Archives par mot-clé : histoire moderne

Appel à contribution – Les paysans et leurs animaux

Lieu : Festival d’Histoire de Montbrison

Dates : 15 au 20 novembre 2023

Date limite pour proposer une communication : 28 février 2023

Le prochain festival d’histoire de Montbrison aura lieu du 15 au 20 novembre 2023 sur le thème “les paysans et leurs animaux. Hier, aujourd’hui, demain”. Il comprendra des expositions, des cafés culturels, des visites d’exploitations agricoles, un salon du livre d’histoire. Le colloque, véritable épine dorsale du Festival, se déroulera les 16 et 17 novembre et sera consacré au même thème.

Les rapports de l’homme (le paysan, l’éleveur) avec ses animaux désormais familiers ont été profondément modifiés au fil du temps, en fonction des mouvements de population, des échanges, des occupations de territoire, des avancées techniques (modes de défrichement, de transport, d’enclosure). Pourtant ils ne font pas souvent l’objet d’une étude croisée.

Plus d’information ici

Appel à contribution – Interroger la matière des sources : une approche partagée ?

Lieu : MSH, amphithéâtre des thèses, Dijon

Date : 28 avril 2023

Date limites pour proposer une communication : 13 février 2023

Depuis les années 1980, plusieurs disciplines participent de façon plus ou moins évidente à la considération matérielle et technique des sources. La réception de cette approche, de ce « tournant matériel », invite les chercheurs à considérer ces dernières comme des objets d’étude en tant que tels. Aussi, les notions de « culture matérielle » et de « chaîne opératoire » sont des récurrences en archéologie, et la matérialité physique des documents dans les sciences historiques s’est pleinement affirmée. Nous nous questionnons sur la place réelle de cette considération matérielle dans le discours scientifique. Nous invitons nos confrères doctorants, jeunes chercheurs et étudiants en master à participer à cette journée d’étude.

Plus d’information ici

Call for Papers: Joint Mainz-Oxford-Graduate Workshop: “European History across Boundaries from the Sixteenth to the Twentieth Century”

Lieu: Leibniz Institute of European History (IEG), Mayence

Date: 31 mai – 2 juin 2023

Date limite pour soumettre une proposition de communication: 15 février 2023

We invite applications for an international doctoral workshop on European history across boundaries from the 16th to the 20th century, including Europe’s relations with the world. We encourage PhD candidates working in this field to present their research projects and discuss the transcultural and transnational scopes of their work. Topics that aim to cross and reflect on boundaries and borders are of particular interest. Projects can employ a variety of methodological approaches such as comparative studies, the study of transfer processes and entanglements, or the histoire croisée. The location of the joint workshop alternates annually between Mainz and Oxford. The 2023 workshop will take place at the Leibniz Institute of European History in Mainz.
We will discuss pre-circulated papers based on archival research (max. 8,000 words, written in English, to be submitted by May 1, 2023). We will provide accommodation for the duration of the workshop and contribute towards travel expenses within Europe.
Proposals should include an abstract of the overall project and its archival sources (500 words), a brief biographical note, and a completed application form, which you can download here: https://bit.ly/3GDTV6y.
Please combine all your application documents into a single PDF except for the application form.
Applications should be sent to gw@ieg-mainz.de by February 15, 2023. For any questions, please do not hesitate to contact the organisers.

Pour en savoir plus ici

Appel à communications – Les métiers du corps dans les provinces européennes, XVIe-XVIIIe siècles

Lieu : Université Rennes 2

Date : 25 mai 2023

Date limite pour envoyer une proposition : 10 janvier 2023.

Le renouvellement conjoint de l’histoire du corps et de la culture matérielle a permis d’éclairer les consommations liées au corps et au marché généré autour de l’apprêt et du soin de celui-ci. Il paraissait donc important de mener une étude globale sur ces artisans de l’ombre ou encore invisibles vivant à l’extérieur des grands centres urbains. Cette journée d’étude entend pour la première fois déplacer le regard et mettre en exergue les artisans, boutiquiers, fournisseurs qui œuvrent pour le soin et l’embellissement du corps dans des espaces et des sociétés moins connues : villes provinciales, bourgs, mondes ruraux. Il vise à mener une étude transdisciplinaire et internationale sur le monde des « artisans du corps ». Cette journée d’études sera l’occasion de faire le point sur les travaux en cours et de poser les premières pierres d’un projet qui pourra être décliné sur plusieurs années et selon des modalités diverses (publications, séminaires).

L’intégralité de l’appel est disponible ici.

Appel à contribution – Créatrices dans la cité : penser la ville avec les femmes, de la Cités des Dames aux promenades du matrimoines

Lieu : Université Gustave Eiffel, campus cité Descartes, Paris

Dates : 12 au 14 juin 2023

Date limite de candidature : 25 janvier 2023

L’Université Gustave Eiffel mène d’ambitieux programmes de recherche pour contribuer à rendre les villes de demain vivables et durables. Le programme « Cité des Dames, créatrices dans la Cité » propose ainsi, dans le cadre de l’ISITE FUTURE, de réfléchir au rôle des femmes dans la construction des villes et des sociétés urbaines depuis le XVe siècle, afin de compléter nos savoirs et d’ouvrir des pistes pour penser l’avenir, dans une perspective pluridisciplinaire, plurilingue et transnationale.

Notre réflexion est née du double constat de l’invisibilisation de l’histoire des femmes dans l’espace urbain et de la minoration de la place des femmes dans l’histoire de la construction des villes et des sociétés urbaines. Or la faible part symbolique laissée aux femmes dans les inscriptions qui font parler la ville dans ses propres espaces est souvent présentée comme la conséquence d’une absence de contribution à la création et à la transformation des villes, de leur organisation et de leurs espaces. De fait, les obstacles opposés à la participation des femmes à part égale à la construction des villes, de leur organisation et des modes de vie ont été et restent bien réels. Les constats de Virginia Woolf concernant l’exclusion des femmes des lieux urbains de savoir, de culture, de fabrique économique ou de pouvoir ne doivent pas être minorés.

Cependant, les femmes n’ont pas pour autant été passives et de nombreuses études montrent leur part dans tous les secteurs d’activité. Bâtisseuses, fondatrices de ville, ouvrières, activistes politiques ou encore artistes, elles ont joué de nombreux rôles autres que celui de la mère bourgeoise enfermée dans son intérieur ou celui de la prostituée arpentant les lieux publics. Les travaux menés dans le programme « Cité des Dames, créatrices dans la cité » ont ainsi pour vocation de mettre en valeur les contributions des femmes aux transformations des villes sur le plan matériel, politique, social ou culturel ainsi qu’à la manière dont leurs créations permettent de comprendre l’évolution des systèmes urbains voire d’imaginer des transformations à venir. On mettra donc l’accent sur ce que les femmes font aux villes plutôt que sur ce que les villes font aux femmes.

Pour cela on s’intéresse à de nombreuses actions menées par les femmes aussi bien dans la conception des villes que dans leur construction, dans l’évolution des systèmes politiques qui les régissent ou encore dans la vie économique, sociale et culturelle des cités. À ce titre sont considérées comme des créatrices aussi bien des autrices ou des artistes que des femmes engagées en politique par exemple et bien d’autres catégories.

Le prisme de l’agentivité féminine invite ainsi à interroger la fabrique des villes, non seulement en faisant de la place aux femmes, mais plus généralement en faisant de la place à différents modes d’agentivité, dont des modes collectifs. En 2004, Jacqueline Coutras en préface au livre issu du colloque « Femmes et villes » proposait en effet de considérer que bien que « les deux sexes [soient] des acteurs placés dans des positions hiérarchiques et qu’ils interviennent inégalement dans la structuration de la ville et de la vie urbaine », il faudrait désormais considérer que « tous les types d’actions individuelles et d’acteurs construisent la ville et, donc, doivent être considérés également par les professionnels de la gestion urbaine et par ceux de la recherche ».

Il nous semble que les représentations et les créations doivent également être envisagées comme productrices d’effets et non seulement de reflets. En effet, elles permettent d’approcher les villes invisibles qui informent les pratiques citadines. Comme l’a montré Michel de Certeau ; chaque personne abrite en elle une « ville transhumante et métaphorique » qui informe la manière dont elle peut habiter et parcourir les villes réelles. Ainsi explicitant la manière dont la ville est « un miroir concret des normes actualisées de genre », les représentations sont également un facteur de transformations immédiates ou à venir. La « Cité des Dames » inventée par Christine de Pizan est ainsi un miroir de la ville médiévale et une projection idéale qui nous guide encore. Au XVe siècle, considérant que les femmes étaient exclues des livres de savoir, Christine de Pizan choisissait de bâtir une cité refuge pour les femmes remarquables. Dans les illustrations du manuscrit médiéval, elle se représentait doublement, dans le cabinet de travail devant les livres ouverts et truelle à la main bâtissant la forteresse protectrice : la ville métaphorique prenait ainsi forme dans l’illustration concrète, suggérant les pouvoirs des représentations.

Aujourd’hui, les promenades du matrimoine réelles ou virtuelles apparaissent également comme une manière privilégiée de réfléchir dans un cadre dynamique interrogeant les liens entre l’espace et le temps, et permettant de croiser différentes approches pour créer une herméneutique féconde.

Ces représentations nous rappellent que les villes sont d’abord des systèmes humains, ce que l’on nomme en quelque sorte des « cités ». Envisager les villes à travers le prisme des représentations produites par les femmes, des actions faites par les femmes est ainsi avant tout une invitation à penser le palimpseste urbain comme une manière singulière de se saisir d’une histoire collective que nous continuons d’écrire. L’examen de ce qu’Olivier Mongin désigne comme la « condition urbaine », au prisme de la condition féminine, permet d’interroger les liens entre ville et urbanisme, urbanité, citadinité ou citoyenneté, à des époques diverses et dans des lieux divers. Le colloque permettra d’analyser des cas concrets d’actions des femmes dans les villes aussi bien que des œuvres de femmes représentant les villes et la vie urbaine.

Pour plus d’information : ici

Appel à communications: Le pouvoir en procès. Opinion publique et légitimité politique des Lumières au Ier Empire (et ses implications modernes)

Lieu: Université de Chicago

Date: 14-15 avril 2023

Date limite de soumission d’une proposition de communication: 15 février 2023

De l’Ancien Régime au Premier Empire, l’opinion publique s’établit comme une force émergente au sein de la sphère publique ainsi qu’une forme d’expression du jugement collectif.Décrit par Keith Baker comme une réponse populaire à un terrain politique mouvant dans Inventing the French Revolution (1990), son action a bouleversé les traditions littéraires, politiques et juridiques pendant la Révolution.Afin de comprendre la manière dont les relations entre les structures autoritaires et le discours politique ont été remises en question, l’objet de ce colloque est d’interroger les différentes manières dont le pouvoir de l’opinion publique s’est établi, transformé et exprimé au XVIIIe jusqu’au début du XIXe siècle ainsi que de poursuivre et renouveler un débat historiographique déjà abondamment nourri par Habermas, Baker ou encore Ozouf.Les participants à ce colloque, qui se tiendra à l‘Université de Chicago les 14 et 15 avril 2023, sont invités à explorer non seulement les conditions qui ont contribué aux transformations des espaces de formation de l’opinion publique à travers cette période, mais aussi aux effets de ces transformations sur les modesd’expressions, qu’ils soient littéraires, politiques, historiographiques, artistiques, juridiques ou bien touchant à la sphère médicale, au journalisme ou aux gender studies ainsi qu’aux études post-coloniales. Par cette enquête, ce colloque, organisé par Maximilien Novak (Université de Chicago, Docteur du CRH,) et Ryan Brown (Université de Chicago), souhaite élargir la perspective sur les débats existants autour du concept d’opinion publique en France.

Pour en savoir plus ici

APPEL A CONTRIBUTION – EXPRESSIONS TERRITORIALES DU POUVOIR, DE L’ANTIQUITE A L’EPOQUE MODERNE

Lieu : MSHS Sud-Est – Pôle universitaire St Jean d’Angély – Bâtiment SJA 3 – 25 av. François Mitterrand, Nice

Date : 21 au 23 juin 2023

Date limite pour soumettre une proposition : 8 janvier 2023

Ce colloque international, transpériodique, est le fruit d’une réflexion commune conduite par des enseignants-chercheurs et chercheurs historiens et archéologues des époques antique, médiévale et moderne de l’Université Côte d’Azur et de leurs partenaires. Ce projet a placé au cœur de ses préoccupations le rapport que les détenteurs du pouvoir entretiennent avec le territoire et la manière dont ce pouvoir imprime sa marque sur le territoire, voire le façonne.

Plus d’information ici

Appel à communication: XXXe rencontres d’archéologie et d’histoire en Périgord. Châteaux, mers et rivages

Lieu: Périgueux

Date: 22-24 septembre 2023

Date limite pour proposer une communication: 30 janvier 2023

L’association des Rencontres d’archéologie et d’histoire en Périgord a choisi de consacrer son trentième colloque annuel au thème : Châteaux, mer et rivages

Interrogeant les phénomènes sociaux et spatiaux sous un angle d’analyse spécifique – l’histoire du phénomène castral – ces rencontres souhaitent éclairer un sujet majeur des enjeux actuels, économiques et environnementaux, que sont nos rapports et nos usages de la mer. Dans l’esprit du Groupement d’Intérêt Scientifique Histoire et Sciences de la mer[1], et à la suite de la récente et 25e édition des Rendez-vous de l’Histoire de Blois consacrée à La Mer, ce colloque questionnera la diversité et la spécificité des rapports du château à la mer, qui se manifestent par des collaborations, des tensions et des conflits d’usages entre les communautés littorales et insulaires et les pôles de pouvoir, dans des contextes spatio-temporels spécifiques. Trois grands axes semblent déterminants pour saisir la diversité des relations entre les châteaux, la mer et les rivages :

I. Environnement maritime et implantation stratégique riveraine du littoral : missions de surveillance, défense et protection

Les conditions littorales (marées, vents, sel, végétation, ressources formant les paléo-environnements littoraux…) ont un rôle déterminant dans l’implantation des châteaux, dans leurs dispositifs techniques et constructifs et dans leurs conditions d’accès spécifiques ; elles déterminent des intérêts communs pour l’exploitation des ressources et des richesses des sites marins, mais génèrent également des tensions et des conflits d’usages.

Parmi les cas particulièrement intéressants à étudier on retiendra les « châteaux de côtes » qui jouèrent un rôle majeur dans les relations au sein du monde anglo-normand et entre France-Angleterre au Moyen Âge et à l’époque moderne mais aussi la protection castrale établie sur les côtes écossaises par les Stuart contre les incursions anglaises. Certaines forteresses surveillent la circulation maritime et appartiennent à la mise en défense des littoraux méditerranéens de l’empire arabo-musulman (où la défense côtière est indissociable du ribat[2]), ou bien à la protection des ports du littoral atlantique[3], mais aussi à la lutte contre la piraterie barbaresque, voire contre les incursions à l’intérieur des terres (tours « génoises » en Corse ; forteresses vénitiennes dans le Péloponnèse et sur la côte Dalmate). Dans ce cadre, il convient aussi de s’interroger sur les relations entre le château et le phare, qu’il s’agisse de la fortification mise en place pour protéger le phare ou bien de liens établis au fil du temps entre château et phare : une fortification a pu être édifiée à partir d’un phare, ainsi la citadelle de Qaitbay construite par les Mamelouks en 1477 sur les ruines du phare d’Alexandrie, ou bien des phares ont pu être construits à l’emplacement de tours de surveillance, ainsi les sémaphores du littoral du Maghreb central, implantés au XIXe siècle là où les auteurs arabes du Moyen Âge signalaient déjà la présence de tours de surveillance[4]. À l’époque moderne, Cordouan constitue un très bel exemple de la complexité de la construction d’un phare, tour de surveillance contre les ennemis devant résister aux assauts marins[5]

Dans ce premier axe entre également l’étude des « châteaux de ports » qui, à côté de la maitrise des routes maritimes, concentrent les ressources, et constituent des lieux privilégiés de prélèvement des ressources du littoral, les châteaux d’embouchure et d’estuaire qui sont autant de verrous d’entrée dans les arrière-pays, les châteaux et forteresses de détroit à la charnière entre deux mers ou espaces maritimes. 

Certains châteaux situés en bord de mer ne semblent pas, à première vue, rentrer dans l’une des catégories précédentes et mériteraient des études de cas, tel celui de Suscinio (Morbihan), construit entre grève et marais par les ducs de Bretagne, à proximité d’un territoire de chasse ceinturé par un mur d’enceinte, il constitue un véritable prototype des résidences princières en bord de mer. Enfin, un sort pourrait également être fait aux châteaux royaux des capitales maritimes européennes (Lisbonne, Palerme, Naples, Constantinople, Copenhague, Stockholm, Saint-Pétersbourg) ainsi qu’aux deux palais marins de Monaco (la résidence princière et le musée océanographique). 

II. L’enjeu de la possession des îles et de leur défense

Le deuxième axe de ce colloque s’intéresse à l’analyse à différentes échelles du phénomène de castralisation) des îles : le phénomène sera étudié depuis le cas des « cailloux » ou « rochers » proches des côtes et aisément castralisables jusqu’à celui des îles éloignées, voire perdues au milieu des océans, pouvant être qualifiée de « castralisation par défaut » sans oublier la castralisation des îles d’échelle continentale, en particulier celle des îles méditerranéennes. S’insère ici l’étude des réseaux castraux insulaires de Méditerranée (lutte contre les Turcs) et d’Atlantique (pré-carré de Vauban), éléments majeurs des relations géostratégiques (militaires, diplomatiques, commerciales) de l’Europe moderne. Il conviendrait de s’attarder également sur la relation au château des îles monastiques (castralisation du Mont-Saint-Michel, association château moderne/ monastère médiéval dans le cas des îles de Lérins). Enfin, les châteaux insulaires ont été mis au service d’autres enjeux : la lutte contre les épidémies avec les îles de quarantaine (Frioul, Marseille), ou contre des ennemis politiques (le trajet insulaire de Napoléon s’achève à Sainte-Hélène, en prolongation des exils insulaires de l’île d’Elbe et de l’île d’Aix : le cas de l’île-prison amène à s’interroger sur le rôle de l’insularité qui remplace/renforce le rôle de la fortification). 

III. Le temps des châteaux de sables, des loisirs et des séjours de villégiature

La dernière piste de réflexion que souhaitent aborder les organisateurs du colloque Châteaux, mers et rivages, éloigne de la fonction de défense du château pour aborder l’étude des résidences plus ou moins éphémères et l’imaginaire qui leur est attaché. Il convient de faire ici la place aux recherches qui ont pu être menées sur de grands navigateurs, des officiers de marine, des commerçants au long cours qui possèdent ou acquièrent des châteaux en bord de mer ou à l’intérieur des terres et allient donc dans leur patrimoine la terre et la mer. La malouinière, demeure de plaisance construite par des armateurs de Saint-Malo aux XVIIe et XVIIIe siècles, est le symbole de la réussite de ces négociants ayant fait fortune sur mer et leurs formes architecturales peuvent être aussi questionnées à l’occasion du colloque[6]. En Périgord, certes bien loin des rivages, des châteaux ont été construits ou acquis par des familles ayant fait fortune sur mer à la faveur de conflits ou grâce au commerce maritime avec l’Amérique ou le nord de l’Europe. La découverte de nouveaux rivages à la suite de découvertes maritimes, de voyages lointains ou de l’expansion coloniale ultra-marine a conduit certains d’entre eux à imprimer dans leur demeure castrale leur goût des horizons lointains : désir d’exotisme dans les formes des constructions, dans les décors et objets intérieurs (modes japonisantes, sinisantes…)[7]

Au XIXsiècle, le développement du tourisme littoral et des stations balnéaires, lié à l’essor du chemin de fer, -en France sur les côtes de la Manche et de l’Atlantique (Dieppe, Deauville, Biarritz…)- a entrainé la rénovation, l’aménagement d’anciens châteaux et la construction de nouveaux, pour certains dans un style néo-médiéval. De grands hôtels sont alors construits, reprenant nombre de caractéristiques architecturales castrales. Dans les paysages ruraux et urbains, de nouveaux châteaux apparaissent donc tandis que s’affermit le goût pour les rivages[8].  S’agissant des stations balnéaires, l’exemple d’Hardelot (Pas-de-Calais) mériterait d’être présenté car les villas s’y sont développées autour de la forteresse en ruine, en partie reconstruite au XIXe par un acquéreur anglais.

Au XXsiècle, l’essor urbain lié au tourisme littoral de masse génère des conflits urbanistiques, les châteaux anciens ne sont pas seulement en proie au péril des vagues, mais du tissu urbain, voire des touristes. 

Il ne faudrait pas laisser de côté, la dimension majeure de l’imaginaire castral. Les châteaux insulaires ou situés sur les rivages ont en effet toujours suscité un imaginaire qu’il soit littéraire, pictural ou cinématographique. Le plus célèbre sans doute est celui des châteaux engloutis par la remontée du niveau de la mer depuis la fin de la dernière glaciation (mythe de l’Atlantide…). L’époque romantique confronta souvent le château aux éléments maritimes (le château d’If dans Le Comte de Monte-Cristo). Le cinéma et la télévision exploitent volontiers le décor du château-île ou l’éperon castral dressé sur la côte (fort la Latte ; fort Boyard), tout comme la bande dessinée (L’île noire chère à Tintin et à son créateur Hergé), etc. 

Les propositions de communications (environ 1500 signes), accompagnées d’une brève biobibliographie de l’auteur·e doivent être adressées au plus tard le 30 janvier 2023, par voie électronique, en format Word à Dominique Picco, secrétaire des Rencontres, dominique.picco@u-bordeaux-montaigne.fr et Juliette Glikman, secrétaire adjointe, juliette.glikman@orange.fr. Les intervenants retenus seront informés dans le mois suivant.

Attention, afin de répondre au calendrier de plus en plus contraint de l’édition papier, la version définitive du texte des interventions sera à remettre pour le 15 octobre 2023, date impérative. 

Appel à communications : Journées d’étude de l’Ecole doctorale 188 de Sorbonne Université – Identité(s) disséquée(s). Composer, recomposer et décomposer les identités en histoire.

Date : 15 avril 2023

Lieu : Sorbonne Université, Paris.

Date limite de réponse à l’appel : 5 décembre 2022.

Les doctorants de l’ED 188 “Histoire moderne et contemporaine” proposent d’explorer les capacités heuristiques du concept d’identité le 15 avril 2023 au cours d’une journée d’étude pour les jeunes chercheurs. Cet évènement répond pour l’intérêt pour cette notion au coeur des débats publics et dans les travaux de recherche comme objet d’étude et comme outil d’analyse opératoire et ce malgré sa polysémie fondamentale. On dénombre en effet cinq “nuances de sens” pour ce terme : “la similitude, l’unité, l’identité personnelle, l’identité culturelle et la propension à l’identification” (J. Rey-Debove et A. Rey (dir.), Le nouveau Petit Robert, 1993). Chacune de ces définitions se construit au travers d’une dialectique complexe entre “catégorisation et autoappréhension” des individus au sein de la société : loin d’être réifiée et immuable, l’identité apparaît comme le résultat de processus simultanés laissant une place aux trajectoires et choix individuels, permettant d’analyser les relations entre individus et sociétés.

Les propositions (rédigées en français, éventuellement en anglais, de 2000 caractères maximum, espaces comprises) et une notice autobiographique sont à envoyer avant le 05/12/2022 par courriel à l’adresse suivante : doctorants.ed@gmail.com. Les auteurs des propositions retenues seront informés avant le 15/01/2023. Rapidement après la journée d’étude, les communications feront l’objet d’une publication dans un numéro spécial de la revue électronique “Enquêtes”.

Plus d’informations en cliquant sur le lien ci-dessous :

Chercheurs invités ERC AGRELITA, appel à candidature 2023, « The reception of ancient Greece in pre-modern French literature and illustrations of manuscripts and printed books (1320-1550): how invented memories shaped the identity of European communities »

Date limite de participation: 1er février 2023

Dans le cadre du Projet ERC Advanced Grant AGRELITA n° 101018777, « The reception of ancient Greece in pre-modern French literature and illustrations of manuscripts and printed books (1320-1550): how invented memories shaped the identity of European communities », dirigé par Prof. Catherine Gaullier-Bougassas (Principal Investigator), des résidences de chercheurs invités sont à pourvoir.

Cet appel à candidature s’adresse à toute personne, française ou étrangère, titulaire d’un doctorat en lettres, histoire de l’art ou histoire, dont les travaux portent sur l’histoire du livre, l’histoire culturelle et politique, les visual studies ou encore les memory studies, et dont les compétences, enfin, sont complémentaires à celles de l’équipe. En effet, le but de ces résidences est d’ouvrir les réflexions menées par l’équipe, d’élargir son activité scientifique par une interaction avec d’autres chercheurs et d’autres universités. Les chercheurs invités auront quant à eux l’opportunité exceptionnelle de participer à un projet d’ampleur, de mener des activités au sein d’une équipe dynamique dont les activités sont très variées et au sein de l’Université de Lille et du laboratoire ALITHILA où exercent de nombreux spécialistes du Moyen Âge et de la Renaissance, et de publier dans un cadre prestigieux.

Pour en savoir plus ici