Archives par mot-clé : histoire sociale

Appel à communications – Colloque international “Rock, engagements et émancipations (1950-2020)”

Lieu : université de Rouen-Normandie

Date : 12-14 mars 2025

Date limite pour soumettre une proposition : 30 juin 2024

Dans la conscience collective, Woody Guthrie (1912-1967) incarne un musicien engagé contre toutes les injustices sociales et économiques. Il est l’un des protest singers les plus connus de la première moitié du XXe siècle, celui qui, convaincu du pouvoir de la musique et de ses mots, avait affiché sur sa guitare l’inscription : “This machine kills fascist”. John Steinbeck l’associait même à l’esprit de liberté et de résistance qui animerait le peuple américain. La réalité, telle qu’elle nous a été confiée par ses biographes, fait apparaître un musicien au discours plus complexe et dont l’engagement idéologique progressiste doit être partiellement nuancé. Néanmoins, même avec ses ambiguïtés, il représente un chanteur qui, par ses mots, fit courageusement état de ses convictions contre l’oppression et en faveur de la liberté d’expression. Il fut enfin, peut-être et surtout, pour les amateurs de rock, celui qui allait inspirer Bob Dylan, Bruce Springsteen aux États-Unis ou Joe Strummer (connu sous le surnom de Woody pendant ses années pré-Clash) au Royaume-Uni, soit trois figures emblématiques du musicien engagé du dernier tiers du XXe siècle dans le monde du rock anglophone. De même, mais à l’inverse et    s’ils    sont    souvent    plus    discrets,    on    relève    quelques    groupes / chanteurs·chanteuses qui ont affiché un soutien déterminé à une idéologie droitière et parfois extrême. Il y a donc une tradition d’engagement politique aux accents idéologiques divers dans la musique rock qui remonterait à d’anciennes figures charismatiques, en un combat inlassablement renouvelé et transformé par de nouveaux musiciens.

Plus d’informations ici.

Appel à communication – Le personnel d’Inquisition au service du Saint-Office

Lieu : Université Paul-Valéry, Montpellier (site Saint Charles)

Dates : 28-29 novembre 2024

Date limite pour candidater : 30 juin 2024

Notre projet vise à interroger le pouvoir inquisitorial, abordé à travers le rôle politique et social joué par tous ceux qui gravitaient autour des tribunaux en tant qu’acteurs politiques insérés dans des dynamiques sociales complexes. Notre intérêt n’est pas tant d’étudier tel ou tel aspect de l’histoire de l’Inquisition que d’apporter un éclairage nouveau sur le fonctionnement de l’institution dans son action concrète à l’échelle régionale, à partir de l’étude des personnels des tribunaux de district, puisque ce sont eux qui décidaient de la politique à appliquer pour mener à bien leur mission d’éradication de l’hérésie en fonction du degré d’enracinement local de l’institution et de ses relations avec d’autres pouvoirs.

Plus d’informations ici

Appel à communications – Journée d’études “Appartenances et altérités. La citoyenneté aux époques moderne et contemporaine”

Date : 4 juin 2024

Lieu : université Paris 1

Date limite pour soumettre une proposition : 14 avril 2024

La journée d’étude des doctorant·e·s de l’IHMC, qui aura comme titre : « Appartenances et altérités. La citoyenneté à l’époque moderne et contemporaine ».

Cette journée aura lieu le mardi 4 juin au centre Malher de l’université Paris 1, mais une visioconférence sera aussi disponible. Les contributions en visioconférence seront donc acceptées. Chaque contribution durera 20 minutes et sera suivie d’une discussion avec un·e chercheur·se du laboratoire.

Pour participer, vous pouvez envoyer une proposition comportant un titre et un bref texte de présentation (1 500 à 2 000 caractères).

Les réponses sont à transmettre avant le dimanche 14 avril à l’adresse : je-doct.ihmc@univ-paris1.fr

Plus d’informations ici.

Appel à communication – Urban societies in medieval Europe

Lieu : Castelo de Vide, Portugal

Dates : 3-5 octobre 2024

Date limite pour candidater : 30 avril 2024

The study of medieval urban societies continues to be important and necessary to understand their composition, inequalities and complexity, as well as their role in the construction and experience of urban space. It also makes it possible to observe the different stages of life (childhood, youth, maturity and old age) of its inhabitants, their emotions and the relationships they established between themselves and with the outside world, and therefore the management and resolution of conflicts. These elements fuelled representations of urban society, both in discourses and practices and in material testimonies, which it is important to continue to understand and deepen. With a focus on Christian, Islamic and Jewish Europe, researchers from any scientific discipline (History, Archaeology, History of the Art, Literature, among others) are invited to present proposals for sessions and/or individual presentations.

Plus d’informations ici

Appel à communications – Conférence internationale “Wartime occupations in Europe (20th-21st centuries). Socio-historical perspectives”

L’alliance de recherche CERCEC, Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen (CNRS-EHESS) – Université Charles de Prague – Centre d’histoire urbaine à Lviv (“Guerre et société en Europe centrale et orientale, 20e-21e siècles”) organise une conférence internationale les 7 et 8 novembre prochains sur “Wartime occupations in Europe (20th-21st centuries). Socio-historical perspectives”.

Son objectif est d’ouvrir un dialogue interdisciplinaire entre historiennes et sociologues, et autres chercheurs en sciences sociales, afin de conceptualiser l’expérience sociale de l’occupation du temps de guerre au-delà des cadres hérités de 1945. Celui-ci reposera sur une discussion comparative qui inclut l’ensemble des situations d’occupation militaire en Europe, toutes régions comprises, depuis le début du vingtième siècle jusqu’à aujourd’hui. Parmi les axes soumis à la réflexion sur l’occupation militaire comme phénomène social, nous proposons notamment d’examiner les acteurs sociaux, les temporalités de l’expérience, les espaces, la concurrence entre systèmes de normes / ordres sociaux, les dimensions économiques et matérielles, les guerres dans l’occupation, les liens entre occupation et violences de masse.

L’appel à contribution complets, avec tous les détails, est ici: https://cercec.ehess.fr/en/appel/wartime-occupations-europe-20th-21st-centuries

Les propositions sont à envoyer d’ici au 3 mai prochain à wartimeoccupations.conference@gmail.com.

La conférence est organisée en partenariat avec l’Institut historique allemand de Paris, l’Osteuropa-Netzwerk de la Max-Weber Stiftung et le Centre Marc Bloch.

Appel à articles – Les ancrages sociaux de la grève – Terrains & travaux

Date de clôture de l’appel : 31 janvier 2025

L’actualité sociale de ces dernières années a été marquée par de nombreux conflits sociaux de grande ampleur. Ces luttes se sont déployées aussi bien à l’échelle interprofessionnelle (grèves contre la Loi Travail en 2016 et contre la réforme des retraites en 2019 et 2023) qu’à celle des entreprises (grève des cheminot·e·s en 2018, grèves de postier·e·s, grèves pour les salaires face à l’inflation). Elles ne sont pas cantonnées à la France puisqu’on les retrouve dans des pays aussi variés que les États-Unis, le Bangladesh ou l’Argentine, où le droit du travail et/ou l’organisation de la défense des salarié·e·s connaissent ou ont connu des politiques intenses de répression ou de domestication. À l’image du dernier mouvement de protestation contre la réforme des retraites, les grèves suscitent aussi de grands élans de solidarité, réactivant l’idée de « grèves par procuration ». De plus, ces mobilisations se sont parfois déployées en dehors des « bastions traditionnels » du mouvement ouvrier, à l’image des grèves des femmes de chambre, des ouvrier·e·s du secteur logistique, des livreurs·euses « ubérisé·e·s », des travailleurs·euses sans-papiers de la restauration ou de la construction. Enfin, la mobilisation de l’imaginaire de la grève autour d’objets hétérogènes et de plus en plus éloignés du champ des relations professionnelles instituées, par les mouvements féministes (grève des femmes contre les inégalités de salaires ou le travail domestique) et écologiques (grèves contre l’inaction climatique des gouvernements), témoigne a minima d’une certaine revitalisation politique et symbolique de cette modalité d’action. Ces réappropriations questionnent d’autant plus ce qui « fait grève » que, dans le même temps, certains syndicats ont au contraire tendance à recourir à des formes d’euphémisation ou de périphrase (« mettre le pays à l’arrêt », « tout bloquer »…).

Plus d’informations ici.

Appel à communications – Colloque “La Rencontre : La France Libre, la France et la résistance intérieure du débarquement allié en Normandie à l’été 1945

Date : 21-22 novembre 2024

Lieu : musée de l’armée de Paris

Date limite pour candidater : 15 mai 2024

Ce colloque aura pour objectif d’envisager la façon dont se déroule le retour en France métropolitaine des Français libres à partir de juin 1944 et les rapports entretenus à la fois avec les résistants de l’intérieur mais aussi les Français de façon générale. Il s’agira notamment de questionner les différents problèmes politiques, militaires et sociaux posés par la renontre entre les deux résistances françaises, celle de l’extérieur et celle de l’intérieur. Une approche comparative avec d’autres pays également concernés par cette rencontre de deux résistances (extérieure et intérieure) à la fin de la guerre pourra également être envisagée.

Plus d’informations ici.

Appel à communications – Journée d’études “Sciences/lettres. Genèses et effets d’un clivage académique”

Date : 6 juin 2024

Lieu : université de Strasbourg

Date limite pour soumettre une proposition : 29 mars 2029

Parmi les divisions structurantes du système éducatif français, celle qui oppose les formations scientifiques aux formations littéraires est ancienne (Durkheim 1999 [1901], p. 58-61) et puissante (Renisio 2015). Des disciplines entières, comme l’histoire des sciences et la littérature comparée, sont consacrées à l’étude de l’un ou l’autre terme de cette division, indice de l’ampleur de la littérature sur la question. La plupart des travaux envisagent toutefois isolément les sciences, les lettres, ou plus souvent telle ou telle des disciplines qui se trouvent regroupées dans ces larges catégories. Prenant le contrepied d’une telle habitude, la journée d’étude se consacre aux sciences et aux lettres prises dans leurs interdépendances et leur co-construction, c’est-à-dire en tant que catégories de vision et de division du monde, contribuant à structurer entre autres les univers scolaire, savant et professionnel.

L’intégralité de l’appel est téléchargeable ici au format pdf.

Appel à contributions – Revue d’histoire contemporaine de l’Afrique. Enfants et enfances dans l’histoire de l’Afrique

Le huitième numéro de Revue d’Histoire Contemporaine de l’Afrique (RHCA), à paraître en juin 2025, sera consacré au thème « Enfants et Enfances dans l’histoire de l’Afrique », sous la direction de Kelly Duke Bryant (Rowan University, États-Unis) et Kalala Ngalamulume (Bryn Mawr College, États-Unis). 

Date limite de l’envoi des résumés : 15 avril 2024

Plus d’informations ici.

Appel à communication – Institut européen d’histoire et des cultures de l’alimentation IEHCA

Date : 5-7 juin 2024

Lieu : Tours

Date limite pour candidater : 20 mars 2024

L’Institut Européen d’Histoire et des Cultures de l’Alimentation (IEHCA) organisera du mercredi 5 juin au vendredi 7 juin 2024 à Tours (France) la neuvième édition de sa Convention Internationale annuelle.

Suite à un premier appel à sessions, nous lançons un appel à candidatures individuelles.

Comme à l’accoutumée, les propositions de tous les chercheurs et chercheuses en Food Studies seront les bienvenues (doctorants, post-doctorants, enseignants-chercheurs, chercheurs indépendants…). Cette convention est par essence pluri- et transdisciplinaire et couvrira l’ensemble des périodes historiques.

Cet événement se tiendra en présentiel, toute personne nous adressant une candidature doit donc être en mesure d’être physiquement présente.

 Nous attirons votre attention sur le fait que les sessions suivantes seraient susceptibles d’accueillir de nouveaux communicants – les interventions pourront être proposées en français ou en anglais :

Deux sessions proposent un appel à communications détaillé :

  • Food studies – an approach through citizen engagement and citizen science  – Carmen Soares (University of Coimbra, Portugal); Virginie Amilien (Oslo Metropolitan University, Norway).

Appel à contribution ici.

  • The History of Food Futures: Imaginaries of Global Food Futures – Atle Wehn Hegnes and Virginie Amilien (Oslo Metropolitan University, Norway)

Appel à contribution ici.

Autres sessions ouvertes :

  • Produire et boire la bière, lieux et pratiques
  • Architecture, Garden and Food in the 1800s
  • Street Food Cultures Between Past And Present
  • Food and Memory within Total Institutions: voices of men and women deprived of their liberty between Nazi concentration camps and today’s prisons in Italy and Brazil
  • Nutrition Science, Colonization and Nation Building: Shaping the Diet of Zionist Settlers
  • Des céréales au pain dans l’antiquité, d’Egypte à la Grèce de « Renenoutet à Déméter »
  • Italy and France in the glass: special wines, vermouths and aperitif rituals
  • Iconic Breweries and Identity: To what extent can a region’s identity be based on specific beer styles or brewing brands?
  • Asian Foodways, Social Change, and Cultural Heritage 
  • Politics, Populations and Failing Food Systems: Stories of Resilience in Europe and Africa
  • Bottles, Cans, and Plastic Pouches: Gender, Class, and Food Mobilization in Modern Societies.
  • Livres de cuisine manuscrits
  • Changements en cuisinePlus de détails ici.
  • Ethnographies of food transition and sustainability in urban contexts. Case studies from Europe and beyond.
  • Réduire le gaspillage à la source : initiatives territoriales de lutte contre le gaspillage alimentaires

La date limite d’envoi des candidatures est fixée au 20 mars 2024.  Le comité d’organisation informera les candidats de l’acceptation ou du rejet de leurs propositions avant le 5 avril.

Formulaire à télécharger ci-dessous.

Frais d’inscription :

–       Pour les personnes s’acquittant de leurs frais d’inscription avant le 25 avril : 50 euros pour les chercheurs non-titulaires / 100 euros pour les chercheurs titulaires.

–       Après cette date, ces droits s’élèveront à 80 euros (chercheurs non-titulaires) ou 120 euros (chercheurs titulaires).

–       Les chercheurs ne s’étant pas acquitté des droits d’inscription avant le 15 mai 2024 ne pourront prendre part à la convention.

Aucun remboursement ne sera possible en cas de désistement.