Archives par mot-clé : histoire environnementale

Appel à communications – Colloque “Agriculture et environnement en Europe de l’Antiquité à nos jours”

Date : 6-7 février 2025

Lieu : université Bordeaux-Montaigne

Date limite pour soumettre une proposition : 31 août 2024

Objectif scientifique :

            L’histoire rurale et l’histoire environnementale sont deux champs historiographiques proches par nature, mais rarement réunis dans des manifestations scientifiques collectives. Or, l’histoire rurale s’est depuis longtemps faite pionnière en histoire de l’environnement, de l’analyse des modes d’appropriation des espaces pour les cultiver, de la place des paysans et des choix agraires dans la formation des paysages, du rôle des marchés urbains dans le développement d’arrière‑pays spécialisés ou bien encore par l’intérêt porté aux forêts, montagnes et zones humides. Pensons par exemple aux travaux pionniers d’Emmanuel Le Roy Ladurie, de Marcel Lachiver ou d’Andrée Corvol, de Fabrice Mouthon, Aline Durand, ou Jean Guilaine.

            Il ne sera pas utile ici de revenir sur cette abondante production historiographique mais plutôt de voir dans quelle direction une réflexion renouvelée peut s’inscrire. Par agriculture, il faut entendre toutes les pratiques agraires, qu’il s’agisse de l’élevage, de la culture de la terre, de l’exploitation de la forêt ou bien encore des formes d’agriculture urbaine et hors sol. Que l’on s’intéresse à l’élevage du gros et du petit bétail, de la volaille, des poissons, des produits de la mer ou des insectes, l’histoire de l’agriculture croise l’histoire environnementale et fait appel aux animal studies. Plus encore, le développement de l’agriculture dans ses diverses formes relève à la fois d’une manière de tirer profit des potentialités de la nature et d’un façonnement de l’environnement par l’homme, inscrivant l’agriculture comme un élément moteur de construction paysagère et sociale. On peut, par exemple, penser au sarrasin en Bretagne, au maïs dans le Sud‑Ouest, à l’élevage bovin en Normandie. Qu’il s’agisse d’agriculture vivrière, d’agriculture commerciale spécialisée ou de formes mixtes, toutes impriment leurs logiques productives sur l’environnement. Bien que le terme fasse l’objet de plusieurs acceptions selon qu’il est vu depuis le droit, l’écologie ou la géographie, on entendra par environnement la combinaison des éléments naturels (le champ de forces physico-chimiques et biotiques) et socioéconomiques qui constituent le cadre et les conditions de vie d’un individu, d’une population, d’une communauté à différentes échelles spatiales.Plus encore que les autres activités anthropiques, l’agriculture puise dans l’environnement et le modifie. Éleveurs, paysans, bergers, forestiers, agriculteurs participent à construire une bonne connaissance des sols, des plantes, des animaux et entretiennent des systèmes et des formes d’équilibres ou de déséquilibres entre hommes et milieux. Une attention particulière sera également portée sur les impacts, les problèmes et risques générés par les pratiques agricoles, qu’il s’agisse de l’épuisement des sols, des formes de pollutions liées aux produits phytosanitaires – qui sont les mieux connues et les plus documentées, notamment depuis Silent Spring de Rachel Carson (1962) – ou aux autres formes d’externalités, comme les remembrements qui ont parfois abouti à de vastes mouvements d’arrachage des haies bocagères et à une accélération des phénomènes érosifs et d’assèchement des sols ou encore les défrichements et déforestations qui ont favorisé l’érosion des sols. Plus globalement, ces questions soulignent l’importance d’une réflexion sur l’agriculture qui a toujours dû concilier l’enjeu majeur de la sécurité alimentaire et celui de la soutenabilité de ses formes et de ses modèles, que cette soutenabilité soit contrainte par les moyens à disposition, qu’elle soit volontaire et pensée.    

            Les liens entre agriculture et environnement doivent alors s’envisager à plusieurs échelles. Il s’agit d’abord de celle de l’espace de production ou d’élevage qui est le premier niveau de croisement de ces deux questions, la parcelle, l’exploitation, le terroir… Puis, il faut envisager l’analyse en termes régionaux, nationaux et internationaux, par les filières, les bassins d’approvisionnement ou les diverses formes d’externalité à l’échelle internationale. Une même pratique agricole peut ainsi générer des besoins à plusieurs échelles, à l’instar de l’approvisionnement en bois pour la culture de la vigne. Ainsi, en Guyenne, un bassin de proximité fournissait les piquets en châtaignier et en acacia ainsi que l’osier destiné à attacher les ceps aux échalas ou à fabriquer les paniers de vendange. Un plus large bassin, à l’échelle française, fournissait le merrain de chêne destiné aux fûts, venu du Massif Central, mais aussi de la Baltique en fret d’échange via le port de Bordeaux. En cela, l’agriculture mobilise des ressources et des énergies issues d’un environnement plus ou moins lointain et participe à sa transformation.

Ce colloque s’adresse aux historien.ne.s, de l’antiquité jusqu’au monde contemporain, pour proposer une approche sur le temps long des liens entre agriculture et environnement en Europe, et pour envisager de manière renouvelée les transformations environnementales liées aux pratiques agricoles.  Il s’agira d’interroger le poids du contexte socioéconomique, le rôle des structures foncières, la place du genre et des générations dans le rapport à la terre et au milieu, l’influence des logiques de production, de transformation et de valorisation (marchés et prélèvement du local à l’international, du bourg rural aux métropoles, du commerce de proximité à l’industrie de transformation) ainsi que les modalités d’échanges et de transport dont les aspects pratiques ont un impact sur les produits agricoles autant que les environnements d’origine et de réception. Par exemple, le transport transatlantique du guano, puis du nitrate de soude au XIXe siècle a bouleversé, en moins d’un demi‑siècle, les espaces d’extraction du Pérou et du Chili avec de très forts prélèvements de ressources destinées à traverser l’océan par bateau pour lutter contre l’appauvrissement des sols en Europe. Il a ainsi participé à diversifier les sources d’approvisionnement en engrais et a préparé la voie à la fabrication et à l’utilisation des engrais chimiques, contribuant à la rupture métabolique entre campagnes et villes – c’est‑à‑dire à la rupture du lien entre les villes qui fournissaient, par leurs déchets, les engrais nécessaires au retour des minéraux indispensables à la fertilité des terres agricoles – , mais aussi entre pays développés et pays en développement.

Les communications donneront la priorité aux expériences pratiques plutôt qu’aux traités théoriques, aux observations empiriques plutôt qu’aux préconisations scientifiques et agronomiques, et si les savoirs savants seront abordés, ce sera pour mesurer la manière dont ils cohabitent et se mêlent aux savoirs pratiques.

Les propositions attendues pourront s’inscrire dans les axes suivants, qui sont des propositions de réflexion, sans être en aucune manière limitatives.

1/ Les actions volontaires pour améliorer la productivité agricole, tirer le meilleur profit des conditions naturelles et moins dépendre de ses contraintes :

– Transformation et adaptation des milieux au service de l’agriculture : amendements et engrais, écobuage et pratique des feux, surcharge pastorale, modification des cours d’eau ou du cours des eaux, modification du relief (terrassement, creusement, arasement), création d’espaces agricoles (poldérisation, assèchements, drainages, défrichements, arrachage de haies).

– Modification du vivant en fonction des besoins agricoles, alimentaires et sanitaires (processus de sélection variétale et animale, croisements, génétique), réussites et échecs.

– Réduction, voire affranchissement ou optimisation des contraintes de la nature (rythme biologique des plantes et des animaux d’élevage), qui passent par la maîtrise des cycles, l’appropriation des connaissances scientifiques, l’innovation technique mais qui reposent aussi sur les savoirs pratiques, le « bricolage » et le forçage.

– Formes de luttes (manuelle, mécanique ou chimique) contre les maladies et les animaux dits nuisibles : champignons, insectes, rongeurs, oiseaux, escargots, limaces, « grosses bêtes » (sangliers, loups, lapins…).

2/ Les impacts des pratiques agricoles sur l’environnement :

– Conséquences sur le vivant : appauvrissement génétique, fragilité aux maladies, contamination des espaces non cultivés ou espèces dites sauvages, appauvrissement de la biodiversité. 

– Perturbation des sols et de la météorologie : épuisement et altération des sols (ruissellement, ravines, pollutions), eaux et pluies, vent dont la force est accélérée par la diminution des haies coupe‑vent.

– Risques pour la santé des hommes et des animaux : maladies professionnelles, cancers des agriculteurs et des riverains, maladies des animaux. 

– Risques pour l’approvisionnement et la sécurité alimentaire. 

3/ Les conflits, les analyses critiques et les propositions nouvelles :

– Usages et conflits d’usages environnementaux liés aux pratiques agricoles : gestion de l’inculte, droits collectifs, propriété individuelle, cohabitation entre riverains et activités agricoles.

– Information, éducation et sensibilisation : dénonciations et rôle des médias, contenu des formations et programmes d’enseignement, engagement syndical, associatif et militant, structuration et politisation des débats.

– Régulation et réglementation des pratiques agricoles pour une bonne gestion des ressources, pour une préservation de la biodiversité et de l’environnement, pour une meilleure protection sanitaire des producteurs et des consommateurs : législateurs et législations, acteurs et structures d’encadrement.

– Réflexions, expérimentations et actions nouvelles visant à limiter/modifier l’impact environnemental de l’agriculture : conflits générationnels, retour à la terre, modèles alternatifs, diversification des profils d’agriculteurs et de leur rapport à la terre, formes de résilience.

Modalités de propositions :

Les propositions de communication devront nous parvenir avant le 31 août 2024.

Elles comporteront un titre, un résumé de 2000 caractères et un court CV.

Nous vous remercions de bien vouloir les adresser à :

frederic.boutoulle@u-bordeaux-montaigne.fr

stephanie.lachaud@u-bordeaux-montaigne.fr

corinne.marache@u-bordeaux-montaigne.fr

Julien.Zurbach@ens.psl.eu

Le colloque se déroulera à l’université Bordeaux Montaigne les jeudi 6 et vendredi 7 février 2025.

Une attention particulière sera portée aux propositions de jeunes chercheuses et jeunes chercheurs.

Comité d’organisation :

Frédéric Boutoulle, Professeur en histoire médiévale, université Bordeaux Montaigne, UMR 5607, Ausonius 

Stéphanie Lachaud, Maîtresse de conférences en histoire moderne, université Bordeaux Montaigne, CEMMC (EA 2958)

Corinne Marache, Professeure en histoire contemporaine, université Bordeaux Montaigne, CEMMC (EA 2958)

Julien Zurbach, Maître de conférences en histoire grecque, École Normale Supérieure, Paris, UMR 8546, AOrOc

Comité scientifique :

Frédéric Boutoulle, Professeur en histoire médiévale, université Bordeaux Montaigne, UMR 5607, Ausonius

Christophe Chandezon, Professeur, histoire grecque, université Paul-Valéry Montpellier, UMR 5140, Archéologie des sociétés méditerranéennes

Emmanuelle Charpentier, Maîtresse de conférences en histoire moderne, université Toulouse-Jean Jaurès, UMR 5136, Framespa

Aline Durand, Professeure d’archéologie et d’histoire du Moyen Âge, université du Maine, UMR 6566, CReAAH Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences, Histoire

Patrick Fournier, Maître de conférences en histoire moderne, université Clermont-Auvergne, Centre d’histoire « Espaces et Cultures » (EA 1001)

Emmanuel Huertas, maître de conférences en histoire du Moyen Age, Chaire d’excellence « Histoire rurale de l’Europe méridionale 11e-15e siècle », Université de Toulouse II – Le Mirail, UMR 5136, Framespa

Stéphanie Lachaud, Maîtresse de conférences en histoire moderne, université Bordeaux Montaigne, CEMMC (Centre d’Histoire des mondes moderne et contemporain, EA 2958)

Corinne Marache, Professeure en histoire contemporaine, université Bordeaux Montaigne, CEMMC (Centre d’Histoire des mondes moderne et contemporain, EA 2958)

Charles-François Mathis, Professeur en histoire contemporaine, université Paris I Panthéon Sorbonne, UMR 8066, Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine

Clémence Pagnoux, Maîtresse de conférences en archéobotanique, Muséum National d’Histoire Naturelle, UMR 7209, Archéozoologie et Archéobotanique – Sociétés, Pratiques et Environnements

Céline Pessis, Maîtresse de conférences en histoire contemporaine, AgroParisTech-Université Paris-Saclay

Julien Zurbach, Maître de conférences en histoire grecque, École Normale Supérieure, Paris, UMR 8546, AOrOc

Journée d’études de l’AJCH : “Les appropriations de l’eau de l’Antiquité à nos jours”

Lieu : université de Lille, IRHiS

Date : 12 juin 2024

Cette année, la journée d’études annuelle de l’AJCH aura lieu à l’université de Lille, dans la salle de séminaire de l’IRHiS (Institut de Recherches Historiques du Septentrion), avec le soutien de ce laboratoire et du LaMOP (Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris). L’événement s’inscrit par ailleurs dans le Printemps de l’histoire environnementale du RUCHE (Réseau Universitaire de chercheur.ses en Histoire de l’Environnement).

Résumé :

À l’ère du changement climatique, la question de l’eau et de ses
appropriations se pose avec une acuité inédite : dans certaines régions, elle a tendance à se raréfier, causant des problèmes d’approvisionnement et des conflits d’usage. À cela s’ajoute un autre problème : celui de la pollution, aussi bien des cours d’eau douce que des mers et des océans.

Des difficultés similaires se sont posées dans les sociétés passées : les sécheresses comme la pollution ont une histoire, qu’il s’agira d’explorer dans toutes les périodes historiques et dans tous les contextes géographiques.

La notion d’appropriation sera centrale dans l’analyse et permettra d’appréhender cette problématique générale : comment les sociétés humaines ont-elles cherché à maîtriser une ressource vitale, dans des contextes où s’impose l’adaptation aux inconstances de l’environnement ?

Programme : https://irhis.univ-lille.fr/detail-event/je-les-appropriations-de-leau-de-lantiquite-a-nos-jours

Appel à communications – Colloque «Au bon air des jardins (18e – 21e siècles)»

Dates : 15-16 octobre 2024

Lieu : École de la Nature et du Paysage à Blois

Date limite pour soumettre une proposition : 30 juin 2024

Au XIXe siècle, Maupassant décrivait la canicule parisienne et vantait déjà la fraicheur à l’ombre des arbres en écrivant que « c’était une nuit sans vent, une de ces nuits d’étuve où l’air de Paris surchauffé entre dans la poitrine comme une vapeur de four. Une armée de fiacres menait sous les arbres tout un peuple d’amoureux » (Bel ami). Si les fiacres ont disparu, nul doute que les promenades, parcs et jardins restent des lieux appréciés en période de canicule pour des citadins à la recherche de “bon air”.

Le colloque vise à nourrir une réflexion générale sur l’air et le climat sous le prisme socio-spatialdes parcs et jardins urbains publics en France comme dans le reste du monde. Il a pour objectif de montrer si ces espaces sont marqués par des évolutions et transitions géohistoriques communes ou, au contraire, différentes dans les enjeux liés à l’air et au climat (Corbin 1982 ; Metzger 2018 ; Brassart et al. 2022). Afin de favoriser le dialogue disciplinaire, l’appel est ouvert en SHS : géographie, géohistoire, histoire, histoire de l’art, aménagement, architecture, projet de paysage, political ecology, sociologie…

Plus d’informations ici.

Appel à candidatures : Contrat doctoral histoire environnementale de l’empire français, XIXe-XXe siècles

Date limite de remise du projet : 31 mai.

Contrat doctoral : Histoire environnementale de l’empire colonial français (XIXe – XXsiècles)

Présentation des sujets possibles : 

Depuis son émergence au début des années 1970, l’histoire environnementale s’est penchée sur les empires coloniaux. L’ouvrage pionnier d’Alfred Crosby ouvrait la voie à une recherche dès lors foisonnante sur l’histoire environnementale des empires. Impulsé par les universités anglophones, cette recherche a toutefois conduit à un tropisme sur l’empire britannique, et plus particulièrement sur la conservation de la nature dans les colonies britanniques.

Ce contrat doctoral vise à investir le vaste espace colonial français. Au sein de cet espace, les terrains et thématiques possibles sont nombreux. Le foncier, les forêts, l’agriculture, l’eau mais aussi les mines, l’industrie ou les villes sont autant de champs parmi d’autres qui peuvent être interrogés dans une perspective environnementale. Le ou la doctorant.e proposera un projet de recherche sur un sujet circonscrit, ancré dans un terrain ou un corpus d’archives précis. Des projets privilégiant une approche sociale de l’histoire environnementale, prenant en compte les acteurs/actrices dans toute leur diversité et les conflits sociaux sont attendus.  

Profil du.de la candidat.e :

Le ou la doctorant.e devra détenir un master 2 recherche en histoire contemporaine. Être titulaire d’un concours de l’enseignement est par ailleurs bienvenu. Sur le plan linguistique, la langue de rédaction du doctorat est le français. Les candidatures maîtrisant l’anglais et/ou une langue vernaculaire du terrain choisi sont encouragées.

Documents demandés

–        CV

–        Présentation du projet de recherche entre 10 000 et 20 000 signes maximum. 

–        Mémoire de M2

–        Relevés de notes disponibles depuis la L1

Les dossiers sont à envoyer avant le 31 mai aux adresses suivantes : helene.blais@ens.fr et antonin.plarier@univ-lyon3.fr

Des auditions seront organisées le 28 juin et le 1er juillet pour les candidat.es sélectionné.es. 

Appel à communication – “Landscape and Green Spaces in the West Midlands: new directions in garden history”

Lieu : université de Birmingham

Date : 20 juillet 2024

Date limite pour envoyer une proposition : 30 avril 2024

The Centre for Midlands History & Cultures at the University of Birmingham has published a Call for Papers for its Annual Conference. This year’s theme is Landscape and Green Spaces: new directions in garden history. The Conference is on Saturday, 20 July at Winterbourne House & Garden in Edgbaston and the keynote speaker is Dr Clare Hickman, Reader in Environmental and Medical History at Newcastle University. Proposals for papers of 20 minutes length are sought by 30 April.

Plus d’information ici.

Appel à communications – 12e école d’été d’histoire économique : “Les économies de la nature aux époques médiévales et moderne”

La 12e école d’été d’histoire économique se réunira à Suse (Piémont, Italie) les 26, 27 et 28 août 2024.

Date limite de candidature : 1er mai 2024.

Elle aura pour thème « Les économies de la nature aux époques médiévale et moderne ». Cette thématique permettra de poursuivre et d’approfondir celles qui ont été développées les années précédentes (la valeur des choses, la pauvreté, les biens communs, les moyens de paiement, la qualité, l’organisation du travail, les écritures de l’économie, entreprendre, la circulation des savoirs, le risque, les espaces du commerce).

Plus d’informations ici.

Appel à communications – “Enjeux énergétiques et patrimoine archéologique, bâti et paysager: perspectives historiques”

Date : 27 septembre 2024

Lieu : Montréal, Direction Environnement d’Hydro-Québec

Date limite pour soumettre une proposition : 24 février 2024

La planification et l’aménagement des grands projets énergétiques depuis les Trente Glorieuses a bouleversé de vastes territoires urbains, ruraux et nordiques. À titre d’exemple, la construction de vastes complexes hydroélectriques dans le nord du Québec et du Canada a modifié les écosystèmes en place et a transformé les territoires ancestraux des peuples autochtones. En France et en Allemagne, l’implantation de centrales nucléaires a remodelé le paysage de nombreux territoires ruraux et agricoles et changé le portrait socioéconomique de ces derniers.

Plus d’informations ici.

Appel à communications – Avenirs transnationaux. Congrès annuel de l’ASMCF 2024 (Southampton, Royaume Uni)

Date : 5-6 septembre 2024

Lieu : université de Southampton

Date limite pour envoyer une proposition : 28 avril 2024

Le congrès annuel 2024 de l’ASMCF (Association for the Study of Modern and Contemporary France) cherchera à explorer le thème du transnationalisme et des échanges transnationaux. Le concept de transnationalisme englobe un réseau complexe de rapports, d’influences et de dialogues qui s’étendent au-delà des frontières nationales, créant une tapisserie de destins interconnectés. Ce paysage dynamique substitue aux notions traditionnelles d’isolationnisme des échanges dynamiques d’idées, de cultures et d’histoires. Les avenirs transnationaux nous invitent à revisiter le passé avec ses histoires de rencontres culturelles, économiques, politiques et linguistiques, et à explorer la fluidité de l’identité, l’impact des récits partagés, ainsi que les possibilités qui émergent lorsque des groupes, des régions et des nations s’engagent dans des rencontres et des échanges.

Plus d’informations ici.

Les appropriations de l’eau, de l’Antiquité à nos jours

Argumentaire

L’eau est une ressource inégalement répartie et souvent convoitée. Le premier conflit historiquement documenté concerne déjà l’appropriation d’un territoire irrigué : la guerre qui opposa les cités mésopotamiennes de Lagash et d’Umma il y a près de 4 500 ans. Cet exemple illustre la question fondamentale de l’appropriation de l’eau, c’est-à-dire sa prise de contrôle par les acteur⋅ices afin de répondre à leurs besoins et de servir leurs intérêts. Ces acteur⋅ices peuvent être les pouvoirs politiques, les institutions religieuses, les communautés d’habitant⋅es ou encore les entreprises et les acteurs économiques.

Posséder l’eau, c’est soumettre la ressource et le territoire alentour à son pouvoir. Cependant, du fait de sa fluidité naturelle, il est particulièrement difficile de se l’approprier (Charbonnier, 2020 ; Fournier, Lavaud, 2012). C’est pourquoi les sociétés ont très tôt et de manière récurrente mis en place des processus juridiques, sociaux ou matériels, pour organiser l’exploitation de la ressource comme pour résoudre les conflits d’usage. On peut ainsi identifier la propriété juridique et économique sur les eaux, les restrictions physiques d’accès, l’affirmation par la guerre ou par le droit d’une souveraineté politique, l’aménagement des cours d’eau (Lemire, 2011)… Ces différentes stratégies dépendent des acteurs, de leurs échelles d’action ou de la situation hydrologique. Des raisons naturelles comme le flux amont/aval ou les différences saisonnières de débit, mais aussi anthropiques, posent également la question de la répartition de l’eau et encouragent parfois les acteur⋅ices à mettre en place des politiques de coopération voire de partage, dont la gestion comme bien commun est un exemple (Ingold, 2008). Enfin, les évolutions théoriques et écologiques récentes ont entraîné une remise en cause de l’appropriation humaine des cours d’eau, allant jusqu’à l’attribution d’une personnalité juridique à des rivières (O’Donnell, 2018).

Les processus d’appropriation peuvent être perturbés quand les sociétés peinent à garantir un approvisionnement suffisant, du fait d’épisodes environnementaux peu favorables (manque de pluviométrie, canicules, inondations qui rendent les eaux impropres à l’utilisation, gel, aridité, etc.). Dans les contextes de pénurie ou de risque de pénurie, les incertitudes mènent à des tensions plus ou moins fortes autour de l’accès à l’eau (se matérialisant de différentes manières, de la fraude au conflit) et questionnent la légitimité des acteur⋅ices à se l’approprier. Dans ces contextes de tension, cette légitimité des différentes entités (association, pouvoir public, administration) à arbitrer la répartition de la ressource est remise en cause, de même que leurs critères de gestion (Ingold, 2012, 2014, Locher, 2020). Ce sont alors les modalités d’appropriation de l’eau qui sont discutées, notamment son statut comme bien personnel ou bien commun. L’enjeu est aussi de hiérarchiser les activités consommatrices d’eau, de l’usage alimentaire et domestique aux moulins, de l’agriculture à l’industrie en passant par des usages ludiques ou récréatifs. On constate aussi comment, alors que la vulnérabilité de certaines de ces activités aux événements naturels diminue progressivement, ces hiérarchisations évoluent (Vidal-Naquet, 1993, Le Roy Ladurie, 1967).

Outre la pénurie, la contamination de l’eau par celles et ceux qui se l’approprient (de fait ou de droit) est aussi génératrice de tensions. Les activités artisanales comme la tannerie ou le lavage des laines sont des sources permanentes de pollution (Jarrige, Le Roux, 2017). À l’âge industriel, la dégradation des cours d’eau s’aggravent, ceux-ci étant de plus en plus exploités par les détenteur⋅ices des moyens de production, notamment dans le secteur textile (Gagnepain, 2021). En outre, du fait de l’urbanisation croissante des sociétés contemporaines, les cours d’eau sont souvent devenus des égouts à ciel ouvert, où se déversent massivement les déchets industriels et domestiques. 

L’impact sanitaire de ces pollutions n’est pourtant pas ignoré. Hippocrate voyait déjà dans la salubrité de l’eau (mais aussi celle de l’air et des sols) un élément essentiel au maintien de la bonne santé des individus. Jusqu’au XIXe siècle, la théorie hippocratique des miasmes est restée dominante dans les pays où la culture grecque a imprégné la pensée médicale. D’après cette théorie, les milieux insalubres rejetteraient des substances aussi invisibles que toxiques. Une fois polluée, l’eau contaminerait ainsi l’air, engendrant des épidémies (Fournier, 2010). La théorie microbienne avancée par Pasteur a battu en brèche cette conception miasmatique, mais elle n’affirme pas moins qu’une eau polluée est potentiellement vectrice de maladies.

De la même manière que les sociétés ont depuis longtemps produit des savoirs complexes sur la nocivité d’une eau insalubre, elles ont une conscience ancienne des modifications de leur environnement, et plus particulièrement des déséquilibres qui affectent le cycle de l’eau (Fressoz, Locher, 2020). Dès l’époque moderne, les débats se multiplient autour de l’influence néfaste de la déforestation, de son rôle dans la pluviométrie trop variable et dans la multiplication des sécheresses et des inondations, de même que dans la difficulté des sols à absorber l’eau de pluie et à renouveler les aquifères. Les questions d’appropriation se couplent alors d’enjeux de bonne gestion. Cette conscience d’un impact fort des activités humaines sur le cycle de l’eau n’empêche pas l’appropriation accrue de cette ressource par des activités de plus en plus consommatrices. Ce phénomène commence avec la révolution industrielle et s’accentue tout au long des XXe et XXIe siècles, alimentant le déséquilibre dans le cycle de l’eau et l’appauvrissement de la ressource. 

Depuis le début des années 2000, l’impact des sociétés humaines sur l’environnement est pleinement reconnu par les sciences du système Terre, avec l’entrée dans l’Anthropocène, époque dans laquelle l’humanité est une force géologique à part entière (Bonneuil, Fressoz, 2016). Dans cette époque, le dépassement de la limite planétaire de l’eau douce et la pollution des réservoirs naturels (mers et océans, cours d’eau, glaciers, aquifères) font des guerres de l’or bleu un sujet toujours très actuel, 4500 ans après le premier conflit lié à cette ressource.

Bibliographie

BONNEUIL C. FRESSOZ J.-B., L’événement Anthropocène. La Terre, l’histoire et nous, Paris, Seuil, 2016

CHARBONNIER P. Abondance et liberté. Une histoire environnementale des idées politiques, Paris, La Découverte, 2020

FOURNIER P., « Zones humides et “aérisme” à l’époque moderne », in Zones humides et santé. Actes de la journée d’étude 2008 du Groupe d’Histoire des Zones Humides, Paris, GHZH, 2010

Id., LAVAUD S. (dir.), Eaux et conflits dans l’Europe médiévale, Toulouse, Presses universitaires du Midi, 2012

FRESSOZ J.-B., LOCHER F., Les Révoltes du ciel. Une histoire du changement climatique, XVe-XXe siècles, Paris, Seuil, 2020

GAGNEPAIN Y., « Du canal de Roubaix à l’insalubrité de la vallée de l’Espierre. Une histoire environnementale du contrôle de l’eau par les industriels de Roubaix au XIXe siècle », Histoire Politique [En ligne], vol. 43, février 2021

INGOLD A., « Les sociétés d’irrigation : bien commun et action collective », Entreprises et Histoire, vol. 50, no. 1, 2008, p. 19-35

Id., « Conflits sur les eaux courantes en France au XIXe siècle entre administration et justice. De l’enchevêtrement des droits et des savoirs experts », in id., (ed.), Faire la preuve de la propriété. Droits et savoirs en Méditerranée (Antiquité – Temps modernes), Rome, Ecole française de Rome, 2012

Id., « Les communs au prisme de l’État au XIXe siècle. Propositions pour sortir l’histoire des communs de l’ombre portée de l’administration étatique », in LOCHER F. (dir.), La nature en communs. Ressources, environnement et communautés (France et Empire français, XVIIe-XIXe siècle), Paris, Champ Vallon, 2020

JARRIGE F. LE ROUX T., La contamination du monde. Une histoire des pollutions à l’âge industriel, Paris, Seuil, 2017

LE ROY LADURIE E., Histoire du climat depuis l’an mil, Paris, Flammarion, 1967

LEMIRE V., La soif de Jérusalem. Essai d’hydro-histoire, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2011

O’DONNELL E., Legal Rights for Rivers: Competition, Collaboration and Water Governance, Londres, Rootledge, 2018

VIDAL-NAQUET P., Les ruisseaux, le canal et la mer. Les eaux de Marseille, Paris, L’Harmattan, 1993

Attendus 

Cet appel à communication s’adresse en priorité aux doctorant⋅es, post-doctorant⋅es et jeunes chercheur⋅euses. Les contributions pourront porter sur tous types de territoires, d’échelles géographiques et de périodes historiques. Il est cependant attendu de bien définir le cadre territorial et de s’appuyer sur un travail d’archives. 

Les communications devront durer 20 minutes et seront acceptées en français et anglais.

Les propositions doivent pouvoir s’intégrer dans un ou plusieurs des axes suivants :

  • modes de gouvernement et de gestion de l’eau
  • conflits d’usage et tensions entre acteurs
  • pollutions et qualité de l’eau
  • accessibilité et répartition de la ressource, inégalités d’accès

Calendrier

15 mars 2024 : date limite pour soumettre une proposition (2.000 signes), accompagnée d’un court CV

12 avril 2024 : sélection des propositions

12 juin 2024 : tenue de l’événement à l’université de Lille SHS (salle de séminaire de l’Institut de Recherches Historiques du Septentrion)

Contact et organisateur⋅ices

Contact : appropriationh2o@gmail.com

BOUNOUA Samy, ULille, IRHiS

KOWALSKI Hélène, ULille, IRHiS

VIDON Hugo, Paris I Panthéon Sorbonne, LaMOP

Comité scientifique

ALLINNE Cécile, UniCaen, centre Michel de Boüard CRAHAM

DEUDON Laetitia, UPHF, LARSH

LOCHER Fabien, CNRS, GRHEN

INGOLD Alice, EHESS, GRHEN

Appel à communications – Perception et appréhension du risque naturel dans l’Antiquité et au Moyen Âge

Date : 7-8 octobe 2024
Lieu : Orléans Centre international de la Recherche
Réponse attendue avant le :  15/03/2024


Le workshop a pour but d’étudier la perception de l’aléa et l’appréhension du risque naturel dans l’Europe antique et médiévale (projet PARAMA porté par la MSH Val de Loire, les laboratoires POLEN EA 4710 et IRAMAT UMR 7065). Pluridisciplinaire, il propose de réunir les compétences d’archéologues, de géoarchéologues, d’historiens de l’environnement, de spécialistes de la cartographie et des paysages. L’objectif est d’approfondir et de croiser les approches méthodologiques à partir d’études de cas.

Plus d’informations ici.