Archives par mot-clé : histoire environnementale

Appel à communications – Journée d’études “L’artificialisation des espaces naturels et ses représentations (XIX-XXe siècles)”

Lieu : université d’Orléans

Date : 19 juin 2024

Date limite pour soumettre une proposition : 15 mars 2024

Depuis la fin des années 2010, le phénomène de l’artificialisation des sols (avec ses variations lexicales : bétonnisation, étalements urbains…) est entré dans l’agenda politique et médiatique français, au nom des impératifs de lutte contre le réchauffement climatique, de défense de la biodiversité, ou de souveraineté agricole. Il faut dire que le phénomène a pris une ampleur considérable. À en croire l’Observatoire national de l’artificialisation des sols, plus de la superficie d’un département en France métropolitaine est consommé tous les dix ans. À ce constat, rendu brûlant par la multiplication des ZAD luttant sur le terrain contre de « grands projets inutiles » et « nocifs », les pouvoirs publics ne répondent guère que par de lointaines planifications (loi ZAN votée en 2021, amendée l’été dernier par le Sénat), diluées dans le temps (horizon 2031 puis 2050) et empêtrées dans le mille-feuille administratif des collectivités territoriales. C’est dire que la logique cumulative qui prévaut dans l’aménagement des territoires n’a pas été pour l’heure vraiment repensée. L’atteste le déploiement, « massif », de nouvelles sources d’énergie (solaire, éolienne, terrestre et maritime), en plus des infrastructures existantes (hydraulique, nucléaire), dans l’optique de mix énergétiques qui sont aussi et surtout des additions d’infrastructures, au service de la croissance. Toute expérience nocturne du paysage rend sensible ces empilements successifs : les lumières artificielles multipliées sont bien en passe de « tu[er] le clair de lune ».

Plus d’informations ici

 Appel à communications : Journée d’études “Frontières liquides. Les fleuves et les mers comme espaces frontaliers. Une histoire globale (XVIIème – XXème siècles)”

Lieu : Paris, EHESS

Date : 19 avril 2024

Date limite pour envoyer une proposition : 5 février 2024

L’un des apports de l’histoire environnementale a été de mettre en évidence les liens entre l’affirmation de diverses formations politiques et le contrôle et l’aménagement des espaces naturels sur lesquelles ces dernières prétendaient déployer leur autorité. L’objectif est ici de reprendre ce point de vue analytique qui fait de l’environnement un acteur à part entière de la formation des sociétés humaines, tout en focalisant nos études sur ces situations de contacts entre différentes souverainetés et les contestations qui en découlent et qui caractérisent les espaces frontaliers.
 
La journée d’études se propose d’étudier la fabrique des « frontières liquides », qu’elles soient fluviales ou maritimes, mais aussi lacustres ou marécageuses. Nous pensons que les milieux aquatiques sont des espaces au sein desquels il est particulièrement stimulant de penser la notion de frontière, car la mobilité qui leur est inhérente vient contrecarrer le désir de fixité qui est propre à celle-ci. Ainsi, il s’agit d’étudier les discours et les pratiques des acteurs appartenant aux cercles de pouvoirs qui entendent marquer une limite fixe, voire une séparation, dans un environnement qui, à la différence de la terre ferme, est par définition libre et mouvant. Des petits cours d’eau aux océans, l’histoire de l’eau que nous vous proposons d’écrire est celle de son indispensabilité à la vie des sociétés humaines, mais aussi de la lutte entre ces dernières pour capter son énergie, ses ressources et la surface terrestre sur laquelle elle s’étend.
 
L’approche que nous mettons en œuvre a pour visée d’établir une réflexion comparative à l’échelle globale et dans la longue durée. Il s’agit d’observer si la formation des « frontières liquides » a suivi les mêmes enjeux sur les différents continents à différentes époques et si les moyens mis en œuvre pour les surpasser ont également été similaires. Dans cette optique, l’analyse comparée des traditions juridiques et des conceptions de la propriété peut être une porte d’entrée particulièrement intéressante à prendre en compte. L’échelle d’analyse pourra nous amener à réfléchir sur les spécificités propres à différentes formes aquatiques identifiées, notamment en lien avec les types de contacts produits et de ressources convoitées.
 
Le qualificatif « liquide » entend également mettre l’accent sur les circulations de personnes, de choses et d’idées qui traversent ces espaces frontaliers. Il s’agit alors d’étudier les conséquences de ces échanges sur les inscriptions identitaires des individus et la permanence ou non de leurs traces après la mise en place de nouvelles territorialités administratives. L’histoire environnementale rejoint bien une histoire sociale qui prête attention aux pratiques des acteurs vivant sur les rives des fleuves ou les littoraux des mers afin d’analyser leur implication dans la construction des frontières politiques. Enfin, l’objectif de cette journée est de se déprendre des cadres historiographiques, qu’ils soient liés à des espaces ou à des périodes, pour montrer comment le fait de se centrer sur des « corps d’eau » permet de faire émerger une meilleure compréhension des espaces étudiés et des relations entre les êtres qui les habitent.
 
Comité d’organisation :
Antoine Rousseau (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – Mondes Américains/CRALMI)
Julia García Aranzazu (EHESS – Mondes Américains/CRBC)

Appel à articles – revue Histoire, médecine et santé “Santé et nature”

Date limite pour soumettre une proposition : 15 février 2024

Santé et nature

Sous la direction de Léo Bernard, Matti Leprêtre et Céline Pessis

Ce numéro thématique de la revue « Histoire, médecine et santé » questionne les divers usages et rapports à la nature dans le domaine de la santé. Le concept historiquement et culturellement situé de « nature » peut évidemment revêtir plusieurs sens et porter à discussion. Dans son rapport à la santé, il évoque spontanément les nombreux courants se réclamant des médecines « naturelles » apparus en Europe à partir du dernier tiers du XIXe siècle, et qui entendaient s’opposer, par leurs pratiques, à une médecine jugée de plus en plus artificielle et chimique, du fait notamment de l’industrialisation de la production des médicaments. Néanmoins, et dans le sillage des appels à « en finir avec les médecines parallèles » (Guillemain, Faure, 2019), si ce numéro souhaite accorder une attention renouvelée aux marges médicales, ce n’est ni pour s’y restreindre, ni pour déconnecter leur histoire de mouvements scientifiques et culturels plus généraux. Pour cela, il adopte une définition large de la « nature » qui permet d’englober l’ensemble des pratiques médicales faisant appel à la réalité matérielle qui environne et façonne l’espèce humaine – sous la forme des sols, des airs, des eaux et des autres espèces vivantes –, dans le but de maintenir ou rétablir la santé.

À la suite d’initiatives universitaires récentes interrogeant les conceptions plurielles de la nature et leurs effets dans un certain nombre de champs culturels (urbanisme, production artistique, etc.) , et porté par les enjeux pluridisciplinaires du moment auxquels nous confrontent les crises du climat et de la biodiversité, ce numéro thématique se propose d’explorer la manière dont ces représentations, ancrées aussi bien dans des ontologies que dans des enjeux mercatiques, contraignent et transforment les usages médicaux des éléments et des espaces naturels. Le numéro est ouvert à des propositions issues des contextes historiques et géographiques les plus variés, susceptibles d’élargir le regard sur la naturalité des éléments et des produits en question. Les contributions centrées sur la biomédecine européenne sont également encouragées : par-delà le « Grand partage » qui associe cette dernière à l’artificialité et à l’émancipation de la nature, des études récentes centrées sur la matérialité des pratiques ont montré combien la mise au travail des éléments naturels était cruciale pour les pratiques biomédicales au sens large, y compris dans leur forme industrielle – que l’on pense aux cultures de bactéries ou au criblage des substances végétales et marines pour la réalisation des médicaments de synthèse.

Que nous révèlent l’usage des plantes, l’attention portée à la richesse des sols cultivés ou encore les qualités vitales accordées aux bains d’eau et d’argile sur les contextes culturels, scientifiques et spirituels de leur production ? De la colonisation des « matériaux-savoirs » (Boumediene, 2016) à l’époque moderne à l’essor de la naturopathie dans le second XXe siècle, quelles alliances thérapeutiques entre éléments naturels et corps malades se forgent au fil des expériences individuelles et collectives ?

Pour penser les rapports intellectuels, productifs et commerciaux à la nature dans le domaine de la santé par-delà l’hétérogénéité de leurs contextes de production, le numéro s’organisera par entrées centrées sur l’un ou l’autre des éléments matériels composant cet environnement naturel non-humain (plantes, eau, terre, champignons, minéraux, etc.). Nous invitons les auteurs et autrices à soumettre des propositions d’articles problématisant l’un et/ou l’autre des points suivants à partir de cette entrée matérielle :

  • Comment des éléments ou des espaces naturels sont-ils mis au travail, activés ou convoqués, dans les pratiques de soin ? Comment leur agentivité est-elle pensée, dans quelles cosmologies s’insèrent-ils, et comment les conceptions de l’efficacité d’un agent thérapeutique naturel influent-elles sur les modes de préparation de cet agent (et inversement) ?
  • De la préparation à la guérison, quelles sont les différentes étapes (scientifiques, juridiques, commerciales) qui rendent une pratique ou un agent thérapeutique « naturels » ? Que révèlent-elles des rapports de force et des négociations entre les communautés épistémiques ou professionnelles qui interagissent autour de ces objets-frontière ? (On peut, par exemple, penser aux enjeux de définition entourant les « médicaments », les « produits cosmétiques » ou les « compléments alimentaires »).
  • Comment historiographier la nature et sa matérialité ? Les réflexions méthodologiques, par exemple sur le recours aux biographies retraçant la trajectoire d’agents thérapeutiques naturels, sont les bienvenues.

Informations et envoi des propositions :
leobernard.histoire[a]gmail.com ; matti.lepretre[a]gmail.com ; celine.pessis[a]agroparistech.fr

Calendrier :
• Délai d’envoi des propositions (deux pages maximum) : 15 février 2024.
• Réponses aux auteurs et autrices : début mars 2024.
• Remise de l’article définitif pour les propositions acceptées : décembre 2024. Après sélection des propositions, les articles soumis à HMS feront l’objet d’une évaluation par les pairs en double aveugle.
• Les propositions peuvent également mobiliser les différentes rubriques de la revue et concerner des entretiens, des sources et documents, ou encore des carnets de recherche.
• Publication prévue dans HMS 29, été 2026.

Langues de rédaction : français, anglais ou espagnol.
Directives éditoriales sur HMS.

Bibliographie indicative :

Arnaud BAUBEROT, Histoire du naturisme : Le mythe du retour à la nature, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2004.
Christian BONAH et Anne RASMUSSEN (dir.), Histoire et médicament aux XIXe et XXe siècles, Paris, Biotem & Éditions Glyphe, 2005.
Samir BOUMEDIENE, La colonisation du savoir. Une histoire des plantes médicinales du « Nouveau Monde » (1492-1750), Vaulx-en-Velin, Éditions des Mondes à faire, 2016.
David CANTOR (dir.), Reinventing Hippocrates, Burlington, Ashgate, 2002.
Pratik CHAKRABARTI, Inscriptions of Nature: Geology and the Naturalization of Antiquity, Baltimore, John Hopkins University Press, 2020.
Philippe DESCOLA (dir.), Les Natures en question, Paris, Odile Jacob, 2018.
Hervé GUILLEMAIN et Olivier FAURE (dir.), Pour en finir avec les médecines parallèles : Une histoire croisée des médecines alternatives et de la médecine académique (XIXe-XXe siècles), Toulouse, Presses Universitaires du Midi, 2019.
Lisa HAUSHOFER, Wonder Foods: The Science and Commerce of Nutrition, Oakland, University of California Press, 2023.
Robert JÜTTE, Geschichte der alternativen Medizin: von der Volksmedizin zu den unkonventionellen Therapien von heute, München, C.H. Beck, 1996.
Alexander VON SCHWERIN, Heiko STOFF et Bettina WAHRIG (dir.), Biologics, A History of Agents Made From Living Organisms in the Twentieth Century, London, Pickering & Chatto, 2013.
Avi SHARMA, We Lived for the Body: Natural Medicine and Public Health in Imperial Germany, DeKalb, Northern Illinois University Press, 2014.

Appel à communications – Colloque “Les fabriques de la norme hygiénique”

Lieu : centre international universitaire, Orléans

Date : 5 décembre 2024

Date limite pour envoyer une contribution : 29 mars 2024

La réflexion relative aux fabriques de la norme hygiéniste peut se déployer autour de plusieurs axes thématiques :

– Les origines de la norme hygiéniste :

            – A compter du XIXe siècle, le développement des sciences va permettre un déploiement du discours hygiéniste. Il convient de s’intéresser aux hommes et aux idées qui vont participer à sa diffusion et à leurs opposants. Des hygiénistes promeuvent les principes de « solidarité sanitaire » et de « croisade sanitaire », qui légitiment la limitation de la liberté individuelle en imposant des obligations telles que la vaccination des enfants ou des jeunes adultes, la désinfection… De même, ce solidarisme entre en conflit avec le droit de propriété lorsqu’il souhaite imposer l’assainissement des logements insalubres. Les libéraux s’opposent à cet idéal hygiéniste qu’ils jugent liberticide.

            – Ensuite les lieux de diffusion doivent être questionnés. Les hygiénistes peuvent investir les conseils de salubrité, les conseils municipaux et poursuivre leur cursus honorum au sein de la représentation nationale. Mais, il existe également des instances de réflexion à l’instar de l’Académie de médecine qui, dès 1820, se donne pour objectif de traiter les questions de santé publique, ou encore les congrès nationaux et internationaux.

– Le niveau de création et d’intervention de la norme hygiéniste :

            – La norme hygiéniste peut être localisée, d’ordre règlementaire et bureaucratique, ou fondée avant tout sur la loi au niveau national. Cela étant, l’échelon local est intervenu le premier, plusieurs villes ont produit une règlementation sanitaire bien avant les grandes lois nationales (Le Havre, Grenoble, Reims, etc.).

            – Le discours des hygiénistes parvient-il à pénétrer la normativité locale, existe-t-il une réception différenciée entre villes et municipalités rurales, alors que les questions relatives au coût des mesures sanitaires doivent être soulevées ?

            – La norme hygiéniste entre décentralisation et centralisation : Cette norme parvient-elle à se déployer pleinement dans un cadre décentralisé qui fait la part belle aux collectivités locales, notamment aux municipalités, comme le suggère les textes adoptés au XIXe siècle ? Pourquoi et comment, au siècle suivant, des idées centralisatrices tendent à se développer, avec plus ou moins de succès ?

– Le colloque entend aussi explorer la problématique de l’impérialisme sanitaire, hygiéniste et médicale dans nos sociétés contemporaines, menaçant l’équilibre entre les nécessaires politiques de sécurité sanitaire dont bénéficient les populations et le respect des libertés individuelles et collectives. Il s’agira alors de questionner les risques, juridiques et politiques qui accompagnent les ambitions d’une société du risque zéro. Ceux-ci apparaissent comme les conséquences d’une biosécurité qui consiste en un écrasement de la politique et des choix normatifs par l’obsession de la maîtrise des risques réalisée par une série de mesures et d’actions de nature essentiellement préventive reposant sur des moyens techniques, scientifiques ou simplement para-scientifiques ayant pour effet de réduire la question de l’organisation sociale à des choix qui ne relèvent au fond que de l’impératif de la nécessité pour affronter des phénomènes considérés inéluctables par nature. Les contributeurs seront amenés à s’interroger sur les tensions juridiques révélées par le nouvel état d’urgence sanitaire et les progrès des dispositifs de contrôle social dont l’ambition est de permettre la surveillance des populations non pas au nom de la santé mais davantage selon une conception d’une vie ni vraiment saine, ni vraiment malade (voir en ce sens la figure contradictoire du malade asymptomatique), mais toujours perçue comme potentiellement pathogène pouvant justifier en retour et pour le bien de tous la limitation des droits et libertés de chacun.

Mots clés

Hygiène publique, hygiénisme, norme, histoire, biopouvoir, biosécurité.

Date limite appel à contribution : 29 mars 2024

Les contributeurs sont invités à envoyer un résumé de 3000 signes (espaces compris) ainsi que le titre de leur éventuelle communication aux adresses suivantes, pierre.belda@univ-orléans.fr et dominique.messineo@univ-orleans.fr

Date du colloque 5 décembre 2024, centre international universitaire pour la recherche (Hôtel Dupanloup) Orléans. 

Résumé :

Le concept d’hygiène publique, qui s’impose en France au cours du XIXe siècle, mobilise diverses disciplines, à l’instar de la médecine, de la chimie, de l’urbanisme, des statistiques, de l’économie politique, etc. En s’appuyant sur la science du temps, les hygiénistes entendent supprimer les foyers d’infection et modifier des comportements jugés néfastes. Un tel projet implique la création d’une normativité renouvelée susceptible de mettre en œuvre cette évolution sociétale. Ce colloque invite à questionner les fabriques de la norme hygiéniste depuis les années 1830 jusqu’à nos jours, en examinant de quelle manière le discours hygiéniste pénètre les différentes sources du droit, ainsi que la problématique du meilleur échelon d’intervention en matière d’hygiène publique et les tensions à l’œuvre entre le centre et les périphéries.

Comité scientifique

Pierre Allorant, Professeur des universités, Doyen de la faculté de droit économie gestion de l’université d’Orléans.

Pierre Belda, MFC Histoire du droit, université d’Orléans.

Fouad Eddazi, MCF Droit public, université d’Orléans.

Dominique Messineo, MFC Histoire du droit, université d’Orléans.

François Priet, Professeur émérite Droit public, université d’Orléans

Appel à contribution – 3e printemps de l’histoire environnementale

Du 30 mai au 21 juin 2024 aura lieu la troisième édition du Printemps de l’histoire environnementale, portée par le Réseau universitaire de chercheur.es en histoire environnementale (ci-après : Ruche).
L’initiative vise à valoriser l’histoire des interactions entre les sociétés et leurs environnements. Les événements sont proposés et organisés par des équipes locales, en lien avec les acteur.trice.s des territoires concernés, et rassemblés dans un programme commun.

Les événements peuvent être portés par des équipes des centres de documentation dans l’enseignement secondaire ou de bibliothèques dans les villes, des membres de centres sociaux et culturels, des institutions culturelles, des associations valorisant l’histoire de groupes ou de sujets particuliers (mémoires ouvrières, paysannes, industrielles, de quartiers ou de villes, etc.), des équipes des parcs naturels, des laboratoires de recherche, des associations étudiantes, des équipes pédagogiques dans l’enseignement supérieur ou secondaire, des sociétés savantes, des collectifs art-sciences, et tous les collectifs intéressés par la transmission de l’histoire des transformations environnementales de leurs territoires.
Ce festival entend dépasser la focalisation médiatique et politique sur la courte durée, afin d’éclairer des processus de plus long terme, de faire place à des acteurs ordinaires, et de reconstituer l’historicité des écosystèmes et des territoires. Les initiatives proposées peuvent concerner toutes les périodes historiques, des figures marquantes ou méconnues, des événements internationaux ou locaux.

Plus d’informations ici.

Appel à communication – Colloque international “Enjeux énergétiques et patrimoine archéologique, bâti et paysager : perspectives historiques”

Lieu : Montréal,

Date : 27 septembre 2024

Date limite pour soumettre une proposition : 26 janvier 2024

La planification et l’aménagement des grands projets énergétiques depuis les Trente Glorieuses a bouleversé de vastes territoires urbains, ruraux et nordiques. À titre d’exemple, la construction de vastes complexes hydroélectriques dans le nord du Québec et du Canada a modifié les écosystèmes en place et a transformé les territoires ancestraux des peuples autochtones. En France et en Allemagne, l’implantation de centrales nucléaires a remodelé le paysage de nombreux territoires ruraux et agricoles et changé le portrait socioéconomique de ces derniers.

Dès les années 1960 et 1970, dans la foulée de l’émergence de nouveaux mouvements sociaux qui prennent la parole pour contester l’ordre établi, ces bouleversements et les risques environnementaux qui y sont associés font face à des enjeux d’acceptabilité sociale grandissants. De nombreux groupes environnementalistes, experts scientifiques, porte-paroles des Premières Nations et citoyens engagés militent en faveur de la protection des territoires et des écosystèmes. Ce faisant, ils demandent à revoir ou à bonifier les pratiques de planification en matière de projets énergétiques afin de tenir compte des préoccupations des communautés locales, régionales et nationales. C’est dans ce contexte qu’émerge au sein même des producteurs d’énergie, et de concert avec les différents gouvernements, un intérêt nouveau pour la mise en place de mesures préventives et d’atténuations visant non seulement la protection de l’environnement, mais aussi la protection du patrimoine. À ce sujet, le cas d’Hydro-Québec est plutôt révélateur : en 1970, l’entreprise met sur pied le Comité de protection de l’environnement qui deviendra, en 1973, la Direction de l’environnement, une structure administrative pluridisciplinaire travaillant notamment à la sécurisation de ce qu’elle appelle alors « l’écologie humaine ». À la Baie James, la Société de développement de la Baie James (SDBJ) et la Société d’énergie de la Baie James (SEBJ), filiale d’Hydro-Québec, transforment ce territoire nordique en vaste laboratoire où sont effectuées des centaines d’études d’impact environnementales. C’est dans ce nouveau contexte, qui coïncide avec l’application de la Loi sur les biens culturels et la Loi sur la qualité de l’environnement, que la société d’État s’érige comme un acteur majeur de la recherche archéologique au Québec.

Des initiatives scientifiques récentes se sont intéressées au lien entre l’énergie et la protection de l’environnement.L’objectif de ce colloque sera d’étudier les pratiques associées à la protection du patrimoine (archéologie, bâti, paysager) dans le contexte de la planification, de l’aménagement et de la gestion des projets énergétiques. Il s’agira d’analyser les politiques et les initiatives en matière de protection du patrimoine menacé par les infrastructures énergétiques (barrages, centrales, lignes de transport, postes électriques, etc.), avec une attention particulière sur les pratiques et les activités archéologiques qui n’ont pas fait l’objet d’une étude poussée et comparative à ce jour.

Regroupant des historiens, des archéologues, des spécialistes en patrimoine et des experts travaillant pour les producteurs d’énergie en Amérique du Nord et en Europe, le colloque souhaite aborder, dans un cadre pluridisciplinaire et croisé, les approches et les efforts déployés par de nombreuses entreprises pour protéger, conserver et mettre en valeur le patrimoine archéologique, bâti et paysager en contexte de développement et de transition énergétique, d’aménagement du territoire, de gestion des actifs, de protection de l’environnement, de lutte contre les changements climatiques et d’enjeux mémoriels.

Plus largement, les contributions pourront toucher les thématiques (non exhaustives) suivantes :

–        Le contexte législatif et politique qui encadre les pratiques archéologiques et la protection du patrimoine en général;

–        L’étude des pratiques archéologiques et de gestion du patrimoine bâti et paysager, y compris les considérations méthodologiques;

–        Les acteurs impliqués dans les différents types d’interventions archéologiques;

–        Les acteurs impliqués dans la gestion du patrimoine bâti et paysager;

–        Les projets de mise en valeur du patrimoine archéologique, bâti et paysager;

–        Les grands chantiers archéologiques en lien avec les projets énergétiques et leur importance dans l’avancement des connaissances et l’amélioration des pratiques;

–        Une comparaison des pratiques et activités archéologiques et de promotion du patrimoine bâti et paysager en fonction des types de projets énergétiques (centrales nucléaires, lignes électriques, centrales thermiques, centrales hydroélectriques, parc éolien, etc.);

–        Une comparaison des activités et pratiques archéologiques et de promotion du patrimoine bâti et paysager entre deux (ou plus) producteurs d’énergie;

–        Le développement conjoint et les liens qui unissent le milieu naturel ou physique et le milieu humain.

Parrainé par Hydro-Québec et le Comité d’histoire de l’électricité et de l’énergie (EDF, France), le colloque aura lieu à Montréal dans les bureaux de la Direction Environnement d’Hydro-Québec le 27 septembre 2024.

Les personnes intéressées à soumettre une proposition de communication devront fournir, avant le 26 janvier 2024, un résumé d’environ 250 mots comprenant un titre et une description des principales sections qui seront développées durant la communication. Elles devront également soumettre une notice biographique (7-8 lignes) précisant leurs coordonnées, leur affiliation institutionnelle, leur domaine de spécialisation ainsi qu’une liste de publications, s’il y a lieu. Les dossiers de propositions doivent être envoyés à savard.stephane@uqam.ca afin d’être évalués par le comité scientifique. Il est à noter que les propositions et les communications pourront se faire en français (prioritairement) ou en anglais.

Le colloque sera suivi de la publication d’un dossier thématique de revue savante. À cet effet, les personnes participantes seront invitées à soumettre une version définitive de leur texte avant la fin de l’année 2024, pour une publication qui aura lieu en 2025. Le texte devra compter entre 7 000 et 10 000 mots (notes incluses).

Les membres du Comité scientifique et organisateur :

Martin Perron, archéologue, Hydro-Québec (coprésident)

Stéphane Savard, professeur en histoire, Université du Québec à Montréal (coprésident)

Michelle Bélanger, spécialiste en patrimoine bâti et industriel, Hydro-Québec

Christian Gates St-Pierre, professeur en archéologie, Université de Montréal

Alexandra Lemarcis, spécialiste en patrimoine bâti et industriel, Hydro-Québec

Charles-François Mathis, professeur en histoire, Paris 1-Panthéon-Sorbonne

Philippe Pinet, doctorant en histoire, Université du Québec à Montréal

Mathieu Roy, doctorant en histoire, Université du Québec à Montréal

Manon Savard, professeure en archéologie et géographie, Université du Québec à Rimouski

Appel à communication : L’industrie des pesticides sous le regard des sciences sociales : produire, promettre, se défendre

Lieu : Paris, campus Condorcet

Date limite de réception des propositions : 31 octobre 2023

Notification de décision : 15 novembre 2023

Envoi d’un texte de 5 pages pour les sélectionnés : 7 janvier 2024

Journées d’étude : 21 et 22 mars 2024

Le réseau SHS-Pesticides a été créé en février 2020 pour mieux connaître et faire connaître la recherche en sciences humaines et sociales sur les pesticides. Les quatrièmes journées d’étude se
tiendront les 21 et 22 mars 2024 à Paris sur le thème des “industries pesticides”. Les journées d’études organisées par ce réseau permettent de rendre compte de la diversité des approches sur la question et de confronter les regards disciplinaires.

Plus d’informations ici.

Appel à communication – Colloque “La sueur et la poussière. Une histoire environnementale des mondes du travail”

Date : 19-20-21 juin 2024

Date limite pour soumettre une proposition : 1er décembre 2023

Lieu : université de Toulouse

Ce colloque est organisé conjointement par le Réseau universitaire des chercheurs et chercheuses en Histoire environnementale (RUCHE) et l’Association française d’histoire des mondes du travail (AFHMT).

Les propositions de communication (titre, résumé de 2000 signes maximum, court CV) devront être envoyées à sueur.poussiere@gmail.com avant le 1er décembre 2023. Une réponse sera donnée avant le 30 janvier 2024.

Les langues du colloque seront le français et l’anglais. Les propositions de jeunes chercheur.e.s sont particulièrement bienvenues.

Plus d’informations ici.

Bourse de soutien à la rédaction d’un mémoire de master 2023-2024 (histoire économique et histoire environnementale)

Date limite pour soumettre un dossier : 21 octobre 2023

Le RUCHE (Réseau Universitaire de chercheurs en histoire environnementale) et l’AFHE (Association Française d’Histoire Économique) souhaitent encourager la recherche croisant histoire économique et histoire environnementale. Les travaux faisant l’objet de la candidature à la bourse peuvent relever de diverses disciplines de sciences humaines et sociales, mais doivent présenter une dimension historique et être rédigés en langue française.
Ce soutien s’adresse aux étudiant.e.s de toutes nationalités inscrit.e.s en master 2 dans une université ou dans un établissement supérieur public français, à l’exception des fonctionnaires recevant déjà une rémunération pour leurs études.

Le RUCHE (Réseau Universitaire de chercheurs en histoire environnementale) et l’AFHE (Association Française d’Histoire Économique) souhaitent encourager la recherche croisant histoire économique et histoire environnementale. Les travaux faisant l’objet de la candidature à la bourse peuvent relever de diverses disciplines de sciences humaines et sociales, mais doivent présenter une dimension historique et être rédigés en langue française. Ce soutien s’adresse aux étudiant.e.s de toutes nationalités inscrit.e.s en master 2 dans une université ou dans un établissement supérieur public français, à l’exception des fonctionnaires recevant déjà une
rémunération pour leurs études.

Plus d’informations ici.

Appel à communications – Colloque “L’écologisation de la vie politique depuis 1945 (France-Europe)”

Lieu : université d’Orléans

Date : 24-26 avril 2024

Date limite pour envoyer une proposition : 1er juillet 2023

En avril 2024, soit cinquante ans après la candidature de René Dumont à l’élection présidentielle, un colloque consacré à l’écologie de la vie politique dans le second XXe siècle se tiendra à l’université d’Orléans.

Trois grands axes de réflexion structurent ce colloque :
– les écologies politiques en France et en Europe7

– rythme, spécificités et profondeur de l’écologisation de la vie politique

– Inertie, résistance et réaffirmation du productivisme

Plus d’informations ici.