, renouvelant les publications pionnières de Michel Foucault (Foucault 1976) et de Georges Lanteri-Laura (1979). Ainsi des dernières recherches de Sylvie Chaperon (2007) et de Julie Mazaleigue Labaste (2014).

Les études gays et lesbiennes – telle était leur première appellation − se sont déployées en France dès le tournant des années 1980 hors du monde académique, grâce aux recherches menées par les militant ·es (Wittig 1980 ; Girard 1981 ; Martel 1996). Elles ont ensuite intégré l’université depuis les années 1990 dans le contexte de l’épidémie du sida (Tamagne 2007 ; Murat 2007 ; Revenin 2007). Ces études, désormais LGBTI+, ont connu un fort renouvellement et enrichissement ces dernières années, poussant l’histoire des personnes, expériences, discours, représentations et mouvements LGBTI+ vers une interdisciplinarité qui s’est révélée féconde. Elle a participé à dépasser le tropisme parisien pour inclure d’autres villes et régions (Idier 2012 ; Quéré 2019 ; Comer et al. 2023), déplaçant la focale sur les mises en réseau et l’ancrage territorial des luttes et expériences minoritaires. L’approche spatiale a aussi permis de remettre en cause le mythe de la fuite vers la grande ville ou la capitale (Merrick et Sibalis 2001 ; Leroy 2005 ; Blidon 2008).
C’est en particulier l’étude des mobilisations et des militant·es LGBTI+ qui a contribué à donner un

nouveau souffle à l’écriture de ces histoires aux XXe et XXIe siècles. Elle a suscité des travaux renouvelant les premières synthèses et redonnant notamment toute sa place au mouvement lesbien (Bouvard, Eloit et Quéré 2023). Les recherches abordent un temps long (Prearo 2014 ; Calwood 2017), ou les années 1968 (Eloit 2020 ; Quéré 2022), un groupe particulier (Jackson 2009 ; Sibalis 2010 ; 2013), ou une figure du mouvement (Idier 2017). Enfin, alors que les discours et les politiques de l’homosexualité sont profondément traversées par la question coloniale (Blanchard 2008 ; 2012 ; Shepard 2017), des recherches ont permis de documenter l’histoire de mobilisations lesbiennes contre le racisme (post)colonial (Bacchetta 2019 ; Provitola 2019). En parallèle, toute une littérature s’est concentrée sur l’envers de ces vies et pratiques, en particulier la répression policière et judiciaire de l’homosexualité. Grâce à cette littérature, on connaît désormais la nature de ces résistances de l’ordre hétérosexuel tant pour l’époque moderne (Pastorello 2011), qu’au XIXe siècle (Tamagne 2000 ; Revenin 2005), au début du XXe siècle (Jaouen 2018), pendant la Seconde Guerre mondiale (Schlagdenhauffen, Le Gac, et Virgili 2017) ou même à l’heure de l’amendement Mirguet et de l’homosexualité comme « fléau social » (Idier 2013 ; Gauthier et Schlagdenhauffen 2019).

Malgré cette richesse, le spectre LGBT+ n’est pas représenté également dans ces recherches et des pans entiers sont encore à investiguer, en particulier en France – d’autres traditions académiques, comme au Canada ou au Royaume-Uni, ayant entrepris ce chantier depuis plus longtemps. La bisexualité reste ainsi très peu abordée (Deschamps 2002). Les recherches sur les personnes et les mobilisations trans, après des premiers travaux isolés (Foerster 2012), et des contributions importantes sur d’autres périodes (Maillet 2020), trouvent un nouvel essor avec une jeune génération de chercheur·es dont les travaux restent à publier. Plusieurs enquêtes ont également retracé l’histoire de l’hermaphrodisme au XIXe siècle (Houbre 2011 ; 2020 ; Salle 2017) tandis Michal Raz (2023) étudie la gestion médicale de l’intersexuation depuis les années 1950 et son lien avec l’émergence d’un mouvement intersexe. C’est enfin du côté des sources exploitées que des horizons s’ouvrent et que d’autres restent à inventer. Les représentations littéraires des sexualités déviantes sont assez négligées alors même qu’elles permettent une forme d’expression très riche. C’est surtout du côté lesbien qu’elles ont été sollicitées tant pour le XIXe siècle (Benstock 1987 ; Albert 2005) que le XXe siècle (Turbiau et al. 2022 ; Antolin 2023). Plus largement, c’est tout un rapport repensé aux archives qui préside à la réalisation d’une partie des travaux, revendiquant parfois un investissement individuel et un positionnement situé (Eloit 2018), se plaçant de plus en plus dans une approche communautaire de la production archivistique (Gérardin-Laverge, Guaresi, et Abbou 2021 ; Vanehuin 2022 ; Chantraine 2023).
Le champ des sexualités réprouvées et minoritaires est vaste et demeure riche de promesses.

Conscient·es de cela, et afin de ne pas élargir trop le périmètre thématique, on laissera de côté les pratiques d’évitement des naissances (onanisme conjugal, coït interrompu, contraception, avortement), de même que les violences sexuelles (viols, attentats à la pudeur, agression, harcèlement) qui donneront lieu à de prochaines éditions.


Références citées :
Albert, Nicole. 2005. Saphisme et décadence dans l’Europe fin de siècle. Paris: La Martinière.
Ambroise-Rendu, Anne-Claude. 2014. Histoire de la pédophilie, XIXe-XXIe siècle. Paris: Fayard.
Antolin, Alexandre. 2023. Une censure éditoriale : Ravages de Violette Leduc. Lyon: Presses Universitaires de Lyon.
Bacchetta, Paola. 2019. « Groupe Du 6 Novembre : Lesbiennes Issues Du Colonialisme, de l’esclavage et de l’immigration ». In Global Encyclopedia of Lesbian, Gay, Bisexual, Transgender,
and Queer (LGBTQ) History, édité par Howard Chiang.
Benabou, Erica-Marie. 1987. La prostitution et la police des moeurs au XVIIIe siècle. Paris: Perrin.
Benstock, Shari. 1987. Femmes de la rive gauche. Paris 1900-1940. Paris: Des femmes.
Blanchard, Emmanuel. 2008. « Le mauvais genre des Algériens. Des hommes sans femme face au virilisme policier dans le Paris d’après-guerre ». Clio. Histoire, femmes et sociétés 27 (1):
209-24.
———. 2012. « Des Algériens dans le “Paris Gay”. Frontières raciales et sexualités entre hommes sous le regard policier ». In Politique et administration du genre en migration. Mondes Atlantiques, XIXe-XXe siècles, édité par (dir.) Rygiel Ph., 157-74.
Blidon, Marianne. 2008. « Jalons pour une géographie des homosexualités ». L’Espace géographique 37 (2): 175-89.
Bouvard, Hugo, Ilana Eloit, et Mathias Quéré. 2023. Lesbiennes, pédés, arrêtons de raser les murs. Luttes et débats des mouvements lesbiens et homosexuels. La Dispute.
Calwood, Dan. 2017. « Re-evaluating the French Gay Liberation Moment 1968-1983 ». University of London.
Chantraine, Renaud. 2023. « La mémoire en morceaux. Une ethnographie de la patrimonialisation des minorités LGBTQI et de la lutte contre le sida ». Culture & Musées. Muséologie et recherches
sur la culture, no 41 (septembre): 232-35.
Chaperon, Sylvie. 2002. « L’histoire contemporaine des sexualités en France ». Vingtième siècle, no 75 (septembre): 47-59.
———. 2007. Les origines de la sexologie 1850-1900. Paris: Louis Audibert.
Comer, Clémentine, Camille Morin-Delaurière, Alice Picard, et Françoise Bagnaud. 2023. « Rapports sociaux de classe et structuration des frontières associatives.Énonciation lesbienne plurielle à Rennes dans les années 1980 et 1990 ». Politix 141 (1): 25-46.
Corbin, Alain. 1978. Les filles de noce. Misère sexuelle et prostitution 19e siècle. Paris: Aubier Montaigne.
———. 2003. « Les principales étapes de l’histoire du sexe en Occident ». In Le désir et le goût. Une autre histoire (XIIIe-XVIIIe siècle), édité par Odile Redon, Line Sallmann, et Sylvie Steinberg.
Vincennes: PUV.
Deschamps, Catherine. 2002. Le Miroir bisexuel. Paris: Balland.
Eloit, Ilana. 2018. « Lesbian trouble: feminism, heterosexuality and the French nation (1970–1981) ». Londres: LSE.
———. 2020. « Trouble dans le féminisme. Du “Nous, les femmes” au “Nous, les lesbiennes” : genèse du sujet politique lesbien en France (1970-1980) ». 20 & 21. Revue d’histoire 148 (4):
129-45.
Foerster, Maxime. 2012. Elle ou lui ? : Une histoire des transsexuels en France. Paris: La Musardine.
Foucault, Michel. 1976. Histoire de la sexualité. t. 1, La volonté de savoir. Paris: Gallimard.
Garibian, Taline. 2018. « Les patient·e·s du docteur Forel ». Histoire, médecine et santé, no 12 (mai): 57-72.
Gauthier, Jérémie, et Regis Schlagdenhauffen. 2019. « Les sexualités « contre-nature » face à la justice pénale. Une analyse des condamnations pour « homosexualité » en France (1945-1982) ». Déviance et Société 43 (octobre): 421-59.
Gérardin-Laverge, Mona, Magali Guaresi, et Julie Abbou. 2021. « Dossier thématique : Archives,
genre, sexualités, discours ». GLAD! Revue sur le langage, le genre, les sexualités, no 11 (décembre).
Girard, Jacques. 1981. Le mouvement homosexuel en France : 1945-1980. Paris: SYROS.
Giuliani, Fabienne. 2014. Les liaisons interdites: Histoire de l’inceste au XIXe siècle. Paris: ED SORBONNE.
Gonzalez-Quijano, Lola. 2015. Capitale de l’amour – Filles et lieux de plaisir à Paris au XIXe siècle.
Illustrated édition. Paris: VENDEMIAIRE.
Houbre, Gabrielle. 2011. « Dans l’ombre de l’hermaphrodite : hommes et femmes en famille dans la France du xixe siècle ». CLIO. Histoire, femmes et sociétés, no 34: 85-104.
———. 2020. Les deux vies d’Abel Barbin, né Adélaïde Herculine (1838-1868): Édition annotée des Souvenirs d’Alexina Barbin. PUF.
Idier, Antoine. 2012. Dissidanse Rose : Fragments de vies homosexuelles à Lyon dans les années 70. Lyon: Éditions Michel Chomarat.
———. 2013. Les Alinéas au placard : l’abrogation du délit d’homosexualité (1977-1982). Cartouche.
———. 2017. Les vies de Guy Hocquenghem. Paris: Fayard.
Jackson, Julian. 2009. Arcadie. La vie homosexuelle en France de l’après-guerre à la dépénalisation. Paris: Autrement.
Jaouen, Romain. 2018. L’inspecteur et l’inverti. La police face aux sexualités masculines à Paris
(1919-1940). Rennes: PUR.
Lanteri-Laura, Georges. 1979. Lectures des perversions. Histoire de leur appropriation médicale. Paris: Masson.

Laqueur, Thomas. 2005. Le sexe en solitaire: contribution à une histoire culturelle de la sexualité. Paris: Gallimard.Leroy, Stéphane. 2005. « Le Paris gay. Éléments pour une géographie de l’homosexualité ». Annales de géographie 646 (6): 579-601.
Maillet, Clovis. 2020. Les genres fluides : de Jeanne d’Arc aux saintes trans. Oblique-s. Paris: Arkhê.
Martel, Frédéric. 1996. Le Rose et le noir, Les homosexuels en France depuis 1968. Paris: Seuil.
Mazaleigue-Labaste, Julie. 2014. Les déséquilibres de l’amour. La genèse du concept de perversion sexuelle de la Révolution française à Freud. Ithaque. Paris.
Merrick, Jeffrey, et Michael Sibalis. 2001. Homosexuality in French History and Culture. Harrington
Park Press.
Murat, Laure. 2007. « Tentative de bilan historiographique des études gay et lesbiennes ». In Le choix de l’homosexualité. Recherches inédites sur la question gay et lesbienne, édité par Bruno Perreau, 239-45. Paris: EPEL.
Pastorello, Thierry. 2011. Sodome à Paris fin XVIIIe – milieu XIXe siècle : l’homosexualité masculine en construction. Grâne: Creaphis éditions.
Plumauzille, Clyde. 2016. Prostitution et révolution : Les femmes publiques dans la cité républicaine. Illustrated édition. Ceyzérieu: Champ Vallon Editions.
Prearo, Massimo. 2014. Le Moment politique de l’homosexualité Mouvements, identités et communautés en France. PUL. Lyon.
Provitola, Blase A. 2019. « In visibilities: the Groupe du 6 novembre and the production of liberal lesbianidentity in contemporary France ». Modern & Contemporary France 27 (2): 223-41.
Quéré, Mathias. 2019. « Qui sème le vent récolte la tapette », une histoire des Groupes de libération homosexuels en France de 1974 à 1979. Lyon: Éditions Tahin Party.
———. 2022. « “Quand nos désirs font désordres”. Une histoire du mouvement homosexuel français de 1974 à 1986 ». Thèse de doctorat, Toulouse 2.
Raz, Michal. 2023. Intersexes. Du pouvoir médical à l’autodétermination. Paris: Le cavalier bleu.
Rebreyend, Anne-Claire. 2005. « Comment écrire l’histoire des sexualités au XXe siècle? Bilan historiographique comparé français/anglo-américain ». Clio, Histoire, Femmes et Sociétés, no 22:
185-209.
Revenin, Régis. 2005. Homosexualité et prostitution masculines à Paris 1870-1918. Paris: L’Harmattan.
———. 2007. « Les études et recherches lesbiennes et gays en France (1970-2006) ». Genre & Histoire, no 1.
Salle, Muriel. 2017. « L’autre du sexe. Hermaphrodites et invertis contre la binarité dans la pensée
médico-légale du XIXe siècle ». Socio. La nouvelle revue des sciences sociales, no 9: 75-89.
Schlagdenhauffen, Régis, Julie Le Gac, et Fabrice Virgili. 2017. Homosexuel·le·s en Europe pendant la Seconde Guerre mondiale. Nouveau monde.
Shepard, Todd. 2017. Mâle décolonisation. L’“homme arabe” et la France, de l’indépendance algérienne à la révolution iranienne. Illustrated édition. Paris: Payot.
Sibalis, Michael. 2010. « L’arrivée de la libération gay en France. Le Front Homosexuel d’Action Révolutionnaire (FHAR) ». Genre, sexualité & société, no 3 (Printemps).
———. 2013. « Mai 68 : le Comité d’Action Pédérastique Révolutionnaire occupe la Sorbonne ».
Genre, sexualité & société, no 10 (Automne).
Singy, Patrick. 2014. L’usage du sexe: Lettres au Dr Tissot, auteur de L’onanisme (1760). BHMS.
Lausanne.
Stengers, Jean, et Anne Van Neck. 1984. Histoire d’une grande peur : la masturbation. Bruxelles,
Belgique: Éditions de l’Université de Bruxelles.
Tamagne, Florence. 2000. Histoire de l’homosexualité en Europe : Berlin, Londres, Paris, 1919 −
1939. Paris: Seuil.
———. 2007. « Écrire l’histoire des homosexualités en Europe: XIXe-XXe siècles ». Revue d’histoire moderne et contemporaine 53 (4): 7-31.
Taraud, Christelle. 2003. La prostitution coloniale : Algérie, Tunisie, Maroc, 1830-1962. Lausanne:
Payot-Lausanne.
Turbiau, Aurore, Margot Lachkar, Camille Islert, Manon Berthier, et Alexandre Antolin. 2022. Ecrire
à l’encre violette. Littératures lesbiennes en France de 1900 à nos jours. Paris: Le Cavalier
Bleu.
Vanehuin, Morgane. 2022. « Les archives de la lutte anti-sida. Témoignage d’une jeune archiviste engagée chez AIDES, association communautaire de lutte contre le VIH/sida et les hépatites virales ». La gazette des archives, no 265.
Wittig, Monique. 1980. « On ne naît pas femme ». Questions féministes, no 8: 75-84

Appel à communications – Journée d’études des doctorants de l’AFHMT : “Travail et émotions”

Lieu : centre Mahler, université Paris I Panthéon-Sorbonne

Date : 5 avril 2024

Date limite pour soumettre une proposition : 29 janvier 2024

Depuis les travaux fondateurs initiés dans les années 19801, l’histoire des émotions est devenue, en quelques décennies, un objet scientifique et historique à part entière2, voire une véritable mode historiographique que certains n’hésitent pas à qualifier « d’emotional turn » ou « d’affective turn »3. Elle s’intéresse à l’ensemble des affects, transitoires ou stables, nés du corps ou de l’esprit, censément universels ou culturellement construits4. Les travaux historiques sont nombreux à aborder l’objet émotion sous l’angle de la monographie, ou de la synthèse5, mettant au jour l’influence des émotions sur le comportement des individus, les normes émotionnelles des sociétés, ainsi que l’évolution même de ces émotions dans de grandes dynamiques comme l’urbanisation ou la mondialisation. Cependant, le domaine du travail est encore largement inexploré par les historien.ne.s des émotions. Comme l’ont montré des travaux récents de sociologie6, le travail sollicite pourtant la subjectivité, le corps et les affects de manière particulièrement vive, constituant ainsi un terrain d’étude propice à l’analyse de ces thèmes. Pour cette nouvelle édition de la journée des doctorant.e.s de l’AFHMT, nous proposons ainsi aux participant.e.s d’interroger l’intersection entre l’histoire du travail et l’histoire des émotions.

Le terrain de l’histoire des émotions est traversé de nombreuses tensions : l’enjeu des sources et de leurs product.rice.eur.s est central. Le caractère intime et personnel du ressenti de l’émotion est parfois perçu comme un obstacle à son histoire. Croiser l’histoire des émotions et histoire du travail nous invite pourtant à insister sur la dimension profondément sociale des émotions. Ces dernières ne cessent de traverser et d’affecter l’espace social au travers de manifestations protéiformes (du cri collectif de protestation jusqu’au simple rougissement individuel). Inversement, l’émotion au travail est nécessairement construite et fabriquée par le fait social (les valeurs religieuses ou civiques, les savoirs savants et techniques ou encore l’environnement matériel influant sur le ressenti et la manifestation de l’émotion). Toutes les émotions ne sont pas également accessibles aux chercheur.e.s : les classes moyennes et les élites ont bien souvent laissé plus de traces de leur vie intime et intérieure que les classes populaires. Au delà de l’obstacle qu’il constitue, ce déséquilibre doit conduire les historien.ne.s à interroger la dialectique entre les normes – voire le « régime émotionnel »7 des élites – diffusé au travers de la loi, des production culturelles, etc. ; et les émotions des catégories populaires.

Récemment, la souffrance au travail a émergé comme un thème central du débat public et des travaux historiques8. Inversement, nombre de discours politiques comme managériaux ne cessent de se servir des émotions « positives » des travailleurs (satisfaction, plaisir, joie) pour soutenir leur exploitation maximale. Il semble ainsi nécessaire de mettre au jour les contours de ces émotions ressenties par les travailleur.se.s dans le cadre de leur travail, ou vis-à-vis de celui-ci. Comment se définissent-elles ou évoluent-elles à travers le temps ? S’interroger sur les émotions au travail implique également de s’interroger sur le « travail émotionnel »9 . Quel travail doivent effectuer travailleur.se.s sur leurs propres émotions dans le cadre du labeur ? La question est particulièrement saillante lorsque celui-ci implique des interactions hiérarchiques et/ou des relations avec un public (clientèle, patientèle, etc.), ou au regard des injonctions à la « réussite » qui traversent et structurent tant la sphère intime que professionnelle10. Nous invitons également les participant.e.s à s’intéresser aux marges de manœuvre et aux stratégies individuelles : comment jouent-iels des normes émotionnelles de leur société ou de leur lieu de travail ?

Au-delà de la classe, l’histoire des émotions porte une attention particulière à l’histoire du genre. Longtemps reléguée à la sphère du privé et de l’intime, ainsi associé au féminin, l’histoire du genre des émotions fait l’objet de renouvellements récents. En France, le genre des émotions a fait ainsi l’objet d’un numéro spécial de la revue Clio11, et nous invitons les participant.e.s à poursuivre ces réflexions en contribuant à l’étude des émotions genrées au travail. Quelles émotions ou normes émotionnelles retrouve-t-on dans le cadre de professions conçues comme particulièrement genrées, à l’instar des métiers du care ? Au contraire, en quoi les émotions des act.rice.eur.s diffèrent ou sont construites différemment au sein d’un même métier ? Nous encourageons enfin les participant.e.s à considérer non seulement la catégorie sociale et le genre mais également celle de la racialisation, de l’âge, de la localisation géographique à différentes échelles. Comment la définition, le ressenti, l’expression des émotions ou l’imposition de certaines normes émotionnelles au travail varient-ils selon ces critères ?

Les contributions pourront aborder en particulier les thèmes suivants, sans s’y limiter :

  • Normes émotionnelles/régimes émotionnels et leur évolution vis-à-vis du travail en général, ou dans un secteur particulier.
  • Acteurs façonnant ces normes (les autorités, les employeurs, les pairs), dispositifs permettant de les imposer et opérations de résistance ou de contournement.
  • Définition, ressenti et expression des émotions au travail au prisme de la classe sociale, du genre, de la racialisation, de l’origine géographique.
  • Évolution de la définition, ressenti et expression des émotions au travail au prisme de dynamiques marquantes de l’histoire du travail : salarisation, (dés)industrialisation, globalisation, ubérisation, etc.
  • Stratégies et compétences émotionnelles des travailleurs et travailleuses.
  • Expression des émotions et classes laborieuses : quelles sources et quelles méthodes ?

Calendrier et modalités de soumission : Les propositions de communication (titre, auteur.e.s, affiliations institutionnelles, résumé de 300 mots et biographie de 50 mots maximum) devront être envoyées au format .doc(x) ou .pdf au plus tard le lundi 29 janvier 2024 à l’adresse doctorants.afhmt@gmail.com. Les auteurs et autrices des propositions retenues seront contacté.e.s mi-février.

Les représentantes des doctorant.e.s de l’AFHMT,

Léa Leboissetier et Juliette Milleron

1 Peter N. STEARNS, Carol Z. STEARNS, « Emotionology : Clarifying the History of Emotions and Emotions Standards », The American Historical Review, vol. 90/4, 1985, p. 813-836.

2 Jan PLAMPER, The History of Emotions. An Introduction, Oxford, Oxford University Press, 2015.

3 Cf. Quentin DELUERMOZ, Emmanuel FUREIX, Hervé MAZUREL, M’hamed OUALDI, « Écrire l’histoire des émotions : de l’objet à la catégorie d’analyse », Revue d’Histoire du XIXe siècle, 47, 2013, p. 155-189.

4 Paul EKMAN, The Handbook of Cognition and Emotion, Sussex, Wiley & Sons, 1999, p. 45-60.

5 Alain CORBIN, Jean-Jacques COURTINE, Georges VIGARELLO, (dir.), Histoire des émotions, Paris, Seuil, 2016-2017, 3 vol.

6 Aurélie JEANTET, Les émotions au travail, Paris, CNRS Éditions, 2018.

7 William M. REDDY, The Navigation of Feeling. A Framework of the History of Emotions, Cambridge, Cambridge University Press, 2001.

8 Cf. En particulier Nicolas HATZFELD, « Les risques psychosociaux : quelles correspondances anciennes aux débats récents », Travail et emploi, 2012/I, n°129, p. 11-22.

9 Arlie Russel HOCHSCHILD, « Travail émotionnel, règles de sentiments et structure sociale », Travailler, 2003/1, n°9, p. 19-49.

10 Eva ILLOUZ, Les sentiments du capitalisme, Paris, Seuil, 2006.

11 Damien BOQUET, Didier LETT, « Le genre des émotions », Clio. Femmes, Genre, Histoire, 47/2018.

Appel à contribution – En femenino. Arte y mujeres en la Edad Media

Lieu : Madrid, Espagne

Dates : 19-20 octobre 2023

Date limite pour soumettre une contribution : 30 avril 2023

La seizième édition de la Conférence de la Complutense sur l’art médiéval se propose d’approfondir le rôle prépondérant des femmes dans la création artistique médiévale, rôle prépondérant entendu de la manière la plus large possible : de la promotion à la création et à la réception, en tant que canalisatrices de stratégies de pouvoir, transmetteuses de science ou génératrices de types iconographiques, et indépendamment de leur intervention, plus ou moins active, dans toutes ces dynamiques créatives.

Plus d’informations ici

Appel à articles: Genre et alimentation de l’Antiquité à nos jours, revue Genre et Histoire

Date limite pour proposer un article : 30 avril 2023

La revue Genre & Histoire invite à présenter des contributions pour un dossier thématique sur le genre et l’alimentation. Ouvert à des échelles spatiales diversifiées et à une diachronie longue, allant de l’Antiquité jusqu’à l’époque contemporaine, ce dossier se propose de valoriser la considérable production scientifique menée depuis les dernières décennies autour de l’histoire de l’alimentation et des food studies en adoptant une perspective de genre, présente dans ce domaine de recherche depuis les années 1990 sans pour autant en avoir épuisé les innombrables facettes. Dans une perspective féministe, à partir de l’œuvre classique de Marjorie DeVault Feeding the Family, la relation entre les femmes et la nourriture a d’abord été explorée dans le cadre de la réflexion interne aux sciences sociales sur la nature genrée du travail domestique et de l’organisation des soins familiaux. Dans ce contexte, la question du pouvoir et de la capacité d’action autonome des femmes dans la gestion du quotidien est apparue comme centrale. Les ambivalences qui caractérisent la domesticité et la consommation au quotidien ont été ainsi soulignées : d’une part, la préparation des aliments est au cœur d’une dynamique de subalternité et de ghettoïsation des femmes dans la vie familiale, d’autre part, elle peut contribuer à la construction d’un espace d’agentivité, de voix, de réalisation des femmes

Pour en savoir plus ici

Appel à contribution – Emotion, masculinités et violence du Moyen Âge à nos jours

Lieu : Genève, Suisse

Dates : 19 et 20 octobre 2023

Date limite pour soumettre une contribution : 15 mars 2023

En 2018, Damien Boquet et Dider Lett lançaient un appel aux historien-nexs pour confronter les émotions « à l’épreuve du genre » (Boquet, Lett: 2018). Lieu d’exacerbation affective, empreint d’un imaginaire particulièrement genré, l’événement violent offre une voie d’accès privilégiée pour répondre à cette invitation.

La violence est un fait social qui varie en formes et en intensité selon la période et le contexte. Notion aux contours poreux, elle peut aussi bien s’insérer dans les relations interpersonnelles que des dynamiques politiques ou sociales. L’historiographie de la violence, souvent appréhendée au travers du prisme de l’appareil judiciaire, s’est d’abord concentrée sur sa criminalisation (Castan: 1980, Nassiet: 2011, Porret: 1995, Spierenburg: 2013). Les recherches consacrées au contexte européen parviennent à un constat univoque : les résultats des analyses quantitatives menées sur la question de la violence saisie à travers les archives judiciaires sont largement dominés par un dimorphisme sexué et marqués par une nette surreprésentation masculine.

Étudier ce fait social invite donc à intégrer une perspective de genre, dont l’impact se mesure aussi bien dans les constructions normatives que dans les perceptions et les positionnements individuels (van der Heijden: 2016, Walker: 2003). Sous l’impulsion de l’histoire des femmes, puis du genre, l’historiographie s’est emparée de cette catégorie d’analyse, que ce soit pour interroger la violence sexuelle, conjugale, ou encore celle émanant des femmes. Le genre impacte non seulement la manière dont les actes brutaux sont normalisés, pratiqués et régulés, mais ses effets s’observent également dans la définition même du geste violent.

La surreprésentation masculine invite à porter le regard plus spécifiquement sur les liens entre masculinités et violence. Dans cette perspective, il ne suffit pas seulement de penser aux normes de la virilité et au code d’honneur masculin. En effet, l’historiographie a démontré la richesse d’une approche intersectionnelle qui prend en considération l’ensemble des hiérarchies sociales. Penser les normes, les expériences et les représentations de manière dynamique et plurielle, au sein même de la catégorie du masculin, permettrait d’apporter un éclairage approfondi sur les liens entre violence et genre.

Intimement liée à l’expérience sensible, l’histoire de la violence bénéficierait grandement de l’apport de l’histoire des émotions, qui s’est imposée depuis une vingtaine d’années comme un champ de recherche dynamique et en constant renouvellement. Les émotions, renvoyées à de simples mécanismes corporels, ont longtemps été considérées comme anhistoriques. Ce désintérêt découle des paradigmes dichotomiques qui structurent la pensée occidentale, tels que nature-culture, conscient-inconscient, langage-expérience, qui opposent raison et émotions pour rejeter les affects dans la sphère physiologique. Depuis quelques décennies, de nombreux travaux, émanant notamment des médiévistes, se sont emparés de l’univers affectif et ont démontré que les émotions évoluent également en fonction du contexte historique (Boquet, Lett: 2018; Nagy: 2018, 2020, 2021; Rosenwein: 2006, 2015, 2017). Alors que les premières synthèses sur ce champ historiographique commencent à être formulées, les liens entre violences, masculinités et émotions demeurent encore peu explorés (Corbin, Courtine, Vigarello: 2016 ; Broomhall: 2015).

Ce colloque propose d’interroger l’évolution de la violence sur la longue durée. L’articulation entre masculinités, violence et émotions adopte des formes et des enjeux différents selon le contexte historique dans lequel elle s’inscrit. La violence étant pensée et définie de manière variable d’une époque à une autre, ou d’un discours à un autre, la thématique interrogée est aussi révélatrice des enjeux culturels et de l’imaginaire propre à un moment historique.

Plus d’informations ici