Archives par mot-clé : transpériodes

Appel à articles – L’Année du Maghreb no 34 : “Conversions religieuses. Croire et faire en mouvement dans l’espace méditerranéen”

Date limite pour envoyer une proposition : 30 juin 2024

La conversion religieuse est un phénomène complexe, polysémique et polymorphe qui met en exergue la question de la mobilité religieuse et sociale à travers le temps long. À la jonction d’une démarche individuelle et d’un phénomène collectif, elle constitue un objet de recherche transversal éclairant les dynamiques et les modalités d’appartenance, le « bricolage » religieux et les enjeux de son articulation dans l’espace (Hervieu-Léger, 1999). En fonction d’où l’on place le regard, la conversion religieuse peut-être perçue comme une « entrée », une « sortie » qui traduirait le mouvement d’un « avant » à un « après ». Comment traduire l’intensité de ces « passages » ? Est-ce une rupture nette et totalisante, une mutation progressive et adaptée ou une recomposition parcellaire et estompée du croire et du faire religieux ? Portant une attention particulière aux spatialités, ce dossier entend contribuer aux recherches sur les conversions religieuses passées et présentes – sans restriction temporelle – dans l’espace méditerranéen en proposant une étude croisée (Despotis, Löhr, 2022 ; Norton, 2019 ; Boissevain & Le Pape, 2014 ; Marzouki, Roy, 2013 ; Garcia-Arenal, 2001 ; Guiral-Hadziiossif, 2000). Appréhender les conversions religieuses dans le temps long et dans des espaces variés entend contribuer à une meilleure restitution de la complexité des phénomènes de retour du religieux et ceux de sortie de la religion. Dans cette optique, ce dossier comprend le fait religieux dans une acception large en regroupant « entrées » et « sorties » des monothéismes, des religions, rites et obédiences minoritaires ou marginaux ainsi que des formes d’agnosticisme et d’athéisme, soit des sorties religieuses. L’approche diachronique ambitionne de faire dialoguer les travaux historiques, sociologiques, anthropologiques et juridiques par la mobilisation de nouvelles archives, d’observations issues d’enquêtes de terrain inédites et de matériaux juridiques autour des conversions religieuses dans ces espaces.

Plus d’informations ici.

Colloque jeunes chercheur.ses franco-allemand – “La référence à l’Histoire comme mobile d’action”

Date : 19-21 juin 2025

Lieu : bibliothèque du Warburg-Haus (Hambourg)

Date limite pour envoyer une proposition : 15 septembre 2025

L’Université de Hambourg et l’Université Bordeaux-Montaigne, qui célèbreront en 2025 le dixième anniversaire du cursus franco-allemand d’Histoire « HamBord » agréé et soutenu par l’Université franco-allemande, organiseront du 19 au 21 juin 2025, dans la bibliothèque du Warburg-Haus (Heilwigstraße 116, 20249 Hambourg), un colloque international à l’attention des doctorants et jeunes docteurs sur le thème de la référence à l’Histoire comme mobile d’action, toutes périodes confondues (Histoire ancienne, médiévale, moderne et contemporaine).

L’objet de ce colloque est, dans le cadre d’une réflexion sur l’histoire et le devenir de l’Europe, de considérer comment le regard porté sur le passé a motivé hier et motive encore aujourd’hui prises de positions, projets et actions. Souvent, la référence au passé a été instrumentalisée pour créer des conflits, justifier des guerres ou alimenter des antagonismes. Ce n’est toutefois qu’un aspect de la réalité historique. L’ancien président de la République française Georges Pompidou était d’avis que « les peuples heureux n’ont pas d’histoire » : de fait, on a moins étudié les moments où le passé était utilisé pour forger des projets communs. Cette rencontre voudrait donc contribuer en partie à combler aussi cette lacune.

On s’intéressera tant à la perception du passé aux divers échelons de la société (du citoyen lambda aux hommes et femmes politiques et autres personnes publiques) qu’à la manière dont on s’est exprimé et on s’exprime sur ce thème (quel que soit le mode de communication : écrit, pictural et/ou sonore) et à la réflexion historiographique susceptible d’alimenter opinions et prises de position ou, au contraire, de s’en distancer. Une attention plus particulière sera portée à l’Allemagne et la France, mais il ne s’agit en aucune cas d’une démarche exclusive : le champ d’investigation porte sur toute l’Europe et des contributions intégrant une réflexion sur l’histoire de pays tiers sera la bienvenue !

Ce colloque sur la référence à l’Histoire comme mobile d’action est donc consacré à la fois aux usages du passé (quel qu’en soit le support ou le mode), aux usages de l’histoire (comme récit du passé) et à l’historiographie (comme science du passé), depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, qu’il s’agisse, pour les acteurs et actrices, de former des desseins belliqueux ou pacifiques, pragmatiques ou utopiques… Il s’agit de mieux comprendre la fabrique de l’Europe dans sa dimension historique et de réfléchir à son possible devenir.

La durée des communications, en français, en allemand ou en anglais, sera de 30 minutes ; dans le cadre d’un atelier spécifique dédié aux élèves de première et terminale de Hambourg et de ses environs et aux étudiants du cursus « HamBord », les participants auront également l’occasion de discuter de leur thème de recherche avec un public plus jeune. Les frais de transport et l’hébergement des intervenants seront pris en charge ; à cette fin, les organisateurs déposeront notamment une demande de subvention auprès de l’Université franco-allemande.

Toutes celles et ceux qui souhaitent contribuer au colloque « la référence à l’Histoire comme mobile d’action » en y présentant une communication sont invités à envoyer jusqu’au 15 septembre 2024 au plus tard à philippe.depreux@uni-hamburg.de, karine.sion-jenkis@u-bordeaux-montaigne.fr et nicolas.patin@u-bordeaux-montaigne.fr les documents suivants :

– curriculum vitae ;

– résumé de la thèse (en préparation ou soutenue depuis moins de six ans) ;

– titre de la communication proposée avec présentation succincte de sa teneur.

https://formations.u-bordeaux-montaigne.fr/fr/catalogue-des-formations/licence-XA/licence-hambord-KX5X64G1.html

https://www.geschichte.uni-hamburg.de/internationales/ba-hambord.html

Appel à communications – Colloque “Agriculture et environnement en Europe de l’Antiquité à nos jours”

Date : 6-7 février 2025

Lieu : université Bordeaux-Montaigne

Date limite pour soumettre une proposition : 31 août 2024

Objectif scientifique :

            L’histoire rurale et l’histoire environnementale sont deux champs historiographiques proches par nature, mais rarement réunis dans des manifestations scientifiques collectives. Or, l’histoire rurale s’est depuis longtemps faite pionnière en histoire de l’environnement, de l’analyse des modes d’appropriation des espaces pour les cultiver, de la place des paysans et des choix agraires dans la formation des paysages, du rôle des marchés urbains dans le développement d’arrière‑pays spécialisés ou bien encore par l’intérêt porté aux forêts, montagnes et zones humides. Pensons par exemple aux travaux pionniers d’Emmanuel Le Roy Ladurie, de Marcel Lachiver ou d’Andrée Corvol, de Fabrice Mouthon, Aline Durand, ou Jean Guilaine.

            Il ne sera pas utile ici de revenir sur cette abondante production historiographique mais plutôt de voir dans quelle direction une réflexion renouvelée peut s’inscrire. Par agriculture, il faut entendre toutes les pratiques agraires, qu’il s’agisse de l’élevage, de la culture de la terre, de l’exploitation de la forêt ou bien encore des formes d’agriculture urbaine et hors sol. Que l’on s’intéresse à l’élevage du gros et du petit bétail, de la volaille, des poissons, des produits de la mer ou des insectes, l’histoire de l’agriculture croise l’histoire environnementale et fait appel aux animal studies. Plus encore, le développement de l’agriculture dans ses diverses formes relève à la fois d’une manière de tirer profit des potentialités de la nature et d’un façonnement de l’environnement par l’homme, inscrivant l’agriculture comme un élément moteur de construction paysagère et sociale. On peut, par exemple, penser au sarrasin en Bretagne, au maïs dans le Sud‑Ouest, à l’élevage bovin en Normandie. Qu’il s’agisse d’agriculture vivrière, d’agriculture commerciale spécialisée ou de formes mixtes, toutes impriment leurs logiques productives sur l’environnement. Bien que le terme fasse l’objet de plusieurs acceptions selon qu’il est vu depuis le droit, l’écologie ou la géographie, on entendra par environnement la combinaison des éléments naturels (le champ de forces physico-chimiques et biotiques) et socioéconomiques qui constituent le cadre et les conditions de vie d’un individu, d’une population, d’une communauté à différentes échelles spatiales.Plus encore que les autres activités anthropiques, l’agriculture puise dans l’environnement et le modifie. Éleveurs, paysans, bergers, forestiers, agriculteurs participent à construire une bonne connaissance des sols, des plantes, des animaux et entretiennent des systèmes et des formes d’équilibres ou de déséquilibres entre hommes et milieux. Une attention particulière sera également portée sur les impacts, les problèmes et risques générés par les pratiques agricoles, qu’il s’agisse de l’épuisement des sols, des formes de pollutions liées aux produits phytosanitaires – qui sont les mieux connues et les plus documentées, notamment depuis Silent Spring de Rachel Carson (1962) – ou aux autres formes d’externalités, comme les remembrements qui ont parfois abouti à de vastes mouvements d’arrachage des haies bocagères et à une accélération des phénomènes érosifs et d’assèchement des sols ou encore les défrichements et déforestations qui ont favorisé l’érosion des sols. Plus globalement, ces questions soulignent l’importance d’une réflexion sur l’agriculture qui a toujours dû concilier l’enjeu majeur de la sécurité alimentaire et celui de la soutenabilité de ses formes et de ses modèles, que cette soutenabilité soit contrainte par les moyens à disposition, qu’elle soit volontaire et pensée.    

            Les liens entre agriculture et environnement doivent alors s’envisager à plusieurs échelles. Il s’agit d’abord de celle de l’espace de production ou d’élevage qui est le premier niveau de croisement de ces deux questions, la parcelle, l’exploitation, le terroir… Puis, il faut envisager l’analyse en termes régionaux, nationaux et internationaux, par les filières, les bassins d’approvisionnement ou les diverses formes d’externalité à l’échelle internationale. Une même pratique agricole peut ainsi générer des besoins à plusieurs échelles, à l’instar de l’approvisionnement en bois pour la culture de la vigne. Ainsi, en Guyenne, un bassin de proximité fournissait les piquets en châtaignier et en acacia ainsi que l’osier destiné à attacher les ceps aux échalas ou à fabriquer les paniers de vendange. Un plus large bassin, à l’échelle française, fournissait le merrain de chêne destiné aux fûts, venu du Massif Central, mais aussi de la Baltique en fret d’échange via le port de Bordeaux. En cela, l’agriculture mobilise des ressources et des énergies issues d’un environnement plus ou moins lointain et participe à sa transformation.

Ce colloque s’adresse aux historien.ne.s, de l’antiquité jusqu’au monde contemporain, pour proposer une approche sur le temps long des liens entre agriculture et environnement en Europe, et pour envisager de manière renouvelée les transformations environnementales liées aux pratiques agricoles.  Il s’agira d’interroger le poids du contexte socioéconomique, le rôle des structures foncières, la place du genre et des générations dans le rapport à la terre et au milieu, l’influence des logiques de production, de transformation et de valorisation (marchés et prélèvement du local à l’international, du bourg rural aux métropoles, du commerce de proximité à l’industrie de transformation) ainsi que les modalités d’échanges et de transport dont les aspects pratiques ont un impact sur les produits agricoles autant que les environnements d’origine et de réception. Par exemple, le transport transatlantique du guano, puis du nitrate de soude au XIXe siècle a bouleversé, en moins d’un demi‑siècle, les espaces d’extraction du Pérou et du Chili avec de très forts prélèvements de ressources destinées à traverser l’océan par bateau pour lutter contre l’appauvrissement des sols en Europe. Il a ainsi participé à diversifier les sources d’approvisionnement en engrais et a préparé la voie à la fabrication et à l’utilisation des engrais chimiques, contribuant à la rupture métabolique entre campagnes et villes – c’est‑à‑dire à la rupture du lien entre les villes qui fournissaient, par leurs déchets, les engrais nécessaires au retour des minéraux indispensables à la fertilité des terres agricoles – , mais aussi entre pays développés et pays en développement.

Les communications donneront la priorité aux expériences pratiques plutôt qu’aux traités théoriques, aux observations empiriques plutôt qu’aux préconisations scientifiques et agronomiques, et si les savoirs savants seront abordés, ce sera pour mesurer la manière dont ils cohabitent et se mêlent aux savoirs pratiques.

Les propositions attendues pourront s’inscrire dans les axes suivants, qui sont des propositions de réflexion, sans être en aucune manière limitatives.

1/ Les actions volontaires pour améliorer la productivité agricole, tirer le meilleur profit des conditions naturelles et moins dépendre de ses contraintes :

– Transformation et adaptation des milieux au service de l’agriculture : amendements et engrais, écobuage et pratique des feux, surcharge pastorale, modification des cours d’eau ou du cours des eaux, modification du relief (terrassement, creusement, arasement), création d’espaces agricoles (poldérisation, assèchements, drainages, défrichements, arrachage de haies).

– Modification du vivant en fonction des besoins agricoles, alimentaires et sanitaires (processus de sélection variétale et animale, croisements, génétique), réussites et échecs.

– Réduction, voire affranchissement ou optimisation des contraintes de la nature (rythme biologique des plantes et des animaux d’élevage), qui passent par la maîtrise des cycles, l’appropriation des connaissances scientifiques, l’innovation technique mais qui reposent aussi sur les savoirs pratiques, le « bricolage » et le forçage.

– Formes de luttes (manuelle, mécanique ou chimique) contre les maladies et les animaux dits nuisibles : champignons, insectes, rongeurs, oiseaux, escargots, limaces, « grosses bêtes » (sangliers, loups, lapins…).

2/ Les impacts des pratiques agricoles sur l’environnement :

– Conséquences sur le vivant : appauvrissement génétique, fragilité aux maladies, contamination des espaces non cultivés ou espèces dites sauvages, appauvrissement de la biodiversité. 

– Perturbation des sols et de la météorologie : épuisement et altération des sols (ruissellement, ravines, pollutions), eaux et pluies, vent dont la force est accélérée par la diminution des haies coupe‑vent.

– Risques pour la santé des hommes et des animaux : maladies professionnelles, cancers des agriculteurs et des riverains, maladies des animaux. 

– Risques pour l’approvisionnement et la sécurité alimentaire. 

3/ Les conflits, les analyses critiques et les propositions nouvelles :

– Usages et conflits d’usages environnementaux liés aux pratiques agricoles : gestion de l’inculte, droits collectifs, propriété individuelle, cohabitation entre riverains et activités agricoles.

– Information, éducation et sensibilisation : dénonciations et rôle des médias, contenu des formations et programmes d’enseignement, engagement syndical, associatif et militant, structuration et politisation des débats.

– Régulation et réglementation des pratiques agricoles pour une bonne gestion des ressources, pour une préservation de la biodiversité et de l’environnement, pour une meilleure protection sanitaire des producteurs et des consommateurs : législateurs et législations, acteurs et structures d’encadrement.

– Réflexions, expérimentations et actions nouvelles visant à limiter/modifier l’impact environnemental de l’agriculture : conflits générationnels, retour à la terre, modèles alternatifs, diversification des profils d’agriculteurs et de leur rapport à la terre, formes de résilience.

Modalités de propositions :

Les propositions de communication devront nous parvenir avant le 31 août 2024.

Elles comporteront un titre, un résumé de 2000 caractères et un court CV.

Nous vous remercions de bien vouloir les adresser à :

frederic.boutoulle@u-bordeaux-montaigne.fr

stephanie.lachaud@u-bordeaux-montaigne.fr

corinne.marache@u-bordeaux-montaigne.fr

Julien.Zurbach@ens.psl.eu

Le colloque se déroulera à l’université Bordeaux Montaigne les jeudi 6 et vendredi 7 février 2025.

Une attention particulière sera portée aux propositions de jeunes chercheuses et jeunes chercheurs.

Comité d’organisation :

Frédéric Boutoulle, Professeur en histoire médiévale, université Bordeaux Montaigne, UMR 5607, Ausonius 

Stéphanie Lachaud, Maîtresse de conférences en histoire moderne, université Bordeaux Montaigne, CEMMC (EA 2958)

Corinne Marache, Professeure en histoire contemporaine, université Bordeaux Montaigne, CEMMC (EA 2958)

Julien Zurbach, Maître de conférences en histoire grecque, École Normale Supérieure, Paris, UMR 8546, AOrOc

Comité scientifique :

Frédéric Boutoulle, Professeur en histoire médiévale, université Bordeaux Montaigne, UMR 5607, Ausonius

Christophe Chandezon, Professeur, histoire grecque, université Paul-Valéry Montpellier, UMR 5140, Archéologie des sociétés méditerranéennes

Emmanuelle Charpentier, Maîtresse de conférences en histoire moderne, université Toulouse-Jean Jaurès, UMR 5136, Framespa

Aline Durand, Professeure d’archéologie et d’histoire du Moyen Âge, université du Maine, UMR 6566, CReAAH Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences, Histoire

Patrick Fournier, Maître de conférences en histoire moderne, université Clermont-Auvergne, Centre d’histoire « Espaces et Cultures » (EA 1001)

Emmanuel Huertas, maître de conférences en histoire du Moyen Age, Chaire d’excellence « Histoire rurale de l’Europe méridionale 11e-15e siècle », Université de Toulouse II – Le Mirail, UMR 5136, Framespa

Stéphanie Lachaud, Maîtresse de conférences en histoire moderne, université Bordeaux Montaigne, CEMMC (Centre d’Histoire des mondes moderne et contemporain, EA 2958)

Corinne Marache, Professeure en histoire contemporaine, université Bordeaux Montaigne, CEMMC (Centre d’Histoire des mondes moderne et contemporain, EA 2958)

Charles-François Mathis, Professeur en histoire contemporaine, université Paris I Panthéon Sorbonne, UMR 8066, Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine

Clémence Pagnoux, Maîtresse de conférences en archéobotanique, Muséum National d’Histoire Naturelle, UMR 7209, Archéozoologie et Archéobotanique – Sociétés, Pratiques et Environnements

Céline Pessis, Maîtresse de conférences en histoire contemporaine, AgroParisTech-Université Paris-Saclay

Julien Zurbach, Maître de conférences en histoire grecque, École Normale Supérieure, Paris, UMR 8546, AOrOc

Journée d’études de l’AJCH : “Les appropriations de l’eau de l’Antiquité à nos jours”

Lieu : université de Lille, IRHiS

Date : 12 juin 2024

Cette année, la journée d’études annuelle de l’AJCH aura lieu à l’université de Lille, dans la salle de séminaire de l’IRHiS (Institut de Recherches Historiques du Septentrion), avec le soutien de ce laboratoire et du LaMOP (Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris). L’événement s’inscrit par ailleurs dans le Printemps de l’histoire environnementale du RUCHE (Réseau Universitaire de chercheur.ses en Histoire de l’Environnement).

Résumé :

À l’ère du changement climatique, la question de l’eau et de ses
appropriations se pose avec une acuité inédite : dans certaines régions, elle a tendance à se raréfier, causant des problèmes d’approvisionnement et des conflits d’usage. À cela s’ajoute un autre problème : celui de la pollution, aussi bien des cours d’eau douce que des mers et des océans.

Des difficultés similaires se sont posées dans les sociétés passées : les sécheresses comme la pollution ont une histoire, qu’il s’agira d’explorer dans toutes les périodes historiques et dans tous les contextes géographiques.

La notion d’appropriation sera centrale dans l’analyse et permettra d’appréhender cette problématique générale : comment les sociétés humaines ont-elles cherché à maîtriser une ressource vitale, dans des contextes où s’impose l’adaptation aux inconstances de l’environnement ?

Programme : https://irhis.univ-lille.fr/detail-event/je-les-appropriations-de-leau-de-lantiquite-a-nos-jours

Appel à communications – Colloque «Au bon air des jardins (18e – 21e siècles)»

Dates : 15-16 octobre 2024

Lieu : École de la Nature et du Paysage à Blois

Date limite pour soumettre une proposition : 30 juin 2024

Au XIXe siècle, Maupassant décrivait la canicule parisienne et vantait déjà la fraicheur à l’ombre des arbres en écrivant que « c’était une nuit sans vent, une de ces nuits d’étuve où l’air de Paris surchauffé entre dans la poitrine comme une vapeur de four. Une armée de fiacres menait sous les arbres tout un peuple d’amoureux » (Bel ami). Si les fiacres ont disparu, nul doute que les promenades, parcs et jardins restent des lieux appréciés en période de canicule pour des citadins à la recherche de “bon air”.

Le colloque vise à nourrir une réflexion générale sur l’air et le climat sous le prisme socio-spatialdes parcs et jardins urbains publics en France comme dans le reste du monde. Il a pour objectif de montrer si ces espaces sont marqués par des évolutions et transitions géohistoriques communes ou, au contraire, différentes dans les enjeux liés à l’air et au climat (Corbin 1982 ; Metzger 2018 ; Brassart et al. 2022). Afin de favoriser le dialogue disciplinaire, l’appel est ouvert en SHS : géographie, géohistoire, histoire, histoire de l’art, aménagement, architecture, projet de paysage, political ecology, sociologie…

Plus d’informations ici.

Journée d’étude du centre Jean Mabillon : “De la matérialité des sources”

Date : 5 novembre 2024

Lieu : Campus Condorcet, Aubervilliers

Date limite pour soumettre une proposition : 30 juin 2024

De la matérialité des sources.
Journée d’études jeunes chercheurs 2024 du Centre Jean Mabillon – École nationale des Chartes.

La source constitue l’élément de base de la recherche historique, que le scientifique cherche le mieux possible à appréhender par son esprit critique. Mais ces sources, ne peut-on pas également les approcher matériellement ? La matérialité des sources se révèle immédiatement très variée et il serait difficile d’en dresser une liste exhaustive, car en plus d’avoir évolué au cours du temps, les supports ont connu à chaque époque une riche diversité. Ainsi, pour prendre l’un des supports le plus commun aujourd’hui qu’est le livre, on constate qu’après avoir été volumen de papyrus, celui-ci est devenu codex, d’abord en parchemin, puis en papier, se démultipliant ensuite grâce à l’imprimerie à caractères mobiles jusqu’à devenir un objet de consommation à l’ère du livre de poche. L’exemple du livre nous montre donc que la variation du support concerne non seulement le matériau, mais aussi le format. Mais ces variations sont également partagées dans les autres champs de la production écrite : littérature grise d’une part avec ses procès-verbaux, chartes, registres, mais aussi les productions éphémères, des journaux aux affiches en passant par les tracts, sans oublier les formes épigraphiques, des ostraca grecs aux tablettes de cire, jusqu’aux pierres gravées.


La question du support mérite néanmoins d’être élargie plus encore et nous invite à envisager également les autres moyens employés pour consigner d’autres informations que simple la parole écrite : l’image, qui existe depuis les peintures rupestres préhistoriques, s’est perpétuée jusqu’à la photographie et le cinéma, de même que les enregistrements sonores sont développés pour couvrir un champ allant de la musique aux archives orales. L’histoire du temps présent nous amène enfin à appréhender l’omniprésence de l’information, à travers les réseaux sociaux et internet. Une quantité indénombrable de paramètres entre donc en conversation pour la composition du support : le matériau et son format certes, mais aussi sa taille, son poids, la technologie qu’il emprunte, ses limites, sa durabilité, son coût, sa solennité, sa fragilité, sa solidité, sa qualité, son accessibilité, la quantité de production permise. Autant de composantes qui peuvent être interrogées et révélatrices d’informations précieuses.

Au regard de ce bref florilège de sources, il apparaît nettement que le support des sources est un sujet d’étude historique en soi. La matérialité des documents est à la fois un indicateur temporel, géographique et culturel : en somme, une source à part entière, indépendamment du contenu, un objet archéologique. Bien que l’approche soit matérielle, elle implique donc bien une appréhension par l’esprit critique. Jacques le Goff s’exprimait en ces termes :

« Le document n’est jamais innocent. Il est le résultat avant tout d’un montage, conscient ou inconscient, de l’histoire, de la société qui l’a produit, mais aussi des époques successives pendant lesquelles il a continué à vivre, peut-être oublié, pendant lesquelles il a continué à être manipulé, peut-être en silence. Le document est une chose qui reste, qui dure et le témoignage, l’enseignement qu’il porte doivent être avant tout analysés en démystifiant leur signification apparente. Le document est monument. Il est le résultat de l’effort des sociétés historiques pour imposer –volontairement ou involontairement– telle image d’elles-mêmes au futur. Il n’y a pas, à la limite de document-vérité. Tout document est mensonge.1 »

Ainsi, le choix même du support n’est pas innocent, car quelle que soit l’époque, les supports à disposition pour conserver une information ont toujours été multiples. Le choix n’en est pas pour autant aléatoire et différents facteurs interviennent dans la sélection du support : les impératifs économiques, la dimension solennelle, la commodité, la limite selon les matériaux à disposition, mais aussi selon le type d’information conservée (écrit, son, image). Le choix d’un unique support reste parfois cependant impossible. De nombreux documents contemporains sont en effet multimédias : de très nombreux manuels de langue pour enrichir l’étude par la pratique orale sont par exemple accompagnés d’un CD-Rom. Une dynamique se fait jour néanmoins parmi ces paramètres : les enjeux matériels sont bien souvent commandés par le fonds intellectuel. Le contenu peut commander le contenant, non sans parfois une certaine réciprocité.


Toutes ces motivations gardaient néanmoins en ligne de mire l’utilisation du document dans un avenir immédiat, le défi se pose donc au conservateur de faire face à des supports dont la production n’est pas toujours conçue pour le temps long. Par exemple, du fait d’un climat inadapté, très peu de papyrii mérovingiens nous sont parvenus, tandis que depuis près d’un siècle, les conservateurs de bibliothèque doivent faire face à des journaux dont le papier de mauvaise qualité, en plus de jaunir, se fragilise très rapidement. Plus délicats encore, les plus anciens films conservés par les cinémathèques sont très souvent des pellicules en nitrate de cellulose, support particulièrement instable qui présente un grave risque d’incendie.

On remarque donc que les supports fluctuent au gré des époques. Et les informations, en vue de pérennisation, doivent souvent être recopiées de l’un à l’autre. Qu’il s’agisse des copies médiévales de chartes originales au sein de cartulaires, d’éditions contemporaines de documents anciens, de l’adaptation iconographique de scènes littéraires ou religieuses, ou encore de l’édition numérique de textes anciens, on observe la même envie de conserver un maximum de l’information textuelle, mais aussi un certain souci de la mise en page originale. Toutefois, il est illusoire de penser qu’il est possible de tout retranscrire, une transition est souvent coûteuse et synonyme de choix.

Ouvertures

Dans ce contexte, nous accueillons les propositions qui pourront explorer le thème du support. Les enjeux de cette journée d’études tournent autour de quatre axes principaux : 1) Les problématiques
de la conservation et de la restauration ; 2) Les enjeux de la copie et du transfert d’un support à un autre ; 3) La question de l’unique et du multiple ; 4) (R)évolution : l’essor du digital.
Voici une liste non-exhaustive de problématiques abordables pour chacun d’entre eux :

1) Les problématiques de la conservation et de la restauration
Problématiques de la conservation des supports, de l’Antiquité à nos jours. Entretien des supports : travaux de reliure, restauration des enluminures,… ; Les supports abîmés : techniques de restaurations, nouvelles technologies.

2) Les enjeux de la copie et du transfert d’un support à un autre
Interactions réciproques entre contenu et contenant, des enjeux pratiques aux enjeux esthétiques ; La création d’une copie quels motifs, selon quels procédés, avec quels résultats ? Quelles différences entre des copies sur un même support et le passage d’un support à l’autre ? ; L’intermédialité et le passage d’un support à un autre : quels enjeux, quelles conséquences ?

3) La question de l’unique et du multiple
Un seul support pour plusieurs documents – tablettes de cire, palimpsestes, google docs, recueils factices, fichier xml ; Plusieurs supports pour un seul document (copies de films positives, copies lavandes, négatifs de films, internégatifs ou encore versions numériques DCP. . . )

4) (R)évolution : l’essor du digital
La révolution du numérique : récupérer, trier et écarter les informations ; Avantages et désavantages dans la conservation des documents ; L’évolution d’un média et les changements ou non qu’il apporte aux oeuvres, comme par exemple le passage du cinéma sur pellicule au cinéma numérique ; Le multimédia, enjeux de production et de conservation.


Comité d’organisation

Mathieu Aymon, Célia De Saint Riquier, Martina Lenzi, Noé Leroy (doctorants du Centre Jean Mabillon).

Cyril Durain, Clémentine Kruk (archivistes paléographes de l’École Nationale des Chartes).

Comité scientifique

Christophe Gauthier (Professeur d’histoire du livre et des médias, École Nationale des Chartes PSL’ directeur du Centre Jean-Mabillon, ea 3624 conservateur des bibliothèques)

Yann Sordet (Conservateur général des bibliothèques, directeur des bibliothèques Mazarine et de l’Institut de France)

Nicolas Perreaux (Chargé de recherches CNRS, UMR 8589 LAMOP université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Charlotte Denoël (Chargée de cours École Nationale des Chartes PSL, maîtresse de conférence

Date et lieu

Campus Condorcet, Aubervilliers, 5 novembre 2024.


Modalités de réponse

Cette journée d’études s’adresse aux doctorant.e.s ou équivalent, étudiant.e.s en master, jeunes chercheur.se.s post-doctoraux, ainsi qu’aux jeunes professionnel.le.s de la conservation du patrimoine.
Toutes les propositions de communication sont attendues avant le 30 juin 2024, à midi. Elles sont attendues en langue française ou anglaise sous la forme d’un texte constitué de 500 mots maximum (titre et résumé), accompagné d’une bibliographie indicative et d’une courte présentation du candidat (âge, ville de résidence, statut, situation institutionnelle, domaine de recherche). Le format attendu est le format .pdf. Merci de les envoyer à l’adresse suivante : journeesCJM@chartes.psl.eu

Une réponse sera donnée aux intéressé.e.s avant le 15 juillet 2024. Un résumé ponctuel ou le discours intégral, accompagné par la bibliographie relative, sera demandé aux intervenant.e.s avant le 5 novembre. Chaque communication aura une durée maximale de 20 minutes. Les déplacements et les hébergements seront à la charge des intéressé.e.s.
Il est prévu que cette journée d’études donne lieu à une publication en ligne.

Bibliographie indicative

Agati Maria Luisa, Il libro manoscritto introduzione alla codicologia, Rome, 2003.

Dain Alphonse, Les manuscrits, 3e édition, 1975.

Deloignon Olivier, Chatelain Jean-Marc, et Mollier Jean-Yves, D’encre et de papier: une histoire du livre imprimé. Collection « Arts du livre ». Paris: Imprimerie nationale éditions, 2021.

Febvre Lucien, Martin Henri-Jean, Basanoff Anne, Bernard-Maitre

Henri,Catane Moshé et Chalus Paul, L’apparition du livre. L’Évolution de l’humanité 30. Paris: Albin Michel, 1958.

Fossati Giovanna, From Grain to Pixel. The Archival Life of Film in Transition, Amsterdam University Press/Nederlands Filmmuseum, 2010.

Gaudreault André et Marion Philippe, La Fin du cinéma ? Un média en crise à l’ère du numérique, Paris : Armand Colin, 2013.

Gilmont Jean-François, Le livre, du manuscrit à l’ère électronique, 3e édition revue et augmentée, 1998.

Glenisson Jean, Le livre au Moyen Age, Brepols, Turnhout, 1989.

Habib André et Marie Michel (dir.), L’Avenir de la mémoire : patrimoine, restauration, réemploi cinématographiques, Presses universitaires du Septentrion, Villeneuve-d’Ascq, 2013.

Löffler Karl et Milde Wolfang, Einführung an die Handschriftenkunde, 1997Ouvrage collectif, Preservation and restoration of moving images and sound, Bruxelles : FIAF (Fédération Internationale des Archives du Film), 1986.

Smither Roger et Surowiec Catherine (dir.), This Film is Dangerous. A Celebration of Nitrate Film, Fiaf, Bruxelles, 2003.

Turner Eric G., ’Recto’ e ’Verso’. Anatomia del rotolo di papiro, Instituto papirologico Vitelli, Florence,
1994.

1(Jacques le Goff, “Documento/Monumento”, in Enciclopedia, Torino, Einaudi, 1978, vol. V, pp. 38-47, p. 38)

Appel à communications – Colloque international “Ce que compter veut dire en situation impériale et coloniale”

Lieu : Paris-Bercy

Date : 19-20 décembre 2024

Date limite pour soumettre une proposition : 20 juin 2024

Ce colloque entend ouvrir à nouveaux frais le dossier des approches comptables et statistiques produites en contexte impérial et colonial (cartes thématiques, enquêtes, séries statistiques etc.) pour en tirer toutes les informations qu’elles sont susceptibles de fournir sur les sociétés et les situations qu’elles sont censées éclairer. En tenant compte des nombreux acquis historiographiques, des critiques des différents éléments chiffrés utilisés, de leurs visées racialistes et normatives, il s’agit autant de s’intéresser aux conditions de leur production, qu’elles soient visibles (enquêteurs) ou invisibles (interprètes, élites villageoises), que d’analyser les réactions à leur production, à leur diffusion ou de préciser les attentes des commanditaires et les usages auxquels ils donnent lieu. Le colloque entend favoriser le croisement des échelles mobilisées par les différents supports de ces éléments comptables, partant des individus et jusqu’aux relations entre les administrations ou les entreprises coloniales et la Métropole.

Plus d’informations ici.

Appel à communications – Université d’automne de l’homosexualité

Date : 10-12 octobre 2024

Lieu : Nice

Date limite pour soumettre une proposition : 31 mai 2024

Organisée par l’association S2H – Société d’Histoire de l’Homosexualité

Présidée par Ghislain Graziani – Docteur en Histoire contemporaine (Université Paris-Cité/Università di Bologna)

« Etudes sur l’homosexualité »

Appel à communications

***

L’association S2H organise la première édition de l’Université d’Automne de l’Homosexualité du 10 au 12 octobre 2024 à Nice. Fondée en novembre 2023, l’association a notamment pour but de promouvoir les études et les recherches scientifiques liées à l’histoire de l’homosexualité.

Dans cette optique, l’association se propose d’organiser un évènement scientifique ayant pour thème les « Etudes sur l’homosexualité » ouvert à toutes les jeunes chercheuses et chercheurs, doctorantes et doctorants, post-doctorantes et post-doctorants, travaillant sur ce thème et ce quels que soient leur champ disciplinaire, leur période historique, leur aire géographique ou culturelle, permettant ainsi dès cette première édition de rassembler le plus grand nombre et la plus grande diversité. Ainsi comme un appel à varia nous souhaitons offrir à chacune et chacun la possibilité d’exposer ses problématiques et ses travaux ayant avant tout pour ambition de favoriser la visibilité de ces recherches.

***

Notre démarche vise à renforcer les recherches sur le thème de l’homosexualité et à créer un pôle de référence pour les chercheuses et chercheurs leur offrant ainsi un espace d’expression, de dialogue et de liberté. Notre ambition est de contribuer au décloisonnement d’un objet d’étude pluriel qui, en dépit d’une richesse accrue au sein des études de genre et sur la sexualité en France, semble, dans une large mesure, y demeurer périphérique et non pas central. Notre réflexion s’inscrit donc dans une appréhension multidimensionnelle des discours, des pratiques et des représentations dans toute leur diversité telle qu’elle se manifeste dans de nombreux travaux récents.

Dans cette optique, c’est un dialogue résolument pluridisciplinaire que nous souhaitons instaurer ; en conviant toutes les disciplines qui se sont de près ou de loin penchées sur le thème que nous avons privilégié. Ainsi, la mobilisation et la diversité d’approches méthodologiques ne pourront s’avérer qu’enrichissantes.

Nous souhaitons que cet objet d’étude de tout évidence multiple continue à profiter d’un élargissement – théorique et empirique – tout aussi multiple : en termes de méthodologie, en terme d’aires géographiques et culturelles, en termes de périodes historiques. Dans le contexte actuel, notre volonté de promouvoir ce thème de recherche dans une démarche pluridisciplinaire s’apparente à une forme de résistance. Il nous paraît en effet essentiel, au travers de cette Université d’automne, de défendre les études de genre, les études liées aux sexualités, de participer à leur diffusion, de mettre en avant le travail de jeunes chercheuses et chercheurs et d’affirmer la légitimité de ces études.

Pour ce faire, nous souhaitons créer les conditions d’un réel rendez-vous scientifique ouvert sur la société et ayant pour but de combler un manque. Nous avons en effet constaté que les jeunes chercheuses et chercheurs travaillant sur les études liées aux sexualités, aux identités de sexe ou au genre ont souvent le sentiment d’être isolés. Nous avons donc pour ambition de les rassembler et de leur ouvrir un espace dédié permettant de confronter leurs méthodes et leurs pratiques scientifiques et de créer une émulation intellectuelle.

Nous voulons, au travers de cette Université d’automne, engager un mouvement qui a pour but de fédérer autour d’un rendez-vous scientifique annuel les jeunes chercheuses et chercheurs.

Les propositions de communication (300-500 mots) ainsi qu’une courte notice biographique devront être envoyées au plus tard le vendredi 31 mai 2024 (inclus) par courriel au format .pdf à l’adresse suivante : universiteautomnehomosexualite@outlook.com

Bourse de recherche – Doctorant.e FNS, histoire de l’art, avec composante littérature française et/ou comparée (XVe-XVIIe)

Lieu : Université de Lausanne, Suisse

Durée : 1 an, renouvelable une fois pour 3 ans

Date limite de candidature : 1er mai 2024

Niveau requis : Master ès lettres, spécialité histoire de l’art et/ou littérature française et/ou littérature comparée, spécialités Moyen Âge ou Renaissance ou Première Modernité (XVe-XVIIe siècle)

Financé par le Fonds national suisse de la recherche scientifique, le projet Sinergia Capturing the Present in Northwestern Europe (1348-1648). A Cultural History of Present before the Age of Presentism étudie la manière dont le concept de « présent » a été perçu et vécu en Europe du Nord-Ouest durant la période allant du Moyen Âge à la première modernité. Cet espace géographique, qui englobe les Pays-Bas, l’ouest de l’Empire germanique, le nord de la France et le sud de l’Angleterre, a connu durant cette période d’importants changements, aussi bien dans les domaines de la politique, de l’économie, de la religion que dans celui des arts. Caractérisée par la coexistence de divers systèmes politiques et de plusieurs langues, par un développement urbain particulièrement marqué et par des conditions de vie à l’évolution rapide, cette région offre un contexte historique singulier, qui diffère de la Renaissance telle qu’elle est traditionnellement dépeinte.
Le projet Capturing the Present rassemble une quinzaine de chercheuses et chercheurs des universités de Neuchâtel, Lausanne et Lille, dont 6 doctorant·es et 3 post-doctorant·es. L’équipe est soutenue par un réseau international d’experts et expertes dans les disciplines suivantes : histoire, histoire de l’art et de la littérature, linguistique, media studies, anthropologie et sciences politiques. Il vise à montrer comment les discours et les images ont façonné les perceptions que les hommes et les femmes d’alors avaient de leur propre époque ; comment les événements contemporains étaient représentés et interprétés ; comment, enfin, les nouvelles idées ainsi que les changements environnementaux, politiques et sociétaux étaient perçus.

Plus d’informations ici

Appel à articles – Circé. Histoire, savoirs, sociétés (VARIA)

Le comité éditorial de la revue Circé. Histoire, savoirs, sociétés est heureux de faire paraître aujourd’hui son appel à contributions pour son prochain numéro (n° 18). Créée et animée par de jeunes chercheurs, la revue leur est particulièrement destinée. Elle privilégie la publication d’articles issus des premières années de recherche, c’est-à-dire après une soutenance d’un mémoire de Master 2, pendant la préparation d’un doctorat, ou après la soutenance d’une thèse.

Modalités de soumission

Les auteurs pourront faire parvenir une première version de leur article sous format électronique, en fichier attaché (format .doc de préférence), à l’adresse suivante : larevuecirce@gmail.com avant le 30 juin 2024.

Elle sera accompagnée d’un abstract (500 à 1 000 signes, espaces compris) ainsi que de 5 mots-clés et d’une courte notice biographique (700 signes maximum, espaces compris) qui précisera notamment les fonctions officielles, les principaux objets de recherches et l’adresse électronique de l’auteur. Il est recommandé aux auteurs de fournir un article entre 30 000 et 60 000 signes (ce décompte prenant en compte les notes de bas de page). Les normes éditoriales à suivre sont celles indiquées dans la charte éditoriale de Circé consultable sur le site de la revue.

Processus éditorial :

Après une première relecture en interne effectuée par les éditeurs de la revue puis de premiers échanges avec les auteurs, chaque article anonymisé est soumis à la relecture en double aveugle de chercheurs, spécialistes des thématiques concernées. Ils sont choisis soit parmi les membres du comité scientifique de Circé, soit contactés personnellement par les éditeurs en charge de l’article.

Comité scientifique :

Anne-Claude AMBROISE-RENDU, Professeure des universités en histoire contemporaine | Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Susan BADDELEY, Professeure en civilisation britannique et langue anglaise | Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Delphine CARRANGEOT, Maître de conférences en histoire moderne | Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Pierre CHASTANG, Professeur en histoire médiévale | Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Anaïs FLÉCHET, Maître de conférences en histoire contemporaine | Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Lampros FLITOURIS, Maître de conférences en histoire européenne | Université d’Ioánnina

Corinne FRANÇOIS-DENÈVE, Professeure des universités en littérature comparée | Université de Haute-Alsace

Pauline LEMAIGRE GAFFIER, Maître de conférences en histoire moderne | Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Caroline MOINE, Professeure des universités en histoire contemporaine | Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Jean-Yves MOLLIER, Professeur émérite en histoire contemporaine | Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Vincent PUECH, Maître de conférences en histoire ancienne | Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Anne ROCHEBOUET, Maître de conférences en littérature médiévale | Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Evelyne SAMAMA, Professeure des universités en histoire ancienne | Université Versailles de Saint-Quentin-en-Yvelines

Jean-Claude YON, Directeur d’études | École Pratique des Hautes Études

Alessia ZAMBON, Maître de conférences en histoire des arts et patrimoines | Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines