Archives par mot-clé : histoire religieuse

Appel à articles – L’Année du Maghreb no 34 : “Conversions religieuses. Croire et faire en mouvement dans l’espace méditerranéen”

Date limite pour envoyer une proposition : 30 juin 2024

La conversion religieuse est un phénomène complexe, polysémique et polymorphe qui met en exergue la question de la mobilité religieuse et sociale à travers le temps long. À la jonction d’une démarche individuelle et d’un phénomène collectif, elle constitue un objet de recherche transversal éclairant les dynamiques et les modalités d’appartenance, le « bricolage » religieux et les enjeux de son articulation dans l’espace (Hervieu-Léger, 1999). En fonction d’où l’on place le regard, la conversion religieuse peut-être perçue comme une « entrée », une « sortie » qui traduirait le mouvement d’un « avant » à un « après ». Comment traduire l’intensité de ces « passages » ? Est-ce une rupture nette et totalisante, une mutation progressive et adaptée ou une recomposition parcellaire et estompée du croire et du faire religieux ? Portant une attention particulière aux spatialités, ce dossier entend contribuer aux recherches sur les conversions religieuses passées et présentes – sans restriction temporelle – dans l’espace méditerranéen en proposant une étude croisée (Despotis, Löhr, 2022 ; Norton, 2019 ; Boissevain & Le Pape, 2014 ; Marzouki, Roy, 2013 ; Garcia-Arenal, 2001 ; Guiral-Hadziiossif, 2000). Appréhender les conversions religieuses dans le temps long et dans des espaces variés entend contribuer à une meilleure restitution de la complexité des phénomènes de retour du religieux et ceux de sortie de la religion. Dans cette optique, ce dossier comprend le fait religieux dans une acception large en regroupant « entrées » et « sorties » des monothéismes, des religions, rites et obédiences minoritaires ou marginaux ainsi que des formes d’agnosticisme et d’athéisme, soit des sorties religieuses. L’approche diachronique ambitionne de faire dialoguer les travaux historiques, sociologiques, anthropologiques et juridiques par la mobilisation de nouvelles archives, d’observations issues d’enquêtes de terrain inédites et de matériaux juridiques autour des conversions religieuses dans ces espaces.

Plus d’informations ici.

Appel à contribution – Reassessing Canon Formation in Medieval Literature

Lieu : UPF Barcelona (Espagne)

dates : 20-22 février 2025

Date limite pour candidater : 15 juillet 2024

Set for 2025 at Universitat Pompeu Fabra (UPF) in Barcelona, Reassessing Canon Formation in Medieval Literature emerges from a collaborative research project involving the University of Geneva and Université Libre de Bruxelles. It centrally features the Cycle des Sept Sages (C7S), a pivotal but underrecognized work of medieval French prose, based on the Roman des Sept Sages de Rome and its six prose continuations. These texts provide a unique window into the literary landscape of the late 13th century and serve as a focal point for our discussions on canon formation.

Our conference seeks to push beyond traditional literary analyses by adopting an interdisciplinary approach to reassess medieval literary canons. We aim to dissect the concept of ‘canon’ through comprehensive single-tradition studies and comparative analyses across different traditions. This exploration will critically evaluate the role of historical narratives and 19th-century scholarship in defining literary ‘greatness’.

Plus d’informations ici

Appel à communications – “Désunions. La séparation du couple à l’initiative de l’Église dans le monde catholique (XIIe s. – XXIe s.)”

Date : 29 novembre 2024

Lieu : Poitiers

Organisation : Marie Walin (U. Poitiers/Criham) et Emilie Kurdziel (U. Poitiers/CESCM)

Date pressentie : le 29 novembre 2024, à Poitiers (autre date envisagée: 7 décembre)

 Argumentaire

“Ce que Dieu a uni, l’homme ne peut le séparer” (Mc 10, 2-16). Dans certaines circonstances l’Église catholique peut néanmoins s’arroger ce droit, en règle générale à la demande de l’un des époux, mais aussi, parfois, de sa propre initiative. Si le droit canon ne reconnaît pas le divorce, il arrive en effet depuis le Moyen Âge, que des représentant·es de l’autorité ecclésiastique s’efforcent de provoquer la séparation de certains couples. On peut penser à l’action menée par le pape Innocent III (1198-1216) pour casser le mariage de Philippe Auguste et d’Agnès de Méranie, le roi étant tenu pour bigame par la papauté ; ou aux couples cléricaux séparés de force au XIIe siècle, quand certaines femmes de prêtres étaient exclues manu militari des enclos cathédraux. L’historiographie a aussi mis en évidence des exemples, plus récents, de mariage ou de concubinage entre personnes de même sexe, que l’Église tente de séparer une fois qu’elles sont découvertes. Le cas d’Elisa et Marcela qui se sont mariées à La Corogne en 1901 a été particulièrement visibilisé en Espagne depuis une dizaine d’année : qualifié dans les sources de « mariage sans homme » (La Voz de Galicia, 10/06/1901), il a été récupéré par les mouvements LGBTQI+ actuels comme « le premier mariage homosexuel » espagnol. Ces unions ont en commun d’avoir été considérées par l’Église comme entrant en contradiction avec le droit canon, la discipline ecclésiastique, la définition du mariage chrétien ou la morale chrétienne.

Une série de travaux menés au cours des trois dernières décennies a permis de mieux connaître, tant pour le Moyen Âge que pour les périodes moderne et contemporaine, les modalités de séparations matrimoniales réalisées à l’initiative des conjoints, leurs motifs, le parcours des intéressé·es devant les tribunaux, et les conséquences de telles séparations d’un point de vue économique, notamment pour les femmes. Cette journée d’études se propose d’aborder un cas de figure plus marginal, et qui n’a guère été envisagé par l’historiographie jusqu’ici : celui des séparations intervenues à l’initiative de l’Église. Nous nous intéresserons ainsi aux « désunions » (séparation de corps, annulation ou reconnaissance de nullité de mariage, obligation de cesser un concubinage) encouragées ou forcées par l’Église, du fait de l’intervention directe d’un·e représentant·e du corps ecclésiastique ou par l’entremise d’un tiers. Les unions amoureuses seront considérées dans leur globalité et sur la longue durée, du XIIe siècle, moment où le mariage est défini comme sacrement et ses règles précisées par l’institution ecclésiale, à l’époque actuelle.

Nous proposons pour cela trois axes de recherches principaux :

1/ En vertu de quels principes et dans quelles circonstances l’Église entreprend-t-elle de séparer des couples, mariés ou non ? 

Dans le cas des couples cléricaux ou de même sexe précédemment évoqués, c’est parce que ces unions sont définies comme illicites par les théologiens et les canonistes qu’elles sont interdites (dans le premier cas parce qu’elles entrent en contradiction avec la discipline ecclésiastique, dans le second parce qu’elles sont définies comme contre-nature). Mais on pourrait aussi envisager la possibilité de cas de séparations prononcées à l’initiative de l’Église pour protéger l’un des époux (plutôt l’épouse), en cas de violences conjugales par exemple. Dans l’Espagne du XIXe siècle, l’épouse était parfois autorisée, dans ce type de situation, à se réfugier dans une maison « neutre » durant le temps du procès. Des mesures de ce type pouvaient-elles revêtir un caractère plus définitif ?

Cela pose aussi la question de savoir qui l’Église souhaite séparer. Sépare-t-on par exemple, à certaines époques ou dans certaines régions, des époux notoirement adultères ? Par ailleurs, si les procédures ayant eu lieu devant les tribunaux peuvent être privilégiées, notamment parce qu’elles laissent des traces historiques dans les archives, pourront aussi être abordées des cas de séparations qui n’auraient pas été l’objet d’une procédure officielle.

2/ À l’initiative de qui se font les séparations ? 

Nous sommes également intéressées par des situations où un·e représentant·e de l’Église s’immisce dans l’intimité du couple et pousse à la séparation ou au respect des normes canoniques relatives au mariage (dans les cas de bigamie, de couple de même sexe, ou de mariage non consommé par exemple). La figure du confesseur retiendra notre attention à la suite des études récentes portant sur la masculinité du prêtre. Dans quelle mesure le fait que les confesseurs soient des hommes a pu poser problème dans les relations de couple et dans leur rôle de conseiller conjugal improvisé ?

Nous pourrons aussi envisager d’autres situations où l’Église est saisie par un tiers qui n’est pas l’un des membres du couple, et qui fait usage du droit canon ou de la morale chrétienne pour dénoncer ou s’opposer à une union jugée frauduleuse. On pense en particulier aux cas de dénonciations, anonymes ou non.

3/ Quelles sont, enfin, les conséquences concrètes pour les personnes séparées, et notamment pour les femmes ?

Nous accorderons de ce point de vue une attention particulière aux recherches analysant des cas concrets issus de l’étude des archives judiciaires, et se situant à la croisée de l’histoire du droit, de l’histoire des systèmes judiciaires et de l’histoire économique. Comment les droits (canoniques et séculiers, civils et pénaux) ont-ils encadré ces séparations sur le plan légal et juridique ? Comment les acteurs et actrices se sont-ils et elles saisi·es de ces cadres et des différentes juridictions, parfois en les faisant entrer en concurrence, afin de maximiser leur patrimoine ? Les différents droits en vigueur dans l’Europe médiévale puis moderne, jusqu’à la formalisation des droits civils et pénaux contemporains au XIXe siècle, adoptent en effet des perspectives différenciées selon le genre dans la gestion des biens du couple, et accordent une plus ou moins grande autonomie aux femmes en cas de séparation (même si la plupart du temps le droit demeure largement favorable aux hommes, dans le mariage comme dans la séparation). Des femmes bien accompagnées peuvent aussi, le cas échéant, faire jouer des droits concurrents pour maximiser les avantages économiques lors d’une séparation.

Bibliographie indicative

Brée Sandra et Brunet Guy, Séparations et divorces dans les sociétés européennes du XVII e siècle au début du XX  e siècle, dossier des Annales de démographie historique, 2020, vol. 140, no 2.

Carcanague Marine, « Des femmes devant les “juges de l’honneur”. Défendre son honneur devant le Tribunal des maréchaux de France : un privilège judiciaire au XVIIIe siècle », Hypothèses, 2018, vol. 21, no 1, p. 207‑216.

Charageat Martine, La Délinquance matrimoniale. Couples en conflit et justice en Aragon (XV e-XVI  e siècle), Paris, Publications de la Sorbonne, 2011.

Chatenet-Calyste Aurélie, « Vivre sans lui. Les femmes et la séparation conjugale dans le monde curial au XVIII e siècle », Annales de démographie historique, 2020, vol. 140, no 2, p. 53‑74.

Costa Marie, Dones rebels, dones alliberades: el divorci a Catalunya als segles XVIII i XIX, Vic, Eumo Editorial, 2016.

D’Avray David, Papacy, Monarchy and Marriage, 860-1600, New York, Cambridge University Press, 2015.

Donahue Jr. Charles, Law, Marriage and Society in the Later Middle Ages, Cambridge, Cambridge University Press, 2007.

Helmholz Richard H., Marriage Litigation in Medieval England, Cambridge, Cambridge University Press, 1974.

Gauvard Claude et Stella Alessandro (eds.), Couples en justice : IVe-XIXe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2013.

Juncal Campo Guinea María del, Comportamientos matrimoniales en Navarra: (siglos XVI-XVII), Pamplona, Gobierno de Navarra, 1998.

Manion Jen, Female husbands: a trans history, Cambridge, Cambridge University Press, 2021.

McDougall Sara, Bigamy and Christian Identity in Late-Medieval Champagne, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2012. 

Muller Caroline, Au plus près des âmes et des corps : une histoire intime des catholiques au XIX e siècle, Paris, Presses Universitaires de France, 2019.

Müller Wolfgang P., Marriage Litigation in Western Europe, Cambridge, Cambridge University Press, 2021.

Murphy Gwénaël, « Faire “mauvais ménage” au village. Les violences conjugales dans les campagnes poitevines (1650-1790) », Histoire & Sociétés Rurales, 2013, vol. 39, no 1, p. 71‑95.

Santinelli Emmanuelle (dir.), Répudiation, séparation, divorce dans l’Occident médiéval, Valenciennes, Presses universitaires de Valenciennes, 2007.

Seidel Menchi Silvana et Quaglioni Diego (dir.), I tribunali del matrimonio : secoli XV-XVIII, Bologne, Il Mulino, 2006.

Van Houts Elisabeth, Married life in the Middle ages, 900-1300, Oxford, Oxford University Press, 2022.

Mobilités, transferts et circulations au Moyen Âge (Ve-XVe siècle)

Lieu : MSH Lyon

Dates : 24-25 octobre 2024

Date limite pour soumettre une candidature : 20/05/2024

Mobilités, transferts et circulations : le triptyque formé par ces termes place la réflexion que les Journées d’étude des doctorants du CIHAM 2024 aspirent mener dans une perspective dynamique – dynamique des structures politiques et administratives, dynamique des mobilités humaines et des infrastructures qu’elles nécessitent, dynamique des motifs et des modèles littéraires qui se diffusent au sein d’aires culturelles et linguistiques connectées. Ces journées d’étude souhaitent susciter une réflexion transdisciplinaire, entre littérature, histoire et archéologie ; à la croisée des mondes médiévaux chrétiens et musulmans, conformément aux intérêts fondateurs du laboratoire du CIHAM – UMR 5648.

Plus d’informations ici

Appel à communication – Le genre et la mort. Approche croisée : archéologie, histoire et anthropologie sociale

Lieu : Strasbourg

Dates : 26-27 novembre 2024

Date limite pour candidater : 28 juin 2024

Ces rencontres jeunes chercheuses et chercheurs visent à rassembler des doctorant-e-s et des jeunes docteur-e-s en archéologie, en histoire et en anthropologie sociale afin de discuter de la problématique du genre en contexte funéraire, ainsi des méthodologies adoptées pour son appréhension par chacune de ces trois disciplines.

Plus d’information ici

Appel à article – Notices pour une encyclopédie de l’histoire de l’Eglise

Ouvrage : Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques

Université : UCLouvain, KU Leuven (Belgique)

Date limite pour soumettre un article : 1er septembre 2024

Les éditeurs du Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques recherchent des notices pour leur prochain fascicule.

Cette encyclopédie réputée d’histoire de l’Église, commencée par Alfred Baudrillart en 1909 et actuellement gérée par l’UCLouvain et la KU Leuven en Belgique, publie des notices sur des personnes, des institutions, des phénomènes et des lieux liés à l’histoire du christianisme dans des fascicules imprimés réguliers ; toutes les notices apparaissent également sur la plateforme en ligne de notre éditeur, Brepolis.

Les éditeurs recherchent actuellement des notices pour le prochain fascicule. Les articles doivent fournir des introductions faisant autorité sur le sujet traité, mêlant à la fois des informations factuelles et un résumé du status quaestionis historiographique, et doivent inclure une bibliographie. Ils peuvent être rédigés en français ou en anglais ; la date limite est fixée au 1er septembre 2024. Le nombre de mots est à convenir avec les éditeurs en fonction du sujet.

Le DHGE est une source d’information fiable dans le monde universitaire. Publier dans cette ressource historique signifie partager votre expertise avec un public mondial et ajouter votre nom à notre liste d’anciens auteurs, qui comprend David Knowles, Hubert Jedin, Michel de Certeau et Marie-Dominique Chenu.

Plus d’informations ici

Offre d’emploi : Curator of Ancient and Medieval Manuscripts, The British Library

Site : The British Library, Londres

Niveau requis : post-graduage degree

Date limite pour candidater : 7 avril 2024

The British Library holds an internationally renowned collection of manuscripts relating to the ancient and medieval world. As Curator of Ancient and Medieval Manuscripts, with a special responsibility for Classical, Biblical and Byzantine manuscripts, you will use innovative and traditional ways of interpreting and presenting these collections through online resources and engagement with academic and general users. You will also use your specialist knowledge to support the development, management and promotion of the ancient and medieval collections.

With a post-graduate degree, or equivalent, in a relevant subject, you will have extensive experience of research in Classical, Biblical and/or Byzantine Studies. Strong knowledge of Classical Latin and Ancient Greek, excellent written and oral communication skills in English, and the ability to promote the collections to a wide range of audiences are essential.

As one of the world’s great libraries, our duty is to preserve the nation’s intellectual memory for the future and make it available to all for research, inspiration and enjoyment. At present, we have well over 170 million items, in most known languages, with three million new items added every year. We have manuscripts, maps, newspapers, magazines, prints and drawings, music scores, and patents. We make our collections and programmes available to all. We operate the world’s largest document delivery service providing millions of items a year to customers all over the world. What matters to us is that we preserve the national memory and enable knowledge to be created both now and in the future by anyone, anywhere.

In return, we offer a competitive salary and a number of excellent benefits. Our pension scheme is one of the most valuable benefits we offer, as our staff can become members of the Alpha Pension Scheme where the Library contributes a minimum of 26.6% (this may be higher dependant on grade. Another significant benefit the Library provides is the provision of a flexible working hours scheme which could allow you to work your hours flexibly over the week and to take up to 5 days flexi leave in a 3 month period. This is on top of 25 days holiday from entry and public and privilege holidays.

Plus d’informations ici

Appel à communication – Le personnel d’Inquisition au service du Saint-Office

Lieu : Université Paul-Valéry, Montpellier (site Saint Charles)

Dates : 28-29 novembre 2024

Date limite pour candidater : 30 juin 2024

Notre projet vise à interroger le pouvoir inquisitorial, abordé à travers le rôle politique et social joué par tous ceux qui gravitaient autour des tribunaux en tant qu’acteurs politiques insérés dans des dynamiques sociales complexes. Notre intérêt n’est pas tant d’étudier tel ou tel aspect de l’histoire de l’Inquisition que d’apporter un éclairage nouveau sur le fonctionnement de l’institution dans son action concrète à l’échelle régionale, à partir de l’étude des personnels des tribunaux de district, puisque ce sont eux qui décidaient de la politique à appliquer pour mener à bien leur mission d’éradication de l’hérésie en fonction du degré d’enracinement local de l’institution et de ses relations avec d’autres pouvoirs.

Plus d’informations ici

Appel à communication – Martyr(s) à l’agonie : du supplice à la transfiguration ?

Lieu : Université de Toulouse

Dates : 26-27 mars 2025

Date limite pour candidater : 13 mai 2024

Ce colloque aura pour objet de réfléchir à la représentation du martyre (sacré comme profane) dans les arts et les lettres ainsi que d’en interroger les ressorts anthropologiques, philosophiques et théologiques. Il s’agira de s’intéresser tout particulièrement au moment de bascule qui s’opère entre la souffrance du supplicié et sa transfiguration. Ce colloque sera donc à la fois transdisciplinaire et diachronique (de l’Antiquité à nos jours).

Plus d’informations ici

Appel à communication – Sur les routes d’Arabie : itinétaires terrestres et maritimes

Lieu : Institut du Monde Arabe, Paris

Dates : 12-14 décembre 2024

Date limite pour candidater : 17 mai 2024

Le colloque a pour objectif d’étudier les routes de la péninsule Arabique, qu’elles soient terrestres ou maritimes, et les échanges qu’elles ont favorisés via l’archéologie, les sciences historiques, philologiques et religieuses mais aussi les sciences de la vie. Cette approche s’effectuera sur la longue durée, depuis l’âge du Bronze jusqu’à la période islamique. L’objectif de ce colloque est également d’étudier les réseaux d’échanges avec les régions frontalières telles que le sous-continent indien, la Corne de l’Afrique, l’Égypte mais également les empires du Proche-Orient ancien ainsi que les empires grec et romain

Plus d’informations ici