Archives par mot-clé : interdisciplinarité

Appel à articles – L’Année du Maghreb no 34 : “Conversions religieuses. Croire et faire en mouvement dans l’espace méditerranéen”

Date limite pour envoyer une proposition : 30 juin 2024

La conversion religieuse est un phénomène complexe, polysémique et polymorphe qui met en exergue la question de la mobilité religieuse et sociale à travers le temps long. À la jonction d’une démarche individuelle et d’un phénomène collectif, elle constitue un objet de recherche transversal éclairant les dynamiques et les modalités d’appartenance, le « bricolage » religieux et les enjeux de son articulation dans l’espace (Hervieu-Léger, 1999). En fonction d’où l’on place le regard, la conversion religieuse peut-être perçue comme une « entrée », une « sortie » qui traduirait le mouvement d’un « avant » à un « après ». Comment traduire l’intensité de ces « passages » ? Est-ce une rupture nette et totalisante, une mutation progressive et adaptée ou une recomposition parcellaire et estompée du croire et du faire religieux ? Portant une attention particulière aux spatialités, ce dossier entend contribuer aux recherches sur les conversions religieuses passées et présentes – sans restriction temporelle – dans l’espace méditerranéen en proposant une étude croisée (Despotis, Löhr, 2022 ; Norton, 2019 ; Boissevain & Le Pape, 2014 ; Marzouki, Roy, 2013 ; Garcia-Arenal, 2001 ; Guiral-Hadziiossif, 2000). Appréhender les conversions religieuses dans le temps long et dans des espaces variés entend contribuer à une meilleure restitution de la complexité des phénomènes de retour du religieux et ceux de sortie de la religion. Dans cette optique, ce dossier comprend le fait religieux dans une acception large en regroupant « entrées » et « sorties » des monothéismes, des religions, rites et obédiences minoritaires ou marginaux ainsi que des formes d’agnosticisme et d’athéisme, soit des sorties religieuses. L’approche diachronique ambitionne de faire dialoguer les travaux historiques, sociologiques, anthropologiques et juridiques par la mobilisation de nouvelles archives, d’observations issues d’enquêtes de terrain inédites et de matériaux juridiques autour des conversions religieuses dans ces espaces.

Plus d’informations ici.

Journée d’études de l’AJCH : “Les appropriations de l’eau de l’Antiquité à nos jours”

Lieu : université de Lille, IRHiS

Date : 12 juin 2024

Cette année, la journée d’études annuelle de l’AJCH aura lieu à l’université de Lille, dans la salle de séminaire de l’IRHiS (Institut de Recherches Historiques du Septentrion), avec le soutien de ce laboratoire et du LaMOP (Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris). L’événement s’inscrit par ailleurs dans le Printemps de l’histoire environnementale du RUCHE (Réseau Universitaire de chercheur.ses en Histoire de l’Environnement).

Résumé :

À l’ère du changement climatique, la question de l’eau et de ses
appropriations se pose avec une acuité inédite : dans certaines régions, elle a tendance à se raréfier, causant des problèmes d’approvisionnement et des conflits d’usage. À cela s’ajoute un autre problème : celui de la pollution, aussi bien des cours d’eau douce que des mers et des océans.

Des difficultés similaires se sont posées dans les sociétés passées : les sécheresses comme la pollution ont une histoire, qu’il s’agira d’explorer dans toutes les périodes historiques et dans tous les contextes géographiques.

La notion d’appropriation sera centrale dans l’analyse et permettra d’appréhender cette problématique générale : comment les sociétés humaines ont-elles cherché à maîtriser une ressource vitale, dans des contextes où s’impose l’adaptation aux inconstances de l’environnement ?

Programme : https://irhis.univ-lille.fr/detail-event/je-les-appropriations-de-leau-de-lantiquite-a-nos-jours

Appel à communications – Colloque «Au bon air des jardins (18e – 21e siècles)»

Dates : 15-16 octobre 2024

Lieu : École de la Nature et du Paysage à Blois

Date limite pour soumettre une proposition : 30 juin 2024

Au XIXe siècle, Maupassant décrivait la canicule parisienne et vantait déjà la fraicheur à l’ombre des arbres en écrivant que « c’était une nuit sans vent, une de ces nuits d’étuve où l’air de Paris surchauffé entre dans la poitrine comme une vapeur de four. Une armée de fiacres menait sous les arbres tout un peuple d’amoureux » (Bel ami). Si les fiacres ont disparu, nul doute que les promenades, parcs et jardins restent des lieux appréciés en période de canicule pour des citadins à la recherche de “bon air”.

Le colloque vise à nourrir une réflexion générale sur l’air et le climat sous le prisme socio-spatialdes parcs et jardins urbains publics en France comme dans le reste du monde. Il a pour objectif de montrer si ces espaces sont marqués par des évolutions et transitions géohistoriques communes ou, au contraire, différentes dans les enjeux liés à l’air et au climat (Corbin 1982 ; Metzger 2018 ; Brassart et al. 2022). Afin de favoriser le dialogue disciplinaire, l’appel est ouvert en SHS : géographie, géohistoire, histoire, histoire de l’art, aménagement, architecture, projet de paysage, political ecology, sociologie…

Plus d’informations ici.

Appel à communication – Colloque international «Histoire transmédia : Circulations, reconfigurations et nouvelles méthodologies»

Lieu : université de Lausanne

Date : 27-28 janvier 2025

Date limite pour envoyer une proposition : 15 juillet 2024

Comment mettre en pratique une histoire “transmedia” sur le plan aussi bien empirique que théorique? Le colloque international “Transmedia History”, soutenu par le projet Impresso et la Section d’histoire de l’Université de Lausanne, réunira des chercheuses et des chercheurs de plusieurs disciplines pour croiser les regards sur cette question et échanger autour des nouvelles ouvertures autorisées par la numérisation d’abord, par les nouveaux outils développés ensuite à l’ère numérique, pour conduire des recherches transmédias.

Plus d’informations ici.

Journée d’étude du centre Jean Mabillon : “De la matérialité des sources”

Date : 5 novembre 2024

Lieu : Campus Condorcet, Aubervilliers

Date limite pour soumettre une proposition : 30 juin 2024

De la matérialité des sources.
Journée d’études jeunes chercheurs 2024 du Centre Jean Mabillon – École nationale des Chartes.

La source constitue l’élément de base de la recherche historique, que le scientifique cherche le mieux possible à appréhender par son esprit critique. Mais ces sources, ne peut-on pas également les approcher matériellement ? La matérialité des sources se révèle immédiatement très variée et il serait difficile d’en dresser une liste exhaustive, car en plus d’avoir évolué au cours du temps, les supports ont connu à chaque époque une riche diversité. Ainsi, pour prendre l’un des supports le plus commun aujourd’hui qu’est le livre, on constate qu’après avoir été volumen de papyrus, celui-ci est devenu codex, d’abord en parchemin, puis en papier, se démultipliant ensuite grâce à l’imprimerie à caractères mobiles jusqu’à devenir un objet de consommation à l’ère du livre de poche. L’exemple du livre nous montre donc que la variation du support concerne non seulement le matériau, mais aussi le format. Mais ces variations sont également partagées dans les autres champs de la production écrite : littérature grise d’une part avec ses procès-verbaux, chartes, registres, mais aussi les productions éphémères, des journaux aux affiches en passant par les tracts, sans oublier les formes épigraphiques, des ostraca grecs aux tablettes de cire, jusqu’aux pierres gravées.


La question du support mérite néanmoins d’être élargie plus encore et nous invite à envisager également les autres moyens employés pour consigner d’autres informations que simple la parole écrite : l’image, qui existe depuis les peintures rupestres préhistoriques, s’est perpétuée jusqu’à la photographie et le cinéma, de même que les enregistrements sonores sont développés pour couvrir un champ allant de la musique aux archives orales. L’histoire du temps présent nous amène enfin à appréhender l’omniprésence de l’information, à travers les réseaux sociaux et internet. Une quantité indénombrable de paramètres entre donc en conversation pour la composition du support : le matériau et son format certes, mais aussi sa taille, son poids, la technologie qu’il emprunte, ses limites, sa durabilité, son coût, sa solennité, sa fragilité, sa solidité, sa qualité, son accessibilité, la quantité de production permise. Autant de composantes qui peuvent être interrogées et révélatrices d’informations précieuses.

Au regard de ce bref florilège de sources, il apparaît nettement que le support des sources est un sujet d’étude historique en soi. La matérialité des documents est à la fois un indicateur temporel, géographique et culturel : en somme, une source à part entière, indépendamment du contenu, un objet archéologique. Bien que l’approche soit matérielle, elle implique donc bien une appréhension par l’esprit critique. Jacques le Goff s’exprimait en ces termes :

« Le document n’est jamais innocent. Il est le résultat avant tout d’un montage, conscient ou inconscient, de l’histoire, de la société qui l’a produit, mais aussi des époques successives pendant lesquelles il a continué à vivre, peut-être oublié, pendant lesquelles il a continué à être manipulé, peut-être en silence. Le document est une chose qui reste, qui dure et le témoignage, l’enseignement qu’il porte doivent être avant tout analysés en démystifiant leur signification apparente. Le document est monument. Il est le résultat de l’effort des sociétés historiques pour imposer –volontairement ou involontairement– telle image d’elles-mêmes au futur. Il n’y a pas, à la limite de document-vérité. Tout document est mensonge.1 »

Ainsi, le choix même du support n’est pas innocent, car quelle que soit l’époque, les supports à disposition pour conserver une information ont toujours été multiples. Le choix n’en est pas pour autant aléatoire et différents facteurs interviennent dans la sélection du support : les impératifs économiques, la dimension solennelle, la commodité, la limite selon les matériaux à disposition, mais aussi selon le type d’information conservée (écrit, son, image). Le choix d’un unique support reste parfois cependant impossible. De nombreux documents contemporains sont en effet multimédias : de très nombreux manuels de langue pour enrichir l’étude par la pratique orale sont par exemple accompagnés d’un CD-Rom. Une dynamique se fait jour néanmoins parmi ces paramètres : les enjeux matériels sont bien souvent commandés par le fonds intellectuel. Le contenu peut commander le contenant, non sans parfois une certaine réciprocité.


Toutes ces motivations gardaient néanmoins en ligne de mire l’utilisation du document dans un avenir immédiat, le défi se pose donc au conservateur de faire face à des supports dont la production n’est pas toujours conçue pour le temps long. Par exemple, du fait d’un climat inadapté, très peu de papyrii mérovingiens nous sont parvenus, tandis que depuis près d’un siècle, les conservateurs de bibliothèque doivent faire face à des journaux dont le papier de mauvaise qualité, en plus de jaunir, se fragilise très rapidement. Plus délicats encore, les plus anciens films conservés par les cinémathèques sont très souvent des pellicules en nitrate de cellulose, support particulièrement instable qui présente un grave risque d’incendie.

On remarque donc que les supports fluctuent au gré des époques. Et les informations, en vue de pérennisation, doivent souvent être recopiées de l’un à l’autre. Qu’il s’agisse des copies médiévales de chartes originales au sein de cartulaires, d’éditions contemporaines de documents anciens, de l’adaptation iconographique de scènes littéraires ou religieuses, ou encore de l’édition numérique de textes anciens, on observe la même envie de conserver un maximum de l’information textuelle, mais aussi un certain souci de la mise en page originale. Toutefois, il est illusoire de penser qu’il est possible de tout retranscrire, une transition est souvent coûteuse et synonyme de choix.

Ouvertures

Dans ce contexte, nous accueillons les propositions qui pourront explorer le thème du support. Les enjeux de cette journée d’études tournent autour de quatre axes principaux : 1) Les problématiques
de la conservation et de la restauration ; 2) Les enjeux de la copie et du transfert d’un support à un autre ; 3) La question de l’unique et du multiple ; 4) (R)évolution : l’essor du digital.
Voici une liste non-exhaustive de problématiques abordables pour chacun d’entre eux :

1) Les problématiques de la conservation et de la restauration
Problématiques de la conservation des supports, de l’Antiquité à nos jours. Entretien des supports : travaux de reliure, restauration des enluminures,… ; Les supports abîmés : techniques de restaurations, nouvelles technologies.

2) Les enjeux de la copie et du transfert d’un support à un autre
Interactions réciproques entre contenu et contenant, des enjeux pratiques aux enjeux esthétiques ; La création d’une copie quels motifs, selon quels procédés, avec quels résultats ? Quelles différences entre des copies sur un même support et le passage d’un support à l’autre ? ; L’intermédialité et le passage d’un support à un autre : quels enjeux, quelles conséquences ?

3) La question de l’unique et du multiple
Un seul support pour plusieurs documents – tablettes de cire, palimpsestes, google docs, recueils factices, fichier xml ; Plusieurs supports pour un seul document (copies de films positives, copies lavandes, négatifs de films, internégatifs ou encore versions numériques DCP. . . )

4) (R)évolution : l’essor du digital
La révolution du numérique : récupérer, trier et écarter les informations ; Avantages et désavantages dans la conservation des documents ; L’évolution d’un média et les changements ou non qu’il apporte aux oeuvres, comme par exemple le passage du cinéma sur pellicule au cinéma numérique ; Le multimédia, enjeux de production et de conservation.


Comité d’organisation

Mathieu Aymon, Célia De Saint Riquier, Martina Lenzi, Noé Leroy (doctorants du Centre Jean Mabillon).

Cyril Durain, Clémentine Kruk (archivistes paléographes de l’École Nationale des Chartes).

Comité scientifique

Christophe Gauthier (Professeur d’histoire du livre et des médias, École Nationale des Chartes PSL’ directeur du Centre Jean-Mabillon, ea 3624 conservateur des bibliothèques)

Yann Sordet (Conservateur général des bibliothèques, directeur des bibliothèques Mazarine et de l’Institut de France)

Nicolas Perreaux (Chargé de recherches CNRS, UMR 8589 LAMOP université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Charlotte Denoël (Chargée de cours École Nationale des Chartes PSL, maîtresse de conférence

Date et lieu

Campus Condorcet, Aubervilliers, 5 novembre 2024.


Modalités de réponse

Cette journée d’études s’adresse aux doctorant.e.s ou équivalent, étudiant.e.s en master, jeunes chercheur.se.s post-doctoraux, ainsi qu’aux jeunes professionnel.le.s de la conservation du patrimoine.
Toutes les propositions de communication sont attendues avant le 30 juin 2024, à midi. Elles sont attendues en langue française ou anglaise sous la forme d’un texte constitué de 500 mots maximum (titre et résumé), accompagné d’une bibliographie indicative et d’une courte présentation du candidat (âge, ville de résidence, statut, situation institutionnelle, domaine de recherche). Le format attendu est le format .pdf. Merci de les envoyer à l’adresse suivante : journeesCJM@chartes.psl.eu

Une réponse sera donnée aux intéressé.e.s avant le 15 juillet 2024. Un résumé ponctuel ou le discours intégral, accompagné par la bibliographie relative, sera demandé aux intervenant.e.s avant le 5 novembre. Chaque communication aura une durée maximale de 20 minutes. Les déplacements et les hébergements seront à la charge des intéressé.e.s.
Il est prévu que cette journée d’études donne lieu à une publication en ligne.

Bibliographie indicative

Agati Maria Luisa, Il libro manoscritto introduzione alla codicologia, Rome, 2003.

Dain Alphonse, Les manuscrits, 3e édition, 1975.

Deloignon Olivier, Chatelain Jean-Marc, et Mollier Jean-Yves, D’encre et de papier: une histoire du livre imprimé. Collection « Arts du livre ». Paris: Imprimerie nationale éditions, 2021.

Febvre Lucien, Martin Henri-Jean, Basanoff Anne, Bernard-Maitre

Henri,Catane Moshé et Chalus Paul, L’apparition du livre. L’Évolution de l’humanité 30. Paris: Albin Michel, 1958.

Fossati Giovanna, From Grain to Pixel. The Archival Life of Film in Transition, Amsterdam University Press/Nederlands Filmmuseum, 2010.

Gaudreault André et Marion Philippe, La Fin du cinéma ? Un média en crise à l’ère du numérique, Paris : Armand Colin, 2013.

Gilmont Jean-François, Le livre, du manuscrit à l’ère électronique, 3e édition revue et augmentée, 1998.

Glenisson Jean, Le livre au Moyen Age, Brepols, Turnhout, 1989.

Habib André et Marie Michel (dir.), L’Avenir de la mémoire : patrimoine, restauration, réemploi cinématographiques, Presses universitaires du Septentrion, Villeneuve-d’Ascq, 2013.

Löffler Karl et Milde Wolfang, Einführung an die Handschriftenkunde, 1997Ouvrage collectif, Preservation and restoration of moving images and sound, Bruxelles : FIAF (Fédération Internationale des Archives du Film), 1986.

Smither Roger et Surowiec Catherine (dir.), This Film is Dangerous. A Celebration of Nitrate Film, Fiaf, Bruxelles, 2003.

Turner Eric G., ’Recto’ e ’Verso’. Anatomia del rotolo di papiro, Instituto papirologico Vitelli, Florence,
1994.

1(Jacques le Goff, “Documento/Monumento”, in Enciclopedia, Torino, Einaudi, 1978, vol. V, pp. 38-47, p. 38)

Le Centre Interdisciplinaire sur les Enjeux Stratégiques (CIENS) recrute un post-doc dans le domaine de la cybersécurité

Date limite de candidature : 5 juin 2024

Le Centre Interdisciplinaire sur les Enjeux Stratégiques (CIENS) recrute un post-doc dans le domaine de la cybersécurité pour une prise de fonction en septembre 2024. 

La candidate ou le candidat devra être diplômé-e d’un doctorat en Sciences Humaines et Sociales (droit, philosophie, science politique, études stratégiques, histoire contemporaine, géographie, économie, sciences technologies et sociétés, relations internationales, sociologie) ou en Informatique et Science du numérique (avec une orientation politiques publiques du numérique), et son sujet devra avoir un lien avec la sécurité informatique, la cybersécurité et/ou la cyberdéfense. 

Les candidatures sont à adresser au plus tard le 5 juin 2024 à l’adresse suivante : 

stephanie.braquehais@ens.psl.eu

Plus de détails sur la fiche de poste : ici

Appel à communications – 8èmes rencontres du réseau EUNA (Études Urbaines Nord-Américaines) : “Transitions dans les villes nord-américaines”

Date : 10 octobre 2024

Lieu : université Paris-Nanterre

Date limite pour envoyer une proposition : 27 mai 2024

Dans le champ académique comme dans le champ opérationnel, de nombreux termes existent pour signaler ou caractériser un changement de situation, d’état ou d’organisation : transformation, évolution, changement, disruption, innovation, transition, etc.

La notion de transition, relativement récente, a été rapidement adoptée par les pouvoirs publics et par la sphère académique (Bourg, Kaufmann, Méda, 2016) pour caractériser des changements appliqués a priori à la sphère écologique ou environnementale. Pourtant, cette notion polysémique et floue est applicable (et appliquée) à des contextes et des objets variés pour désigner une multitude de transformations. Elle peut ainsi mobiliser des thématiques très variées au-delà du champ écologique et environnemental et s’appliquer aux questions
politiques, culturelles ou encore économiques et sociales en tant que telles et non comme éléments ou conséquences des dynamiques associées à la transition écologique.

Plus d’informations ici.

Appel à articles – Revue Tracés, no 48 : “Politique des objets”

Date limite pour envoyer un article : 1er novembre 2024

Pour travailler les questionnements spécifiquement politiques émergeant des objets, nous proposons trois axes : d’abord en appelant des contributions qui reviendraient sur des concepts, des notions ou des méthodes forgées dans la littérature pour appréhender les implications des objets dans la politique, voire, dans une version plus forte, les qualités politiques des objets ; ensuite en invitant des enquêtes sur la participation et la représentation politique par les objets ; enfin, en rouvrant la discussion sur la normativité ou l’idéologie logées dans certains objets spécifiques.

Plus d’information ici.

Appel à articles – Revue du Rhin supérieur, no 7, “Pour une (re)définition de la moyenne montagne”

Date limite pour soumettre un article : 31 janvier 2025

La Revue du Rhin supérieur est une revue interdisciplinaire en Sciences Humaines et Sociales, créée en 2018 et portée par l’Université de Haute-Alsace (CRÉSAT, UR 3436). Elle vise à renforcer les connaissances que les chercheurs ont des pouvoirs politiques et des institutions, de l’économie et de la société, de la culture ou encore du territoire. Compte tenu de la dynamique territoriale de l’Université de Haute-Alsace, qui se situe au cœur du Rhin supérieur, la revue met plus particulièrement en valeur les recherches sur cet espace multinational et prend en compte les logiques transfrontalières (France – Suisse – Allemagne).

Plus d’informations ici.

Appel à communication – Le genre et la mort. Approche croisée : archéologie, histoire et anthropologie sociale

Lieu : Strasbourg

Dates : 26-27 novembre 2024

Date limite pour candidater : 28 juin 2024

Ces rencontres jeunes chercheuses et chercheurs visent à rassembler des doctorant-e-s et des jeunes docteur-e-s en archéologie, en histoire et en anthropologie sociale afin de discuter de la problématique du genre en contexte funéraire, ainsi des méthodologies adoptées pour son appréhension par chacune de ces trois disciplines.

Plus d’information ici