Archives par mot-clé : histoire du travail

Appel à communications – “Une utopie face au droit. Enjeux politiques des statuts des coopératives”

Date : 12-13 décembre 2024

Lieu : Sciences Po, Paris

Date limite pour soumettre une proposition : 30 juin 2024

Le développement actuel de l’Économie Sociale et Solidaire a pu produire des effets de dépolitisation du mouvement coopératif, encourageant à la fois son intégration dans l’économie de marché et un affaissement des exigences démocratiques dans son fonctionnement. À ses commencements au XIXe siècle, il s’agissait pourtant pour nombre d’ouvriers et ouvrières associé·e·s dans des coopératives de production de s’affranchir du salariat, de s’auto-instituer démocratiquement et de résister aux processus de prolétarisation induits par l’essor du capitalisme industriel. Plus généralement, depuis ses origines jusqu’à aujourd’hui, certaines coopératives ont pu être conçues à la fois comme des lieux d’expérimentation de pratiques et d’imaginaires anticapitalistes, et à la fois comme des espaces où s’élaborent des pratiques de souveraineté populaire dans le cadre du travail.

Plus d’informations ici.

Appel à articles – Les ancrages sociaux de la grève – Terrains & travaux

Date de clôture de l’appel : 31 janvier 2025

L’actualité sociale de ces dernières années a été marquée par de nombreux conflits sociaux de grande ampleur. Ces luttes se sont déployées aussi bien à l’échelle interprofessionnelle (grèves contre la Loi Travail en 2016 et contre la réforme des retraites en 2019 et 2023) qu’à celle des entreprises (grève des cheminot·e·s en 2018, grèves de postier·e·s, grèves pour les salaires face à l’inflation). Elles ne sont pas cantonnées à la France puisqu’on les retrouve dans des pays aussi variés que les États-Unis, le Bangladesh ou l’Argentine, où le droit du travail et/ou l’organisation de la défense des salarié·e·s connaissent ou ont connu des politiques intenses de répression ou de domestication. À l’image du dernier mouvement de protestation contre la réforme des retraites, les grèves suscitent aussi de grands élans de solidarité, réactivant l’idée de « grèves par procuration ». De plus, ces mobilisations se sont parfois déployées en dehors des « bastions traditionnels » du mouvement ouvrier, à l’image des grèves des femmes de chambre, des ouvrier·e·s du secteur logistique, des livreurs·euses « ubérisé·e·s », des travailleurs·euses sans-papiers de la restauration ou de la construction. Enfin, la mobilisation de l’imaginaire de la grève autour d’objets hétérogènes et de plus en plus éloignés du champ des relations professionnelles instituées, par les mouvements féministes (grève des femmes contre les inégalités de salaires ou le travail domestique) et écologiques (grèves contre l’inaction climatique des gouvernements), témoigne a minima d’une certaine revitalisation politique et symbolique de cette modalité d’action. Ces réappropriations questionnent d’autant plus ce qui « fait grève » que, dans le même temps, certains syndicats ont au contraire tendance à recourir à des formes d’euphémisation ou de périphrase (« mettre le pays à l’arrêt », « tout bloquer »…).

Plus d’informations ici.

Prix de thèse Rolande Trempé (histoire des mondes du travail)

La troisième édition du prix de thèse Rolande Trempé est lancée. Le prix est  destiné à promouvoir les travaux en histoire des mondes du travail, tous territoires, périodes et approches confondus. Le prix ouvre le droit à une aide à la publication de 1000 euros.

Les candidatures sont désormais ouvertes jusqu’au 1er mai 2024 à minuit. Les dossiers sont à envoyés à l’adresse suivante : prixdethese@afhmt.org

Le règlement est le suivant :

Article 1. Objet. Le prix de thèse « Rolande Trempé » de l’Association française pour l’histoire des mondes du travail a pour objet de promouvoir les recherches en histoire des mondes du travail, tous territoires, périodes et approches confondus.   

Article 2. Nature. Le prix, attribué tous les deux ans, à l’automne ouvre droit à une aide à la publication de 1000 €.

Article 3. Candidatures. Le prix est ouvert aux titulaires d’un doctorat ayant soutenu une thèse en histoire du travail rédigée en français au cours des deux années civiles précédant l’année du concours. Les candidates et candidats souhaitant concourir doivent transmettre, avant le 1er mai minuit, et par voie électronique un dossier comportant : une lettre de candidature, un résumé de 3000 signes, une copie du rapport de thèse, un CV professionnel et le texte rédigé en français et au format PDF.

Article 4. Jury. Le bureau de l’Association vérifie la recevabilité des candidatures et désigne les rapporteurs et rapportrices, au nombre de deux par dossier, choisis au sein du jury confondu avec les membres du Conseil d’administration titulaires d’un doctorat. Le jury, convoqué par le Président·e de l’Association, se réunit au cours de l’automne de l’année du concours. Aucun directeur ou directrice d’une thèse candidate ne peut participer au jury. Les délibérations du jury se déroulent à huis clos. Aucun quorum n’est exigé. Le prix est attribué à la majorité des voix.

Article 5. Obligations du lauréat. Le lauréat s’engage à être présent lors de la remise du prix et lors de manifestations de médiatisation du prix. La participation au prix implique l’acceptation du présent règlement.

Appel à communication – Colloque “The Miners’ Strike in Britain in 1984/5”

Lieu : Institute for Social Movement, Bochum (Allemagne)

Date : 20-21 mars 2025

Date limite pour soumettre une proposition : 15 mars 2024

Call for Papers

Conference: The Miners’ Strike in Britain in 1984/5 – New Perspectives

Organizing Committee: Jörg Arnold (University of Nottingham), Stefan Berger (Ruhr-Universität Bochum), Marion Henry (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), and Jim Phillips (University of Glasgow)

The miners’ strike of 1984/5 is regarded as a seminal event of contemporary British history. The strike pitted Britain’s most iconic group of workers, organised in the National Union of Mineworkers, and led by Arthur Scargill, against the Conservative government under Margaret Thatcher. The government drew on the full resources of the state – ranging from the police to the courts to public relations – to ‘contain, isolate and defeat’ the striking miners in twelve gruelling months of attrition..

The international conference, to be held at the Institute for Social Movements in Bochum over two days on 20/21 March 2025, aims to evaluate critically the existing historiography and to sketch avenues for future research. In this call for papers, we invite contributions of original research addressing diverse economic, social, cultural and political dimensions of the strike and its aftermath. These include but are not necessarily restricted to:

 – Political dimensions of the strike: these include the aims and strategies of the National Coal Board, and the Conservative government but also the strategic thinking of the National Union of Mineworkers.

-The role of women in the strike, including gender perspectives on the strike

-The experience of children in the strike

-The role and experience of strike-breakers

-The perspective of people not directly involved in the conflict

-The strike and people from different ethnicities

-Environmental questions and energy politics

-The strike and international perspectives

-How the strike is remembered and memorialized

Please submit a short abstract (c. 200 words) of your proposed paper, and a one-page CV to Stefan Berger at stefan.berger@rub.de.  The deadline for submissions is 15 March 2024. We expect to be able to cover travel and accommodation costs for all invited delegates.

Appel à communications – Journée d’études des doctorants de l’AFHMT : “Travail et émotions”

Lieu : centre Mahler, université Paris I Panthéon-Sorbonne

Date : 5 avril 2024

Date limite pour soumettre une proposition : 29 janvier 2024

Depuis les travaux fondateurs initiés dans les années 19801, l’histoire des émotions est devenue, en quelques décennies, un objet scientifique et historique à part entière2, voire une véritable mode historiographique que certains n’hésitent pas à qualifier « d’emotional turn » ou « d’affective turn »3. Elle s’intéresse à l’ensemble des affects, transitoires ou stables, nés du corps ou de l’esprit, censément universels ou culturellement construits4. Les travaux historiques sont nombreux à aborder l’objet émotion sous l’angle de la monographie, ou de la synthèse5, mettant au jour l’influence des émotions sur le comportement des individus, les normes émotionnelles des sociétés, ainsi que l’évolution même de ces émotions dans de grandes dynamiques comme l’urbanisation ou la mondialisation. Cependant, le domaine du travail est encore largement inexploré par les historien.ne.s des émotions. Comme l’ont montré des travaux récents de sociologie6, le travail sollicite pourtant la subjectivité, le corps et les affects de manière particulièrement vive, constituant ainsi un terrain d’étude propice à l’analyse de ces thèmes. Pour cette nouvelle édition de la journée des doctorant.e.s de l’AFHMT, nous proposons ainsi aux participant.e.s d’interroger l’intersection entre l’histoire du travail et l’histoire des émotions.

Le terrain de l’histoire des émotions est traversé de nombreuses tensions : l’enjeu des sources et de leurs product.rice.eur.s est central. Le caractère intime et personnel du ressenti de l’émotion est parfois perçu comme un obstacle à son histoire. Croiser l’histoire des émotions et histoire du travail nous invite pourtant à insister sur la dimension profondément sociale des émotions. Ces dernières ne cessent de traverser et d’affecter l’espace social au travers de manifestations protéiformes (du cri collectif de protestation jusqu’au simple rougissement individuel). Inversement, l’émotion au travail est nécessairement construite et fabriquée par le fait social (les valeurs religieuses ou civiques, les savoirs savants et techniques ou encore l’environnement matériel influant sur le ressenti et la manifestation de l’émotion). Toutes les émotions ne sont pas également accessibles aux chercheur.e.s : les classes moyennes et les élites ont bien souvent laissé plus de traces de leur vie intime et intérieure que les classes populaires. Au delà de l’obstacle qu’il constitue, ce déséquilibre doit conduire les historien.ne.s à interroger la dialectique entre les normes – voire le « régime émotionnel »7 des élites – diffusé au travers de la loi, des production culturelles, etc. ; et les émotions des catégories populaires.

Récemment, la souffrance au travail a émergé comme un thème central du débat public et des travaux historiques8. Inversement, nombre de discours politiques comme managériaux ne cessent de se servir des émotions « positives » des travailleurs (satisfaction, plaisir, joie) pour soutenir leur exploitation maximale. Il semble ainsi nécessaire de mettre au jour les contours de ces émotions ressenties par les travailleur.se.s dans le cadre de leur travail, ou vis-à-vis de celui-ci. Comment se définissent-elles ou évoluent-elles à travers le temps ? S’interroger sur les émotions au travail implique également de s’interroger sur le « travail émotionnel »9 . Quel travail doivent effectuer travailleur.se.s sur leurs propres émotions dans le cadre du labeur ? La question est particulièrement saillante lorsque celui-ci implique des interactions hiérarchiques et/ou des relations avec un public (clientèle, patientèle, etc.), ou au regard des injonctions à la « réussite » qui traversent et structurent tant la sphère intime que professionnelle10. Nous invitons également les participant.e.s à s’intéresser aux marges de manœuvre et aux stratégies individuelles : comment jouent-iels des normes émotionnelles de leur société ou de leur lieu de travail ?

Au-delà de la classe, l’histoire des émotions porte une attention particulière à l’histoire du genre. Longtemps reléguée à la sphère du privé et de l’intime, ainsi associé au féminin, l’histoire du genre des émotions fait l’objet de renouvellements récents. En France, le genre des émotions a fait ainsi l’objet d’un numéro spécial de la revue Clio11, et nous invitons les participant.e.s à poursuivre ces réflexions en contribuant à l’étude des émotions genrées au travail. Quelles émotions ou normes émotionnelles retrouve-t-on dans le cadre de professions conçues comme particulièrement genrées, à l’instar des métiers du care ? Au contraire, en quoi les émotions des act.rice.eur.s diffèrent ou sont construites différemment au sein d’un même métier ? Nous encourageons enfin les participant.e.s à considérer non seulement la catégorie sociale et le genre mais également celle de la racialisation, de l’âge, de la localisation géographique à différentes échelles. Comment la définition, le ressenti, l’expression des émotions ou l’imposition de certaines normes émotionnelles au travail varient-ils selon ces critères ?

Les contributions pourront aborder en particulier les thèmes suivants, sans s’y limiter :

  • Normes émotionnelles/régimes émotionnels et leur évolution vis-à-vis du travail en général, ou dans un secteur particulier.
  • Acteurs façonnant ces normes (les autorités, les employeurs, les pairs), dispositifs permettant de les imposer et opérations de résistance ou de contournement.
  • Définition, ressenti et expression des émotions au travail au prisme de la classe sociale, du genre, de la racialisation, de l’origine géographique.
  • Évolution de la définition, ressenti et expression des émotions au travail au prisme de dynamiques marquantes de l’histoire du travail : salarisation, (dés)industrialisation, globalisation, ubérisation, etc.
  • Stratégies et compétences émotionnelles des travailleurs et travailleuses.
  • Expression des émotions et classes laborieuses : quelles sources et quelles méthodes ?

Calendrier et modalités de soumission : Les propositions de communication (titre, auteur.e.s, affiliations institutionnelles, résumé de 300 mots et biographie de 50 mots maximum) devront être envoyées au format .doc(x) ou .pdf au plus tard le lundi 29 janvier 2024 à l’adresse doctorants.afhmt@gmail.com. Les auteurs et autrices des propositions retenues seront contacté.e.s mi-février.

Les représentantes des doctorant.e.s de l’AFHMT,

Léa Leboissetier et Juliette Milleron

1 Peter N. STEARNS, Carol Z. STEARNS, « Emotionology : Clarifying the History of Emotions and Emotions Standards », The American Historical Review, vol. 90/4, 1985, p. 813-836.

2 Jan PLAMPER, The History of Emotions. An Introduction, Oxford, Oxford University Press, 2015.

3 Cf. Quentin DELUERMOZ, Emmanuel FUREIX, Hervé MAZUREL, M’hamed OUALDI, « Écrire l’histoire des émotions : de l’objet à la catégorie d’analyse », Revue d’Histoire du XIXe siècle, 47, 2013, p. 155-189.

4 Paul EKMAN, The Handbook of Cognition and Emotion, Sussex, Wiley & Sons, 1999, p. 45-60.

5 Alain CORBIN, Jean-Jacques COURTINE, Georges VIGARELLO, (dir.), Histoire des émotions, Paris, Seuil, 2016-2017, 3 vol.

6 Aurélie JEANTET, Les émotions au travail, Paris, CNRS Éditions, 2018.

7 William M. REDDY, The Navigation of Feeling. A Framework of the History of Emotions, Cambridge, Cambridge University Press, 2001.

8 Cf. En particulier Nicolas HATZFELD, « Les risques psychosociaux : quelles correspondances anciennes aux débats récents », Travail et emploi, 2012/I, n°129, p. 11-22.

9 Arlie Russel HOCHSCHILD, « Travail émotionnel, règles de sentiments et structure sociale », Travailler, 2003/1, n°9, p. 19-49.

10 Eva ILLOUZ, Les sentiments du capitalisme, Paris, Seuil, 2006.

11 Damien BOQUET, Didier LETT, « Le genre des émotions », Clio. Femmes, Genre, Histoire, 47/2018.

Appel à contributions – n°7 Travail et syndicalisme en Afrique au XXème siècle

Le septième numéro de Revue d’Histoire Contemporaine de l’Afrique (RHCA), à paraître à la fin de l’année 2024, sera consacré au thème “Travail et syndicalisme en Afrique au XXème siècle”, sous la direction de Françoise Blum (CHS, CNRS), Ophélie Rillon (IMAF, CNRS) et Elena Vezzadini (IMAF, CNRS).

Un appel à contributions est lancé pour le 1er Novembre 2023. Pour voir l’appel dans son intégralité : https://oap.unige.ch/journals/rhca/announcement/view/34

Calendrier prévisionnel :

1 novembre 2023 : date limite d’envoi des propositions d’articles inédits, une page maximum en français ou en anglais 

5 novembre 2023 : notification aux auteur.e.s des propositions retenues.

10 janvier 2024 : date limite d’envoi des articles rédigés (50 000 signes maximum).

Fin d’année 2024 : parution du dossier

Appel à communications – Colloque “Le coût du travail en perspective historique. Protection sociale, fiscalité et marché(s) du travail”

Lieu : école normale supérieure de Pise

Date : 2-3 novembre 2023

Date limite pour soumettre une proposition : 21 juillet 2023

La deuxième mondialisation a mis en avant la question des coûts du travail en tant que variable clé de la compétitivité des économies. Face à l’extension des chaînes de valeur et à l’émergence de nouveaux acteurs mondiaux en Asie, les gouvernements européens ont choisi de déréglementer les marchés du travail, de contenir la croissance des salaires et de baisser le cout du travail. Plus récemment, la résurgence de l’inflation a remis en avant les débats des années 1970 sur la courbe de Phillips et les effets du marché du travail sur l’augmentation des prix. L’émergence de la centralité du coût du travail conduit à l’interroger en tant qu’objet historique de longue période pour la compréhension des choix économiques et de politiques sociales tout au long du XXe siècle. En fait, le salaire ne se réduit pas à une variable d’ajustement de l’offre et de la demande sur le marché du travail : il est également un instrument de sélection et formation de la main-d’œuvre, aussi bien qu’un sujet de la négociation et souvent de conflit entre les salariés et les employeurs, régulée et encadrée par l’État. De plus, tout au long du XXe siècle, la fixation du montant du salaire est devenue un élément de politique sociale. Le développement de la protection sociale, la construction des droit à prestations et l’importance des revenus de transfert ont introduit des charges sociales pesant sur les employeurs et sur les salaires ainsi que des impots sur les revenus de travail.

Plus d’informations ici.