Archives par mot-clé : première modernité

Offre d’emploi – AGRELITA recrute trois post-doctorants

Employeur : Université de Caen, Normandie

Durée : CDD 12 mois, renouvelable

Niveau d’étude : Doctorat en littérature française du Moyen Âge et / ou de la Renaissance, en histoire de l’art du Moyen Âge et / ou de la Renaissance, en langues et littérature anciennes ou en histoire culturelle des XIVe-XVIe siècles.

Date limite pour candidater : 12 mai 2024

Dans le cadre du Projet ERC Advanced grant 2020 AGRELITA, « The reception of ancient Greece in pre-modern French literature and illustrations of manuscripts and printed books (1320-1550): how invented memories shaped the identity of European communities », dirigé par Prof. Catherine Gaullier-Bougassas (Principal Investigator), trois postes contractuels de post-doctorants à temps plein (100%) sont à pourvoir à compter du 01/10/2024.

L’histoire de la réception de la Grèce antique (avant Alexandre le Grand) en Europe occidentale pré-moderne s’est concentrée jusqu’ici presque exclusivement sur la transmission des textes de l’Antiquité grecque. Pourtant, bien avant la renaissance de l’enseignement du grec, de nombreux ouvrages vernaculaires, souvent illustrés, contenaient des représentations élaborées de la Grèce antique. AGRELITA étudie un large corpus d’œuvres littéraires de langue française (historiques, romanesques, poétiques, didactiques) produites de 1320 à 1550 en France et en Europe, avant les premières traductions directes du grec au français, ainsi que les images offertes par leurs manuscrits et livres imprimés. L’examen de ces œuvres et de leurs illustrations (dialogue du texte et de l’image et pouvoirs spécifiques de chacun) permet d’analyser les représentations de la Grèce antique dans la perspective encore inexplorée de l’élaboration d’une nouvelle mémoire culturelle. Elles sont ainsi étudiées en lien avec leur contexte politique, social et culturel, ainsi qu’en lien avec les œuvres des littératures européennes proches et leurs illustrations. Se situant aux frontières des études littéraires, de l’histoire du livre et de l’histoire de l’art, des visual studies, de l’histoire culturelle et politique et des memory studies, AGRELITA propose une réévaluation du rôle joué par la Grèce antique dans les processus de formation des identités en Europe occidentale. Le projet vise également à contribuer à une réflexion générale sur la formation des mémoires, des héritages et des identités.

Plus d’informations ici

Appel à communication – La somme des parties ? (Dé)faire et (re)penser collections et compilations entre Moyen Âge et Première Modernité

Lieu : Université de Liège

Dates : 6-7 mai 2024

Date limite pour candidater : 19 janvier 2024

Les 6 et 7 mai 2024 se tiendra, à l’université de Liège, la septième édition des journées doctorales internationales de l’unité de recherches TransitionsOrganisé en partenariat avec le Centre for Medieval and Renaissance Studies (CeMaRS, Ruhr-Universität Bochum) et l’Institut d’histoire de la Réformation (IHR, Université de Genève), ce colloque aura pour thème les pratiques de collection et de compilation. Les bornes chronologiques prescrites pour le présent appel sont celles explorées par Transitions (Moyen Âge et Première Modernité).

Plus d’informations ici

Appel à communication – Les nouvelles vies des divinités grecques en Europe occidentale : Figurations textuelles et visuelles du XIve au XVIe siècle

Lieu : Lille et Bibliothèque de l’Arsneal, Paris

Date : 23-24 mai 2024 et 29 mai 2024

Date limite pour candidater : 15 janvier 2024

Dans son ouvrage célèbre, La survivance des dieux antiques, 1939, Jean Seznec a démontré que la connaissance des dieux grecs n’a pas disparu durant le Moyen Âge et ainsi mis en question l’opposition souvent tracée entre Moyen Âge et Renaissance : « L’Antiquité païenne, loin de « re-naître » dans l’Italie du XVe siècle, avait survécu dans la culture et dans l’art médiéval ; les dieux eux-mêmes ne ressuscitent pas ; car jamais ils n’ont disparu de la mémoire et de l’imagination des hommes. À partir d’études de cas, sur une ou sur plusieurs divinités, les journées seront consacrées à des analyses sur les multiplicités des représentations, des interprétations et des exploitations de ces divinités antiques durant les trois siècles considérés, dans un mélange de permanences et de renouvellement, de répétition et de variation, de continuité et d’innovation.

Plus d’informations ici