Archives par mot-clé : histoire médiévale

Appel à communication – Le genre et la mort. Approche croisée : archéologie, histoire et anthropologie sociale

Lieu : Strasbourg

Dates : 26-27 novembre 2024

Date limite pour candidater : 28 juin 2024

Ces rencontres jeunes chercheuses et chercheurs visent à rassembler des doctorant-e-s et des jeunes docteur-e-s en archéologie, en histoire et en anthropologie sociale afin de discuter de la problématique du genre en contexte funéraire, ainsi des méthodologies adoptées pour son appréhension par chacune de ces trois disciplines.

Plus d’information ici

Appel à communications – Université d’automne de l’homosexualité

Date : 10-12 octobre 2024

Lieu : Nice

Date limite pour soumettre une proposition : 31 mai 2024

Organisée par l’association S2H – Société d’Histoire de l’Homosexualité

Présidée par Ghislain Graziani – Docteur en Histoire contemporaine (Université Paris-Cité/Università di Bologna)

« Etudes sur l’homosexualité »

Appel à communications

***

L’association S2H organise la première édition de l’Université d’Automne de l’Homosexualité du 10 au 12 octobre 2024 à Nice. Fondée en novembre 2023, l’association a notamment pour but de promouvoir les études et les recherches scientifiques liées à l’histoire de l’homosexualité.

Dans cette optique, l’association se propose d’organiser un évènement scientifique ayant pour thème les « Etudes sur l’homosexualité » ouvert à toutes les jeunes chercheuses et chercheurs, doctorantes et doctorants, post-doctorantes et post-doctorants, travaillant sur ce thème et ce quels que soient leur champ disciplinaire, leur période historique, leur aire géographique ou culturelle, permettant ainsi dès cette première édition de rassembler le plus grand nombre et la plus grande diversité. Ainsi comme un appel à varia nous souhaitons offrir à chacune et chacun la possibilité d’exposer ses problématiques et ses travaux ayant avant tout pour ambition de favoriser la visibilité de ces recherches.

***

Notre démarche vise à renforcer les recherches sur le thème de l’homosexualité et à créer un pôle de référence pour les chercheuses et chercheurs leur offrant ainsi un espace d’expression, de dialogue et de liberté. Notre ambition est de contribuer au décloisonnement d’un objet d’étude pluriel qui, en dépit d’une richesse accrue au sein des études de genre et sur la sexualité en France, semble, dans une large mesure, y demeurer périphérique et non pas central. Notre réflexion s’inscrit donc dans une appréhension multidimensionnelle des discours, des pratiques et des représentations dans toute leur diversité telle qu’elle se manifeste dans de nombreux travaux récents.

Dans cette optique, c’est un dialogue résolument pluridisciplinaire que nous souhaitons instaurer ; en conviant toutes les disciplines qui se sont de près ou de loin penchées sur le thème que nous avons privilégié. Ainsi, la mobilisation et la diversité d’approches méthodologiques ne pourront s’avérer qu’enrichissantes.

Nous souhaitons que cet objet d’étude de tout évidence multiple continue à profiter d’un élargissement – théorique et empirique – tout aussi multiple : en termes de méthodologie, en terme d’aires géographiques et culturelles, en termes de périodes historiques. Dans le contexte actuel, notre volonté de promouvoir ce thème de recherche dans une démarche pluridisciplinaire s’apparente à une forme de résistance. Il nous paraît en effet essentiel, au travers de cette Université d’automne, de défendre les études de genre, les études liées aux sexualités, de participer à leur diffusion, de mettre en avant le travail de jeunes chercheuses et chercheurs et d’affirmer la légitimité de ces études.

Pour ce faire, nous souhaitons créer les conditions d’un réel rendez-vous scientifique ouvert sur la société et ayant pour but de combler un manque. Nous avons en effet constaté que les jeunes chercheuses et chercheurs travaillant sur les études liées aux sexualités, aux identités de sexe ou au genre ont souvent le sentiment d’être isolés. Nous avons donc pour ambition de les rassembler et de leur ouvrir un espace dédié permettant de confronter leurs méthodes et leurs pratiques scientifiques et de créer une émulation intellectuelle.

Nous voulons, au travers de cette Université d’automne, engager un mouvement qui a pour but de fédérer autour d’un rendez-vous scientifique annuel les jeunes chercheuses et chercheurs.

Les propositions de communication (300-500 mots) ainsi qu’une courte notice biographique devront être envoyées au plus tard le vendredi 31 mai 2024 (inclus) par courriel au format .pdf à l’adresse suivante : universiteautomnehomosexualite@outlook.com

Appel à contribution – Chantiers médiévaux. 56e Congrès de la Shmesp

Lieu : Albi

Dates : 22-25 mai 2025

Date limite pour candidater : 25 mai 2024

Le 56e Congrès de notre Société se tiendra à l’Université Champollion (Albi), du 22 au 25 mai 2025, sur le thème des « chantiers médiévaux« . Nous vous prions de bien vouloir trouver l’argumentaire au lien suivant : Congrès-Shmesp-2025-Albi-argumentaire

Les propositions de communication doivent être adressées au secrétariat de la SHMESP avant le 25 mai 2024, délai de rigueur, exclusivement par courrier électronique à secretariat@shmesp.fr. Elles doivent être accompagnées d’un résumé d’une page, à défaut duquel il ne sera pas possible de les prendre en compte. Le comité scientifique fera connaître d’ici fin juin les contributions retenues.

Nous rappelons que la Société ne prend pas en charge les frais des intervenants. Des bourses sont toutefois proposées aux doctorantes et doctorants, ainsi qu’aux jeunes chercheuses et chercheurs, qui interviendraient lors de ce congrès.

Les actes des congrès de le SHMESP paraissent régulièrement à l’occasion de l’Assemblée générale de l’année qui suit, grâce notamment au travail des responsables des publications. Les collègues qui proposent une communication s’engagent donc moralement à publier leur texte en le rendant dans les délais imposés par ce calendrier serré, soit le pour 1er septembre 2025, et en respectant le nombre de signes défini par les responsables des publications ainsi que les normes de la collection.

Nous encourageons vivement les jeunes chercheurs à participer à ce congrès. Les directeurs de thèses sont donc invités à informer au plus vite les doctorants susceptibles d’être intéressés.

Plus d’informations ici

Appel à articles – Les dépôts lapidaires : de précieux vestiges pour l’histoire du monument et de son decor sculpté

Revue : In Situ (Paris)

Date limite pour candidater : 15 juin 2024

Dates des résultats : 10 décembre 2024

Les dépôts lapidaires sont entendus comme des fragments d’architecture et de sculpture, déposés et rassemblés de manière à conserver un lien organique avec leur monument ou leur site d’origine. Ces dernières années, In Situ. Revue des patrimoines a ponctuellement traité le sujet des dépôts lapidaires par des articles en ligne tels que celui d’Élisabeth Portet sur « Les collections du Panthéon. Étude, inventaire et perspectives scientifiques », dans le numéro thématique sur les Ensembles mobiliers, industriels, techniques. Connaissance, protection, conservation, présentation au public (2016, no 29), ou de manière indirecte en étudiant les moulages issus des chantiers de restauration de la cathédrale Notre-Dame de Laon conservés dans le dépôt lapidaire (Caroline Dujon-Attali Ben Mayer, « Les moulages de Notre-Dame de Laon : une découverte récente », Le moulage. Pratiques historiques et regards contemporainsIn Situ, 2016, no 28)

À l’initiative d’Arnaud Timbert, professeur d’histoire de l’art médiéval à l’université de Picardie Jules-Verne, une journée d’études a été consacrée aux dépôts lapidaires associés à des édifices médiévaux de Picardie (université d’Amiens, 2006). Elle a été suivie de deux autres journées d’études organisées par Delphine Hanquiez sur les dépôts lapidaires du nord de la France (INHA, 2008) et sur les collections lapidaires de la Flandre, de l’Artois et du Cambrésis (université d’Artois, 2019). Toutes ces rencontres ont fait l’objet d’une publication1

Ces travaux ainsi que plusieurs monographies récentes d’édifices ont mis en exergue l’intérêt scientifique et patrimonial des dépôts lapidaires pour l’histoire de l’architecture et l’histoire de la conservation-restauration. « La prise en compte des pièces déposées pour la compréhension et la restitution en trois dimensions d’un édifice disparu ou de ses états anciens apparaît aujourd’hui comme une étape essentielle de la recherche scientifique. Leur conservation s’impose aussi comme une nécessité du point de vue patrimonial, afin qu’elles puissent servir à nouveau de référence aux restaurations futures2. »

Dans la lignée des actions menées par Léon Pressouyre dans les années 1970 en vue d’assurer la protection au titre des monuments historiques des fragments, les inventaires pièce à pièce des dépôts lapidaires (comme à Amiens, Arras, Beauport, Beauvais, Besançon, Châlons-en-Champagne, Chartres, Cluny, Creil, Jumièges, Lille, Meaux, Noyon, Reims, Rue, Saint-Denis, Saint-Guilhem-le-Désert, Saint-Leu-d’Esserent, Saint-Omer, Saint-Quentin, Senlis, Soissons, Tours, Vaucelles…) ont été menés et poursuivis. Ils révèlent les avancées obtenues ces dernières années grâce à des partenariats scientifiques et des synergies locales, pour l’étude, la meilleure conservation et valorisation.

Ce sujet qui prend de nombreuses formes appelle un état des lieux des travaux en cours et une réflexion sur la mise en commun des approches des différents secteurs (monuments historiques, archéologie, musées, parcs et jardins) pour définir des pistes d’actions et renouveler, le cas échéant, la prise en compte de ces biens culturels particuliers qui se situent à l’intersection des domaines immobiliers et mobiliers.

Plus d’informations ici

Appel à article – Notices pour une encyclopédie de l’histoire de l’Eglise

Ouvrage : Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques

Université : UCLouvain, KU Leuven (Belgique)

Date limite pour soumettre un article : 1er septembre 2024

Les éditeurs du Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques recherchent des notices pour leur prochain fascicule.

Cette encyclopédie réputée d’histoire de l’Église, commencée par Alfred Baudrillart en 1909 et actuellement gérée par l’UCLouvain et la KU Leuven en Belgique, publie des notices sur des personnes, des institutions, des phénomènes et des lieux liés à l’histoire du christianisme dans des fascicules imprimés réguliers ; toutes les notices apparaissent également sur la plateforme en ligne de notre éditeur, Brepolis.

Les éditeurs recherchent actuellement des notices pour le prochain fascicule. Les articles doivent fournir des introductions faisant autorité sur le sujet traité, mêlant à la fois des informations factuelles et un résumé du status quaestionis historiographique, et doivent inclure une bibliographie. Ils peuvent être rédigés en français ou en anglais ; la date limite est fixée au 1er septembre 2024. Le nombre de mots est à convenir avec les éditeurs en fonction du sujet.

Le DHGE est une source d’information fiable dans le monde universitaire. Publier dans cette ressource historique signifie partager votre expertise avec un public mondial et ajouter votre nom à notre liste d’anciens auteurs, qui comprend David Knowles, Hubert Jedin, Michel de Certeau et Marie-Dominique Chenu.

Plus d’informations ici

Offre d’emploi – AGRELITA recrute trois post-doctorants

Employeur : Université de Caen, Normandie

Durée : CDD 12 mois, renouvelable

Niveau d’étude : Doctorat en littérature française du Moyen Âge et / ou de la Renaissance, en histoire de l’art du Moyen Âge et / ou de la Renaissance, en langues et littérature anciennes ou en histoire culturelle des XIVe-XVIe siècles.

Date limite pour candidater : 12 mai 2024

Dans le cadre du Projet ERC Advanced grant 2020 AGRELITA, « The reception of ancient Greece in pre-modern French literature and illustrations of manuscripts and printed books (1320-1550): how invented memories shaped the identity of European communities », dirigé par Prof. Catherine Gaullier-Bougassas (Principal Investigator), trois postes contractuels de post-doctorants à temps plein (100%) sont à pourvoir à compter du 01/10/2024.

L’histoire de la réception de la Grèce antique (avant Alexandre le Grand) en Europe occidentale pré-moderne s’est concentrée jusqu’ici presque exclusivement sur la transmission des textes de l’Antiquité grecque. Pourtant, bien avant la renaissance de l’enseignement du grec, de nombreux ouvrages vernaculaires, souvent illustrés, contenaient des représentations élaborées de la Grèce antique. AGRELITA étudie un large corpus d’œuvres littéraires de langue française (historiques, romanesques, poétiques, didactiques) produites de 1320 à 1550 en France et en Europe, avant les premières traductions directes du grec au français, ainsi que les images offertes par leurs manuscrits et livres imprimés. L’examen de ces œuvres et de leurs illustrations (dialogue du texte et de l’image et pouvoirs spécifiques de chacun) permet d’analyser les représentations de la Grèce antique dans la perspective encore inexplorée de l’élaboration d’une nouvelle mémoire culturelle. Elles sont ainsi étudiées en lien avec leur contexte politique, social et culturel, ainsi qu’en lien avec les œuvres des littératures européennes proches et leurs illustrations. Se situant aux frontières des études littéraires, de l’histoire du livre et de l’histoire de l’art, des visual studies, de l’histoire culturelle et politique et des memory studies, AGRELITA propose une réévaluation du rôle joué par la Grèce antique dans les processus de formation des identités en Europe occidentale. Le projet vise également à contribuer à une réflexion générale sur la formation des mémoires, des héritages et des identités.

Plus d’informations ici

Bourse de recherche – Doctorant.e FNS, histoire de l’art, avec composante littérature française et/ou comparée (XVe-XVIIe)

Lieu : Université de Lausanne, Suisse

Durée : 1 an, renouvelable une fois pour 3 ans

Date limite de candidature : 1er mai 2024

Niveau requis : Master ès lettres, spécialité histoire de l’art et/ou littérature française et/ou littérature comparée, spécialités Moyen Âge ou Renaissance ou Première Modernité (XVe-XVIIe siècle)

Financé par le Fonds national suisse de la recherche scientifique, le projet Sinergia Capturing the Present in Northwestern Europe (1348-1648). A Cultural History of Present before the Age of Presentism étudie la manière dont le concept de « présent » a été perçu et vécu en Europe du Nord-Ouest durant la période allant du Moyen Âge à la première modernité. Cet espace géographique, qui englobe les Pays-Bas, l’ouest de l’Empire germanique, le nord de la France et le sud de l’Angleterre, a connu durant cette période d’importants changements, aussi bien dans les domaines de la politique, de l’économie, de la religion que dans celui des arts. Caractérisée par la coexistence de divers systèmes politiques et de plusieurs langues, par un développement urbain particulièrement marqué et par des conditions de vie à l’évolution rapide, cette région offre un contexte historique singulier, qui diffère de la Renaissance telle qu’elle est traditionnellement dépeinte.
Le projet Capturing the Present rassemble une quinzaine de chercheuses et chercheurs des universités de Neuchâtel, Lausanne et Lille, dont 6 doctorant·es et 3 post-doctorant·es. L’équipe est soutenue par un réseau international d’experts et expertes dans les disciplines suivantes : histoire, histoire de l’art et de la littérature, linguistique, media studies, anthropologie et sciences politiques. Il vise à montrer comment les discours et les images ont façonné les perceptions que les hommes et les femmes d’alors avaient de leur propre époque ; comment les événements contemporains étaient représentés et interprétés ; comment, enfin, les nouvelles idées ainsi que les changements environnementaux, politiques et sociétaux étaient perçus.

Plus d’informations ici

Appel à articles – Circé. Histoire, savoirs, sociétés (VARIA)

Le comité éditorial de la revue Circé. Histoire, savoirs, sociétés est heureux de faire paraître aujourd’hui son appel à contributions pour son prochain numéro (n° 18). Créée et animée par de jeunes chercheurs, la revue leur est particulièrement destinée. Elle privilégie la publication d’articles issus des premières années de recherche, c’est-à-dire après une soutenance d’un mémoire de Master 2, pendant la préparation d’un doctorat, ou après la soutenance d’une thèse.

Modalités de soumission

Les auteurs pourront faire parvenir une première version de leur article sous format électronique, en fichier attaché (format .doc de préférence), à l’adresse suivante : larevuecirce@gmail.com avant le 30 juin 2024.

Elle sera accompagnée d’un abstract (500 à 1 000 signes, espaces compris) ainsi que de 5 mots-clés et d’une courte notice biographique (700 signes maximum, espaces compris) qui précisera notamment les fonctions officielles, les principaux objets de recherches et l’adresse électronique de l’auteur. Il est recommandé aux auteurs de fournir un article entre 30 000 et 60 000 signes (ce décompte prenant en compte les notes de bas de page). Les normes éditoriales à suivre sont celles indiquées dans la charte éditoriale de Circé consultable sur le site de la revue.

Processus éditorial :

Après une première relecture en interne effectuée par les éditeurs de la revue puis de premiers échanges avec les auteurs, chaque article anonymisé est soumis à la relecture en double aveugle de chercheurs, spécialistes des thématiques concernées. Ils sont choisis soit parmi les membres du comité scientifique de Circé, soit contactés personnellement par les éditeurs en charge de l’article.

Comité scientifique :

Anne-Claude AMBROISE-RENDU, Professeure des universités en histoire contemporaine | Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Susan BADDELEY, Professeure en civilisation britannique et langue anglaise | Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Delphine CARRANGEOT, Maître de conférences en histoire moderne | Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Pierre CHASTANG, Professeur en histoire médiévale | Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Anaïs FLÉCHET, Maître de conférences en histoire contemporaine | Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Lampros FLITOURIS, Maître de conférences en histoire européenne | Université d’Ioánnina

Corinne FRANÇOIS-DENÈVE, Professeure des universités en littérature comparée | Université de Haute-Alsace

Pauline LEMAIGRE GAFFIER, Maître de conférences en histoire moderne | Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Caroline MOINE, Professeure des universités en histoire contemporaine | Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Jean-Yves MOLLIER, Professeur émérite en histoire contemporaine | Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Vincent PUECH, Maître de conférences en histoire ancienne | Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Anne ROCHEBOUET, Maître de conférences en littérature médiévale | Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Evelyne SAMAMA, Professeure des universités en histoire ancienne | Université Versailles de Saint-Quentin-en-Yvelines

Jean-Claude YON, Directeur d’études | École Pratique des Hautes Études

Alessia ZAMBON, Maître de conférences en histoire des arts et patrimoines | Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Appel à communication – Mobilités, voyages et voyageurs à l’époque romane (fin du Xe-début du XIIIe siècle)

Lieu : Issoire (Puy-de-Dôme)

Dates : 18-20 octobre 2024

Date limite pour candidater : 2 juillet 2024

Après La ville à l’époque romane (2019), L’Art roman et après ? (2022) et Artistes et Artisans à l’époque romane (2023), le Comité scientifique du colloque d’Issoire propose, pour sa session d’octobre 2024, le thème : Mobilités, voyages et voyageurs à l’époque romane (fin du Xe – début du XIIIe siècle).

De récents évènements et évolutions (pandémie et confinements, appels pressants à diminuer la masse et l’ampleur géographique de déplacements, désormais jugés contestables, voire nocifs dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique, changement de perception à l’égard de l’automobile-reine et de l’avion, réflexion sur le « localisme » et sur une nouvelle « mondialisation régionalisée »…) ont inversé, au moins dans les perceptions (et les polémiques), la tendance pluriséculaire, considérablement accélérée à partir du second XIXe siècle, au développement des mobilités, en masse, dans l’espace et quant à la vitesse des déplacements. Dans le même temps, l’époque présente connait un développement considérable des phénomènes migratoires, régionaux et intercontinentaux, appelés, aux yeux des experts, à s’accélérer dans les décennies à venir.

La participation des historiens au débat doit contribuer à mette en perspective pluriséculaire l’évolution de ces problématiques et apporter des éléments de réflexion fondés sur l’observation du temps long. Les textes mieux connus et mieux traduits, l’archéologie et les études d’iconographie, l’une et les autres sans cesse  enrichies, permettent, selon l’usage des colloques issoiriens, d’interroger l’effectivité et les modalités, mais aussi les difficultés des mobilités – dans le registre des realia comme dans celui des représentations, figurées, mais aussi mentales – pendant la période du Moyen Âge central.

On rappellera ici, sans souci d’exhaustivité, quelques antécédents, ainsi le thème du XXVIecongrès de la SHMESP, tenu à Aubazine, en Limousin, en 1995 (Voyages et voyageurs au Moyen Âge), ou l’ouvrage de synthèse de Jean Verdon, Voyager au Moyen Âge, paru en 1998 et réédité en 2007. Depuis ce temps, la recherche a considérablement progressé sur ce thème, tant du côté des historiens que des archéologues, des littéraires et des historiens d’art. Dans une perspective pluridisciplinaire, il convient c’est la triple finalité de la manifestation issoirienne – de porter les résultats des travaux des spécialistes à la connaissance d’un public plus large et de faire découvrir à ce public « une histoire en marche » et les travaux de jeunes chercheurs, du Master 2 au Post-doc.

Les suggestions qui suivent s’entendent en tant que sujets de recherche historique en eux-mêmes, ou en tant que tant que sujets de recherches sur leurs représentations, y compris dans le cadre d’études historiographiques.

Plus d’informations ici

Appel à communications – 12e école d’été d’histoire économique : “Les économies de la nature aux époques médiévales et moderne”

La 12e école d’été d’histoire économique se réunira à Suse (Piémont, Italie) les 26, 27 et 28 août 2024.

Date limite de candidature : 1er mai 2024.

Elle aura pour thème « Les économies de la nature aux époques médiévale et moderne ». Cette thématique permettra de poursuivre et d’approfondir celles qui ont été développées les années précédentes (la valeur des choses, la pauvreté, les biens communs, les moyens de paiement, la qualité, l’organisation du travail, les écritures de l’économie, entreprendre, la circulation des savoirs, le risque, les espaces du commerce).

Plus d’informations ici.