Archives par mot-clé : histoire militaire

Lancement du Prix d’histoire militaire 2024

Date limite de candidature : 28 juin 2024

Le ministère des Armées lance l’appel à candidatures pour l’édition 2024 du Prix d’histoire militaire. Étroitement lié au monde de la recherche historique, le ministère des Armées porte une attention toute particulière à valoriser et à encourager les travaux universitaires dédiés à l’histoire militaire et à la Défense. C’est dans ce cadre qu’il attribue, depuis 1997, le Prix d’histoire militaire à une thèse de doctorat et à un mémoire de master de deuxième année.

Plus d’informations ici.

Prix amiral Daveluy : recherche et réflexion maritime et navale (mémoire et thèse)

Thèses et mémoires de :
Sciences humaines : histoire, géographie, droit, géopolitique, …
Sciences de l’ingénieur : techniques navales, biologie marine, océanographie

Adressez vos thèses ou mémoires en version numérique avant le 27 avril 2024

Contact : daveluy.cesm@gmail.com

Thèses de doctorat (3 000 €) 1er prix

Mémoires de master (1 000 €)

Appel à communications : Colloque “Pertes navales au combat. Expériences, gestion et adaptations (XVIII-XXIe siècle)”

Date : 4-5 décembre 2024

Lieu : Paris

Date limite pour soumettre une proposition : 15 mai 2024

Si les pertes navales varient considérablement selon les contextes – tactique, stratégique, technique sanitaire, météorologique, etc. – il n’en demeure pas moins que l’engagement est souvent lié à un moment d’une rare intensité au cours d’un conflit, mettant à distance l’aphorisme attribué au comte de Maurepas pour lequel « on manœuvre, on se tire des coups de canon, puis chacune des deux armées navales se retire et la mer n’en reste pas moins salée ». Tandis que le bailli de Suffren revient à Toulon en 1784 après trois ans passés à combattre en océan Indien avec l’ensemble ou presque de ses vaisseaux, l’amiral Woodward, qui commande la Task Force britannique déployée aux Malouines en 1982 avec 42 bâtiments, en perd 5 et voit 12 de ses unités sévèrement avariées. Quand l’escadre du premier rentre de campagne presque indemne, au prix cependant d’une impasse stratégique, la flotte du second rallie la Grande-Bretagne éprouvée, mais victorieuse. Le lien entre volume des pertes et issue du conflit est donc loin d’être univoque, tant l’ampleur et la nature des pertes humaines comme matérielles varient considérablement, indépendamment de la longueur du conflit, de son éloignement des bases arrières ou du nombre de plateformes impliquées. Ainsi, lors de la campagne de 1982, au terme de semaines de combats de haute intensité, la Royal Navy ne déplore la mort « que » de 255 marins servant sur six navires, dont quatre de premier rang, à comparer avec les 1.400 victimes de la destruction du seul HMS Hood, le 21 mai 1941, lors de la traque du Bismarck.

Ce second colloque du programme « War Losses & Naval Warfare », organisé avec le soutien du Centre d’études stratégiques de la Marine (CESM), se propose d’étudier les pertes navales, matérielles comme humaines, au cours du paroxysme qu’est le combat. Tous les types de combats mettant en œuvre des forces ou des capacités navales seront envisagés, que ces combats se déroulent en mer, sous la mer ou au-dessus de celle-ci dans le cadre de la mobilisation des forces aéronavales avec une combinaison croissante des domaines de lutte tout au long du XXe siècle jusqu’à l’intégration accélérée du cyber et de l’espace depuis le début du XXIe siècle. Les opérations amphibies, conduites dans les « eaux brunes et vertes » des littoraux, des estuaires et des cours d’eau seront également interrogées. L’influence de l’état sanitaire des équipages sur les pertes au combat et sur les mesures prises pour y remédier ou en tirer avantage sera également considérée.

Quelles sont les interactions entre régime de pertes et cadres technico-sociaux des marines ou, en d’autres termes, quel lien peut-on établir entre d’un côté le nombre et la nature des pertes au combat et, de l’autre, les systèmes techniques, les doctrines et les cultures professionnelles des marines, mais aussi les différents types de conflits, qu’ils soient de basse ou de haute intensité, asymétriques ou pas ? Comment durer en opérations en gérant l’attrition des plateformes, des systèmes et des équipages avec une logistique souvent contrainte et, comment s’adapter, dans l’urgence des combats, à des plateformes opérant en mode dégradé (MACOPS dans les marines contemporaines) ? Comment parvient-on, à hauteur de passerelle, à maintenir la cohésion d’un équipage qui subit d’importantes pertes au cœur de l’action ?

L’étude des pertes au combat, au cœur du paroxysme guerrier, mobilise des registres différents, mais connectés que les communications sont invitées à considérer, notamment :

  • La capacité à durer au combat à travers les enjeux logistiques considérés dans toutes leurs temporalités. Dans l’action, la capacité à trouver, au cœur de l’affrontement, des solutions pour maintenir les capacités opérationnelles au/malgré le combat ; la possibilité de fonctionner en mode dégradé avec des plateformes avariées par les combats. À l’échelle d’une campagne où, souvent, plusieurs batailles ou combats, se succèdent, la nature de la « supply chain », les chaines d’approvisionnements, les bases industrielles ou logistiques, dont celles basées en mer, mobilisées pour « durer à la mer », réparer ou guérir. À cet égard, la mobilisation de moyens civils fait partie intégrante de l’analyse, car elle participe souvent de la capacité à absorber les pertes au cours d’une campagne.
  • Les effets de l’attrition, avec une attention portée aux conséquences des innovations, aux impacts des ruptures technologiques et à leurs effets au regard des pertes sur la conduite des opérations, les armements navals et la logistique.
  • Les hommes. D’abord dans l’étude de la manière dont fonctionnent l’urgence médicale, les dispositifs de secours, les chaînes d’évacuation des blessés, la gestion des corps des morts au combat. La question du maintien de la cohésion au sein d’un équipage décimé interroge la force morale autant que la discipline qui règne à bord et la prise en compte du retour d’expérience (« Retex ») de « damage control » à l’occasion de combats antérieurs. La question des relèves pourra également être abordée. Celle, enfin, de l’expérience combattante et ses spécificités sur mer.

Le comité scientifique recevra un résumé de la présentation d’environ 300 mots, accompagné d’une courte biographie avant le 15 mai 2024 à l’adresse suivante : warlosses.navalwarfare@gmail.com

Les langues de travail seront le français et l’anglais.

Les organisateurs prendront à leur charge les dîners et déjeuners à Paris. Ils pourront contribuer aux frais de transport et d’hébergement, en particulier des jeunes chercheuses et chercheurs.

Organisateurs : Erica Charters, David Plouviez, Benoît Pouget, Jean de Préneuf, Thomas Vaisset.

Comité scientifique : David Plouviez et Éric Schnakenbourg (Université de Nantes- CHRIA), Benoît Pouget et Nicolas Badalassi (SciencesPo Aix – Mesopolhis), Jean de Préneuf (SHD/Université de Lille), Thomas Vaisset (Université Le Havre Normandie -IDEES), Erica Charters (Oxford University), Jean-Marie Kowalski (École navale/Université Paris Sorbonne), Taline Garibian (UNIGE), Elisabeth Anstett (UMR ADES), Bertrand Taithe (Manchester University), Alan James (King’s College London), Chris Martin (University of Hull), Guy Chet (University of North Texas), Ben Schoenmaker (NIMH).

À propos de « War Losses & Naval Warfare »
Ce programme regroupe Sciences Po Aix et le Centre méditerranéen de sociologie, de science politique et d’histoire UMR 7064 (Mesopolhis), le Centre d’histoire des sciences, de la médecine et de la technologie de l’Université d’Oxford (OCHSMT), le Centre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique (CRHIA, Université de Nantes), le laboratoire Identité et Différenciation de l’Espace, de l’Environnement et des Sociétés (IDEES, Université Le Havre Normandie), l’équipe BONES du laboratoire ADES UMR 7268 (Aix-Marseille Université) et le Service historique de la Défense (SHD) et bénéficie du soutien du groupe international de recherche War Losses & Casualties, de l’université d’Oxford, du NIMH, du King’s Collège London.

Ce colloque est organisé avec le soutien du Centre d’études stratégiques de la Marine (CESM).

Appel à communications – Conférence internationale “Wartime occupations in Europe (20th-21st centuries). Socio-historical perspectives”

L’alliance de recherche CERCEC, Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen (CNRS-EHESS) – Université Charles de Prague – Centre d’histoire urbaine à Lviv (“Guerre et société en Europe centrale et orientale, 20e-21e siècles”) organise une conférence internationale les 7 et 8 novembre prochains sur “Wartime occupations in Europe (20th-21st centuries). Socio-historical perspectives”.

Son objectif est d’ouvrir un dialogue interdisciplinaire entre historiennes et sociologues, et autres chercheurs en sciences sociales, afin de conceptualiser l’expérience sociale de l’occupation du temps de guerre au-delà des cadres hérités de 1945. Celui-ci reposera sur une discussion comparative qui inclut l’ensemble des situations d’occupation militaire en Europe, toutes régions comprises, depuis le début du vingtième siècle jusqu’à aujourd’hui. Parmi les axes soumis à la réflexion sur l’occupation militaire comme phénomène social, nous proposons notamment d’examiner les acteurs sociaux, les temporalités de l’expérience, les espaces, la concurrence entre systèmes de normes / ordres sociaux, les dimensions économiques et matérielles, les guerres dans l’occupation, les liens entre occupation et violences de masse.

L’appel à contribution complets, avec tous les détails, est ici: https://cercec.ehess.fr/en/appel/wartime-occupations-europe-20th-21st-centuries

Les propositions sont à envoyer d’ici au 3 mai prochain à wartimeoccupations.conference@gmail.com.

La conférence est organisée en partenariat avec l’Institut historique allemand de Paris, l’Osteuropa-Netzwerk de la Max-Weber Stiftung et le Centre Marc Bloch.

Appel à communications – Colloque “La Rencontre : La France Libre, la France et la résistance intérieure du débarquement allié en Normandie à l’été 1945

Date : 21-22 novembre 2024

Lieu : musée de l’armée de Paris

Date limite pour candidater : 15 mai 2024

Ce colloque aura pour objectif d’envisager la façon dont se déroule le retour en France métropolitaine des Français libres à partir de juin 1944 et les rapports entretenus à la fois avec les résistants de l’intérieur mais aussi les Français de façon générale. Il s’agira notamment de questionner les différents problèmes politiques, militaires et sociaux posés par la renontre entre les deux résistances françaises, celle de l’extérieur et celle de l’intérieur. Une approche comparative avec d’autres pays également concernés par cette rencontre de deux résistances (extérieure et intérieure) à la fin de la guerre pourra également être envisagée.

Plus d’informations ici.

Appel à communications – Journée d’étude “La relation de soin à l’ombre des conflits”

Lieu : université Paris-Nanterre

Date : 23 mars 2024

Date limite pour soumettre une proposition : 15 février 2024

Comment la guerre transforme-t-elle les gestes et les pratiques des soignants et la relation de soin qu’ils contribuent à faire naître ?

Les formations théoriques et pratiques – quand bien même la médecine militaire envisage la guerre et l’urgence – organisées à partir du XVIIIe siècle en Europe occidentale et dont on peut dire qu’elles concernent la plupart des systèmes médicaux au début du XXIe siècle, l’éthique médicale (notamment le secret médical, les soins pour tous) ou encore la relation individualisée (le colloque singulier) censée entrer dans le traitement d’une affection – et largement idéalisée -, éléments au cœur de la relation de soin, se sont constitués dans un temps qui reste celui de la « paix ».

Après une rencontre consacrée aux actrices et acteurs du soin en guerre (13 octobre 2023), cette journée d’étude se propose de restituer la complexité des interactions régissant les rapports entre les différentes catégories de soignant.e.s et soigné.e.s en situation de guerre, en s’interrogeant sur les effets de cette séquence particulière sur une économie du soin qui s’est largement organisée dans un cadre différent.

Nous nous attacherons en particulier aux enjeux suivants :

Comment le contexte de guerre, sa violence, l’urgence qu’il implique transforme-t-il les environnements de travail, les rapports sociaux entre soignant.es et soignée.es ?

En quoi d’autres acteurs et d’autres logiques (stratégique, disciplinaire notamment) interfèrent-ils avec la relation de soin ?

Dans quelle mesure les contraintes d’approvisionnement et d’organisation conduisent-elles à l’adaptation des pratiques, à une nouvelle division du travail du soin, et façonnent-elles des rapports nouveaux entre soignants et soignés – la question du triage devenant ici particulièrement sensible, le traitement de l’ennemi également ?

De manière générale, quelle éthique médicale se dessine alors en temps de guerre ?

Que signifie d’ailleurs « être patient » dans un tel contexte, quelle est la place des familles, des accompagnants dans l’environnement du soigné ? Quelle est leur part d’autonomie, de résistance face à de potentielles violences, qu’elles soient physiques, psychiques ou symboliques, qui tendent à refuser au patient le choix du protocole, la possibilité de discuter de sa condition, ou même à nier son humanité ?

Jusqu’à quel point l’agentivité des actrices et des acteurs contribue-t-elle à transformer cette relation et comment les émotions, les assignations raciales et de genre entrent-elles dans les reconfigurations sociales ?

Ces premières – et vastes – questions en appellent naturellement d’autres.

En s’appuyant sur le renouvellement en matière des sources et sur des approches pluridisciplinaires, nous invitons les candidat.es à s’inscrire dans un ou plusieurs de ces questionnements. Les propositions qui prendraient en compte les enjeux sociologiques, anthropologiques, éthiques, émotionnels, médicaux et juridiques sont les bienvenues. La présentation de travaux en cours, en particulier de la part des doctorants et doctorantes, jeunes chercheurs et jeunes chercheuses, est encouragée.

La journée d’études se tiendra sur le campus de l’Université Paris-Nanterre, et les participants et participantes seront conviés à un déjeuner sur place. Un nombre limité de financements sera également disponible pour celles et ceux qui en feraient la demande, en complément d’autres sources de financement.

Candidater :

Les personnes désireuses de présenter leur travail sont invitées à envoyer un titre provisoire, un résumé de 200 mots maximum, et une courte biographie à soinsenguerreUPN@gmail.com avant le 31 janvier 2024. Les propositions retenues seront précisées avant le 15 février 2024.

Une publication est envisagée à l’issue d’un cycle de plusieurs manifestations.

Cette journée d’études est financée par l’Institut des sciences sociales du politique (ISP, UMR 7220), le laboratoire Institutions et dynamiques historiques de l’économie et de la société (IDHE.S, UMR 8533) et l’IUF.

Organisateurs : Élodie Charié (Sciences Po/CHSP),Claire Fredj (IDHE.S),Julie Le Gac (ISP), Paul Lenormand (ISP/CHSP), Ioulia Shukan (ISP/CERCEC).

Comité scientifique :

Laure Humbert (The University of Manchester)

Francisco Javier Martinez (Universidad de Zaragoza)

Benoît Pouget (Sciences Po Aix-en-Provence)

Anne Rasmussen (EHESS)

Bertrand Taithe (The University of Manchester)

Stéphane Tison (Université du Mans)

Plus d’informations sur les partenaires de cette manifestation :

– ISP : https://isp.cnrs.fr

– IDHE.S : https://www.idhes.cnrs.fr/

– IUF : https://www.iufrance.fr/ 

Appel à articles – Revue historique des armées. “Sport et armée”

Date limite d’envoi des projets d’article : 1er mars 2024

Publication : septembre 2024

Argumentaire

Les armées entretiennent avec le sport une relation ancienne, qui s’inscrit dans le concept large de biopolitique, et intéresse également les enjeux de formation au combat, le rapport au corps et à la masculinité virile. Au service des armées, le sport préparerait à la guerre… et dans le même temps, en constituerait une alternative pacifique (cf la trêve olympique), une forme maîtrisée de violence (Norbert Elias) dont les compétitions seraient autant de batailles normées, la dimension ludique rencontrant l’intérêt national. C’est partant de cette ambivalence ancienne et même antique que ce numéro à venir de la RHA se propose d’analyser le rapport entre sport et armées. Des prémices de l’exercice physique, – qui voit la gymnastique investir les casernes sous la IIIe république –  jusqu’au développement du e-sport militaire, l’armée a depuis longtemps intégré le sport dans ses missions et ses institutions. Ainsi, les déconvenues olympiques de 1960, aboutissent à la création du Centre national des sports de la Défense (CNSD), puis de l’Ecole interarmées des sports (1967) dont deux éléments saillants et médiatiques sont le bataillon de Joinville, qui rassemble les sportifs militaires de haut niveau, ainsi que l’école d’Antibes, qui en forme les cadres. Le sport est une école, mais aussi une part intégrante des traditions. Ce numéro, à paraître dans le courant de l’année olympique 2024, entend ainsi réfléchir aux multiples facettes du rapport entre sport et armée, tant en France qu’à l’international.

Le présent appel à article vise à rassembler, dans un numéro de la Revue d’histoire des Armées une série d’articles traitant de ce thème, au plan national et international. 

La Revue historique des Armées est une revue scientifique d’histoire militaire. Fondée en 1945, elle a été couronnée en 1954 par l’Académie française et, en 1981, par l’Académie des sciences morales et politiques. Elle publie quatre numéros par an. Son principal objet est de rendre compte de l’actualité de la recherche sur le phénomène guerrier, quelles que soit les approches privilégiées (sociale, culturelle, anthropologique, globale ou « par le bas », …). Il s’agit de contribuer à l’analyse des conflits passés, des acteurs qui y sont impliqués, de l’évolution des armées, notamment françaises mais pas exclusivement.

Si les sujets retenus pour être publiés couvrent un très large spectre, tant chronologique que géographique, une attention particulière est cependant portée, mais sans exclusive, à la mise en valeur des ressources archivistiques, bibliographiques ou iconographiques du Service historique de la Défense (SHD). En effet, la revue se distingue par la riche iconographie qui illustre les articles. Les dossiers présentés dans la revue cherchent également à associer auteurs civils et militaires.

A l’occasion de sa dématérialisation sur le portail Cairn en plus de la publication papier, le comité de rédaction lance un appel à contribution. Les articles paraissent en français et en anglais. Ils doivent présenter un caractère inédit, ne pas avoir étéì publies sur papier ou en ligne. Chaque article est soumis aÌ un processus de double relecture anonyme. Après approbation par le comitéì de rédaction, l’article sera publiéì dans le numéro spécial consacré à la Justice militaire,

Modalités de soumission des articles

Date limite d’envoi des projets : 1er mars 2024

Les projets d’articles seront rédigés en français avec indication d’une bibliographie succincte et des sources utilisées.

Vous mentionnerez votre titre et organisme de rattachement.

Votre article contiendra 35 à 50 000 signes maximum espaces compris (ces modalités peuvent être assouplies en concertation avec le comité de lecture). Le SHD se charge de l’iconographie.

Les références bibliographiques apparaîtront en note de bas de page sous la forme suivante :

Prénom et nom de l’auteur en minuscules, titre de l’ouvrage en italique, lieu d’édition, maison d’édition, collection (éventuellement), année d’édition, page(s) exacte(s) de la citation.

Ex : Jean-Baptiste Duroselle, L’abîme 1939-1945, Paris, Imprimerie nationale, 1982, p. 32. S’il s’agit de plusieurs pages, mettre p. (et non pp.) 32-45.

Merci d’envoyer votre projet d’article sous la forme d’un fichier Word ou Open Office Writer par voie électronique :

aÌ : shd-vincennes-rha.chef.fct@intradef.gouv.fr

Plus de précisions (chartes, normes aux auteurs, comitéì de rédaction) sur notre site web :

https://www.servicehistorique.sga.defense.gouv.fr

Appel à article – Le christianisme aux frontières

revue : Frontière.s

date de parution : Printemps 2025

date limite pour soumettres une contribution : 31 décembre 2023

La collection d’études de cas qui a été présentée en 2018 et 2020 dans le cadre du projet DANUBIUS a donné lieu à une série de nouvelles questions historiques et de résultats inattendus. Certains des principaux éléments du dossier seront publiés dans un supplément à la revue Frontière·s. L’objectif de cet appel à communication est de compléter ce dossier par de nouvelles études de cas portant sur des régions qui n’étaient pas ou peu représentées lors des ateliers de 2018 et de 2020 : la Bretagne, la Gaule, la Germanie, le Caucase, le nord-est de l’Anatolie, le Moyen-Orient, ainsi que l’Égypte.

Plus d’informations ici

Appel à contribution – Apparitions et phénomènes surnaturels en temps de guerre

Lieu : Saint-Mihiel, Universités d’hiver, Université de Lorraine, Nancy

Dates : 23-25 novembre 2023

Date limite pour soumettre une candidature : 2 mai 2023

Depuis l’origine du Christianisme, qui reprend en cela le riche héritage de l’Ancien Testament, les hommes et les femmes en guerre ont allégué avoir perçu des signes du Ciel en leur faveur et notamment avoir été favorisés par des apparitions et d’autres phénomènes surnaturels. Si le plus souvent c’est la Vierge Marie qui apparaît, parfois le Christ lui-même se manifeste, ou alors il délègue l’un de ses anges ou un saint. Le souhait des organisateurs est que des chercheurs puissent s’emparer de cas moins connus ou reconnus que les plus grandes mariophanies (apparitions de la Vierge) par exemple, et faire ressurgir des figures de voyants et des circonstances locales singulières. Quant à l’horizon religieux envisagé, il englobe tous les mondes chrétiens, catholiques, protestants, orthodoxes, orientaux.

Plus d’informations ici

Appel à contribution – Stratigraphie des inteventions architecturales dans les construction militaires

lieu : Université de Bretagne-Sud, Lorient,

Dates : 9-10 juin 2023

Date limite pour proposer une candidature : 24 février 2023

Ces troisièmes journée d’étude des Jeunes chercheurs du GIS Patrimoines militaires sont consacrées à l’exploration des modifications apportées sur le temps long à l’architecture militaire, afin de l’adapter aux besoins évolutifs de l’armée et des sociétés (en matière de défense, d’habitat…). En corolaire, la journée s’attachera également à envisager les diverses manières de valoriser un patrimoine qui résulte d’une succession d’interventions dont souvent la dernière tend à effacer par sa visibilité immédiate celles qui l’ont précédées.

Plus d’information ici